Fairtiq, voyagez autrement, sans billet, et tellement simplement

J’étais, il y a quelques semaines, dans l’auditorium de l’entreprise Jean Maurer, lors d’une soirée ouverte comme tous les jeudis soir (soirée ouverte tous les jeudis soir, pas moi chez eux tous les jeudis, qu’on se le dise), pour écouter le prototype d’une nouveauté dont je vous parlerai dans quelques mois.

Une belle nouveauté, oui, mais là n’est pas le sujet du jour.

J’étais chez lui donc, mais bien évidemment pas tout seul.

Parmi les amateurs de beau son et de belle musique présents, il y avait un lecteur de Cuk.ch de l’époque, Fabrice, avec qui nous avons discuté de tout, comme c’est souvent le cas dans ces soirées.

Je ne sais pas comment nous en sommes arrivés à parler de transports publics, mais je lui racontais comment je trouvais compliqué certains automates, par exemple les bornes des transports publics lausannois ou genevois, ou encore les bornes CFF (nos trains suisses).

C’est là qu’il m’a dit: « je travaille dans une entreprise exactement faite pour répondre à vos soucis ».

Vivement intéressé, je lui ai demandé de m’expliquer et surtout de me dire chez qui il travaillait.

C’était chez Fairtiq.

Sans Fairtiq, on fait comment?

Nous avons en Suisse l’avantage d’avoir l’une des meilleures applications pour les horaires et l’achat des billets au monde pour mobile.

J’ai même des amis qui m’expliquent que c’est la meilleure, et qu’ils l’utilisent, alors qu’ils habitent les Pays-Bas, dans leur pays.

Franchement, l’application CFF est géniale.

Vous avez des favoris, vous voulez allez d’un point à un autre, vous glissez le doigt de l’un à l’autre et tout le reste se fait automatiquement.

Même si vous passez par l’horaire standard et pas tactile, tout est simple, l’achat des billets tout à fait intuitif, l’explicatif du trajet limpide.

Une fois le billet de train acheté, eh bien, on voyage. Mais arrivé à la ville de destination, voilà qu’il faut prendre le tram ou le bus, voire le métro, et retour à ces bornes mal fichues. Non, mais franchement, moi qui suis lausannois, je n’arrive pas à m’y retrouver avec les zones, comment voulez-vous qu’un touriste ne s’y perde pas? Idem à Genève, je suis paumé face à ces trucs.

C’est là que Fairtiq entre en scène

C’est quoi alors Fairtiq?

Fairtiq n’est pas un horaire de transport public, pour le consulter, vous devrez toujours faire appel à l’excellentissime application CFF.

C’est tout simplement une sorte de « fabriqueur » de billets en temps réel, au fur et à mesure que vous voyagez.

Vous allez entrer dans le train, vous prenez votre iPhone, voire bien mieux, votre Apple Watch, vous ouvrez l’application, vous glissez le bouton sur Start, et elle est belle.

2019-01-27_15-24-23.png
Depuis l’iPhone
2019-01-27_15-23-05.png
Depuis l’Apple Watch

Dans le train, un contrôle? Vous montrez le billet qui apparaît, comme dans l’application CFF, sous forme d’un code barre.

2019-01-27_15-20-21.png

Une fois arrivé à la gare de destination, soit vous continuez votre trajet en transport public, et vous laissez Fairtiq continuer son travail en tâche de fond, soit vous glissez votre bouton sur Stop.

2019-01-27_15-25-52.png
Depuis l’iPhone

 

2019-01-27_15-28-45.png
Depuis la montre
IMG_0934.png
Avec confirmation (ce qui est une bonne chose pour éviter un arrêt intempestif: tant que vous n’avez pas confirmé en appuyant sur Stop, le parcours reste actif).

Fairtiq va générer une facture, c’est aussi simple que ça.

IMG_0938.png

Ce qui est dingue, c’est que lorsque vous prenez le bus à la suite de votre trajet en train, le programme ajoutera la course, vous n’avez aucune question à vous poser, aucune monnaie à avoir, aucun plan de zone à consulter.

Pour moi?

Le bonheur, tout simplement.

Les avantages de Fairtiq

Comme nous l’avons vu, Fairtiq évite les prises de tête pour savoir combien vous devez payer votre billet. C’est une application qui fonctionne avec la plupart des entreprises de transport public en Suisse et au Liechtenstein, mais également en Autriche (dans ce cas, il faut télécharger une application dédiée).

Ce qui est mieux, c’est qu’il est intelligent et qu’il va toujours chercher à vous faire payer le moins cher possible. Ainsi, si vous avez voyagé en train, puis en bus, puis à nouveau en bus pour revenir à la gare, et enfin en train, et qu’une carte journalière est moins onéreuse que les trajets additionnés, alors, c’est cette dernière qui sera prise en compte.

Il m’arrive assez souvent de prendre une carte journalière Mobilis Bière Lausanne avec l’application CFF, et une fois à Lausanne, de remonter en voiture avec Mme K.

Dommage, c’est de l’argent perdu, j’aurais bien mieux fait de ne prendre qu’un aller simple vers Lausanne.

Avec Fairtiq, je n’ai plus jamais ce genre de problèmes.

Je paie ce que je consomme.

Mieux même: l’autre jour, je suis allé à Genève de puis Morges, puis de Genève à Bière.

Il s’agissait, pour ceux qui ne connaissent pas, d’un aller-retour Morges Genève, et d’un trajet Morges-Bière.

Quelle n’a pas été ma surprise de constater que je payais moins que si j’avais acheté un billet via l’application CFF!

En fait, Fairtiq s’est dit que j’avais fait un aller simple Morges Bière via Genève, ce qui revenait moins cher et se trouve être parfaitement légal.

Fairtiq tient compte de vos abonnements régionaux, de votre éventuel demi-tarif, et tient compte de la classe que vous avez indiquée dans votre réglage, que vous pouvez modifier avant le trajet. Ainsi, pas de problème pour voyager un soir de grande fatigue entre Lausanne et Zürich en première classe, histoire d’être tranquille.

IMG_0943.png

Mieux, si le programme se rend compte que votre train ne propose pas de première classe alors que c’est elle que vous avez activée, eh bien le tarif 2e classe sera calculé pour la portion de trajet.

Mais attention, vous ne pourrez pas changer la classe de votre billet pendant le transport, une nouvelle fois pour éviter les abus éventuels.

Quand je vous dis qu’ils ont pensé à tout, chez Fairtiq!

Il n’y a plus qu’un désavantage de Fairtiq

NDLR du 8 juin: au moment de la parution de cet article, il y en avait trois, de désavantages. Je les donne ici pour  l’historique, mais il n’y en à plus qu’un puisque diverses mises à jour en ont supprimé deux.

Ils ont pensé à tout, certes, mais à l’impossible nul n’est tenu, Fairtiq ne fait pas exception à cette règle.

D’abord, Fairtiq ne fonctionne pas avec les compagnies de navigation, ce qui est dommage quand on habite tout près d’une étendue d’eau comme le splendide Lac Léman. Bon, j’admets que ce Lac est une frontière avec la France, donc cela pourrait poser problème puisque Fairtiq ne fonctionne qu’en Suisse, au Liechtenstein et en Autriche.

Eh non, c’est terminé! Fairtiq peut prendre le bateau, comme le train, comme le bus.

Voici ce que m’écrit Fairtiq ce 10 juin 2019, lundi de Pentecôte, jour férié, quasiment en temps réel.

10 juin 11:44 CEST
Pour le bateau:

Question LBDC: les cartes journalières sont-elles prises également en compte?

  • S’il y a une offre spéciale (type carte journalière croisière offerte par la CGN), FAIRTIQ n’y aura pas accès. Nous pouvons vendre que les tickets officiels (et donc ceux dispo sur l’app CFF, avec quelques petits tricks d’optimisation). Par contre, la carte journalière à CHF 75.00 sera calculée si vous faites une grosse journée de transport, incluant le bateau.

Est-ce que l’on peut voguer par exemple jusqu’à Évian depuis Lausanne?

  • Oui, sur le Léman, les lignes internationales font partie de l’AG, et donc de FAIRTIQ. Attention ceci dit à avoir du roaming pour activer / désactiver FAIRTIQ en France. En fait, FAIRTIQ est valable sur les lignes de bateaux en blanc sur la carte synoptique de l’AG.

Est-il possible d’activer la première classe pour un voyage également sur le bateau?

  • Pas de soucis pour la 1ère classe. Il faut penser à changer la classe de voyage avant d’activer FAIRTIQ.

Merci, Fairtiq pour vos réponses rapides en ce jour de congé.

Deuxième désavantage: Fairtiq ne peut pas gérer les billets dégriffés, et ça, c’est tout de même ennuyeux.

Si l’on va loin, il vaut la peine, quand on consulte l’horaire sur l’application CFF, de voir si l’on peut bénéficier d’un prix. Dans ce cas, il sera préférable pour vos finances de payer le billet dans cette dernière application.

Enfin, troisième tout petit désavantage de Fairtiq: si vous avez un abonnement demi-tarif, le contrôleur va vous le demander, contrairement au ticket acheté sur l’application CFF, qui elle sait que vous en avez un puisqu’elle est liée à votre compte CFF.

MAJ du 8 juin 2019: ce troisième désavantage est oublié!

En effet, depuis la dernière mouture de l’application sortie en juin 2019, il vous suffit de lier votre abonnement demi-tarif à Fairtiq, et vous n’avez même plus besoin d’avoir ce dernier sur vous lorsque vous voyagez. Le contrôleur saura que vous en êtes bien détenteur et que vous avez payé votre dîme annuelle.

2019-06-08_20-30-41.png

 

2019-06-08_20-25-12.png

À quoi faut-il faire attention?

Il est de la responsabilité de l’utilisateur, et c’est bien normal, de:

  • mettre sont ON le trajet AVANT le départ du moyen de transport, et si vous ne l’avez pas fait, alors le billet ne sera pas généré, ce qui est, dirons-nous, un tout petit peu normal, parce que sinon, on voit bien les abus dont souffriraient les compagnies de transport, avec des voyageurs qui mettraient en route Fairtiq seulement quand ils voient le contrôleur poindre dans le wagon;
  • de mettre sur STOP le trajet APRÈS le départ du moyen de transport, mais si vous ne le faites pas, Fairtiq se charge de vous le rappeler.2019-01-27_15-36-07.pngCela dit, le service client de Fairtiq est tout à fait fairplay à ce que j’ai vu et est prêt à vous rembourser un trajet trop long parce que vous avez oublié de désactiver l’application et que la chose est crédible;
  • de faire en sorte que le téléphone ne tombe pas en panne de batterie pendant le transport.

Sur ce dernier point, il faut savoir que Fairtiq ne consomme environ 3 % de batterie par heure.

En ce qui concerne les données cellulaires, Fairtiq consomme environ 1 Mb de l’heure, ce qui n’est presque rien en rapport avec nos forfaits, mais dont il faut tenir compte si l’on utilise une carte Prepaid.

L’installation toute simple

Installer Fairtiq est vraiment tout simple.

Voici les étapes principales:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les moyens de paiement sont les suivants

  • Carte de crédit (VISA, Mastercard)
  • Compte Postfinance
  • Swisscom Easypay (paiement via la facture de natel Swisscom)
  • TWINT
  • Normalement, dès cette semaine, REKA

La facturation

Tout est très bien pensé dans Fairtiq.

Peu après que vous avez stoppé votre trajet, l’application vous dit combien  le trajet a coûté.

2019-01-27_15-26-35.png

Pendant la nuit, Fairtiq fait son travail et trouve le trajet le moins cher pour vous.

Ce qui suit est une facture d’un autre jour que les trajets montrés ci-dessus..

2019-01-27_14-59-58.png

Enfin, et c’est important, lorsque vous utilisez Fairtiq 5 fois dans le mois, vous bénéficierez d’un crédit de 5 % du total de la présente facture comme rabais dans la suivante.

En conclusion

Fairtiq est la solution presque parfaite.

Elle vous facilite la vie dès que vous utilisez des transports publics en Suisse, ce qui n’est pas rien, surtout lorsqu’il s’agit de compléter son trajet en train  avec des transports publics urbains qu’on connaît mal.

Et même quand on les connaît bien, Fairtiq est incroyablement pratique.

Pour moi, Fairtiq peut néanmoins s’améliorer sur deux points importants:

  • il devrait être capable de gérer les billets dégriffés (mais son système intelligent peut combler quelque peu ce manque dans certaines situations);
  • il faudrait que l’application soit capable de nous rappeler d’une manière plus efficace encore de mettre l’application sur Stop lorsque nous sommes arrivés.

Sur ce dernier point, ça n’a l’air de rien, mais j’ai oublié deux fois déjà d’arrêter mon trajet.

Typiquement, l’autre jour, je suis descendu à ma station d’arrivée, et j’ai marché jusqu’au cinéma. Fairtiq pourrait se rendre compte que je n’y suis pas allé en transport public, puisque j’ai marché et ce n’a pas été le cas. Est-ce qu’un accès aux données santé pourrait l’aider pour qu’il s’en rende compte?

Cela dit, comme exprimé plus haut, le service client de Fairtiq est souple et réactif.

Au final, vous avez bien compris que je suis conquis.

Ah, et voici un code qui vous permettra d’avoir un rabais de trois francs sur votre premier trajet: MTHA5HZA4. Je ne vous cache pas que me profitera aussi, comme tout parrainage pour un rabais pour un trajet, quand vous l’aurez utilisé.

Et hop, un label Too Much bô pour cette super application!

2018-12-06_20-55-12