Monsieur Oskar Freysinger n’a pas été réélu par le peuple valaisan

Monsieur Oskar Freysinger n’a pas été réélu au Conseil d’État valaisan.

Ce Monsieur, vice-président de l’UDC suisse (Union démocratique du centre qui porte mal son nom puisque ce parti est à l’extrême droite de notre panel politique), ne siégera ainsi plus au Conseil d’État valaisan.

Monsieur Freysinger, qui, rappelons-le, fricote allègrement avec l’extrême droite européenne, qui a décoré le plafond de son bureau avec un drapeau du IIe Reich lié au néonazisme alors qu’il était tout nouveau Conseiller d’État brillamment élu il y a 4 ans, ne trouvant à répondre aux questions qu’on se posait à ce propos que «Il s’agit d’un élément décoratif qui n’a aucun rapport avec mon idéologie», Monsieur Freysinger, donc, n’a pas été réélu par le peuple valaisan.

Monsieur Freysinger, qui n’a pas hésité à dire en public, à la radio, que ça ne le dérangeait pas de dire un bon gros mensonge en politique, pour faire passer son idéologie a été bouté hors du gouvernement ce dimanche.

Monsieur Freysinger qui adore se montrer à torse nu, comme un personnage russe qu’il semble apprécier beaucoup, qui voit « l’élection de M. Trump comme une lueur d’espoir » a été désavoué par le peuple valaisan.

Monsieur Freysinger, qui avait pris comme consultant pour l’État du Valais un survivaliste largement controversé, survivaliste dont il avait dû se résoudre, suite à une forte pression politique et populaire à se séparer, devra se trouver une nouvelle activité.

Monsieur, Freysinger, qui est si fier de sa testostérone, de sa virilité, a peut-être été désavoué par l’électorat féminin, allez savoir…

Monsieur Freysinger, qui a engagé un chef de service pour le département de l’instruction publique qu’il dirige (encore pour quelques semaines), alors que ce Monsieur était en pleine polémique puisqu’il était soupçonné de ne pas payer ses impôts, Monsieur Freysinger, toujours, n’a pas été réélu et n’a obtenu certainement qu’une infime partie des votes des enseignants qui, semble-t-il, avaient voté pour lui en grande partie il y a quatre ans, pensant peut-être que l’enseignant qu’il était allait faire du bien à l’école.

M. Freysinger, chef de l’école, qui ne voulait plus scolariser les enfant sans papier, alors qu’ils le sont dans tous les cantons suisses, ne mettra jamais cette pratique en place.

J’ai parlé avec des directeurs d’école valaisans pendant la dernière législature: ils étaient tous dépités, catastrophés de ce que l’école prenait dans la figure dirigée par leur chef.

Monsieur Freysinger, si sûr de son arrogance, de son humour, de son aura, n’a pas été réélu pour toutes ces raisons, et certainement tellement d’autres aussi.

Monsieur Freysinger, parfois si fatigué par la tâche, alors qu’il était tout à la fois Conseiller d’Etat, Conseiller national, et vice-président de l’UDC suisse, pourra enfin se reposer un peu.

Mais peut-être que M. Freysinger n’a pas été réélu parce que certains ont osé se lever courageusement contre lui.

Ainsi, cet enseignant valaisan, Yannick Délitroz, qui était pratiquement seul, alors que personne, il y a un mois seulement, n’imaginait que le Valais n’allait pas réélire Monsieur Freysinger, et qui s’est frontalement opposé, lui, à son patron, parce qu’il était choqué par une publicité de l’UDC, et qui a organisé une manifestation qui a rencontré un franc succès au mois de février pour dire stop au Conseiller d’État.

Et peut-être aussi que Monsieur Freysinger n’a pas été réélu parce qu’un collectif citoyen a trouvé des fonds sur la toile pour imprimer 160 000 dépliants distribués aux ménages valaisans pour dire ce qu’il y avait à dire sur le personnage et sur son travail pendant 4 ans.

Comme quoi, quand on veut, on peut.

Ce qu’ont fait ces gens est tout simplement magnifique.

Alors voilà, M. Oskar Freysinger ne sera plus Conseiller d’État, et il est des nouvelles comme celle-là qui vous font passer un excellent début de semaine.

Je sais, ce n’est pas gentil du tout d’écrire des choses comme ça. En général, j’ai toujours un petit pincement au cœur en voyant des gens qui ne sont pas réélus.

Mais là, pas.

Mais alors pas du tout du tout.

La seule chose que je crains un peu,  c’est que pendant 4 ans, on ne l’a pas beaucoup entendu à la radio, Monsieur Freysinger, alors qu’avant, la RSR et d’autres l’invitaient parfois plusieurs fois par semaine, parce qu’il fait de l’audience, voyez-vous, et qu’avec tout ça, l’air de rien, il pouvait ressasser à chaque fois son message.

J’ai bien peur qu’il faille à nouveau supporter son cynisme et ses mensonges, son humour tellement lourd aussi.

En attendant, ne boudons pas notre plaisir!

Bonne semaine à toutes et à tous!

PS: mon correcteur ne reconnaît pas le mot « Freysinger ». Eh bien non, je n’ai rien contre Antidote, moi, je ne vais pas lui apprendre ce mot.

 

 

30 Comments

  1. 100 % d’accord avec toi. Mais pour plus de crédibilité, même si Antidote ne connaît pas ce facho, son nom s’écrit Freysinger… 😉

    J'aime

    1. C’est corrigé.

      Et nombre de fois!

      Tcheu la honte… Depuis toujours, je l’écrivais comme ça dans ma tête…

      Merci!

      J'aime

  2. Après une bonne nouvelle venant des Pays-Bas, en voici une qui nous vient de Suisse. Espérons que nous en aurons une aussi en France dans quelques semaines… Bravo les Valaisans !

    J'aime

  3. François, tu écris que ton facho de service a de l’humour. Je te contredis !! un mononeuronal pareil ne peut avoir d’humour, ça c’est archi faux. l’humour c’est du cristal, un zéphyr, un envol; là, ton gus il a des semelles de plomb. Une ordure ne peut pas avoir d’humour.

    J'aime

  4. jeanclaudes

    C’est une colère que n’aurait pu connaître Cuk.ch et je pense que ça fait du bien. Malheureusement en France j’ai bien peur qu’on soit mal parti : l’atmosphère est très sale.

    J'aime

  5. jeanclaudes

    Ce que tu nous décris là c’est une attitude, déplorable certes, mais qu’une attitude. Qu’est-ce qui dans sa gouvernance a suivi ses idées. On voit avec Poutine, avec Trump, mais chez vous, en Suisse, qu’est-ce qu’un homme comme lui modifie dans votre vie de tous les jours ? En dehors d’attendre les 4 ans de sa mandature, y avait-il des contre-pouvoir ?
    Histoire d’imaginer ce qui risque de nous attendre en France.

    J'aime

  6. Si je me réjouis de cette non réélection depuis mon île caribbéenne, il y a dans cet article un drame orthographique dont je n’arrive pas à déceler – notamment au vu de la dernière phrase – s’il est volontaire ou non. Mais amputer le nom de cet individu de sa partie grecque et ainsi le laisser libre de chanter est-ce bien raisonnable ?

    J'aime

  7. Ysengrain, l’humour cynique quand il n’est pas du 2e degré n’est en effet pas vraiment de l’humour.

    J'aime

  8. Jean-Claude, vu de l’extérieur, j’ai tout de même l’impression que votre dame ne passera pas.

    Quant à ses idées, il les a mises en pratique mais relativement modérément, retenu qu’il était par une certaine collégialité avec ses 4 autres collègues, un des avantages du système suisse.

    N’empêche qu’il a posé pas mal de problèmes à ce que me disaient les directeurs à l’école valaisanne.

    J'aime

    1. Et pas que… il n’a qu’à voir son discours lors de la remise des bachelors HES-SO. Son rôle de président lui ayant donné de montrer ses talents d’humoriste en comparant les travailleurs sociaux à de l’imodium!
      Je suis très heureux de ce résultat également!
      http://mobile2.lematin.ch/articles/58777dedab5c3705d3000001

      J'aime

    2. @ François
      « l’impression que [v… d…] ne passera pas »
      Sans vouloir soumettre des doléances qui peut-être n’intéressent que moi, s’il était possible d’avoir d’autre termes ça passerait mieux (sans être incivil, n’est-ce pas). Déjà qu’on nous en gave à longueur de journée ! Parce que là je sens que je vais faire un zona ! On remarquera que je ne parviens même pas à reproduire les mêmes termes.

      J'aime

  9. Lémanic, j’ai corrigé partout… enfin… j’espère…

    J'aime

  10. Jean-Claude a dit

    C’est une colère que n’aurait pu connaître Cuk.ch et je pense que ça fait du bien. Malheureusement en France j’ai bien peur qu’on soit mal parti : l’atmosphère est très sale.

    .

    Dans Cuk.ch, je ne pouvais pas le faire, parce que j’entraînais alors tous les autres rédacteurs dans des ennuis que nous avons connus les premières années.

    Là, je peux, je n’implique que moi.

    Aimé par 1 personne

  11. madamepoppins

    Il a tant « n*qué » le peuple que le peuple l’a viré !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est exactement ça, avec ces gens! C’est excellent comme démontage, cette vidéo, merci Mme Poppins.

      J'aime

    2. Tiens donc… on ne peut pas mettre de photo dans les commentaires, mais on peut insérer une vidéo?

      Aimé par 1 personne

  12. Je ne peux que mettre ce lien en commentaire, un sketch de Yann Lambiel sur Oskar Freysinger: https://www.youtube.com/watch?v=zSpVrzrn-4w

    Un pur moment de bonheur… Perso! 🙂

    Après, voilà, ici dans notre canton, on a pas mieux… Je pense « simplement » qu’avoir du pouvoir te déconnecte de toute réalité et que celui-ci mène les gens à prendre des décisions qui ne sont pas en phase avec la réalité des choses…

    J'aime

  13. Voilà un article réjouissant! Une démocratie en marche, c’est toujours un exemple!

    J'aime

  14. Moi, ce qui m’épate le plus, c’est que ce Monsieur qui se vante d’être un rock, un aventurier, un homme, un vrai, bourré de testostérone n’a même pas encore eu le courage de venir admettre sa défaite devant la presse.

    Ça franchement, je n’avais jamais vu!

    Aimé par 1 personne

  15. Ysengrain, tu écris que « Une ordure ne peut pas avoir d’humour. » Je ne suis pas d’accord.
    Je n’aime pas ce monsieur, hein, pas de malentendu. Mais en l’étiquetant « ordure » on en fait quelqu’un à part, on l’éloigne, le marginalise, bref, on en fait un méchant. Or ce manichéisme me convient de moins en moins.
    J’ai la faiblesse… non: la force de croire que, aussi ordurier que puissent être les propos d’une personne, aussi monstrueuse que puisse être les actions de certain-e-s, une personne reste d’abord une personne. En lui niant la possibilité d’avoir des zones de lumière, je me demande dans quelle mesure on n’évite pas la reconnaissance de nos propres obscurités.

    Aimé par 1 personne

  16. Quand il était candidat au Conseil Fédéral, ce type avait clairement montré la couleur: brune, bien sûr, mais aussi atteint de mégalomanie pathologique comme dans cette interview. Impossible de travailler dans un exécutif avec un malade pareil. Mais ce n’est hélas que la pointe de l’iceberg UDC, qui n’est pas prêt de fondre selon moi…

    J'aime

  17. Toi parler de politique François, est-ce possible ? 😇 mouais c’est juste pask’Oscar gérait les écoles que ça te touche 🤗
    Sur mon FB j’ai justement écrit « MAGNIFAÏK, mais que voilà une belle journée bénie des dieux…. à quand le tour de Trump 😜 » tellement j’étais heureux qu’il y ait une justice (les gens ne sont pas si con tout de même), dans le genre on avait d’ailleurs déjà réussi à ne pas ré-élire « Le Bloch » au Conseil Fédéral… Pour la suite, à quand le Trump (la bouteille de « Champ » est déjà mise de côté.

    J'aime

    1. On va en avoir pour au moins 4 ans, avec lui… J’ai peu d’espoir…

      J'aime

    2. l’homme même si bien entouré par Banon et sa clique, a tendance a faire de « grosses bêtises », espérons que l’une d’elles luis sera néfaste = impeachment !!!

      J'aime

  18. « La seule chose que je crains un peu, c’est que pendant 4 ans, on ne l’a pas beaucoup entendu à la radio, Monsieur Freysinger, alors qu’avant, la RSR et d’autres l’invitaient parfois plusieurs fois par semaine, parce qu’il fait de l’audience, voyez-vous, et qu’avec tout ça, l’air de rien, il pouvait ressasser à chaque fois son message. »
    Dans ce sens, quand on sait qu’ignorer est le meilleur moyen « d’effacer » quelqu’un = ne pas les inviter à parler… Je ne comprends pas pourquoi les médias ne laissent pas de côté les Freysinger et autre Blocher, plutôt de les inviter et d’en parler dès qu’ils font un pet de travers. A quand des médias ignorant les néfastes, les cons et les imbéciles ?

    J'aime

  19. A chaque pays son Trump ou ses épigones,

    J'aime

  20. François

    Merci pour cet articles. Le petit belge que je suis commençait à avoir peur. Le « Brexit » ensuite c’est « Trump ». Les élections aux pays-bas ont donnés un peu de couleur. Ton article redonne de l’espoir. L’étape suivante c’est pour la France.

    Remarquons que le problème en Belgique est à l’opposé. Nous avons, en Wallonnie, un trotskiste pas possible. Le PTB, parti du travail de Belgique. Je ne fais pas confiance dans les extrêmes.

    La démocratie a des tas de défauts, mais c’est la meilleures de solutions pour que chacun puisse vivre en Liberté !

    Amitiés

    Marc de Belgique

    J'aime

    1. zut, j’ai oublié de corriger avec Antidote.

      J'aime

  21. Je constate qu’Antidote passe bien plus souvent maintenant par-ci, par-là. Tant mieux …

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s