Open Bar d’avril 2020, et… à propos du Parti Libéral Radical suisse

Cet Open Bar a toujours été virtuel, sans le moindre danger de contamination, il n’y a donc aucune raison de vous demander de ne pas venir y participer.

À ce propos, j’ai participé vendredi à mon premier apéro Zoom, avec pas mal de collègues, il faut avouer que c’est vraiment sympa. Nous utilisons aussi actuellement cette plateforme très discutée en matière de sécurité avec notre Conseil de direction et avec des groupes de maîtres, professionnellement.

Parce qu’il faut bien avouer qu’être très nombreux tous ensemble ne lui pose aucun problème, c’est assez bluffant.

De tout ça, je vous reparlerai en fin de semaine.

En ce qui concerne le confinement, chez nous, très partiel, basé sur la discipline des Suisses…

Le TJ de samedi passé mettait en avant cette discipline.

Bon, je veux bien, c’est vrai que dans les magasins, quand il faut absolument y aller, les gens font vraiment attention.

Mais je travaille sur les bords du lac Léman, et quand je passe en voiture pour rejoindre un de nos bâtiments, quand on parle de discipline, je rigole, ou plutôt je pleure…

Quand il fait beau, c’est comme un week-end normal! Les gens s’agglutinent sur le chemin qui borde le lac.

Les places de jeu sont fermées? Les enfants jouent autour, avec leur famille, tous se mélangeant.

Oh, les gens entre eux, qui se connaissent, essaient plus ou moins tant bien que mal de respecter les 2 mètres de distance imposés (quoique…), mais comme ils sont si nombreux, ils se croisent souvent bien plus près qu’autorisé. Et là la police ne peut intervenir.

Mais il y a pire! Le Parti Radical suisse…

Cela n’aurait pas suffi à foutre en l’air mon dimanche (quoique… bis), mais il y a ces irresponsables du PLR, le Parti Libéral Radical suisse, qui représente la droite économique de notre pays, et qui est encore très puissant en Suisse.

Ils ne sont pas mieux que Trump ou Bolsonaro, ces gens-là, puisqu’ils demandent déjà que les magasins rouvrent à Pâques, et que l’école reprenne après les vacances.

Comment osent-ils, alors que tous nous disent que le pic n’est pas encore passé, que notre Conseiller fédéral Berset, responsable de la santé, est plutôt en train d’hésiter à aller vers un confinement général, conscient que les Suisses ne respectent plus aussi bien les règles gentiment proposées (ah tiens?).

Le parti libéral radical…

Le même qui a fait tout pour démanteler la santé, avec d’autres il est vrai, pendant les précédentes décennies.

Je pensais qu’il recommencerait son travail de sape dès que les choses iraient mieux, après avoir bien sûr applaudi les soignants pendant cette crise (ce qui est la moindre des choses, même s’il faudrait aussi parler de tous les autres qui participent aussi au fonctionnement du pays, vendeuses, postiers, routiers, travailleurs sur les chantiers et j’en oublie tellement).

Tu parles Charles, il s’y remet dès maintenant.

Bref, c’est à vous, parlez de ce que vous voulez, mais moi, voyez-vous, je suis en colère.

Je suis en colère parce que depuis quelques jours, j’arrive à mettre des noms sur les malades, j’arrive à mettre des noms sur les morts.

Et ça me fait mal.