Excire me fait encore plus regretter une incohérence entre Lightroom Classic et Lightroom CC.

En cette période de fêtes, je suis en mode « veille technologique » et j’essaie par exemple depuis deux jours (j’ai profité d’une promotion de Noël qui est prolongée jusqu’au 6 janvier) Excire Search Pro, ce très beau plug-in qui permet à Lightroom Classic de profiter de l’intelligence artificielle dans ses recherches d’images.

Eh oui, étonnamment, la recherche de la version Classic, la grande donc, la plus complète, celle que les Pros veulent toujours utiliser, n’a que très peu évolué depuis ses débuts et l’intelligence artificielle n’est pas utilisée dans ses recherches, alors qu’elle l’est magnifiquement dans la version CC.

En fait, Adobe Classic utilise Sensei pour la reconnaissance de visages et les réglages automatiques, c’est à peu près tout.

C’est peu.

Je reviendrai sur Excire dans quelques jours, lorsque j’aurai plus d’expérience avec ce logiciel.

Vous devez juste savoir qu’il est désormais disponible en français, ce qui est une excellente chose lorsqu’on désire lancer une recherche sur des mots-clés, vous imaginez bien.

Et vous devez savoir aussi que ce plug-in me semble, à première vue, tout à fait efficace et incroyablement bien intégré à Lightroom Classic.

Vous laissez le programme travailler le temps nécessaire pour qu’il puisse indexer vos images (environ 7 heures chez moi, pour 53’000 images, en lui donnant toute la force du processeur), et le reste est assez magique.

Notez que vous pouvez garder le résultat dans la structure Excire, mais que vous pouvez, si vous achetez la version Pro, taguer carrément vos images, ce que j’ai fait après avoir vu les résultats de l’indexation.

Voilà.

Ça, c’est pour le contexte.

J’ai maintenant mes images taguées par de multiples mots-clés (personne, visage, visage seul, sourire, sombre, couleur, montagne, et des centaines d’autres), je trouve ça très agréable, et je peux faire des recherches dingues comme celle-ci par exemple:

2018-12-27_19-53-12.png

Oui mais bon, j’ai déjà dit que je vous en dirai plus bientôt, il ne faut pas que je dévoile tout maintenant, même si j’en crève d’envie.

J’en viens à mon titre.

J’ai donc mes images bien taguées (étiquetées, mots-clétisées si vous préférez) dans Lightroom Classic.

J’aimerais profiter de ces mots-clés dans Lightroom CC.

Eh bien c’est impossible.

Oh je sais, Gilles va m’expliquer que Lightroom CC et Lightroom Classic sont deux environnements différents et qu’ils ne peuvent pas partager leurs mots-clés.

Parce que Lightroom Classic a un classement hiérarchique desdits mots-clés, et pas Lightroom CC.

Moi je dis:

  • et pourquoi s’il vous plaît Lightroom CC ne bénéficierait-il pas de mots-clés hiérarchiques?
  • si ce n’est vraiment pas possible, aplatissons les mots-clés dans Lightroom CC, l’important, c’est que nos images soient marquées.

Je constate aussi que les données GPS marquées dans le module carte de Lightroom Classic passent très dans Lightroom CC, alors pourquoi pas les mots-clés, qui ne sont pas si différents si je ne fais erreur, ou bien?

Je constate aussi que lors de ma conversion de catalogue Lightroom Classic vers Lightroom CC, les mots-clés ont été aplatis dans Lightroom Classic sans problème.

J’imagine bien que la synchronisation de nouveaux mots-clés entrés dans Lightroom CC sur un niveau est un poil compliquée à remonter dans une hiérarchie Lightroom Classic hiérarchisée, mais bon, ça doit être à la portée de quelques bons programmeurs, non?

Et de toute façon, il n’y a aucune raison que les mots-clés entrés dans la version Classic après la conversion de catalogue ne soient pas aplatis dans Lightroom CC.

Bref, Adobe nous propose la meilleure solution actuelle de synchronisation d’images à travers un nuage, se veut LA solution des professionnels, et ne va pas jusqu’au bout dans son concept, dans un domaine tout de même important.

Je veux bien que la version CC se veuille plus « simple » que l’ancêtre, mais tout de même, la recherche est quelque chose d’important dès qu’on a plusieurs dizaines de milliers d’images.

Certes, l’intelligence artificielle fait des miracles, avec Excire dans Lightroom Classic via ce plug-in ou via Sensei intégré à la version CC, mais il est tout de même important de pouvoir garder également sa propre méthodologie.

Or ce n’est pas possible, je trouve cela tout à fait regrettable.

J’espère vraiment que ce problème va être résolu d’une manière ou d’une autre dans une prochaine version.

Et vous, qu’en pensez-vous?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

16 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

DomPython
DomPython
il y a 3 années

« La mots-clétisation dans les nuages et sa hiérarchisation aplatie. »On dirait un titre de thèse. (Mais dans quelle branche?)??????????

Gilles
Gilles
il y a 3 années

Hello François, comme je te l’ai expliqué plus en détail par mail, je crois qu’il va falloir accepter doucement que le principe même des mots-clés, tels que nous les pratiquons depuis des années, va s’effacer au profit de technologies capables de décrire le contenu des images et, pourquoi pas, de générer automatiquement une liste de mots-clés. Il faut aussi bien comprendre que peu de photographes utilisent les mots-clés, tout au moins sérieusement, au vu du travail colossal que ça représente. Aujourd’hui, les technologies sont en service, notamment dans des stocks d’image, et il faudrait que ça descende au niveau du end-user et de l’ordinateur individuel. Si je ne doute pas que ça sera un jour le cas de l’environnement Lr CC, la question est de savoir si ça concernera aussi Lr Classic. Car, effectivement, utilisant la recherche basée sur l’AI de Lr CC et celle du plug-in Excire (dont je suis le traducteur), il devient pour moi de plus en plus difficile et inacceptable de devoir filtrer et rechercher des images à l’ancienne, en devant sélectionner des critères et multiplier les clics de souris à n’en plus finir…

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

?

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Salut Gilles,Je ne savais pas que tu avais traduit Excire. Tu l’as même traduit au niveau des mots-clés? Ça a dû être un sacré travail!Je pensais au contraire que les pros passaient énormément de temps à taguer leurs photos, et à un plus large niveau, celui qui ne le faisait pas trop systématiquement (et j’en étais, pas pro donc, mais de ceux qui oubliaient plus souvent qu’à leur tour de taguer les images) était un gars pas sérieux.Les choses ont donc changé.C’est clair que l’intelligence artificielle fait le travail, de manière magnifique même, mais typiquement, dans les photos de spectacle, pouvoir dire quels sont les artistes, plus particulièrement encore dans un festival, on n’y coupe pas de le faire à la main.Et j’imagine qu’il y a encore plein de domaines qui doivent exiger l’étiquetage. Dans tes meetings d’aviation, pouvoir indiquer le modèle d’avion, ça doit être intéressant par exemple, non?Et là, un jour, l’intelligence artificielle pourra le faire, mais pour l’instant, elle en est loin.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

<br />Nous y voilà, il faut un logiciel en plus, rien que pour trier ses photos. L'iA n'est pas implémentée d'office dans les deux logiciels phares d'Adobe.<br />On est bien d’accord qu’elle l’est dans la version CC! Et comment même.Mais c’est vrai que ça fait un peu peur pour la version Classic qu’elle n’y soit pas intégrée.Cela dit, Excire fait sacrément bien le travail.

Le Chat
Le Chat
il y a 3 années

Nous y voilà, il faut un logiciel en plus, rien que pour trier ses photos. L’iA n’est pas implémentée d’office dans les deux logiciels phares d’Adobe. Finalement, c’est bien compréhensible (admissible) vu les années passées entre la conception de ces deux logiciels. Adobe n’est pas le seul concepteur à prendre cette voie, Apple le fait également.Cela fait quelques temps que je me suis affranchi des mots clés. La reconnaissance des visages m’apporte plus, de même que la localisation.???

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Et j’ajoute que le fait que LR Classic ne bénéficie pas de l’intelligence artificielle dans ce domaine si on ne lui adjoint pas Excire est tout de même inquiétant pour l’avenir de la version Classic, à moins qu’ils la revoient de fond en comble dans ce domaine, même si c’est difficile au vu de ses bases anciennes.

DomPython
DomPython
il y a 3 années

Le fait est que je ne suis pas enchanté par cette prétention de remplacer l’étiquetage par l’AI. Je crois fermement que l’étiquetage doit rester, car lui seul peut permettre un catalogage personnel. Je le vois très rapidement lorsque je consulte les mots-clé que j’utilise.Je me rappelle d’un dessin qui était placardé dans le bureau des documentalistes à la RTS. Deux personnages sont assis devant une ordinateur qui affiche le retour d’une recherche sur Google. Un des personnages dit à l’autre: – Je viens de trouver 21.798.472 raisons d’engager un documentaliste!Je suis d’avis que l’AI ne rendra pas ce dessin obsolète.

ysengrain
ysengrain
il y a 3 années

Dans les années 1980-81, notre enseignant-initiateur à l’informatique répondant à une question sur les systèmes experts, locution à la mode dans ces moments pour désigner le « commencement du début de l’initiation » de ce qui allait devenir un peu plus de 25 ans plus tard l’AI débuta sa réponse ainsi: « Mesdames, Messieurs, dites vous bien que ce qu’on tente d’appeler “intelligence artificielle” n’est pas forcément le contraire de la bêtise naturelle ».Je regarde cette évolution assez stupéfait et émerveillé.

DomPython
DomPython
il y a 3 années

Merci Gilles pour ta réponse détaillée.”Personne n’a dit que l’étiquetage manuel va disparaître.”Tu avais toutefois bien écrit ” je crois qu’il va falloir accepter doucement que le principe même des mots-clés, tels que nous les pratiquons depuis des années, va s’effacer au profit de technologies capables de décrire le contenu des images…” Quelle différence fais-tu entre s’effacer et disparaître? ?Cela dit, je conçois bien que ma pratique est sans doute très marginale. Ainsi utilisé-je  les mots-clés non seulement pour identifier le contenu (ce que l’AI peut faire) mais également  pour marquer un usage personnel. Exemples: blog signale les images que j’ai utilisées dans mon blog, silence signale les images qui symbolisent pour moi le silence, etc. Et ça, l’AI ne peut pas le faire pour moi!Mais encore une fois, je suis peut-être le seul à utiliser les mots-clé comme ça!

Gilles
Gilles
il y a 3 années

Personne n’a dit que l’étiquetage manuel va disparaître. Néanmoins, il est assez marginal, beaucoup de photographes n’y voyant aucune utilité (et je pense que c’est la majorité).Dans Lr CC, par exemple, on profite à la fois de l’étiquetage manuel et de l’étiquetage automatique, à ceci près que pour ce dernier, il n’y a pas d’extraction automatique sous forme de liste de mots-clés, pas encore tout au moins.J’ai eu l’occasion de faire des tests avec différentes solutions et quand je vois que l’AI est capable d’identifier, dans une photo de mon chien, sa race, sa couleur, son attitude corporelle et sa charge émotionnelle ou encore de me sortir la marque et le modèle d’une voiture de collection, il est clair que ça ne donne absolument plus envie de s’atteler à cette tâche si complexe qui consiste à créer à la main sa propre liste de mots-clés.Les gens d’Excire, par exemple, ont développé, il y a quelque temps, pour un client, un système d’identification et d’autotag capable de reconnaître les races de papillons dans les photos. Ils travaillent actuellement sur un logiciel de tri, que j’ai eu le plaisir de coprésenter lors du dernier Salon de la Photo, capable de classer les images d’une série de la plus nette à la moins nette, ou encore d’isoler les photos où les gens ont les yeux fermés. Et Lr CC ainsi que Google Photo reconnaissent non seulement les races de chiens, mais ils permettent de faire de la recherche sur des critères subjectifs (sombre, coloré, terne, sourire, etc.). Et si, dans certains cas, les résultats ne sont pas à 100 %, retenez que les algorithmes et le système, basé sur les réseaux de neurones, est en auto-apprentissage permanent. Nous sommes actuellement à un tournant très important de la gestion des images, ça va venir très vite et force est de constater que l’environnement Adobe, et plus particulièrement Lightroom, a quelques longueurs d’avance, dont ceux qui nous tannent actuellement avec l’éclosion des pseudos concurrents de Lr ne semblent pas encore avoir pris la mesure.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Oui Gilles, le système s’améliore, je le vois par exemple avec la reconnaissance des visages qui est assez extraordinaire sur CC, en tout cas sur les visages qui existent déjà dans la base. Là, il ne se trompe presque jamais.Par contre, il essaie de reconnaître des visages inconnus dont je me fiche éperdument (dans une foule par exemple) en les mettant sur des visages connus, et ça, ça m’agace. Il faudrait qu’il comprenne que le public ne doit pas être fouillé par défaut (après, libre à moi de mettre un visage sur une personne dans ledit public si ça m’intéresse).Cela dit, il faudra que je teste, je me demande si sur les dernières photos de festival, ce n’est pas déjà le cas. Je ne me rappelle plus.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Dom, ton image de “blog” ne tient qu’à toi, mais je suis certain que l’étiquette “silence” pourra être affublée par l’IA un de ces jours.

laurent
laurent
il y a 3 années

Très bien ton logiciel, testé et adopté ! Moi aussi je ne tagge pas mes photos, pas le temps. Excire le fera à ma place. Merci François pour ce nouveau logiciel.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Tu ne connaissais pas? J’avais lu un test sur Le Monde de La Photo, et un autre chez Gilles aussi, mais je ne sais plus où…

lawre51
lawre51
il y a 2 années

Bonjour à tous?

Merci Francois pour ce billet.
Perso je tague à la main les photos et j’ai passé beaucoup de temps à créer le thesaurus que j’avais besoin. Notamment sur les édifices publics, religieux, ouvrage d’art enfin bref une hiérarchie très personnelle. Alors si l’AI rend des services, je ne ne suis pas prêt à abandonner des années de rigueur au profit d’une solution qui d’ailleurs ne serait pas à 100 % fiable aujourd’hui. Mais là n’est pas vraiment le problème.
Saluons cette alternative, mais n’oublions que l’on est jamais mieux servit par soi-même

Cyril BEAUDRON

16
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x