Festival d’Anniviers à Grimentz, nous n’allons plus le manquer

Nous étions en vacances ces derniers jours dans la Vallée d’Anniviers, à Zinal, tout près de Grimentz où se déroulait, la première semaine d’août, le Festival d’Anniviers, dédié à la musique classique.

Ce festival en est à sa 13e édition et se déroule dans la petite église de Grimentz (Valais), excepté pour son premier concert qui a lieu en plein air, au barrage de Moiry.

Photo © François Cuneo 2022

Grimentz est typiquement un village valaisan dont le vieux centre est absolument superbe.

Photos ©François Cuneo 2022

Nous y sommes allés vendredi soir, dans un premier temps, et nous nous sommes trouvés au pied de la scène de l’orchestre à cordes de 13 musiciens pour écouter le programme suivant:

Félix Mendelssohn: Concerto en ré mineur
Franz Liszt: Angelus pour cordes
Ludwig van Beethoven: Concerto pour piano no 3 op 37 en do mineur

Orchestre à cordes du festival sous la direction de Jan Dobrzelewski
Solistes : Marc Grauwels, flûte et Stéphane De May, piano

Dès les premières notes, nous avons été enveloppés dans un son d’une qualité rare.

Les églises sont en général de beaux endroits pour faire de la musique, mais il arrive plus souvent qu’à son tour que la réverbération brasse un peu, ce qui peut nuire à l’écoute.

Pas à Grimentz: réverbération il y a, bien sûr, mais juste ce qu’il faut pour bénéficier pleinement de la musique prodiguée par cet orchestre professionnel dirigé par le chef d’orchestre franco-suisse Jan Dobrzelewski.

L’interprétation du concerto pour piano en ré mineur de Félix Mendelsohn par l’orchestre et Stéphane de May, directeur artistique du festival, a fait que le public s’est levé d’un bloc à la fin pour une standing ovation qui n’en finissait pas.

Le samedi, nous sommes retournés à Grimentz pour le marché artisanal, et nous avons entendu quelques notes sortir de l’église.

Nous y sommes entrés, et nous avons alors eu l’occasion d’assister au concert de dimanche matin, avec, entre autres, le Concerto en ré majeur pour guitare et cordes d’Antonio Vivaldi.

C’est à ce moment que nous avons pu voir l’entente et la complicité des musiciens forgées tout au long de la semaine, lors des répétitions justement et bien sûr des concerts.

Je vous glisse ici la répétition du magnifique deuxième mouvement de cette œuvre, avec Mathieu Constantin en soliste à la guitare.

Cette vidéo est sur ce site avec l’aimable autorisation de Stéphane De May, pianiste et directeur artistique, ainsi que Mathieu Constantin, guitariste, ©François Cuneo 2022.

Nous n’avons donc pas hésité une seconde à voir le « vrai » concert le dimanche matin, toujours à l’église.

Le programme était le suivant:

Antonio Vivaldi, Concerto en ré majeur pour guitare et cordes.
Wolfgang-Amadeus Mozart, Air de concert pour soprano, piano obligé et cordes
Richard Wagner, Siegfried- Idyll
Maurice Ravel, Pavane pour une infante défunte
George Gershwin, Rhapsodie in Blue

Orchestre du festival sous la direction de Jan Dobrzelewski
Solistes : Mathieu Constantin, guitare, Stephan Siegenthaler, clarinette, Sabine Conzen, soprano, Stéphane De May, piano

Le bonheur total pendant tout le concert, une fois de plus au premier rang (il suffit de venir 20 minutes avant pour être bien placé), des solistes et un orchestre au top, le tout ponctué par un apéritif sur le parvis de l’église, nous sommes en Valais, ne l’oublions pas.

Voilà, alors si vous aimez la musique classique, si vous êtes dans les environs l’année prochaine, à la même période, n’hésitez pas!

En plus, vous visiterez une région magnifique.

Photo de couverture, François Cuneo 2022