Albin de la Simone: tout en délicatesse

Un de ces derniers samedis soirs où je regardais cette excellente émission qu’est «On n’est pas couché», dirigée comme toujours avec finesse et humour par Laurent Ruquier, j’ai fait la connaissance, comme quelques centaines de milliers de téléspectateurs (il était très très tard), avec un personnage étonnant.

Il s’agit d’Albin de la Simone, un compositeur-auteur-interprète qui m’a bien plu dans lorsqu’est venu pour lui le temps de passer à la moulinette, sur la chaise.

 

Ce n’est pas toujours facile, de passer chez Ruquier. Certains doivent sortir de l’émission complètement déprimés par les remarques souvent très dures de Vanessa Burggraf (dans une moindre mesure) et de Yann Moix.

Eh bien, comme vous le verrez, les deux chroniqueurs ne pensent que du bien de ce disque.

2017-04-02_11-06-35.png

Et moi aussi.

Un mot le résume, «délicatesse».

Délicatesse dans les textes, c’est tout doux, de petites histoires d’amour, souvent, et même  le suicide, mais sans flonflon ou trémolos, la fleur de l’âge, ou la vie d’un couple vu à travers les yeux des animaux d’appartement.

C’est joli aussi visuellement, d’ailleurs, des textes poétiques mis en page comme ça:

2017-04-02_11-00-46.png

Oui, ces textes sont délicats.

Tout comme le sont les musiques et les arrangements cordes-piano, avec parfois une batterie toute légère. Comme il l’explique dans l’interview, Albin de la Simone, qui a vraiment joué pour au moins la moitié de ce que connaît la France et le reste du monde comme artistes, le piano a été toute une histoire à dénicher.

2017-04-02_11-30-54.png
Source, Wikipedia

Je pensais qu’il s’agissait du seul instrument électrique, mais non, c’est un piano droit, avec des couvertures entre les marteaux et les cordes.

Et c’est tout doux, là aussi.

Et la voix d’Albin de La Simone est veloutée juste comme il faut.

Certains évoquent Souchon quand ils l’entendent (j’y ai pensé, j’avoue), mais le Souchon d’avant alors, parce que, je suis tombé l’autre jour sur son disque en public avec Voulzy (Souchon Voulzy – Le Concert), et là, sa voix est tout simplement souvent une horreur, au point qu’au début, on pense qu’il plaisante, mais ce n’est pas le cas. Terrible.

Donc rien à voir avec ça, et de toute façon, Albin de la Simone ne fait pas du Souchon, il est lui-même est c’est largement suffisant pour mon plaisir.

Je vous laisse ici avec le clip officiel (et tout simple) de la première chanson de son album.

Bonne écoute!