Adobe: attention aux surprises amères du chef

Quel étonnement…

Quelle déception aussi.

Il faut dire qu’en ce moment, c’est, comment dire… le bordel (je ne vois pas d’autre mot) au niveau des prix, chez Adobe. Je crois avoir constaté que personne ne sait de quoi il parle quand on leur pose des questions toutes simples.

Je vous explique.

Depuis des années, je suis abonné à la suite complète CC d’Adobe, au tarif éducation.

Cela me permettait de bénéficier de toutes les applications Adobe, j’ai bien dit toutes, pour un prix de 22 francs suisses par mois.

Oui, je sais, je suis un privilégié, c’est comme ça.

Lorsque je suis venu à Lightroom CC, j’ai constaté que mon espace sur leur nuage avec cet abonnement était limité à 100 Gb, ce qui est notoirement insuffisant pour stocker des originaux dans le cloud.

J’ai donc simplement voulu augmenter ma capacité de stockage en demandant l’option 2 Tb, ce que j’ai fait, constatant que cela impliquait une augmentation de prix qui passait de 22 francs à 35 francs par mois, ce qui me semblait conséquent, mais bon, quand il faut y aller, il faut y aller. J’avais tout de même 1.9 Tb de plus pour 13 francs mensuels, pas donné, mais pas scandaleux non plus.

Quel n’a pas été mon étonnement, en ce début de semaine, de constater qu’en fait, non seulement je payais plus (ce que j’avais accepté sans problème), mais en plus, que j’avais en fait perdu ma licence sur tous les produits Adobe hors photo.

Oui, je suis passé de l’abonnement Adobe Creative Suite CC à l’abonnement Adobe Creative Cloud pour la Photo avec 2 Tb d’espace dans le nuage.

Je ne peux plus utiliser inDesign, Illustrator, Première et tant d’autres applications.

Pas grave, remarquez, je ne les utilisais pas.

La seule qui m’était utile jusqu’alors était DreamWeaver, mais depuis que j’ai passé la présentation de mes logiciels sur le blog que vous lisez en ce moment, il est aux oubliettes.

Et puis, Acrobat que j’ai utilisé un temps est lui aussi remplacé dignement par PDF Expert, testé ici, bien plus pratique et intuitif, tout en étant très puissant.

Cela dit, vous vous rendez compte? Imaginez que je travaille professionnellement sur les produits Adobe. Que j’aie toutes mes fiches, tous mes procès-verbaux de séance, toutes mes circulaires ne serait-ce que mises en page dans inDesign.

Je serais totalement bloqué. Bon, certes, je m’en serais rendu compte plus vite, mais qu’aurais-je pu faire?

Vous pensez bien que j’ai téléphoné à l’éditeur.

Je suis tombé sur un premier commercial qui confondait les terabytes avec les tetrabytes et qui, après recherche, m’a expliqué que la version complète d’Adobe Creative avec l’option 2 Tb n’existait pas.

Incroyable tout de même!

J’ai voulu ensuite chercher combien coûtait l’option Creative Photo avec l’option 2 Tb en dehors du prix éducation. Impossible de le trouver sur le Web, à moins de passer par son propre compte. Mais comme mon compte est édu, je n’ai pas les prix pour les clients standards.

J’ai donc rappelé le service client.

Cette fois, un autre commercial, après moult recherches, a pu me dire combien coûtait cette fichue version 2 Tb pour Monsieur-tout-le-monde.

Eh bien le même prix que pour la version éducation. Génial! Si ce n’est pas prendre les gens pour des abrutis… Ou alors, c’est que rien n’est fixe actuellement dans les prix Adobe, et qu’ils ne savent pas où ils en sont.

J’en ai profité pour lui demander combien coûtait la version complète d’Adobe Creative, au prix éducation, avec 2 Tb, faisant semblant de ne pas savoir qu’elle n’existait pas, selon son collègue.

Il a fini par trouver (parce qu’en fait, il semble qu’elle existe!): plus de 80 € par mois, prix édu!

Ce qui signifie simplement que passer de l’abonnement éducation complet de la Creative Cloud 100 Gb vers l’abonnement éducation complet de la Creative Cloud 2Tb fait passer la facture de 22 francs à plus de 80 francs!

Donc une augmentation mensuelle de 58 francs, annuelle de 696 francs pour une location de 2 Tb d’espace.

Oui… comme ça…

Cool hein?

Comme vous avez pu le lire, et on en reparlera encore, parce que j’ai juste trois articles en cours sur Lightroom CC, je suis tout à fait positif par rapport à ce logiciel, mais là, il ne faudrait tout de même pas abuser.

Ou bien?

Ah, et puis autre chose encore.

Au prix du Tb, je me suis dit qu’en fait, j’allais revenir à la version 1 Tb, pour redescendre à 23 francs, tant qu’à faire, ce que j’ai mis en pratique immédiatement.

J’ai 850 Gb, je passerai à la version 2 Tb lorsque ce sera le moment, c’est toujours ça de gagné, pensais-je.

Ouais.

Sauf que s’il faut que je me farcisse à chaque démarrage de Lightroom CC, en plus d’un point d’exclamation sur le petit nuage de synchronisation dans le coin de la fenêtre en haut à droite, cet avertissement (ce qui est le cas, j’ai vérifié)…

2017-11-08_10-41-02.png

… eh bien je préfère passer au 2 Tb et avoir la paix.

Ce qui fait que j’y suis revenu tout aussi rapidement.

N’empêche, je veux bien croire que sur un disque dur normal, 15 % d’espace libre, c’est limite, il pourrait y avoir des problèmes.

Mais sur un Cloud, je comprends moins le souci. Ils nous louent de l’espace, ce devrait être le cas jusqu’au dernier octet.

Je sais, je me répète, mais…

Ou bien?

Bon. Allez, hop, un nouveau label Cuk Too Much fâché.

31 Comments

  1. yvesbachelet

    Ah oui, un tampon Too much fâché et tout rouge en plus !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai juste envie de dire… ça ne m’étonne même pas tant que ça! C’est le principe de l’abonnement qui te rend dépendant du fournisseur. Et si le fournisseur s’emmêle les pinceaux, fait des erreurs, ça retombera à chaque fois sur le client. Alors que le risque est réduit quand le produit est une fois pour toute à soi…

    Au passage, utiliser InDesign pour faire des circulaires, ce serait comme enlever les yeux rouges avec Photoshop, à mon avis!

    J'aime

  3. jeanpierre07

    Merci pour cet article très instructif. Je continuerai donc encore un temps certain avec ma version achetée et non louée de LR.

    J'aime

  4. Voilà déjà une très bonne raison de ne pas mettre ces photos sur le cloud, car une fois qu’on est captif, il n’y a plus qu’à payer! Et c’est clairement le but d’Adobe. Ils n’ont jamais autant gagné! Et une fois que tous les clients seront captifs, il n’y aura plus qu’à augmenter les prix pour embellir les résultats et rendre heureux les actionnaires… C’est pour cette raison que dès qu’une altérnative sérieuse débarque, bye bye les produits Adobe! C’est déjà fait avec Photoshop grâce à Affinity Photo.

    J'aime

  5. Trop fort !

    J'aime

  6. J’avais été surpris du prix qui était le meme que sans la version edu dans un de tes articles. Je n’avais jamais retrouvé cette offre éducation, je comprend mieux. Par contre tu va être encore moins contant, mais avec l’abonnement photo et un passage au cloud (1To) Adobe m’a fait un cadeau en me proposant 1 ans d’abonnement a 17.-/mois. C’est marrant qu’avec la version complète tu n’y ai pas eu droit

    J'aime

  7. michaelmonney

    Je pense que tu ne peux pas comparer les versions des tarifs éducations avec les tarifs normaux. Il y a certains abonnements disponibles au tarif éducation, et d’autre non. Cela me semble assez normal, même si de la clareté dans l’offre ne ferait de mal à personne.

    Ce qui est certain, c’est que les tarifs d’Adobe ne sont pas faciles à trouver. Et c’est regrettable.

    Est-ce qu’il y a encore des gens qui écrivent des circulaires dans InDesign ? Ce programme me semble bien démesuré. C’est peut-être un avantage (pour Adobe) de ces versions éducation. On s’habitue à bosser avec des logiciels ultra-pointu, et une fois le statut « édu » perdu, on se sent obligés de s’abonner, alors que plein d’autres options moins chères, et moins complexes existent. Sans compter l’effet d’influence: « ah si le prof utilise ça c’est que c’est ça qu’il faut utiliser ».

    Un des grands avantages du système c’est de pouvoir accéder durant un temps restreint à des applications, sans dépenser des centaines de francs. On vient de l’expérimenter. Nous louons une licence de Adobe Muse pour notre site web. Et nous avons pu louer un mois une licence de inDesign pour une édition.

    Il ne faut juste pas oublier d’annuler l’abonnement à la fin du mois… Hein dit Coaca !?

    J'aime

  8. michaelmonney

    bon… Alors je ne comprends pas pourquoi tout à coup mon avatar et tout ça a changé.
    Je suis bien Mirou… Hein.

    J'aime

  9. Voilà ! I’m back !!!

    J'aime

  10. Je me marre…
    (s) guru

    J'aime

  11. inDesign est un programme qui peut tout faire. Quand tu es enseignant, tu aimes bien que les fiches soient belles, avec des beaux habillages d’images et tout et tout. Et puis, du coup, pourquoi ne pas passer les circulaires dessus aussi.
    Je précise que depuis des années, je fais tout sur Word et parfois Pages, raison pour laquelle, comme je l’ai dit, je n’utilise plus les produits Adobe.
    Et puis, ce n’étaient que des exemples.
    Mirou, si tu veux copier tes commentaires et les passer sous le nom de ton pseudo, tu peux le faire, j’effacerai les autres ensuite, comme tu veux.
    Cédric, je ne suis pas fâché du tout, content pour toi. Mais une fois de plus, ça montre le bronx dans les prix actuellement chez Adobe.

    J'aime

  12. Je vous mets un lien pour le forum de Chasseur d’images, j’y parle de vache à lait …
    Personnellement, je n’ai pas apprécié que les anciens achats sont tout simplement grisés, si on veut récupérer un DMG il faut le télécharger par un autre canal. Ça m’a renforcé dans mon opinion de réfractaire.

    https://www.chassimages.com/forum/index.php?topic=272928.0

    J'aime

  13. J’ai pour mode de pensée, que face à une aberration de comportement d’une entreprise, c’est que la problèmatique n’est ni intégrée, ni comprise.
    Le sac de bazar immonde décrit dans le billet de François est l’exemple typique d’une entreprise qui souhaite un type d’évolution et son contraire. Ici, Adobe avec son système d’abonnement d’une part, de cloud d’autre part, souhaite maximiser le rendement de son business
    Allez voir ici afin d’illustrer ce propos.
    Mais il y a aussi la grande base installée d’utilisateurs – il se dit, je n’en sais rien, qu’il s’agit d’une majorité de professionnels qu’on « ne peut pas laisser tomber » s’ils ne jouent pas le jeu.
    Donc faire une chose et son contraire exige de faire le grand écart, dont nous avons une excellente expression ici: la difficulté de gestion donne un nombre d’aberrations incroyables.
    À vous de voir si vous souhaitez cautionner ça.

    Aimé par 1 personne

  14. C’est bien pour ce genre de mésaventure que je n’aime pas le principe de la location des logiciels. Un soucis avec son contrat et hop, des années de travail inutilisables car on ne peut plus ouvrir ses fichiers …

    J'aime

  15. @zzzbtz: ce n’est pas circonscrit à la location de logiciel. Il y a aussi le location d’espace cloud qu’Adobe tente de relier… avec le bazar que décrit François.

    @François: malgré ce que tu écris, tu n’as pas la tentation de rapatrier tes originaux sur ton disque dur ? Avec l’argent économisé tu pourrais t’acheter chaque mois… je ne sais pas moi… des Carambars ?

    J'aime

  16. Hello!

    Non.
    J’ai toujours pensé que le fait d’avoir ses images sur un nuage, comme celui d’Everpix à l’époque, était la meilleure manière de les voir.

    Je vais en reparler un de ces quatre.

    Mais je le répète, mes images sont toujours sur mon disque dur.

    Ceci dit, le nuage n’est pas seulement en cause: imaginez deux minutes passer de Lightroom Classic, sans nuage, vers Capture One, ou Luminar… Tout le travail que vous avez fait pour la retouche d’images est perdu, à moins:

    • de les exporter en JPEG ou TIFF et de les rapatrier dans le logiciel
    • que l’éditeur du programme cible ait prévu la conversion des fichiers d’info, mais même en ce cas, ce ne sera jamais vraiment pareil.

    Adobe n’est pas seul responsable dans ce cas: vous choisissez un logiciel de développement, et vous êtes un peu dans la merdouille pour en sortir.

    Avec ou sans nuage.

    J'aime

  17. Sachant que 2To coûte 10€ par mois avec dropbox et que pour 15€/mois la vente d’espace par Adobe est une affaire juteuse (pour Adobe)

    J'aime

  18. Je crois que je peux laisser ces commentaires avec mon autre compte (que je ne connaissais pas avant ce matin…). Pas de soucis pour moi. Sinon ça va tout mélanger l’ordre…

    Pour en revenir à ça, oui c’est sur qu’InDesign peut faire des belles choses. Il peut probablement tout faire. Et des choses moches aussi. Mais il y a bien d’autres programmes qui peuvent maintenant faire des belles choses aussi (et des moches). Et de manière plus simple et moins chères (Pages, et depuis peu, j’approuve malgré moi, Word).

    Ce que je voulais dire, je crois, c’est qu’on est pas « obligés » de payer des millions si on en a pas besoin. Mais Adobe fait tout pour nous le faire croire.

    J'aime

  19. j’ai lu un peu rapidement ton billet de ce jour, ce qui fait que mon comm est peut-être un rien hors sujet.
    Je ne parle que de stockage. Le cloud où j’ai choisi de conserver des images ou d’autres choses m’offre une capacité de stockage illimitée. Il faut être chez Swisscom, bien sûr.

    Swisscom My cloud

    J’espère que mon insertion d’image va fonctionner, sinon servez-vous de l’adresse entre les guillemets qu’on peut y repérer facilement.

    J'aime

  20. Bien sûr ça a foiré.
    Pour faire simple donc, Swisscom offre un cloud de capacité illimitée si on l’a comme fournisseur d’accès. Mais, pour le rapport avec Adobe et ses logiciels qui est le sujet du jour, je vais relire ce billet.

    J'aime

  21. Non mais allo quoi
    Qui a besoin d’envoyer ses raw dans le cloud ?
    Franchement pour faire quoi ?? Des smart preview fort bien mais des raws ?
    Ne me parle pas de backup parce qu’il y a plusieurs autres solutions pour le backup, si si…
    ne me par le pas non plus du pied magistral de développer ses raw sur un iPad ou un iPhone, ou bien..?

    Sincèrement je ne comprends pas cette condescendance avec Adobe, oui oui ceux là mème qui n’ont fait aucun développement les 2 dernières années pour LR

    J'aime

  22. Et LibreOffice ou scribus? Je suis de plus en plus convaincu par LibreOffice. Scribus est l’alternative à InDesign ou XPress

    J'aime

  23. Et zut, mon commentaire est parti avant que je termine. Scribus fait tout comme les deux autres, en étant moins facile à l’usage. Mais dans tous les cas, ces logiciel de mise en page professionnels ne sont pas simple sans y être formé.

    J'aime

  24. Alors pour moi, Libre Office, c’est non.
    Tous les logiciels libres, c’est non.
    Je sais, je vais faire hurler, mais ça bogue et c’est pas beau.

    Aimé par 1 personne

  25. […] Je crois que j’ai dit assez fort mon mécontentement sur certains points par rapport aux prix dans cet article. […]

    J'aime

  26. Pareil en ce qui me concerne, plus aucun logiciel libre, j’avais Libre Office pour aider ma petite fille du temps où elle devait s’y former pour sa maturité commerciale, Office sur Mac c’est mieux, et Pages et Cie c’est très bien

    J'aime

  27. […] ne compte pas les articles que je lui ai consacrés ici (présentation), ici (migration vers CC), ici (quel logiciel pour l’importation?),et enfin là, sous forme de coup de gueule sur les […]

    J'aime

  28. […] Laissons de côté le côté financier aujourd’hui, j’en ai parlé l’autre jour pour montrer à quel point la politique des prix d’Adobe était fl…. […]

    J'aime

  29. Bonjour François,
    Tu parles d’avoir l’abonnement à 22.- depuis plusieurs années. Pourtant, dans les conditions, Adobe parle de prix réduit pour la première année. Comment fais-tu pour le prolonger toujours au prix réduit ?
    Merci du tuyau.
    Un collègue.

    J'aime

  30. […] n’ai pas toujours été gentil ces derniers temps avec Adobe, là et là, mais là, je dois dire que ce qui est proposé ici me semble tout à fait correct, et à même de […]

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s