Bon… je crois que je vais me reposer pour tenir le coup dimanche soir.

J’avais dit que je n’écrirais que lorsque j’en ai envie.

Qu’il n’y aurait pas de pression.

Le problème, c’est que j’ai toujours envie d’écrire.

Et que je me mets la pression tout seul.

Alors, un article par jour, j’arrive plus ou moins à le tenir (en fait, plutôt plus que moins, je crois, non?)

Mais deux comme hier, c’est dur, surtout que je n’ai pas beaucoup dormi suite au  spectacle édifiant dont j’ai parlé ici hier.

Donc les amis, ce jour, je vous demande de bien vouloir accepter de me laisser un tout petit peu souffler (vous pouvez lire le petit test du clavier Logitech, qui a un peu passé à l’as avec l’article sur le débat).

Histoire que j’aie le temps d’écrire quelques articles pour la semaine prochaine, ce week-end.

Enfin… ce week-end, ce week-end, une partie du week-end seulement hein!

Parce qu’à partir de dimanche soir, ça va d’abord être l’angoisse, et puis, je l’espère, le soulagement, devant un bon verre de rouge.

J’adore ces soirées électorales. Surtout lorsque les nouvelles sont bonnes.

Sinon…

Sinon je ne sais pas…

Dites-moi que c’est impossible, qu’il n’y aura pas de sinon.

Faites tout pour qu’il n’y en ait pas, de sinon, par pitié.