Test de la tasse Bodum

Oui…

Aujourd’hui, je vais tester…

Une tasse.

Une tasse, toute simple, même pas connectée la moindre.

Qui ne va donc même pas vous dire combien vous avez bu, qui ne va pas tirer de statistiques sur votre ingurgitation de café, de tisane ou de thé, ne pas vous donner le moindre historique sur le nombre de carrés de sucre que vous assimilez chaque jour.

Rien de tout cela.

Nada,

Il s’agit de la tasse Bodum.

De la marque danoise Bodum, dont l’histoire remonte maintenant à 70 ans.

J’ai eu l’occasion de boire un thé chez une connaissance, il y a quelques années, et cette tasse m’avait tout de suite surpris.

2018-01-22_18-41-48.png

Déjà par son design.

C’est bien du design danois (même si le centre de design et développement se trouve maintenant en Suisse): épuré, sobre.

2018-01-24_19-15-44.png

Ensuite, par le fait que le thé que vous y versez semble flotter dans la tasse.

Enfin parce que lors de cette première « expérience », je me suis dit que le thé restait chaud beaucoup plus longtemps que dans une tasse normale.

Il faut dire que la tasse Bodum est à doubles parois, comme vous le voyez sur la photo suivante:

IMG_0293.jpg

Alors l’autre jour, soit à peu près deux ans après cette première rencontre avec une tasse Bodum, je m’en suis acheté deux.

Remarquez les progrès du gaillard: finis les achats impulsifs, j’attends deux ans avant d’acheter quelque chose.

Bon…

D’accord…

Pas toujours.

J’ai pris deux mugs comme on dit, avec une contenance de 4 dl.

Parfait pour mon heure de violon me disais-je.

Parce qu’il faut que je vous précise une chose: je déteste tout de qui est tiède.

Ça doit être très froid, ou très chaud, pour que j’apprécie, mais jamais entre-deux.

Rien de pire que d’être servi le premier lorsque je suis en visite, de devoir attendre qu’on serve les 11 autres convives (je n’ai pas mis 12 pour que ça ne fasse pas 13) et de finalement manger froid parce que l’on a été poli avec moi.,

Tiens, si ça ne tenait qu’à moi, on servirait les invités en dernier pour qu’ils puissent justement profiter de manger chaud.

Donc je pensais que ma tasse resterait chaude pendant toute une heure, et que je serais content comme ça.

J’ai essayé de me convaincre de la chose, et puis… bof…

Cette tasse était-elle vraiment meilleure que les autres, pour garder les boissons au chaud?

Alors j’ai fait deux tests.

Le premier, avec un verre contenant 2,2 dl d’eau bouillante, et une tasse Bodum avec exactement la même contenance.

Thermomètre à pointe Kuhn Ricohn…

Résultat de recherche d'images pour "thermomètre kuhn".jpeg

Extrême précision suisse.

Température extérieure, à 21°.

Prise de température toutes les 5 minutes, une fois le verre en premier, une fois la tasse.

Refroidissement du thermomètre à 20 degrés entre chaque prise dans un verre d’eau froide.

Tasses préchauffées avec de l’eau à 45°.

Ce n’est pas du sérieux dans les tests, ça, ou bien?

Je voulais vous faire un beau graphique.

Eh bien ça n’en faut pas la peine: les deux lignes sont parfaitement pareilles, l’une cachant l’autre.

À savoir, chose intéressante, c’est que lorsque l’eau bout à grosses bulles, à 700 mètres d’altitude, celle de Bière, Switzerland, lorsque je fais la première mesure, l’eau est à 85°! L’effet de l’altitude (l’eau bout à 100° au bord de la mer, à 97° environ à 700 m) et le fait de toucher les parois à 45°.

Après 45 minutes, les deux tasses contiennent de l’eau à 33 degrés, et toutes les mesures intermédiaires, faites toutes les 5 minutes donc, donnent, à 1 ou 2 degrés près, et pas toujours en faveur de la même tasse, donc dans la marge d’erreur comme ils disent dans les sondages, les mêmes résultats, quand ce n’est carrément pas les mêmes.

J’ai fait un deuxième test avec un mug chinois en terre émaillée contenant 3,3 dl d’eau, j’ai exactement les mêmes résultats: les deux tasses refroidissent tout à fait parallèlement.

Donc voilà, un mythe s’effondre: les tasses Bodum ne gardent pas plus au chaud les boissons que d’autres récipients.

J’ai bien dit un mythe, que nous avions autour de nous, parce que le site de Bodum ne met pas cette qualité d’isolant pour garder au chaud en avant, donc il n’y a absolument pas tromperie.

Par contre, elles ont un grand avantage: on ne se brûle pas en prenant la tasse dans les mains, et il est aussi possible sans problème de la poser sur un meuble, même au bois fragile, puisque l’extérieur est au pire tiède.

Petit désavantage par contre: ces tasses, au vu de leurs doubles parois, prennent plus de place dans l’armoire.

Et certains disent que la paroi intérieure est un peu fragile, je ne sais pas, je n’ai pas le recul nécessaire pour valider cette affirmation.

Alors voilà.

Je suis un peu déçu par rapport au pourquoi je voulais une tasse Bodum, mais au final, j’ai deux récipients de plus pour boire mon thé, qui prennent certes bien leur place dans l’armoire, mais qui sont très agréables à l’usage.

Pas de Too Much Bô, mais un confort certain, c’est déjà ça.

 

32 Comments

  1. Tu as de belles tasses, toi, tu sais ? 😇

    J'aime

  2. jeanpierre07

    Le refroidissement se fait principalement par la surface libre. En posant un couvercle isolant on devrait donner un avantage à la tasse Bodum.

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai testé ces tasses chez des amis je trouve le design sympa. Dans deux ans quand leur aspect se sera terni et rayé tu nous feras un petit retour. Je trouve qu’elles vieillissent mal ou cela vient de l’eau de Bofflens 🤪

    J'aime

  4. Tu es bon pour tout recommencer : tu devais préchauffer les tasses avec de l’eau bien plus chaude et verser le thé en deux fois.

    Mais c’est vrai que la tasse est importante, j’ai des tasses à espresso italiennes qui font passé 100 grammes, un vrai plaisir!

    J'aime

  5. Mais, 100 °, ce n’est pas beaucoup trop chaud, pour du thé ?

    Je pratique quotidiennement la cafetière à piston de la même marque : c’est comme ça que je préfère le café, il est à la fois très doux en goût et plutôt fort en caféine puisque je le laisse infuser assez longtemps, y’a pas mieux pour mes papilles (je ne carbure presque qu’au moka éthiopien).

    Sinon, rien à voir, mais, où puis-je trouver de bonnes meringues et de la bonne double crème de Gruyère à Genève ? J’y serais de passage rapide samedi en milieu de journée.

    J'aime

  6. Tout le monde sait pourtant que c’est l’angle droit qui bout à 90°.

    Zit: »de bonnes meringues et de la bonne double crème de Gruyère à Genève….

    Sadique, me dire une chose pareille au petit déjeuner, je me damnerais pour ce délice suisse et en été avec une ou deux boules de glaces. (;D

    J'aime

  7. Etonnant, les résultats de tes tests !

    Je ne les mets naturellement absolument pas en doute. Jeanpierre a raison, les calories s’échappent probablement essentiellement par la surface libre (située de plus naturellement en haut, ce qui facilite la dissipation par convection). Mais le fait qu’on ne se brûle pas les doigts indique clairement que les surfaces de la tasse isolent mieux son contenu de l’extérieur, ce qui devrait logiquement se traduire par un effet sur la vitesse de refroidissement du liquide. Il faut croire que ce refroidissement par les cotés est faible voire négligeable en regard du refroidissement par la surface libre.

    Je précise que je possède aussi de tels récipients. (Des verres pour ma part. J’aime que mes boissons désaltérantes soient et restent le plus glacées possible. Le diabète et ses hyperglycémies – je suis diabétique de type II depuis quelques années – se révèlent par le seul symptôme d’une très grande soif récurrente.) Il m’a semblé que mes boissons fraîches le restaient plus longtemps dans ces verres, mais je n’ai pas fait de mesures et c’est en effet peut-être une fausse impression psychologique de l’ordre de l’effet placebo…

    Peut-être aussi que la préservation du froid est meilleure que la préservation du chaud dans ces verres ou tasses. Cela peut sembler un non sens en apparence mais, en effet, le chaud induit une dissipation par convection sur la surface libre en chauffant l’air qui s’allège et s’élève et est remplacé dès lors en continu par de l’air plus frais. Avec un liquide plus froid que l’air, l’air en contact avec la surface libre se refroidit et, donc, s’alourdit et reste stagner au dessus du liquide sans être remplacé. Constituant ainsi une sorte de pellicule isolante… La dissipation par les cotés deviendrait alors de plus grande importance relative que dans le cas d’une boisson chaude.

    C’est une hypothèse certes. Mais elle mériterait d’être vérifiée par une nouvelle expérience avec deux verres contenant de l’eau à 0 degrés dans une atmosphère à 20 degrés.

    Si tu as envie de renouveler ce test ainsi, ce serait un moyen de vérifier mon hypothèse.

    Notons par ailleurs qu’il y a aussi la dissipation par rayonnement infrarouge qui est plus grande à travers une tasse transparente qu’à travers une tasse opaque. Elle compense peut-être la différence d’isolation par conduction thermique…

    J'aime

  8. Si une tasse était conçue comme l’intérieur d’un thermos (réfléchissante comme un miroir), peut-être qu’il y aurait déjà un effet modéré de conservation de la chaleur ? Quant à boire bouillant ou glacé, tu ferais hurler les puristes buveurs de thés variés, qu’il s’agisse de thé noir, oolong ou blanc. A chacun sa température hé hé ! Et quasiment au degré près, svp-
    Mon fils est de ceux-là, et il nous a introduits, ma femme et moi, à la découverte des finesses et différences subtiles qu’il y a entre ces thés quand les températures et autres paramètres sont adéquats. La bouilloire i-n-d-i-s-p-e-n-s-a-b-l-e pour faire puis déguster en faisant tout juste, c’est par exemple la SOLIS Tea Maker Prestige «2 in 1», et ce n’est pas donné, cette bouilloire. Là, tu ferais un test, je comprendrais !

    J'aime

  9. De dzou, je redécouvre que tu en as parlé en 2016, dans une autre vie cukienne…. Je suis si confus que je ne peux que me… confondre en excuses à ton égard !

    J'aime

  10. Quand à ton test, j’y trouve une source de confusion, qui s’exprime par exemple dans le commentaire de Bugraptor quand il écrit que les surfaces de la tasse isolent mieux son contenu de l’extérieur. Je sais que l’air est mauvais conducteur de chaleur, c’est même un isolant (par exemple entre les plumes gonflées d’un oiseau). L’air « enfermé » dans la tasse et celui de ta cuisine doivent avoir des températures quasi identiques, mais impossible de mesurer ça.
    L’effet anti-brûlure-aux-doigts de cette tasse, je le vois autrement. Si la zone extérieure, double, de la tasse était « déroulée » vers le haut — imaginons cela — elle serait alors comme un grand gobelet qu’on saisirait 8 ou 10 cm au-dessus du niveau du liquide qui s’y trouve. On ne se réaliserait pas que l’on va boire très chaud son contenu qui n’affleure pas la zone de préhension. Une hypothèse comme une autre.

    J'aime

  11. Bonjour,
    Je vais modérer mes commentaires ce jour, étant en arrêt médical.
    Mais oui, j’en ai parlé, et cette bouilloire-théière me ravit plusieurs heures par jour au quotidien dans mon bureau.
    http://www.cuk.ch/articles/20084
    Un petit bijou.

    J'aime

  12. Amélie, le verre terni, c’est uniquement à cause du lavage en machine que ça se produit sur des verres, et je n’ai pas encore trouvé de réponse chimique à cette corrosion qui ne survient pour ainsi dire jamais à la suite de lavages répétés de vaisselle à la main avec des produits habituels.
    Si quelqu’un a des lumières là-dessus, qu’il éclaire ma lanterne, je suis preneur, et je remercie par avance celui ou celle qui augmentera ma culture.

    J'aime

  13. @ François:  » Je vais modérer mes commentaires ce jour, étant en arrêt médical.  »
    Oh ! Tous nos vœux de prompt rétablissement !

    @Zalag: L’air est en effet un mauvais conducteur de la chaleur (0.02 Watt par mètre et par degré Kelvin), le vide plus encore (0 pour un vide parfait). J’ignore si entre les deux parois un vide (partiel ou poussé) est établi à la fabrication. Quoi qu’il en soit, une double parois est en effet un moyen de fortement réduire la dissipation par conduction thermique à travers la parois. Le verre est également un mauvais conducteur de la chaleur, mais nettement moins que l’air puisque son coefficient de conductivité thermique est de 1.2 [W / m K] et oui, si un ou 2 mm d’épaisseur de verre limitent le transfert de calories par conduction l’introduction d’une double parois remplie d’air, d’un autre gaz isolant ou de vide limitera drastiquement cette conduction thermique. Mais tu as raison. Même dans ce cas, une conduction directe par le verre existe, mais elle sera très faible puisque le chemin entre le liquide et les doigts en passant par la collerette du verre sera de plusieurs centimètres au lieu d’un ou deux mm.

    Rappelons toutefois encore que le refroidissement du liquide se fait par trois types de transferts de chaleur très différents:

    La conduction (à travers la parois, transfert de l’agitation thermique de molécule à molécule dans la parois de la tasse)
    Le rayonnement (infrarouge, à travers la parois si elle est transparente, mais aussi vers le plafond en surface du liquide)
    La convection (mouvement de l’air réchauffé au contact avec le liquide, ou de la paroi chauffée, qui emporte des calories avec lui en s’élevant par changement de sa densité)

    La part de ces trois sources de perte de chaleur peut être fort différente selon la nature du récipient, son éventuelle ouverture supérieure et taille de la surface libre, mais aussi, comme nous l’avons vu, si le transfert de chaleur se fait du liquide vers l’extérieur (liquide chaud en milieu ambiant plus froid) ou dans l’autre sens (liquide froid en milieu ambiant plus chaud), car cela influera fortement sur le refroidissement par convection de l’air au dessus de la surface libre, qui sera beaucoup plus important en cas de liquide chaud que le réchauffement par convection sur cette surface en cas de liquide froid. (Sauf en cas de vent !)
    Seule le transfert de chaleur par conduction est fortement réduit par l’utilisation d’une double parois, et comme tu l’as justement souligné, la perte par rayonnement à travers les parois pourrait être fortement réduite par une couche de métallisation réfléchissante à la façon d’un thermos. Elle est en tous les cas bien supérieure avec une tasse transparente qu’avec une tasse opaque.

    L’expérience de François montre cependant que ce qui est gagné en matière d’isolation du liquide chaud par des doubles parois semble soit négligeable par rapport aux pertes par convection de l’air au dessus de la tasse ou partiellement compensé par des pertes par rayonnement supérieures dans le cas où la tasse à simple parois utilisée pour la comparaison était opaque.

    J'aime

  14. @zallag: Pour ta seconde question sur les verres ternis ainsi que pour répondre à Amélie:
    http://sciencespourtous.univ-lyon1.fr/boite-a-questions-verres-blanchissent-lave-vaisselle/

    J'aime

  15. L’évaporation n’est-elle pas un phénomène produisant un refroidissement important ?

    Est-elle appelée convection dans le cas ici présent, ou est-ce une quatrième cause de refroidissement ?

    D’ailleurs, pourriez-vous avoir l’amabilité de me donner, outre l’adresse pour la double crème et les meringues, celle d’un estaminet où je pourrais dîner (le repas de midi ;o) pour une somme raisonnable ?

    J'aime

  16. Sinon. On n’a toujours pas répondu à @zit qui cherche des meringues à la double crème de Gruyère à Genève !.

    Je travaille à Bulle (capitale de la Gruyère) et je vais devoir me cacher de mes collègues gruyériens pour écrire ce qui va suivre, au risque de me faire lyncher…

    Tu trouves de très bonnes meringues et de la double-crème de Gruyère tout à fait excellente dans n’importe quelle Migros de Suisse. 🙂

    Ne dites jamais à un gruyérien que je vous ai dit ça… Je nierais ! 🙂

    Sinon, petite note culturelle et orthographique:

    On écrit:

    du gruyère (nom commun) en parlant du fromage suisse bien connu (AOC)
    la Gruyère (nom propre avec majuscule) pour la région, le district ou le comté de Gruyère dans le canton de Fribourg
    Gruyères (nom propre avec un s) pour parler de la commune suisse du canton de Fribourg sise en pleine Gruyère sans en être toutefois le chef-lieu (qui est la ville de Bulle)

    Voilà. Ainsi les gruyériens d’origine devraient me laisser la vie sauve.

    Aimé par 1 personne

  17. Les lave-vaisselle, c’est de la merdre !

    J'aime

  18. @zit again: Pour l’évaporation, tu as raison, je l’incluais dans la convection mais en effet la vapeur qui s’échappe de la surface de l’eau chaude est un gaz (mais aussi des micro-goutelettes d’eau chaude) qui emportent avec eux, par convection, de l’eau et des calories… En nombre important du reste, je pense, car aux calories issues de la température même de cette vapeur s’ajoute celle correspondant à l’énergie nécessaire à la transformation de l’eau liquide en vapeur gazeuse. Ce changement de phase implique en effet un apport d’énergie non négligeable. Il y a donc plus de calories dans 1 gramme de vapeur d’eau à 100 degrés que dans 1 gramme d’eau à la même température.

    Pour l’estaminet, je laisse d’éventuels lecteurs genevois te répondre. Je suis lausannois et, comme tout lausannois, je connais mal Genève que nous n’apprécions guère (par rivalité et esprit de clocher certes…). Mais les genevois nous le rendent bien… 🙂

    J'aime

  19. s’ajoutent celles… et flûte.

    J'aime

  20. Merci bugraptor pour ces précisions sur la crème, mais maintenant, nous avons un moyen de pression sur toi ;o).

    Aimé par 1 personne

  21. Des meringues à Genève :
    http://augruyere.ch/

    Pour manger, je recommande
    https://www.facebook.com/Lecafedumeg/
    On s’attend à une buvette de musée, mais on y mange très bien!

    J'aime

  22. Zit : si t’es dispo, je viens volontiers manger avec toi!

    J'aime

  23. Je viens de lire en presqu’intégralité (et un rien amusé) l’article de cuk.ch sur la fameuse bouilloire à thé Solis: http://www.cuk.ch/articles/20084

    Au vu de certains commentaires balzaciens que j’y ai trouvés, je n’ai qu’une chose à dire: surtout, qu’on ne me reproche plus jamais d’écrire trop long ! 🙂

    J'aime

  24. 😀
    Cela dit, je suis allé voir. Il y avait de longs commentaires de Tibet (mais largement pas plus longs que ceux d’un certain dévoreur de bugs), et lui, ce n’était que sur UN sujet qui le passionnait!😀

    Alors que…

    Ah non, rien, je retourne au lit.☔️😉

    J'aime

  25. Bugraptor, rappelle aux Français, si tu en as l’occasion, que le gruyère n’a PAS de trous, en dépit des expressions qui formulent et propagent cette erreur culturelle depuis toujours. Emmental et gruyère, ne confondons pas, ni châtaignes et marrons, pendant que j’y suis, mais là, c’est moins grave, mais je ne connais pas l’origine des ces travers linguistiques.

    J'aime

  26. Je suis moi aussi surpris par le résultat. Si tu as le courage François, une fois remis, refait la manip en enveloppant les tasses de papiers alu.

    J'aime

  27. Dom’-), ta proposition a été étudiée attentivement, et je pense donner une suite favorable à son accomplissement.

    Aimé par 1 personne

  28. @François: et lui, ce n’était que sur UN sujet qui le passionnait!

    Ah mais moi aussi.

    C’est ma faute à moi si (presque) tous les sujets que tu lances finissent par me passionner ?

    Tu parlerais football, vernis à ongles ou équitation, je t’assure que je serais beaucoup moins locace… 🙂

    J'aime

  29. @Thomas ROBISSON: Pourquoi refaire le test en emballant les tasses dans de l’alu ??
    François voulait juste savoir si la tasse Bodum lui permettait de garder son thé chaud plus longtemps. De ce point de vue pragmatique il a sa réponse. Nous savons maintenant que les pertes par conduction à travers les parois de la tasse sont négligeables par rapport aux pertes par rayonnement et surtout par convection…
    Je subodore par ailleurs que les pertes par convection sont bien plus grandes que celles par rayonnement. L’alu ne devrait pas changer grand chose à mon avis. Si il veut garder son thé chaud plus longtemps, le mieux est, je pense, de mettre un couvercle au dessus de sa tasse.

    Et puis il est malade. On ne doit pas le faire travailler ! 🙂

    J'aime

  30. Je pensais au papier alu pour voir la différence avec les pertes par rayonnement. Mais bon, c’est vrai qu’on s’en fou un peu vu que ça redemande un test assez long. Et comme tu le dis, François a sa réponse.

    J'aime

  31. Oui Thomas, si tu permets, je ne ferai pas ce test!😀

    J'aime

  32. Par contre, il y a ces thermos en métal à simple paroi si je ne fais erreur, qui sont absolument géniaux.
    Ils gardent au chaud un litre de thé pendant trois heures sans problème, la quatrième restant chaude, mais un peu moins. Certainement parce qu’ils ont un bouchon si j’ai bien compris vos hypothèses.
    J’utilise à chaque séance qui dure un matin, au travail, un vrai plaisir.
    Et comme ils sont sans double parois, eh bien ils prennent peu de place.

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s