Le nouvel Audirvana est arrivé, quelle révolution!

Je suis un fidèle d’Audirvana Plus depuis des années.

Je l’ai d’ailleurs testé ici, et j’ai expliqué ces avantages par rapport à d’autres solutions.

Voilà que ce programme nous revient dans une toute nouvelle version 3.5, revue de fond en comble, au point qu’Audirvana Plus change de nom pour redevenir Audirvana.

2019-04-13_11-23-23.png

Vous voyez la nouvelle icône à droite de l’ancienne. Ouf, je ne vais plus confondre avec l’icône du Mac App Store désormais, ce qui m’arrivait souvent, soit dit en passant, ce qui montre, je l’admets, certaines de mes limites.

Audirvana Plus, c’est quoi?

Pour rappel, Audirvana est un programme qui va lire les fichiers musicaux sur votre disque dur, ou directement sur les serveurs de Qobuz, Tidal, ou encore HighResAudio.

2019-04-12_23-11-33.png

L’énorme avantage d’Audirvana, c’est de transmettre au DAC (l’appareil qui convertit les signaux digitaux en signaux analogiques) un signal le plus direct possible, sans passer par toutes les couches du système. Il donne le meilleur signal possible, en effectuant un travail important en amont, reconnu par les spécialistes, qui permet au DAC d’avoir le moins possible de travail à faire.

Voici comment le site d’Audirvana explique la chose:

2019-04-12_23-21-51.png Et vous en saurez beaucoup plus sur les qualités et les avantages sonores d’Audirvana en lisant l’article que j’ai consacré à ce produit magnifique, ici. Ce qu’il contient est assez technique sur ce sujet, je m’étais d’ailleurs fait aider à l’époque, je n’y reviens pas ici.

Quoi de neuf dans cette nouvelle version?

Audirvana Plus passe donc en version 3.5 et devient Audirvana, ça, je l’ai déjà dit en préambule.

J’ai pu l’essayer pendant plusieurs jours en version bêta avant sa sortie officielle vendredi (attention, si vous étiez bêtatesteur, il vous faut télécharger la nouvelle version officielle, la mise à jour intégrée ne passe pas de la bêta vers cette dernière).

Mis à part les qualités sonores évoquées plus haut qui sont toujours de la partie et semblent même s’être améliorées (j’attends des renseignements techniques de l’éditeur pour ne pas dire de bêtises), tout a changé dans cette nouvelle version.

C’est d’ailleurs à rien n’y comprendre!

Qu’est-ce qu’il aurait fallu pour que le programme passe carrément en version 4 alors et que l’éditeur nous demande de repasser à la caisse, ce qui n’est pas le cas si vous utilisez une version 3?

Mystère.

Cela dit, si je trouvais mon compte en matière sonore avec Audirvana, je commençais à souffrir en matière d’interface: pas d’historique, un graphisme suranné, des préférences compliquées et j’en passe.

Audirvana Plus était toujours au top en matière de rendu sonore, mais était dépassé par la concurrence sur le plaisir d’utilisation, au point que j’étais passé un moment par Roon, plus agréable alors.

Il faut dire que le programmeur a dû être très pris pour sortir une version Windows de son logiciel dans l’intervalle.

Mais tout a changé en version 3.5, tout!

Nous avons une interface moderne, un historique de ce que nous avons fait pendant la session, des préférences remaniées, un mini-lecteur tellement attendu, et j’en passe, oh que c’est bon!

Pour commencer, regardez la nouvelle interface, par exemple ici en streaming dans le catalogue de Qobuz:

D’abord en mode sombre:

2019-04-12_23-34-47.png

Ensuite en mode clair

2019-04-12_23-34-46.png

Mais reprenons cette interface à partir d’une capture d’écran commentée par Damien Plisson, le développeur d’Audirvana:

2019-04-13_08-58-09.png

Je reprends les explications de gauche à droite et de haut en bas.

L’historique

Il est maintenant possible de se revenir à un album consulté auparavant (dans la session), bref, de naviguer dans ce que nous avons consulté, en avant et en arrière. C’était pour moi l’un des gros manques d’Audirvana, il est presque complètement comblé.

Pourquoi « presque »? Tout simplement parce que le programme est limité à ce que nous avons fait depuis que nous l’avons ouvert. Et j’aurais bien aimé qu’il puisse se souvenir de tout ce qui a été consulté dans un délai plus grand, par exemple la dernière semaine, voire plus.

Mais ce qui est proposé est un réel progrès.

Toute petite chose: sur mon MacBook Pro 15 2016, je n’ai aucun problème à circuler dans mon historique, alors que sur mon MacBook Pro 13 de 2017, je dois souvent cliquer deux fois sur les flèches droite et gauche pour passer d’une étape à l’autre (version 3.5.1).

La recherche

La recherche fait un bond spectaculaire dans Audirvana 3.5. Elle n’est plus coincée dans un mini menu à droite, elle prend toute la place, notamment dans ses résultats, voyez plutôt:

2019-04-13_09-09-36.png

Vous l’avez compris, vous pouvez limiter votre recherche à votre bibliothèque, ou à votre source de streaming d’un simple clic.

Et les résultats sont parfaitement présentés, par pistes, albums, artistes et playlists.

C’est parfait comme ça, ne touchez plus à rien!

Moi qui souffrais dans les versions précédentes, je suis comblé désormais.

Les paramètres généraux (préférences)

Fantastique changement là aussi, tout apparaît dans une même page, avec des zones bien délimitées que l’on peut contracter ou pas, selon nos désirs.

Voici tous les domaines contractés:

2019-04-13_09-13-33.png

Et les voici dépliées, ce qui vous permettra de constater la richesse des réglages.

2019-04-13_09-15-30.png
Merci, Snagit, pour la capture déroulante automatique de ces préférences!

Notez une petite chose qui m’a surpris: je n’arrivais plus à commander la pause et l’écoute de ma musique avec la barre d’espace. Je pensais à un bug qui allait être corrigé dans une prochaine version, or, il n’en est rien. Il faut aller dans les préférences du programme, déplier au besoin Divers, activer Utiliser les touches media, puis suivre les instructions:

2019-04-13_08-45-01.png
À ne faire qu’une seule fois, bien sûr!

Le mini lecteur

Une chose qui me rendait dingo dans les versions précédentes, c’est qu’il était impossible de fermer la fenêtre d’Audirvana sans quitter le programme. Il fallait donc la laisser ouverte et l’air de rien, elle me dérangeait souvent.

Ici, tout en haut à droite de la fenêtre, vous trouvez l’icône permettant de minimiser la fenêtre qui prend bien moins de place, même si, au vu de la réduction des fenêtres standard dans ce test pour tenir dans la colonne, je conçois qu’on ne se rende pas pleinement compte de l’avantage de ce mini lecteur.

2019-04-14_11-53-52.png

Un vrai bonus, que je n’attendais plus!

Information sur le format de fichier

C’est à cet endroit qu’Audirvana vous indique quel est le format du fichier source.

La plupart des formats sont supportés, y compris les haut de gamme:

2019-04-13_11-45-46.png

Sélection directe du périphérique audio

Je passe en vitesse sur les traditionnelles commandes que l’on retrouve sur tous les programmes et périphériques audio, les informations du disque à l’écoute ainsi que de la liste de lecture en attente pour en arriver à la sélection de la sortie sonore, directement intégrée à la fenêtre.

Oui, il n’est plus besoin de passer par les préférences pour changer de périphérique.

2019-04-14_18-08-07.png

Par contre, vous devrez arrêter la lecture en cours avant de changer de système.

Notez que si votre DAC n’était pas allumé avant d’avoir lancé Audirvana, il se pourrait (ce n’est pas toujours le cas) que vous deviez le quitter et le redémarrer. J’aurais bien voulu voir une commande « Rescanner » apparaître, pour éviter cette manipulation qui ne prend en tout que quelques secondes, il faut bien l’avouer.

Notez l’incroyable richesse des réglages possibles pour chaque périphérique:

2019-04-14_16-36-37.png

L’intégration des services

Je ne vais parler ici que de Qobuz, puisque je ne suis pas abonné aux deux autres services proposés.

Vous voyez dans la colonne de gauche de la fenêtre, en dessous de mes listes de lecture, le section « Connecté ».

2019-04-14_10-06-36.png

C’est là qu’apparaissent les services.

Lorsque vous cliquez sur « Découvrir », vous avez accès à tout le catalogue Qobuz (pour autant que vous y soyez abonné et bien sûr connecté dans les préférences).

2019-04-14_10-04-06.png

Comme vous le voyez, vous pouvez sélectionner le genre de musique à afficher et avoir accès aux principales rubriques du service de Qobuz.

La présentation des albums est vraiment très réussie:

2019-04-14_09-45-58.png

Lorsqu’un album est commenté par Qobuz (et c’est souvent le cas), le contenu de l’apport culturel est affiché clairement à droite de sa jaquette. C’est esthétique, lisible, tellement mieux que les bulles de la version d’avant!

Sous le titre de l’album, vous pouvez cliquer sur le compositeur ou l’artiste, et bing, vous êtes amenés sur la section de Qobuz qui le concerne.

Voilà ce que je vois lorsque je clique sur François Couperin dans la fenêtre du dessus:

 

2019-04-14_10-00-33.png
Une partie des 174 albums proposés

 

Le petit H dans un carré jaune indique que le disque est en haute résolution, ce qui me permet de vous montrer que le catalogue Qobuz est de plus en plus riche en ce domaine, la plupart des nouveautés me semblant sortir en qualité Hi-Res d’ailleurs, ce qui est une très bonne chose.

Merci, Qobuz, d’avoir fait ce si beau travail en matière de contenu et merci, Audirvana, de me le présenter aussi bien.

Mais ce n’est pas tout!

Si vous cliquez sur la petite icône avec un groupe…

2019-04-14_10-16-02.png

… vous obtenez la liste des compositeurs similaires à François Couperin.

2019-04-14_10-12-00.png

Bien évidemment, un clic sur l’un de ces compositeurs vous amènera sur sa page et ses compositions.

C’est formidable, non?

Mieux, si vous streamez sur Qobuz, ou si vous avez acheté un album chez eux, il y a de fortes chances que vous ayez à disposition le livret du disque.

En ce cas, ce dernier apparaît super bien présenté à l’écran et vous pouvez naviguer comme bon vous semble au fil de ses pages en scrollant verticalement.

2019-04-14_11-43-38.png

Mieux, un petit Control-clic vous amène ces possibilités:

2019-04-14_11-45-21.png

Et par rapport à Roon?

Un peu fatigué par l’ancienne interface d’Audirvana, j’étais très souvent sur Roon, ces derniers mois, ce qui contredit quelque peu la première phrase de mon article, rappelez-vous: Je suis un fidèle d’Audirvana Plus depuis des années.

J’avais même acheté la licence à vie de Roon à… 499 $.

En ce qui me concerne, depuis la sortie du nouvel Audirvana, je suis de nouveau un fidèle utilisateur, et je ne me contredis plus.

Cela dit, les deux ne sont pas vraiment complémentaires.

Roon a pour lui la gestion multi-rooms si l’on veut écouter de la musique dans plusieurs pièces.

Et puis, il y a tout l’à côté de Roon, à savoir les liens culturels, certes malheureusement en anglais et surtout facilement remplaçables par quelques clics sur n’importe quel navigateur, mais aussi leur radio, qui, une fois l’œuvre que vous voulez écouter terminée, vous permet d’écouter sans information de votre part de la musique qui devrait être selon vos goûts au vu de l’analyse de votre bibliothèque par ce logiciel.

En dehors de ces éléments, Audirvana a tout pour lui.

D’abord la clarté.

Avec Roon, on ne sait jamais très bien où on est, et je l’ai utilisé quelques mois tous les jours, je sais de quoi je parle.

De plus, les liens culturels de Qobuz et les critiques d’albums en français sont pour l’instant écrasés dans Roon, ces qui est vraiment regrettable.

Rien de tout cela, vous l’avez vu, dans Audirvana, tous les avantages de Qobuz se retrouvent dans ce notre logiciel.

En matière de qualité de son, j’avais une très légère préférence pour Roon, jusqu’à ce que je me rende compte après lecture de quelques interview de Damien Plisson, que je n’activais pas le suréchantillonnage ce que j’ai décidé de faire dans la nouvelle version et qui m’a amené à une qualité sonore, me semble-t-il, encore en progrès, en tout cas au niveau de celle de Roon.

2019-04-15_08-23-24.png
Mes nouveaux réglages pour le suréchantillonnage

Et compatible avec la télécommande pour iPhone et iPad

Un tel changement de version pouvait faire craindre pour la compatibilité avec l’application Audirvana pour iPhone et iPad, testée ici, qui permet de piloter le programme bien confortablement assis sur son canapé.

IMG_1082

Tout va bien, la compatibilité est de la partie.

On attend simplement la version 2 qui est en cours de développement, pour se mettre au niveau du programme principal en matière d’esthétique et d’ergonomie.

Le prix tout doux

Il est fou Damien Plisson!

Faire une telle révolution dans son logiciel et ne pas la faire payer à ses utilisateurs de la version 3, pour être plus poli, c’est pour le moins correct!

Il s’agit véritablement d’un nouveau logiciel, il aurait pu sans problème nous faire passer à la caisse.

Ne pas le faire est bien sûr tout à fait à son honneur!

Pour ceux qui étaient en version 2, la mise à jour reviendra 39 €, pour les utilisateurs enregistrés de la v1, ce sera 45.50 €.

Enfin, si vous n’êtes pas encore utilisateur d’Audirvana, vous devrez vous acquitter de la somme pour le moins raisonnable de 65 €.

Respect Monsieur Plisson!

En conclusion

Et voilà un sacré concurrent pour le Too Much Bô de l’année 2019, cet Audirvana.

Je n’en reviens pas des progrès réalisés sur un logiciel en un changement de mouture.

La réécriture a parfois du bon, c’est sacrément le cas ici.

Et quand le « ici », c’est un logiciel que vous utilisez toute la journée tant au bureau qu’à la maison, eh bien vous êtes super content.

C’est ce que je suis.

2018-12-06_20-55-12