Bernard Lavilliers, Eddy Mitchell et Moriarty

Je sens bien que je commence à vous les briser menu, avec mes articles sur Lightroom. Oui, mais bon, ils parlent photo et Mac, donc deux thèmes qui sont en exergue de ce site. Alors bon, je peux m’étendre un peu, non?

Bon… on va pauser en ce milieu de semaine tout de même, et parler de musique.

Tout l’été, la francophonie et ses radios ont fait la fête à Bernard Lavilliers.

Même si je ne suis pas du tout convaincu par le montage tendu et dans tous les sens de ces 9 épisodes (pourquoi par exemple dire, 5 minutes après qu’une personne interviewée a parlé, de qui il s’agit par exemple?), j’ai apprécié d’écouter, entre autres choses, Lavilliers parler de son futur disque, arrivé dans les bacs et sur nos plateformes musicales de référence début octobre.

Bernard Lavilliers a toujours été quelque part présent dans ma vie, même si je l’ai un tout petit peu moins suivi dans le début des années 2’000.

J’avais parlé il y a pratiquement trois ans de ce sublime album, AccoustiQue.

Une pure merveille que vous ne devez rater sous aucun prétexte, si vous êtes un tout petit peu amateur de chanson française.

Le nouvel album est donc sorti, c’est 5 minutes au paradis.

2017-11-14_19-47-09.png

Je ne vais pas trop en dire ici, parce que nous allons l’écouter en décembre au Métropole, à Lausanne, et j’imagine bien que j’aurai des choses à dire sur ce concert.

Sachez simplement que ce disque est étonnant.

Il allie certains arrangements de type variété française de l’époque, avec des orchestres à cordes lyriques, un peu comme dans les années 60 et 70 avec des musiques sud-américaines telles qu’il les apprécie tellement.

Il me fait penser parfois à Jean Ferrat, Lavilliers.

Cette manière de dire des textes splendides, les siens, mais aussi ce poème magnifique de Pierre Seghers, écrit en 1957, pendant la guerre d’Algérie, et qui vous en fout plein la tronche dès la première chanson, mais toujours engagés, avec une voix qui a de l’or dedans…

Et puis, ce tube, cette Croisière méditerranéenne qui parle de tous ces immigrés morts noyés avec leurs espoirs lors de traversées désespérées, avec un accompagnement résolument provocateur évoquant justement ces croisières que beaucoup d’entre nous ont entreprises par simple envie de nous reposer.

Un disque réussi, et purée, Bernard Lavilliers n’a pas pris une ride.

Un deuxième album sorti vendredi, donc tout frais: La même tribu, d’Eddy Mitchell.

2017-11-14_20-01-16.png

J’adore Eddy Mitchell, je l’ai vu trois fois, je crois.

Bon… en concert, c’est super professionnel, même si je ne comprends presque pas un mot de ce qu’il chante. Ça fait partie du charme du personnage qui mâche ses mots (contrairement à Camille) me direz-vous.

Là, ce Même tribu (volume 1) est une pure merveille de prise de son au point qu’on peut le choisir sans problème pour faire une démonstration de chaîne hi-fi.

Ce sont donc des reprises dont il s’agit, qu’il chante avec les artistes suivants, excusez du peu et excusez le copier-coller de la liste reprise sur Qobuz: Johnny Hallyday, Laurent Voulzy, Pascal Obispo, Alain Souchon, Julien Clerc, Arno, Renaud, Christophe, Sanseverino, Maxime Le Forestier, Michel Jonasz, Arno, Calogero, les Brigitte, Thomas Dutronc, William Sheller, Keren Ann, Ibrahim Maalouf, Laurent Gerra et Jacques Dutronc.

Ils sont tous très bons, même étonnamment Renaud, qui n’a jamais chanté aussi juste, même quand il allait bien.

Je soupçonne tout de même les logiciels de traitement de la voix d’y être pour quelque chose, ce n’est juste pas possible autrement.

C’est un disque absolument parfait, du pur bonheur intégral en plaque de 10 kilos.

Qu’est-ce qu’il est bon ce type!

Si vous ne connaissez pas Eddy Mitchell, commencez par ce disque, vous y découvrirez des versions phénoménales de beaucoup de ses plus grands succès.

Pas tous hein, parce que vous avez lu: c’est le volume 1! Vivement le suivant, mais pas tout de suite, qu’on puisse déjà bien déguster celui-là tranquillement.

Ah, dernière chose, le livret du disque avec le portrait dessiné dans le style de la jaquette de tous les chanteurs participant à l’album est très réussi, avec des photos de travail et visiblement de réflexion qui nous mettent bien dans l’ambiance.

Dernier disque que je vais évoquer rapidement que j’ai découvert mardi, parce que juste sorti lui aussi vendredi: Echoes From The Borderline – Live Recordings & Auto-

2017-11-14_20-14-55.png

J’avais vu Moriarty lors de mon premier Rock’n Poche, le 2 août 2008 et j’avais été sous le charme, épaté par la voix de Rosemary Standley et par ses musiciens.

J’avais pourtant plus de peine avec leurs albums, ne retrouvant pas le plaisir que j’avais eu à les voir sur scène.

Eh bien, ce nouvel opus, enregistré en public, est simplement un monstrueux plaisir retrouvé.

Tout acoustique, il y a toute l’Amérique dans ce disque, alors que le groupe est principalement français, son rock, son blues, son folk.

C’est super, c’est sobre, ça vit, c’est beau.

Je vais faire ici un message personnel: Caplan, toi qui aimes certains rocks des années 60, tu devrais prendre le temps d’écouter.

Parce que oui, Moriarty, c’est vraiment bonnard.

 

17 Comments

  1. As tu écouté ces albums dans une « light room”.
    Ok, je me dis plus rien.

    J'aime

  2. Lavilliers m’enerve mais j’adore, Eddy la classe je l’ai vu avec son Big Band grand moment, pour les paroles je les connais par cœur 😜

    J'aime

  3. euh, juste pour dire qu’il manque un ‘d’ à Bernard dans le titre. (puis détruire ce post STP!)

    J'aime

  4. J’aime bien Eddy Mitchell. J’ai entendu à la radio l’un des titres et je me suis dit c’est quoi cette reprise ? Jene sais pas vous, mais pour moi, c’est toujours une sensation un peu désagréable les nouvelles orchestrations de chansons qu’on connait. Je ne suis pas aller voir (non écouter) plus loin. Du fait de cet article, je vais aller écouter un peu plus, et voir (et oui là voir) la pochette aussi…

    J'aime

  5. ysengrain: 😉😀
    Gérard: dingue en effet, son concert avec le big-band, c’était celui de la tournée d’adieu si je me souviens bien.
    Ange: merci (je n’enlève pas ton message): c’est comme quand je corrigeais les travaux d’élèves, je corrigeais toutes les fautes, mais j’avais une peine folle à corriger les titres.
    Ange toujours: j’adore les reprises, surtout quand elles sont de l’auteur, comme j’aime les versions Live des chansons. C’est une manière nouvelle d’écouter ce qu’on a souvent beaucoup entendu, et quand c’est bien fait, et ça l’est souvent, c’est top niveau. Mais c’est mon avis et je peux te comprendre aussi.

    J'aime

  6. Je suis fan de monsieur Eddy. J’ai entendu un titre hier, ça m’a bien plu. J’attends toujours la sortie du live des vieilles canailles.
    Lavilliers, on va le voir à Marseille en Avril. Je l’ai vu au moins 6 fois. Grand fan même si je ne partage pas du tout ses idées politiques.
    François, je te recommande le dernier album de Stacey Kent, que j’ai vu hier soir en concert. Un orchestre symphonique l’accompagne, avec des anciennes et nouvelles chansons, des reprises. La classe. Surtout avec un parolier prix Nobel de littérature 🙂

    J'aime

  7. Je suis en train d’écouter Stacey Kent, allez hop, dans les favoris de Qobuz.
    Merci du tuyau!

    J'aime

  8. Et Monsieur Eddy en écoute : vivifiant !

    J'aime

  9. François a écrit:
    Je vais faire ici un message personnel: Caplan, toi qui aimes certains rocks des années 60, tu devrais prendre le temps d’écouter.

    Effectivement, c’est très bien, Moriarty. La voix de Rosemary Standley pourrait être un poil plus grave, mais cet album est très intéressant.
    Quant à Lavilliers, il fait des trucs pas mal, mais le personnage me gonfle un peu. Pas autant d’ailleurs que M’sieur Eddy, qui s’est construit un personnage de vieux crooner désabusé et pas drôle auquel je n’adhère pas du tout. Je l’aimais bien du temps où il animait La Dernière Séance, mais maintenant il me fatigue…

    J'aime

  10. Bonjour,

    Je voudrais laisser un commentaire sur le blog de Cuk et je vois que je dois m’inscrire ? J’ai essayé sans succès ! Pouvez-vous m’aider ? Je reçois tous les jous vos mails en plus !

    Antonio Marin

    J'aime

  11. Raaaaah! Eddy! Pas encore écouté ce dernier volume, mais je signale aussi l’excellent Rocking in Nashville (édition 40e anniversaire) en Hi-Res ( un punch pas possible) et le magique « Y’a pas d’mal à s’faire du bien » avec la guitare de Paul Personne… Ça ne nous rajeunit pas mais que voulez-vous ? Je me souviens avoir croisé un type au Paléo qui se baladait en parlant tout seul et qui disait: « Une journée sans Eddy, c’est une journée de foutu! ». Il avait raison le bougre!
    Jean-Luc Rossier

    J'aime

  12. Antonio, vous avez pu commenter à ce que je vois !
    Sinon, tout est expliqué dans le menu Commentaires.
    Pifoupoche, très bel album en effet.

    J'aime

  13. Bon, bah, Les cukeries ont encore frappé : en passant pour un copain à la Fondation Nationale des Anciens Cadres (…), j’ai craqué pour le CD et son livret. Pas encore eu le temps d’écouter mais le livret est sympa…

    J'aime

  14. J’aime autant Mondieur Eddy que je déteste ce bien-pensant de Lavilliers 🤮

    J'aime

  15. même étonnamment Renaud, qui n’a jamais chanté aussi juste, même quand il allait bien.
    Il y a de nouveaux très bons plug-ins pour la voix, chez ProTools?…

    J'aime

  16. Bon après une première écoute, je ne regrette pas, pas vraiment non plus de nouvelle orchestration, on reconnait les originaux.
    Sympa. Donc Merci !

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s