Pourquoi le Blog du Cuk est-il sur WordPress.com?

J’en ai déjà parlé l’autre jour: pour créer ce blog, je pouvais très bien utiliser mon provider et WordPress que l’on installe chez lui. Oui, certes, mais ça demande qu’on s’en occupe techniquement, qu’on fasse les mises à jour, bref, qu’on bidouille dans le moteur, et je me connais, j’aurais eu bien de la peine à ne pas partir dans plein d’extensions qui, elles aussi, doivent être mises à jour.

Et ça, ça ne me plaît pas du tout, mais alors pas du tout du tout.

Je voulais une solution toute faite pour un blog, comme il en existe beaucoup, même si elle allait certainement me limiter par rapport à mes attentes.

2017-02-01_21-07-47WordPress.com est la plateforme la plus utilisée puisque 27 % des blogs tournent dessus selon ses propriétaires.

Il se trouve qu’elle est complète aussi.

De plus, les sites de beaucoup d’établissements scolaires vaudois tournent sur WordPress, en plus d’être l’administrateur de celui de mon école j’ai moi-même deux blogs internes basés sur WordPress.com, donc cette plateforme, je la connais un peu.

Et puis, Cuk.ch était basé sur WordPress, donc l’éditeur de textes, l’ajout d’images, tout ça tout ça, à force, j’ai fini par comprendre puisqu’en presque tout pareil à ce que l’on trouve sur la version «.com»!

Donc premier avantage, pas grand-chose à réapprendre.

Quoique… Mais je vais en parler plus bas.

J’ai aussi regardé les alternatives à WordPress, ici par exemple, mais aussi , toujours pour ne prendre que ces exemples.

Mais ces alternatives étaient soit trop anciennes, soit trop récentes, soit trop originales, et franchement, quitte à prendre une plateforme qui fait comme le maître, mais un poil différemment, autant prendre l’original.

De plus, il faut bien avouer que le fait de pouvoir envoyer du grain à son blog ou le gérer depuis n’importe quel appareil, c’est tout de même assez sympa. Les versions iPhone et iPad sont assez proche de l’interface Web, que, bien évidemment, je privilégie tout de même pour écrire mes articles.

euh… ça, c’était en février, quand le blog était encore en mode «privé»

Cela dit, WordPress n’est pas léger léger à gérer. Il faut un petit moment pour s’y retrouver. Déjà que l’on est parfois dans une sidebar claire, parfois dans une sombre, sans très bien comprendre pourquoi, trouver ses petits est parfois compliqué. Il faut comprendre que les thèmes ont leurs propres réglages, les blogs aussi, et l’ensemble de vos blogs propose encore d’autres options. Il faut donc parfois se promener un moment avant de s’y retrouver.

Mais bon, une fois les repères pris, les choses deviennent assez faciles tout de même, rien n’est insurmontable.

N’empêche, je me rends compte de ce qu’a fait Noé sur Cuk.ch pour rendre cette interface encore bien plus simple, surtout lorsqu’on est plusieurs à bosser dessus, ce qui n’est pas le cas du blog que vous lisez en ce moment, qui est monorédacteur (ça existe ça…?).

Et puis, si les commentaires sont bien gérés techniquement (nous recevons des rappels si quelqu’un nous répond par exemple, il  y a une hiérarchie dans les imbrications de réponses), il est regrettable que ces commentaires ne soient pas facilement éditables dans le domaine des «enrichissements», de type lien, images, gras, italique, citation.

J’ai bien écrit «facilement» parce que, comme nous allons le voir demain dans un prochain article, ces enrichissements sont tout à fait réalisables, moyennant quelques petites choses assez simples, mais qui auraient pu l’être facilement encore plus, si WordPress l’avait bien voulu.

Enfin, comme je viens de l’écrire, vous verrez comment pratiquer demain si vous êtes du type «fignoleur» dans la rédaction de vos commentaires.

Cela dit en attendant, n’hésitez pas à commenter tout simplement, normalement, ça va très bien aussi.

Niveau prix, tout est possible chez WordPress.com, de l’offre gratuite à celle assez onéreuse de 24.92 $ par mois, en passant par des intermédiaires à 2.99 $ et 8.25 $.

Selon les options, vous devez payer ou non les thèmes «Premium», et vous pourrez disposer de 3 Gb d’espace de stockage à un espace sans limites. Et puis, des services comme Akismet, qui permet par exemple d’éviter avec efficacité les spams, ou encore Google Analytics pour mieux connaître son lectorat, sont disponibles sur certains plans, pas sur d’autres.

En ce qui me concerne, j’ai pris la version Business (celle à 24.92 $ par mois), pour mon et votre confort.

J’ai juste dû encore rajouter une liaison à un nom de domaine (leblogducuk.ch) pour 13 $ par année, et la location du nom de domaine chez Infomaniak à 8.90 francs suisses par année aussi.

Oui, je sais, lorsque l’on reçoit chez soi, on ne dit pas combien a coûté la viande et le vin, mais là, c’est juste pour que vous puissiez vous rendre compte de ce que cela coûte si le départ d’un blog vous intéresse et parce que nous sommes en plein sujet WordPress.com.

Mais j’insiste sur une chose, même la version gratuite est puissante, donc peut-être, avant de passer à l’une des versions payantes, n’hésitez pas à passer par elle au moins pour commencer.

Alors voilà, peut-être par lâcheté, par manque d’originalité, oui, j’ai choisi WordPress.com, avec, en contrepartie des avantages que la plateforme peut m’offrir, le désavantage d’avoir un site qui ressemble à beaucoup d’autres.

Pas grave, je trouve que finalement, le contenu est assez confortable à lire.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Ce blog est-il confortable?

Et si vous avez un blog, vous êtes sur WordPress ou vous avez choisi une autre alternative?

Beaucoup de questions (oui, bon, juste trois en fait), mais vraiment, ça m’intéresse.