Aquama: retour sur une polémique avec 15 mois de recul

Le but pour moi dans cet article est de revenir sur une expérience de plus d’un an, avec le recul nécessaire donc, pour parler d’un produit qui, lors du test que j’avais fait sur lui en 2016, avait fait beaucoup trop de polémique sur Cuk.ch.

Depuis décembre 2016, Madame K et moi-même, nous nettoyons notre maison avec les produits entièrement écologiques Aquama.

Pour rappel, une petite machine, du sel (propriétaire) et de l’eau du robinet, et vous obtenez en cinq minutes un produit stable pendant une semaine qui dégraisse (et comment!) et désinfecte votre maison.

2018-01-06_08-36-36.png

 

Toutes les explications, je les ai déjà données ici.

2018-01-06_08-36-48.png

Beaucoup se sont gaussés de mes conclusions, en commentaires, lorsque j’ai testé ce produit et ont même à l’époque douté de ma raison.

De nombreux ingénieurs de tout poils sont intervenus pour démonter Aquama, à tort ou à raison en ce qui concerne la chimie, prétendant que l’on ne fabrique que de l’eau de Javel avec le procédé proposé par Aquama.

Je m’en contrefiche complètement de savoir de quoi Aquama est composé, et j’aimerais que l’on ne retombe pas dans la même polémique.

Ce qui m’intéresse, sachant que le produit n’est pas polluant, moi, c’est: à long terme, ça marche ou pas, Aquama?

Depuis 15 mois, donc, nous utilisons ce produit quasiment en exclusivité (voir plus bas) et notre maison est parfaitement propre.

Chaque fois que je nettoie ma vitrocéramique par exemple, je ne peux que m’étonner du fait que même en pleine lumière, elle n’a aucune trace, ce que j’ai beaucoup de peine à réaliser avec des produits autrement plus polluants du commerce.

Donc en matière d’efficacité, la réussite est totale, je ne peux que le constater tous les jours dans les domaines suivants:

  • nettoyage et bien sûr dégraissage de toutes les surfaces à la cuisine
  • nettoyage et désinfection des salles de bains, y compris cuvettes de WC, douches, lavabo, baignoire, miroirs, en partenariat une fois sur trois avec du vinaigre de nettoyage pour enlever le calcaire, ce qu’Aquama ne fait pas
  • idem avec les sols en carrelage
  • nettoyage de mes écrans d’ordinateur, d’iPhone et d’iPad

Tout ceci avec les avantages suivants:

  • produit 100 % et immédiatement biodégradable
  • aucun risque pour la santé lorsqu’on vaporise les surfaces
  • efficacité constatée au quotidien à chaque utilisation.

Ce que je ne fais pas avec aquama

  • les vitres (même s’il fonctionne très bien), mais j’en ai tellement, que j’utilise un petit système (mécanique, mais oui!) à base de produit vaisselle;
  • la vaisselle justement, en particulier le décrassage de plats du four. Là, une petite crème de type VIF qui gratte est plus efficace.
  • … euh… c’est tout, je crois.

Combien est-ce que cela m’a coûté en un peu plus d’un an?

Le prix de la machine bien sûr, entre 249 et 299 francs selon le modèle (si je me souviens bien, je l’avais payée 199 francs chez Qoqa).

Et puis, il y a le sel.

21 francs les 100 grammes.

Certains disent que c’est trop cher.

Mais lisez plutôt: j’ai deux sels, celui qui était fourni avec la machine (Indigo, qui nettoie et dégraisse) et le booster, pour la cuisine, qui est encore plus fort côté détergent que j’emploie dans un spray pour la cuisine.

Eh bien je n’ai pas encore utilisé la moitié de chacun des deux sels.

Je rappelle, pour expliquer la chose, qu’au bout d’une semaine, vous devez régénérer votre produit. Mais il n’y a alors pas besoin de rajouter du sel. Un petit coup dans la machine et c’est reparti.

Ce qui signifie que, pour une grande maison comme la nôtre, le prix des produits me revient à une vingtaine de francs par année, grand maximum.

Certes, comme le produit n’est pas un détartrant, j’utilise encore pour les salles de bain du vinaigre de nettoyage dilué avec de l’eau. Mais quoi? Deux litres de vinaigre grand maximum en une année, à tout casser.

Quand je mets cela en relation avec mes produits Ajax ou autres du marché, c’est juste incroyablement avantageux.

Tout cela en restant parfaitement écologique, puisque le produit est totalement biodégradable, et ce quasiment immédiatement.

Les défauts du système

Aquama est un système reconnu par de grandes entreprises parmi lesquelles plusieurs communes, l’aéroport de Genève, et même les hôpitaux de Genève.

Donc il est sûr.

Mais il faut être rigoureux si l’on veut profiter de la désinfection maximale avec la petite machine qui fabrique le produit à la maison.

Au bout de 7 jours, vous devez régénérer votre produit s’il vous en reste.

Cela prend 5 minutes.

Mais comme j’ai un produit qui fait la cuisine (le booster) et un autre pour les salles de bain (Indigo), cela implique deux fois 5 minutes, avec une pause de 5 minutes entre deux traitements.

Cela ne semble rien, mais il faut y penser et juste s’organiser, ce que j’ai réussi à faire sans trop de problèmes.

Si ces défauts vous embêtent, y a-t-il une solution?

Eh oui, si vous avez de la chance…

Il y a en effet une solution que je n’ai pas encore testée, mais qui existe.

En fait, il faut savoir qu’Aquama, avant de proposer ses produits à la maison, a créé de grosses machines qui fabriquent les produits de nettoyage, sur le même principe basé sur l’électrolyse, pour les entreprises.

Ces produits ont alors une stabilité de 6 mois.

Or il se trouve que des magasins, en Suisse, notamment les magasins MANOR, vendent les sprays Aquama, des sprays tout à fait normaux, soi dit en passant, que l’on peut aller remplir chez eux.

Ces produits seront alors parfaitement écologiques, comme ceux que l’on fait à la maison, mais ils seront stables 6 mois, ce qui évite:

  • l’investissement de la machine
  • la nécessité de régénérer les produits

mais en contrepartie:

  • coûte plus cher à long terme que la solution Home Made
  • impose de penser à prendre ses réservoirs au magasin lorsqu’ils sont vides
  • impose d’avoir un point de vente pas trop loin de chez soi, et en ce moment, ils sont surtout basés sur l’arc lémanique2018-01-06_08-08-21.png

À noter que les remplissages peuvent être gérés à travers une application sur iPhone que je n’utilise pas et que, par conséquent, je n’ai pas testée.

Et encore?

Il y a un an, lors de la première vente sur Qoqa des produits Aquama, les commentaires des habitués de la plateforme étaient nombreux et incroyablement virulents, voire violents.

Les commentaires sur Cuk.ch n’étaient pas tendres non plus.

Ce qui est assez marrant, c’est que les commentaires de la deuxième vente sur Qoqa, en décembre 2017, étaient beaucoup plus sereins.

Il faut dire que les centaines d’acheteurs de la première vente témoignaient de la qualité des produits obtenus.

En conclusion

Alors entendons-nous bien…

Certains utilisent du bicarbonate ou d’autres recettes qui fonctionnent très bien, et c’est tant mieux comme ça.

Je ne dis pas qu’Aquama est le seul produit miracle et je suis très content si votre solution est peu onéreuse, écologique, et qu’elle fonctionne bien.

Simplement, j’ose prétendre, après 15 mois d’utilisation, qu’il fonctionne superbement bien, qu’il est au final bon marché, ne nuit pas à la santé quand on l’utilise et se trouve être surtout tout à fait écologique.

Et, comme je l’ai dit, à voir les commentaires sur Qoqa, nous sommes tout de même quelques centaines à être du même avis.

Moi ça me va, c’est tout ce que je demande.

Tampon définitif TooMuchBô Rond rouge