Je n’achète plus la même chose avec Yuka

Le Nutri-Score, on en parle passablement ces temps, j’imagine que vous connaissez.

Mais pour en être certain, avant d’aller plus loin, je vous donne la définition de la Fédération romande des consommateurs sur son site:

À quoi sert le Nutri-Score?
Le Nutri-Score est un outil de comparaison performant qui rend l’achat plus rapide en faisant appel à une signalétique colorée – de vert (A) à rouge (E) – sur la face avant des denrées. Il synthétise les valeurs qui figurent au dos de l’emballage sous une forme chiffrée, généralement difficiles à comprendre et à comparer. L’information qu’il fournit est basée sur des données scientifiques solides qui complètent les recommandations pour l’alimentation équilibrée de la pyramide alimentaire sans les remplacer. Grâce au Nutri-score, privilégier un aliment plutôt qu’un autre dans un assortiment ne donne plus le tournis.

D’où vient-il?
On doit la base scientifique de cette échelle de qualité nutritionnelle à Mike Rayner, un chercheur britannique. Quatre ans plus tard, en 2013, l’épidémiologiste Serge Hercberg a repris ce système d’information simple pour donner un nouvel élan au Programme national nutrition santé (PNNS) en France.

Source: Fédération romande des consommateurs

En Suisse, nous avons une grosse discussion pour savoir si nous devons indiquer le Nutri-Score sur les emballages des aliments que l’on trouve dans nos magasins.

Visiblement, c’est le cas aussi en Europe puisque des associations de consommateurs demandent l’obligation d’étiqueter les produits avec des ce système.

La France en est à recommander ce logo qui indique clairement la valeur nutritionnelle des produits que nous achetons.

topelement.jpg

En Suisse bien sûr, on prend son temps.

Il ne faudrait pas brusquer les firmes helvétiques en faisant pression en obligeant l’affichage de ce logo.

Heureusement, vu que Danone s’y est mis, Nestlé a annoncé sa volonté de participer au Nutri-Score en affichant très vite ce logo sur ses propres produits.

Les choses risquent donc de bouger très vite.

Ou disons moins lentement que prévu.

Cela dit, inutile d’attendre cet affichage puisque de nombreuses applications permettent, d’un simple scan du code-barres, d’obtenir le résultat Nutri-Score du produit que nous avons dans les mains sans s’abîmer les yeux en lisant les spécifications du produit écrites si petit.

Il y a par exemple l’application Open Food Facts qui recense pas moins de 912’732 produits au moment où je tape ces lignes (début juillet 2019).

2019-07-07_21-04-39.png

Un scan sur le code-barre d’un produit affiche sa note et sa composition.

2019-07-07_21-06-28.png

Dommage, cette application ne s’intéresse qu’à la nourriture.

Il y a aussi l’application bon à Savoir qui fait à peu près la même chose avec les mêmes limites, à savoir que l’on ne s’arrête qu’à la nourriture et aux boissons, ce qui est déjà pas mal me direz-vous.

2019-07-07_21-10-09.png

 

Si vous désirez sortir du domaine de la nourriture pour toucher par exemple les cosmétiques, vous trouverez, sur le même principe (mais pas basé sur le Nutri-Score bien sûr) l’application FRC Cosmétique.

2019-07-07_21-34-58.png

Et puis il y a Yuka

Yuka est une application qui scanner tant les cosmétiques que ce qui touche à l’alimentaire.

L’application est moderne, sympa, le scan des produits est incroyablement rapide comparé à d’autres applications. À peine le code barre est-il repéré, même de travers, avant que vous n’ayez quasiment eu le temps de le placer dans le cadre, et bing, vous avez votre résultat.

Comment fait Yuka pour l’alimentaire?

Vous permettez que je laisse répondre le site de Yuka?

Comment sont notés les produits alimentaires?

Pour la notation des produits alimentaires, Yuka se base sur trois critères:

 

  • La qualité nutritionnelle représente 60 % de la note.

La méthode de calcul se base sur celle du Nutri-Score, conçu dans le cadre du Programme National Nutrition Santé. Cette méthode prend en compte les éléments suivants: calories, sucre, sel, graisses saturées, protéines, fibres, fruits et légumes. Le règlement d’usage est disponible ici.

 

  • La présence d’additifs représente 30 % de la note.

Le référentiel se base sur l’état de la science à ce jour. Nous prenons en compte les avis de l’EFSA, de l’ANSES, du CIRC mais aussi de nombreuses études indépendantes.

En fonction des différentes études existantes, chaque additif se voit affecter un niveau de risque: sans risque (pastille verte), risque limité (pastille jaune), risque modéré (pastille orange), risque élevé (pastille rouge).

Le détail du risque associé à chaque additif, ainsi que les sources scientifiques correspondantes, seront prochainement affichés dans l’application.

 

  • La dimension biologique représente 10 % de la note.

Les produits considérés comme biologiques sont ceux disposant du label bio français (AB) et/ou du label bio européen (Eurofeuille).

Source: FAQ de Yuka

 

Ce qui dérange un peu l’un des concepteurs de Nutri-Score, c’est que ce dernier n’est que partie prenante du résultat de Yuka (60 %).

Je trouve tout de même important que le critère du bio et des additifs soit de la partie. Il me semble même que les 10 % du bio devraient avoir un peu plus d’importance.

Pour les produits cosmétiques, lisons à nouveau comment s’y prend Yuka:

Comment sont évalués les produits cosmétiques?

 

Le système de notation des cosmétiques se base sur l’analyse de l’ensemble des ingrédients entrant dans la composition d’un produit.

 

En se basant sur l’état de la science à ce jour, chaque ingrédient se voit attribuer un niveau de risque en fonction de ses effets potentiels/avérés sur la santé: perturbateur endocrinien, cancérigène, allergène ou encore irritant. Les risques potentiels associés à chaque ingrédient sont affichés dans l’application, avec les sources scientifiques associées.

Les ingrédients sont classés en 4 catégories de risque:

 

  • sans risque (pastille verte)
  • risque faible (pastille jaune)
  • risque modéré (pastille orange)
  • risque élevé (pastille rouge)

 

La note dépend du niveau de l’ingrédient avec le plus haut niveau de risque présent dans le produit. Ainsi, si un ingrédient à risque élevé (rouge) est présent dans le produit, la note sera automatiquement dans le rouge (soit en-dessous de 25/100). Si l’ingrédient avec le niveau de risque le plus élevé est un ingrédient à risque modéré (orange), la note du produit sera alors médiocre (en dessous de 50/100).

 

C’est ensuite la présence d’autres ingrédients qui déterminera précisément la note parmi la fourchette définie.

Source: site Yuka

Mais encore à propos de l’évaluation?

Il faut savoir que les produits d’entretien et de nettoyage de la maison ne sont pas répertoriés, la méthode d’analyse n’étant pas encore bien établie.

Notons encore que ni la provenance, ni l’impact environnemental, ni le prix, ni l’emballage ne sont pris en compte pour l’instant par la note de Yuka, ce dernier se concentrant sur l’impact des produits directement sur la santé.

 

Et l’indépendance de Yuka?

Yuka ne dépend de personne, si ce n’est de ses abonnés premium (dont je suis).

Notez que vous pouvez très bien utiliser l’application (j’y viens, j’y viens!) gratuitement, mais je trouve important, au vu de ce qu’elle nous amène, de participer un petit peu à son développement.

Yuka dépend également de son Programme Nutrition, qui permet d’acquérir les bases d’une alimentation saine.

Pas de publicité, pas d’utilisation de vos données, il me semble que cette application et la plateforme qui est derrière sont tout à fait fiables.

L’application

Je vais bien sûr parler ici de la version iOS, et plus particulièrement de celle de l’iPhone que l’on a plus souvent avec soi qu’un iPad Pro lorsqu’on fait ses courses (en tout cas moi, vous, je ne sais pas, vous faite comme vous voulez hein…).

Première étape: scanner le produit, et là déjà, Yuka fait très fort comme je l’ai écrit plus haut puisqu’il accroche le code-barre à la vitesse de l’éclair, même avant que vous ne l’ayez bien cadré.

Il se montre fiable et tombe, quand il existe, ce qui est la plupart du temps le cas, directement sur le bon produit.

2019-07-11_21-00-12.png

Vous avez alors déjà une idée générale de sa qualité.

  • Vert foncé: excellent
  • Vert clair: bon
  • Orange: médiocre
  • Rouge: mauvais

C’est bien, mais cela ne suffit pas: vous pouvez alors ouvrir la page du produit et vous saurez combien il a obtenu de points sur 100, et comment il les a obtenus en parcourant ses ingrédients.

Voici la page d’un produit alimentaire:

2019-07-11_21-42-55.png

Et voici celle d’un produit cosmétique:

2019-07-11_21-44-07.png

Vous cherchez une alternative de meilleure qualité?

Comme vous le voyez ci-dessus, souvent, mais pas toujours, Yuka vous en propose, toujours dans l’indépendance absolue.

Vous pouvez également consulter la page des recommandations par rapport aux produits que vous avez scannés récemment.

2019-07-11_21-48-38.png

Vous pouvez garder l’historique de vos produits en particulier si vous êtes premium  tout comme charger les produits sur votre téléphone sans avoir besoin de connexion.

2019-07-11_21-53-05.png

Si vous ne trouvez pas votre produit, vous pouvez le renseigner vous-même (il sera ou pas validé par Yuka).

2019-07-11_21-06-40.png

Qu’est-ce que ça change, d’utiliser Yuka?

Je ne suis pas en permanence en train de scanner des produits dans les magasins.

D’abord, parce que je l’ai déjà fait à la maison avec les produits dans mes armoires et que j’ai, pour ces choses-là, une assez bonne mémoire: je sais si un produit est bon ou pas…

Cela dit, en particulier pour des produits d’hygiène corporelle ou des cosmétiques, lorsque j’ai le choix, je scanne les produits pour savoir lequel est le moins nocif pour la santé.

J’utilisais par exemple ce baume pour les lèvres en étant persuadé qu’il était de bonne qualité, et pourtant, j’obtiens cela.

2019-07-11_22-14-22.png

Vous voulez savoir pourquoi ce produit est noté comme mauvais, remontez un peu, le détail de la note est donné plus haut dans l’article.

 

Je suis donc passé à celui-là, puisque sa note est bien meilleure.

2019-07-11_22-14-23.png

J’utilise également passablement de margarines allégées: eh bien suite à mes observations sur Yuka, je vais m’en remettre au beurre, en en utilisant avec beaucoup de modération puisque ce dernier, tout gras et mauvais pour le cholestérol qu’il est, est mieux noté.

Yuka amène donc vers une prise de conscience et vers le mieux consommer pour la santé.

L’application est bien fichue, esthétique, rapide et, comme ses congénères, va finir par mettre la pression sur les fabricants.

Qui voudra encore acheter ces cookies, après avoir vu la note qu’ils obtiennent?

2019-07-11_21-57-47.png