LE produit Too Much Bô de l’année

C’est un peu la tradition partout.

Je vais m’y plier avec un certain plaisir.

Les produits qui m’ont marqué cette année…

Mais par où commencer?

D’abord par expliquer qu’il ne s’agit pas de produits qui sont forcément sortis cette année, mais de produits que j’ai découverts cette année ou qui ont fortement progressé en 2017.

Et puisque nous sommes en période de vacances, je vais y aller mollo.

Je vais étaler sur deux ou trois jours.

Ben oui, faut savoir se ménager dans la vie.

Pas de suspens: je commence tout de suite par LE Too Much Bô de l’année et qui, lui, est bien sorti en 2017.

Le plus grand Too Much Bô de l’année, pour moi, à tout seigneur tout honneur, c’est celui-là:

Lectron-JH32-720x720.jpg.jpeg

Eh oui, l’ampli Lectron JH 32 de l’entreprise Jean Maurer, à Aubonne dont j’ai parlé ici plus longuement.

Une telle précision, une telle profondeur, une telle dynamique, c’est quelque chose dont je profite au quotidien avec un bonheur à chaque fois répété dès que j’ai un moment pour moi.

Associé aux colonnes 370E de l’entreprise dont j’ai parlé ici, j’ai les musiciens dans mon salon, salon qui, au passage, n’est d’ailleurs plus du tout le même que celui qui est présenté dans l’article puisque nous avons déménagé.

Je me suis de plus rendu compte d’une chose: j’ai pris un abonnement à l’OCL (Orchestre de Chambre de Lausanne), un orchestre de très grande qualité, reconnu dans le monde entier et qui fête ses 75 ans, je vous en parlerai bientôt.

Et bien voyez-vous, la qualité sonore est bien supérieure à la maison, avec mes colonnes, qu’en vrai, dans cette fichue salle Métropole. Cela dit, pour revenir quelques secondes sur cet article où je critiquais méchamment ladite salle, sachez que le fait d’être revenu au parterre et d’avoir quitté le balcon a grandement arrangé les choses.

Au moins, les sièges fixes, s’ils restent indignes d’une salle classique, ne grincent pas!

Finalement, si je veux voir les musiciens, je préfère regarder un concert sur Medici TV dont j’ai parlé ici ou sur Mezzo, associé à la chaîne Jean Maurer.

D’ailleurs, au moment où j’écris ces lignes, nous sommes le Premier de l’an, il est 12 heures 50, et j’écoute le concert de Nouvel An dirigé par Riccardo Muti (on dirait la réincarnation de Maître Capello), et c’est vraiment un bonheur pour les yeux autant que pour les oreilles.

Mais c’est bien sûr avec des fichiers de qualité CD ou plus que cet ampli donne sa pleine amplitude.

J’aimerais d’ailleurs en profiter pour remercier tous les acteurs touchant à ce bonheur musical sans cesse renouvelé qu’est la musique.

Ça commence par les luthiers et autres constructeurs d’instruments, qui à partir de métal et de bois permettent aux musiciens de transmettre leurs émotions.

Quels artistes!

Ça continue par les musiciens bien sûr.

Eux sont toujours sous le feu des projecteurs, alors je ne m’y attarde pas trop, mais je vous aime, je vous aime, mesdames et messieurs qui bossez nuit et jour pour affiner votre technique seule à même de vous donner les moyens justement de transmettre toutes ces émotions.

Il y a les preneurs de son.

Quel travail ils font, ces gens-là!

Quand vous avez de bonnes conditions d’écoute, vous vous rendez compte de leurs prouesses techniques et de leur savoir-faire ou a contrario de leurs lacunes, parce que ça arrive et alors, là, c’est cruel!

Et puis, il y a tous ces techniciens qui permettent de transformer l’élan d’une baguette, le frottement d’un archet, la percussion d’une corde par un marteau, le souffle d’un cornet, la vibration d’une corde vocale en 1 et en 0, et à nous retransmettre tout ça avec une telle plénitude jusqu’à nos oreilles.

Je n’ai toujours rien compris à comment tout cela fonctionne réellement.

Techniquement oui, je comprends en théorie quand on m’explique, mais, au final, c’est quand même des sons transformés en une chaîne de 0 et de 1, retransformées en sons, et ça, voyez-vous, ça me dépasse, malgré tous mes efforts.

Rien que le lecteur de CD, ou le DAC, je trouve ça dingue, comme d’ailleurs je trouve le Gramophone incroyable!

Bref, merci à toutes ces femmes et ces hommes qui mettent leur immense talent pour notre plus grand plaisir.

Et dans le cas présent, merci à la famille Maurer, Jean, Christine, et maintenant Marc, pour leur travail magnifique.

Je vous suis immensément redevable.

Et puis, j’aimerais vous permettre de lire le catalogue de l’entreprise en PDF, que j’ai eu la chance de recevoir au format papier.

D’abord, il est beau et fort intéressant à moult points de vue,

Mais il est aussi touchant puisque pour la première fois, c’est Marc, le fils de Christine et de Jean, qui prend la parole au nom de l’entreprise, avec beaucoup de tact.

Une jolie manière de passer le témoin en douceur, même si toute la famille reste très présente dans l’entreprise.