Yesss! L’alliance bidon n’a pas passé, mais la Stratégie énergétique 2050 oui

Désolé, je vais parler local cet après-midi.

En Suisse, nous avons un parti, anti tout, un peu l’équivalent du Front National en France, c’est l’UDC, pour Union Démocratique du Centre, et qui porte donc fort mal son nom.

Ce parti est issu de la fusion de 3 partis, dont le PAI pour parti des Paysans, Artisans et Indépendants, qui lui était au centre droit, pendant des décennies.

Dans le canton de Vaud, les UDC ont été longtemps associés aux PAI qui étaient puissants dans ce canton, après la fusion. Les membres de l’UDC l’étaient devenus sans trop s’en rendre compte, et continuaient à être des centristes, très différents de la tendance blochérienne très à droite qui a pris, au fil des années, l’ascendant complet sur la tendance centriste.

Depuis quelques années, il faut être clair: les UDC vaudois sont des gens qui connaissent et partagent les concepts du parti et les thèses zurichoises.

Or, nous avions la possibilité d’élire en ce dimanche un membre de l’UDC, M. Jacques Nicolet, qui a raconté à la radio que le programme qui l’intéressait lors des élections françaises, c’était celui de Mme Le Pen.

Prouvant par cela que l’UDC vaudoise est devenue elle aussi un parti d’extrême droite.

Et s’il y a des politiciens centristes paumés au milieu de cette UDC, ils n’avaient qu’à quitter ce parti, ils ont eu assez le temps pour en trouver un autre plus près de leur conscience politique.

M. Nicolet n’a pas été élu au premier tour, et n’avait que peu de chances de parvenir à ses fins au deuxième tour.

Sauf que…

Une femme, pour qui j’avais de l’estime, Mme Isabelle Chevalley, même si elle est à droite de l’échiquier politique, membre influente des Verts libéraux, les Verts de droite dans notre pays, a surgi entre le premier et le deuxième tour, en pensant pouvoir passer en s’alliant à M. Nicolet.

Mme Chevalley défend l’économie, mais en tenant compte avant tout de l’impact sur notre climat.

Bref, une personne tout à fait intéressante.

Sauf que pour essayer de parvenir à ses fins, elle s’est complètement décrédibilisée aux yeux de nombreux Vaudois.

Comment, en effet, une telle femme pouvait-elle faire alliance avec une UDC qui, par principe et par défaut, s’oppose à tout ce qui touche à la défense de l’environnement?

Mme Chevalley s’est compromise.

Elle n’aura plus mon estime politique, et cela pour longtemps.

Et elle n’aura plus l’estime politique de nombreux Vaudois, dont certains dans son propre parti.

Est-ce que cela valait la peine, pour tenter d’être élue, de passer par-dessus ses convictions les plus profondes, malgré toutes les justifications branlantes qu’elle a tenté de donner ces dernières semaines?

Non.

Elle n’a pas été élue, et le gouvernement vaudois, qui a fait ses preuves dans une telle configuration depuis des années, restera à majorité de gauche, avec un parlement majoritairement à droite.

Cela fonctionne parfaitement comme ça chez nous, et c’est tant mieux.

Je suis soulagé.

Et, cerise sur le gâteau, la Stratégie de transition énergétique 2050, remise en cause par l’UDC (qui l’eût cru?) a été validée en ce beau dimanche, dans toute la Suisse.

Quel beau dimanche nous vivons, de par chez nous!

Et quelles claques l’UDC se prend dans la figure depuis quelques mois, et en particulier en Suisse romande.

Ils restent très forts, mais ça fait du bien de constater qu’ils peinent à faire passer leurs convictions ces derniers temps, tant dans les élections que dans les votations.

Oui, ça fait du bien.

Même s’il faut rester vigilants.