Bon, on va le faire à la vaudoise

Magnifique canton dans lequel je vis.

On construit, lentement, mais après, on s’y tient.

C’est d’ailleurs plus généralement suisse, comme manière d’avancer.

Mais dans le canton de Vaud, il me semble que c’est encore plus poussé.

Tout prend un temps incroyable. Si vous faites de la politique, que ce soit dans une petite commune (j’en sais quelque chose) ou paraît-il dans les hautes sphères cantonales à ce qu’on m’a dit, l’arme absolue à avoir toujours avec soi, c’est la patience.

Rien ne presse.

Mais quand enfin on arrive à un compromis, on fait ce qu’on a dit, et généralement, après, « on est déçu en bien ».

Manière de dire qu’on est vachement content.

Ce qu’il y a d’étonnant, c’est que ce canton fonctionne bien comme ça, le pays aussi.

On avance gentiment (il faut parfois attendre 40 ans pour avoir un congé maternité), mais quand on l’obtient, personne ne va demander de revenir en arrière.

Alors oui, c’est vrai que parfois, cette lenteur tourne au scandale, quand par exemple il a fallu attendre 1971 pour donner le droit de votes des femmes au niveau fédéral.

Mais en général, si je devais décrire la Suisse en quelques mots, je dirai que c’est un pays qui a l’art du compromis patiemment concocté.

Tout cela pour vous dire que j’ai bien lu vos réactions à la question que je me posais à propos du fil des commentaires.

Dès ce jour, il n’y aura plus 3 niveaux (Commentaire – réponse au commentaire – réponse à la réponse du commentaire avec autant d’indentations).

Non.

Il n’y en aura pas non plus qu’un seul.

Non.

Il y en aura deux.

Je vois l’utilisation de ces deux niveaux comme suit:

  • en général, on écrit ses commentaires que l’on estime important dans le fil des commentaires, (donc à la fin de la liste), avec citation au besoin.
  • si l’on a une petite plaisanterie à faire qui a peu d’importance pour répondre à un commentaire, on peut le mettre en deuxième niveau, sachant que les autres lecteurs risquent de le rater puisqu’ils vont, pour la plupart, scroller directement jusqu’en bas.

Je mets cette solution en test pendant trois ans.

Au bout de cet essai, si ça ne convient pas, je ferai appel à des consultants pour faire un audit, et je donnerai ensuite mandat à une commission parlementaire issue des lecteurs du Blog du Cuk, avec deux membre pas pays mais au moins 4 membres par continent en tenant compte des différences linguistiques (au moins 3 langues devront être représentées) afin qu’elle nous présente au moins une proposition qui tienne la route.

Dans les deux ans suivant le dépôt du rapport de ladite commission, nous mettrons la nouvelle proposition en votation en laissant 6 mois aux lecteurs pour qu’ils puissent se faire une idée.

Et là, mes amis, je suis quasi certain que ce que nous aurons construit, ce sera du solide.

J’ai dit.

Et pour terminer, j’aimerais vous proposer de regarder ce magnifique texte sur les Vaudois, de notre poète, Gilles et déclamé par lui-même.  C’est sur le site de la RTS.

Ou encore, et on ne s’en lasse pas, je vous propose de regarder ce même poète parler de NOTRE rivière, la Venoge.

23 Comments

  1. Je suis déçu en bien!
    Je dois intégrer fort bien ces qualités helvétiques car en lisant les commentaires de ton articles sur les niveaux de commentaires je me suis dit: « bon y a qu’à couper la poire en deux et faire deux niveaux… ».
    Bravo pour cette décision longuement mûrie!

    J'aime

  2. Déçu en bien itou. Même si cette décision me semble un poil précipitée… (prononcer « précipitéye »)

    Aimé par 1 personne

  3. Déçu en bien, également ! (Quelle belle expression)

    J'aime

  4. Charrette! On voit que tu as été syndic (maire, pour les étrangers du dehors) et que tu sais prendre des décisions en n’étant ni pour, ni contre, bien au contraire!😉

    J'aime

  5. C’est vrai qu’elle est formidable aussi, c’t expression!

    J'aime

  6. Ah, le vaudois, c’est tout en finesse!
    Comme dans ce dialogue:
    – Alors, le Jean-Louis? Ça a été, ces élections?
    – D’estra! Y m’ont élu ancien syndic!

    J'aime

  7. paroles du boss: » il faut parfois attendre 40 ans pour avoir un congé maternité » je comprend le calme suisse, la douceur du climat et surtout le silence… pas de cris d’enfants avant 40 balais et la maturité des parents qui éduquent les enfants à l’ancienne.

    J'aime

  8. Dans mon village, on disait: « Je suis d’avis. »
    ça rien ajouter…

    J'aime

  9. Il y a quand même des pratiques, en plus des garde-temps, que nous nous devrions d’importer de ce côté.

    J'aime

  10. C’est une rude bonne idée, c’t’affaire, dis voir!

    J'aime

  11. J’adore, tellement vrai :-))) mais j’aime bien y vivre, dans ce Pays de Vaud, pour rien au monde, je n’irai ailleurs!

    J'aime

  12. Daniel Pesch

    Je pense qu’il serait prudent d’ajouter que la votation qui aura lieu dans quelques années ne sera valable que l’on atteint une participation d’au moins 90% des amis qui suivent ce blog. Si cette condition n’était pas remplie, le processus devrait être repris depuis son début. 🤗

    J'aime

  13. Pis comme ça, ça reste modéré dans ses excès!… Ça joue quoi…

    J'aime

  14. Euh le 2e niveau proposé, c’est un peu pour moi ou bien? (m’étais trompé de niveau pour ma connerie…)
    La Venoge, joli résumé du canton de Vaud et ses vaudois 😉 Le sous-titrage YouTioube en perd son français!

    J'aime

  15. Enfin un choix faisant l’unanimité !
    Exceptionnel en ces temps préélectoraux…
    Ça mérite un petit arrosage, non ?
    Allez patron, trois décis pour tout le monde !

    J'aime

  16. Hmm… y va bien ce blanc, il descend mieux que les armoires…

    J'aime

  17. après un tel billet, François, tu n’as plus le choix: tu ne te lances pas en politique: pas b’zoin !!

    J'aime

  18. Vous savez pourquoi les Vaudois disent R’né (pour René)?
    Parce qu’ils économisent le « e » pour Peneu.

    Aimé par 2 people

  19. Encore une petite qui résume tellement bien le caractère des Vaudois:

    En plein mois d’août, à la pinte du village, par une chaleur torride et écrasante,deux paysans sont assis chacun à sa table, chacun devant son ballon de blanc. Le silence est épais. On entend voler les mouches. Un jeune type entre et dit:
    – Bonjour tout le monde! Patron, une bière pression!
    Le patron le sert. Le type boit sa bière d’un trait car il crevait de soif, il se lève et s’en va en criant joyeusement:
    – Au revoir Messieurs!
    Alors le plus vieux des paysans soulève une paupière et marmonne:
    – Il a enfin foutu le camp, cette grande gueule!

    Aimé par 1 personne

  20. Excellent! J’ai de quoi la replacer!

    J'aime

  21. C’est vrai qu’elle est jolie, et hier, je bossais au bistrot, en pleine campagne vaudoise, là où il y avait tout de même du Wi-Fi, faut pas pousser, ben c’était exactement ça!:-)

    J'aime

  22. Je vénère le pays de Vaud pour trois raisons:
    • Gilles
    • le Cully Jazz
    • Le Cuk

    J'aime

  23. Oh! Alors ça c’est gentil!
    Du coup, j’adore les Genevois!😄

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire à propos de cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s