Au risque de passer pour un ringard, et si on laissait une chance à Franck Dubosc?

Oh!

Un article un dimanche, alors qu’il a dit qu’il voulait se reposer.

Eh oui, mais écrire quand on en a envie, ça permet d’écrire même un dimanche, et même très brièvement, avec un titre qui sera presque plus long que l’article lui-même, et une parution à n’importe quelle heure (fini le 00:01!).

Juste un petit coup de cœur ce matin pour vous dire que moi qui n’aimais pas particulièrement Franck Dubosc et ses divers films « Campeurs », je suis allé voir hier soir Tout le monde debout.

4390096.jpg

On l’y retrouve avec la magnifique Alexandra Lamy, et les parfaits Gérard Darmond et Elsa Zylberstein, dans un film plus tendre que drôle, même si on y sourit souvent.

On a tendance à étiqueter les gens, et c’est vrai que Frank Dubosc a joué à fond le rôle du vrai beauf pendant des années.

Mais il le dit lui-même: laissez-moi une chance de vous montrer autre chose s’il vous plaît.

Je l’ai fait, je ne regrette absolument pas.

Le film est un peu à l’image de ce que doit vivre l’acteur dans la vraie vie: au départ, Jocelyn est pris dans son personnage de séducteur qu’au fond, il n’aime pas, il se fait passer un peu par hasard pour une personne handicapée physique, pour séduire une femme, parce qu’il aime mentir, tombe véritablement amoureux de sa sœur (de la femme donc), elle aussi handicapée physique. Il ne sait plus comment faire pour devenir vrai, pour ne plus être ce personnage menteur qui va forcément la décevoir.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser la bande-annonce qui, bien évidemment, ressort les moments les plus drôles de l’histoire (y compris sa dernière phrase de ladite bande-annonce que je ne retranscrirai pas ici, mais qui m’a fait bien rire dans le contexte… et qui pourrait devenir culte), ce film est fin et tendre.

Et même Madame K a beaucoup aimé, c’est dire!

Alors, si vous avez envie de passer un bon moment…

 

18 Comments

  1. Comme pour beaucoup de comédiens, la vie est difficile – je sais, il n’y a pas que le comédiens.
    Alors, si tu veux pouvoir payer une moquette neuve à ton salon, il faut accepter de tourner des sottises.
    La difficulté réside dans la limite à ne pas franchir.

    J'aime

  2. Je ne sais plus à quelle occasion (film, interview…) je m’étais dit que Dubosc semblait être capable de sortir de son personnage habituel. J’irai donc vérifier sur pièce. Merci!

    J'aime

  3. Franck Dubosc je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire… Pour paraphraser un humoriste célèbre ( un vrai) .
    Voilà ce que c’est, quand on me dérange un dimanche , À l’heure de mon café.

    J'aime

  4. yvesbachelet

    Pourquoi ne pas avoir tourné avec une actrice handicapée ?
    Il y a bien quelques films qui ont été tourné avec des personnes ayant vraiment un handicap physique et/ou intellectuel comme par exemple :
    – De toute nos forces
    – Patients
    Et surement quelques autres.
    Sinon le film doit pouvoir se regarder.

    J'aime

  5. Excellente question, yvesbachelet!
    Je n’y avait pas pensé, mais tu as raison.

    J'aime

  6. « Patients » que j’ai d’ailleurs trouvé excellent… (humour sur un sujet difficile)

    J'aime

  7. C’est vrai, Yves, mais ça permet à Alexandra Lamy d’être lumineuse dans ce film!
    RunMac, désolé!😀😀😀😀
    Ange: oui, excellent film, c’est vrai!

    J'aime

  8. ysengrain: « Comme pour beaucoup de comédiens, la vie est difficile – je sais, il n’y a pas que le comédiens.
    Alors, si tu veux pouvoir payer une moquette neuve à ton salon, il faut accepter de tourner des sottises.
    La difficulté réside dans la limite à ne pas franchir. »

    Oui.
    Lui n’a jamais été trop loin.
    Je n’aurais pas donné de chance à Bigard, qui lui n’est qu’en dessous de la ceinture.

    J'aime

  9. Bonjour à tous,
    Je me permets de commenter pour la première fois sur ce blog que j’apprécie tant.
    Je rebondis sur l’allusion à Bigard.
    Hier soir en regardant l’émission de Drucker dédiée aux Chevaliers du Fiel je me faisais la remarque lors d’un de leur sketch lorsqu’ils prononcent « chéri bouffe moi le clito » que venant d’eux mes oreilles l’acceptent volontiers alors que les mêmes mots dans la bouche d’un autre humoriste m’auraient dérangé.
    Comme quoi le savoir-être importe…
    Dubosc m’a toujours paru moins creux qu’il ne veut le faire croire.
    Repensez à Coluche dans Tchao Pantin. Il émanait de dramatique.
    Demaison dans Coluche justement.
    Finalement les comiques ont plus à proposer que du grivois.
    Ravi d’avoir posté mon premier commentaire à cette occasion.

    F.

    J'aime

  10. Bienvenue!!!😀

    J'aime

  11. Merci François 😊. A très vite maintenant que ma plume-clavier s’est libérée.

    J'aime

  12. Tu n’es pas allé à la messe ?! 😉

    Merci du conseil. Ce film semble drôle au vu de la bande annonce qui fait envie en effet (encore que j’ai appris à me méfier des bandes annonces – mais pas de tes conseils ! )

    J’ai toujours pensé que Frank Dubosc valait mieux probablement que l’etiquette de beauf dragueur qu’il s’est lui-même étiqueté. J’irai donc vérifier.

    Pour Bigard je n’ai pas forcément envie de défendre son comique troupier, reste que la vulgarité est aussi ce que les bien-pensants reprochaient à Coluche avant qu’il ne manque beaucoup à beaucoup. Derrière la vulgarité provocatrice en réponse à un monde injuste se cache parfois une sensibilité qui n’apparait à certains que plus tard (à titre posthume, voire jamais). Sans l’elever au rang de Coluche, je vois une forme de sensibilité et une forme de vulgarité calculée et volontairement provocatrice chez Bigard. (Bien que je le connaisse mal et que je ne me reconnais pas non plus dans son public). Tout ce que je veux dire c’est que quand la vulgarité est provocatrice, délibérée et assumée en réaction à une autre vulgarité, parfois bien plus laide – celle de la bien-pensance – elle peut me plaire, ou au moins je peux la comprendre et y voir une forme de second-degré anti-conformiste de bon aloi.

    J'aime

  13. Bugraptor, Coluche était vulgaire, mais il était intelligent.
    Il avait des convictions, même dans sa vulgarité, ou sa grossièreté plutôt.
    J’adorais Coluche de son vivant, je déteste Bigard.

    J'aime

  14. Je ne cherche pas à te provoquer.

    Je te crois. (Pour l’amour de Coluche de son vivant).

    Et tu as le droit de détester Bigard. (Que je ne défends pas plus que ça). Je dis juste que j’ai parfois perçu chez Bigard une blessure et une sensibilité qui peut me toucher, et surtout une forme de vulgarité que je n’ai pas toujours vue comme du premier degré mais une façon (m’a-t-il semblé), et comme chez Coluche, de dénoncer une certaine hypocrisie de la bien-pensance.

    Enfin c’est ce que j’ai cru y lire. Mais je peux avoir fait une mauvaise lecture. Il n’a pas repris les resto du cœur en tout cas… 😉

    J'aime

  15. Je n’aime pas Bigard non plus, mais je rejoins le ReptileBugué. Je pense que pas mal de gens qui dénoncent les inégalités de ce monde à longueur de temps le vivent bien mieux que d’autres qui expurgent leur malaise maladroitement et vulgairement.
    Après, moi non plus je ne mettrais pas ma main à couper que ce soit le cas de Bigard, mais je ne jererais pas non plus de l’inverse. (ça en fait des non plus)

    J'aime

  16. réac’, buzz maker, ringard, ‘ttention François, tu cumules là! Et n’oublie pas, mort aux cons! :mrgreen:

    J'aime

  17. Faut que je me soigne, en effet!😀

    J'aime

  18. yvesbachelet

    François, si tu aimes Alexandra Lamy et la course à pied, regarde de toute nos forces.

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s