Il ne vous manquerait pas un r, des fois?

Je me rappelle d’un article de Zit sur Cuk.ch qui nous faisait part de son agacement à propos de l’arrivée de l’expression « du coup » dans nos textes, dans nos discours, dans nos dialogues quotidiens, en vrai, à la radio ou à la télévision.

C’est vrai que c’est de la folie, cette épidémie!

Mais comment disait-on avant? On se demande presque, du coup

Autre nouveauté… apparition d’un nouveau vocable: mainnant.

Maintenant? Il a quasiment disparu, lui, remplacé par le nouveau vocable évoqué ci-dessus.

Observez-vous: je suis sûr que vous êtes touchés de temps en temps.

Moi en tout cas, je m’arrête à chaque fois et je me reprends, tellement j’ai honte quand je m’en rends compte.

Je me console en me disant que toute la francophonie semble touchée.

Mais bon, il y a quelque chose qui me semble incroyable chez vous, en France, beaucoup moins fréquent en Suisse et en Belgique il me semble, c’est la suppression du « R » en avant dernière lettre, avant le « E » final qui gicle aussi…du coup, et après un « T » ou un « D« .

À ce propos, nous plaisantions depuis longtemps, sur Cuk.ch, du Quat-quat de Saluki.

Mais depuis quelque temps, c’est l’hécatombre, pardon, l’hécatombe de ces deux dernières lettres dans notre belle langue orale.

Écoutez les interviews dans la rue: les interviewés, mais aussi, désormais, certains journalistes vous donnent du (j’ai pris de notes):

« Il faut faire attention de  mett’ les bons politiciens en place. »

« Les femmes vont êt’ plus nombreuses à l’Assemblée nationale que les hommes ».

« La recette du gâteau au suc’ est assez facile à réaliser. »

« Il est sorti avec une aut’ fille. »

« Il doit perd’ 3 kilos ».

Je pourrais continuer comme ça longtemps, mais ce serait un peu lassant, vous en conviendrez.

C’est tellement horrible cette fin tronquée de certains mots!

C’est comme si c’était trop fatiguant de prononcer un peu comme il faut.

À ma grande honte (je ne dois pas juger, je ne dois pas juger), je trouve cela même assez… vulgaire.

Et maintenant?

On fait quoi?

On revient comment en arrière, que la langue parlée redevienne jolie?

J’ai bien peur que ce soit trop tard, même si le phénomène me semble assez nouveau.