Les secrets de la pose longue

J’ai reçu l’autre jour un livre passionnant: les secrets de la pose longue, un ouvrage édité chez Eyrolles.

9782212674385_h430.jpg

  • Titre : Les secrets de la pose longue
  • Sous-titre : Sujets – Equipement – Prise de vue – Postproduction
  • Auteur(s) : Christophe Audebert
  • Editeur(s) : Eyrolles
  • Collection : Secrets de photographes
  • Parution : 8 juin 2017
  • Edition : 1ère édition
  • Support : aucun
  • Nb de pages : 148 pages
  • Format : 17 x 23
  • Couverture : Broché
  • Poids : 455 g
  • Intérieur : Quadri
  • Diffusion : Geodif
  • ISBN13 : 978-2-212-67438-5
  • EAN13 : 9782212674385
  • ISBN10 : 2-212-67438-4
  • Type produit : Ouvrage
  • Prix: 23 €

Déjà, pour commencer, avant le sommaire, vous avez droit à 14 pages, soit 28 photos magnifiques, juste commentées par leur titre et leurs données EXIF, chaque page vous montrant d’abord une pose traditionnelle, et ce que cela donne en effectuant une pose longue (entre quelques secondes et quelques minutes).

Génial!

Les ciels sont dynamiques en pose longue, les eaux vaporeuses, les couleurs dramatiques, c’est splendide: on entre dans un rêve.

2017-06-26_19-53-15.png
Photo tirée du livre

Après les avoir vues, on n’a qu’une seule envie, s’y mettre, à cette pose longue!

Première approche ensuite: des sujets photographiés à différentes vitesses, pour que l’on puisse bien se rendre compte de l’impact des poses longues selon le temps de pose.

Là aussi, c’est clair, précis, et pédagogique.

Suit le chapitre consacré au matériel nécessaire à la pose longue: filtre ND, trépied, télécommande.

Une explication vraiment excellente vous est donnée sur l’utilisation des deux types de filtres ND.

2017-06-26_19-57-51.png
Exemple d’un filtre multi-usage

Rappelons qu’un filtre ND est un filtre permettant de bloquer la lumière. Il existe des filtres ND avec des paliers (des steps) de 1 à 16. Si la pose longue vous intéresse, il va falloir donc passer à la caisse, puisque l’auteur nous explique que ces filtres sont indispensables.

À noter que je n’ai pas trouvé de filtre ND pour nos iPhone, si quelqu’un a une solution (j’ai bien vu un bricolage ici…), c’est volontiers que je suis preneur.

Le problème, c’est que, si vous vous y mettez, ça va coûter bonbon, sachant qu’il vous faudra autant de filtres que d’objectifs, à moins que vous passiez aux filtres rectangulaires, avec porte-filtres.

Autre matériel abordé dans le détail: les différents trépieds, qui doivent bien évidemment être adaptés à votre matériel.

Le livre aborde les sujets que l’on peut attaquer avec la pose longue: la plupart du temps, il s’agit de paysage, avec un acteur aquatique (mer, lac, rivière).

Toujours illustrés avec des photos magnifiques.

Suit un chapitre dédié aux côtés pratiques (format RAW de préférence, différentes check-lists …).

Quelques petits trucs sont donnés dans différents logiciels de postproduction (Lightroom, Photoshop ou Silver Effect).

Enfin, un dernier chapitre montre les réalisations de quelques artistes spécialisés dans le domaine.

Un livre qui donne vraiment envie d’essayer cette pose longue, tellement les images qui l’illustrent abondamment sont belles.

Si le coeur vous en dit, eh bien, il va falloir prévoir quelques petites dépenses supplémentaires, parce que, comme le dit l’auteur, ce serait dommage de détruire les qualités de nos objectifs très onéreux, avec des filtres de mauvaise qualité.

Et les filtres de bonne qualité, eh bien ils ne sont pas donnés. Cela dit, si c’est pour essayer, il existe toutes sortes de filtres pas trop onéreux. Quitte à passer à la bonne qualité plus tard.

Si vous êtes un adepte de la pose longue, ce serait sympa que vous nous glissiez un lien vers votre site,  en commentaire.

 

24 Comments

  1. Merci pour la découverte, je ne connaissais pas les filtres ND. Il m’est venu un cliché en tête à propos de pauses longues. J’ai cherché dans ma Foto.app « blitz » et elle est apparue (dingue cette KI). C’était à Sète avec vu sur la pointe courte (à gauche la pointe) sous la pluie, pas de trépied, le 5D calé sur la terrasse, pas de déclencheur à distance, pas de filtres et une pause pas si longue que ça (10 secondes). Coup de bol quand même (sur une cinquantaine de clichés).

    J'aime

  2. Bonjour,

    S’il y a un domaine de la photographie qui ne me touche pas, c’est la pose longue. Pour moi, une photo, c’est la capture d’une réalité et j’ai beaucoup de mal à retrouver la réalité dans ce type d’exercice.
    Mais c’est probablement que je n’ai pas l’oeil bien éduqué… Peut-être que la lecture de ce livre me fera changer d’idée…

    J'aime

  3. Bof, trop artificiel, comme le HDR.
    Je suis plutôt adepte de la pause longue.

    J'aime

  4. J’aime très rarement les photos en pose longue, la vue d’une rivière cotonneuse ou de ciels mollassons m’insupporte.
    Pour une fois Cuk ne me fera pas sortir la CB !

    J'aime

  5. Pas grand chose à voir avec le sujet, quoique: j’utilise parfois « Slow Shutter » pour photographier de nuit avec mon iPhone (en pose lente, donc, voyez qu’il y avait un lien!). Or l’app est en bout de course (32bit) et n’a pas l’air de vouloir évoluer. Est-ce que vous en connaissez une bonne?

    Sinon très beau ces photos « lentes », je ne pensais pas que les capteurs numériques avaient besoin d’un filtre ND…

    J'aime

  6. Bonjour, qu’est passionnant dans la première phrase? 😉
    Bonne journée
    ciao, n

    Aimé par 1 personne

  7. Magnifique photo! Le flare (à cause de l’éclair, je suppose) mériterait un petit coup de Photoshop…

    Aimé par 1 personne

  8. Je ne ferais pas cela toute la journée, mais je trouve que les exemples montrés dans le livre sont vraiment magnifiques et donnent envie de maîtriser la technique.

    J'aime

  9. Bonjour,
    Sans être un adepte, je m’y essaye lorsque les circonstances sont favorables (je n’ai pas de filtre ND). Différents essais, l’appareil posé sur un coin de rocher :


    Aimé par 1 personne

  10. Pas du tout adepte des poses longue, mais alors pas du tout pour l’eau,qui devient cotonneuse,artificielle, , peut-être interessant pour d’autres cas

    Aimé par 1 personne

  11. Mirou a écrit:

    « Pas grand chose à voir avec le sujet, quoique: j’utilise parfois « Slow Shutter » pour photographier de nuit avec mon iPhone (en pose lente, donc, voyez qu’il y avait un lien!). Or l’app est en bout de course (32bit) et n’a pas l’air de vouloir évoluer. Est-ce que vous en connaissez une bonne? »

    Je te conseille ProCamera qui est exceptionnel pour la nuit. Je vais en parler très bientôt.

    J'aime

  12. Oui, mais c’est un peu le but, justement, voir le mouvement.

    J'aime

  13. Superbe! Faut que j’essaie.

    J'aime

  14. Le livre, et le sujet en général, en fait. Mais j’ai corrigé, merci!

    Aimé par 1 personne

  15. Génial, je vais essayer merci !

    J'aime

  16. Yves BACHELET

    Merci François pour cette découverte. J’adore les photos de ce type.
    D’ailleurs, au siècle dernier en argentique, avec un copain, on avait essayé avec plus ou moins (plutot moins que plus) de succès.
    @Mirou : c’est pour faire des timeslapses du ciel avec l’iPhone ?

    J'aime

  17. Un ami nippon est en ce moment dans sa troisième campagne de chasse photographique aux lucioles dans son pays.
    Il les suit d’un « spot » à l’autre (en fonction de la date), car elles ne brillent que quelques jours par an, le phénomène remontant vers le nord au fil des jours (à moins que ça ne descende vers le sud ;o) .
    Il utilise quatre boîtiers, un D 800 E, un Leica Monochrom, un Fuji X-Pro 2 et un Olympus EM 5 MK2 (ouais, je sais, c’est un furieux ! ;o), avec que des focales fixes, évidemment.
    Si les images qu’il préfère sont celles issues du Monochrom, pour une certaine finesse dans les trajets des insectes, il n’aurait pas pu maîtriser aussi bien son sujet (ses photos sont absolument magnifiques, que ce soit les petites ou les grandes impressions piezo sur papier Hahnemule, on distingue la nature crépusculaire et tout un tas de petites trainées lumineuses, intermittentes ou continues en fonction de l’espèce) sans les modes nuit incroyables de l’Olympus, le Live bulb et le Live composite, dans lesquels on peut suivre la progression de l’exposition au fur et à mesure que les pixels du capteur sont nourris, sur l’écran de l’appareil. Personne n’y avait pensé avant, mais c’est incroyable le gain de temps que ces modes permettent, et surtout, un contrôle précis de ce qui se passe.
    Pour ne pas se tourner les pouces la journée, il photographie aussi des cascades (splendides aussi, en noir et blanc aussi), et pour ne pas rouiller les obturateurs en pause B, il immortalise les chutes d’eau à la vitesse la plus rapide possible, que l’on sente la fraicheur de chaque goutte d’eau ;o).

    z (toujours là, je répêêêêêêêêêêêêêêête : mais je suis devenu feignant ;o)

    Aimé par 2 people

  18. zit, peut-on voir quelque part les photos de l’ami nippon? merci 🙂

    J'aime

  19. Oui, j’aimerais aussi les voir!

    J'aime

  20. Yenna là : http://couleurbulle.blog.lemonde.fr/2016/09/30/loeil-du-photographe-hiroshi-maeda-suspend-le-vol-des-lucioles/, mais à l’écran, c’est vraiment pas la même chose que ses magnifiques impressions…

    J'aime

  21. Rien que l’idée, elle est dingue.

    Et ça donne de très belles choses en effet.

    Merci!

    >

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s