À propos de l’iMac 27″ 2017

Daniel Pesch, lecteur et commentateur fidèle et assidu du Blog du Cuk, m’a proposé il y a quelques jours, de mettre à disposition de nos lecteurs son ressenti à propos de son nouvel iMac 27 pouces 2017.

C’est avec un grand plaisir que je lui cède la parole, tout en le remerciant chaleureusement pour le travail conséquent effectué.

À toi Daniel, chauffe!


Avertissement:

Cet article n’est pas un test! Juste une appréciation d’un utilisateur lambda qui a quelques exigences.

Un peu d’histoire:

J’avais acheté en mai 2011 un iMac 21″ dont voici les caractéristiques:

  • Identifiant du modèle: iMac12,1
  • Nom du processeur: Intel Core i5
  • Vitesse du processeur: 2,7 GHz
  • Nombre de processeurs: 1
  • Nombre total de cœurs: 4
  • Cache de niveau 2 (par cœur): 256 Ko
  • Cache de niveau 3: 6 Mo
  • Mémoire: 8 Go + 8 Go DDR3 1333MHz
  • Carte vidéo: AMD Radeon HD 6770M
  • Disque dur interne: 2To Hitachi

En principe, je change de machine tous les 4 ans. Mais les iMac présentés en 2015 n’avaient plus grand-chose pour me plaire, tout fermés qu’ils étaient, y compris la RAM, soudée. J’ai donc passé mon tour et je me suis motivé pour ouvrir l’iMac et aller y ajouter un SSD de 256 Go que j’ai collé derrière le disque optique. L’opération, assez sensible quand même, a duré deux bonnes heures et cela s’est bien passé.

 J’ai alors opté pour le formatage en Fusion Drive. Le redémarrage a été une expérience unique pour moi, en effet, comme vous l’imaginez, le trac était bel et bien là, mais il n’a pas duré, car la barre de progression fut à peine visible et au d’à peine 40 secondes le bureau était là. C’est là que je me suis rendu compte à quel point l’iMac était lent auparavant, il prenait 2 à 3 minutes pour être prêt!

La gamme 2017 est arrivée fin mai et je suis allé à l’Apple Store de Montpellier pour y jeter un œil. Très vite je me suis intéressé de plus près au 27″, son magnifique écran et sa trappe d’accès à la RAM. Rentré chez moi, j’ai commencé à m’informer à son sujet. Je me suis rendu compte que l’accès aux composants était au moins aussi facile que sur le 21″ mi 2011 et que, si cela s’avérait intéressant, je pourrais l’ouvrir (oui, oui, décoller la vitre et l’écran tout en même temps!) une fois la garantie terminée pour changer le disque dur ou la carte graphique. Une fois la vitre et l’écran décollés, on a un accès direct et assez simple à tous les composants.

Voir ce tutoriel iFixit.

J’ai donc mis en vente le 21″ (Bon Coin). Après 3 jours et quelques touches d’acheteurs bidons, j’ai eu contact avec quelqu’un de sérieux et nous avons fait affaire. Après 6 ans de bons et loyaux services, mon iMac 21″ mi-2011 est parti vivre sa vie un peu plus au nord.

image 2.jpg
Mon iMac 21″ avant son départ chez son nouveau propriétaire)
image 3.jpg
Le même de dos

J’avais, évidemment, pris soin de faire une sauvegarde Time Machine avant de remettre la bécane dans son état initial.

Dès mon retour de livraison, je me suis connecté à l’Apple Store grâce au Macbook Pro de ma compagne (sur lequel j’ai une session bien à moi) et j’ai commandé le prochain iMac. J’avais déjà enquêté pas mal et remarqué une chose curieuse:

Sur l’Apple Store les iMac 27″ sont présentés sous 3 formes:

  1. Écran Retina 5K – Processeur à 3,4 GHz – 1 To de stockage – Radeon Pro 570 avec 4 Go de mémoire vidéo – 2’099 euros
  2. Écran Retina 5K – Processeur à 3,5 GHz – 1 To de stockage – Radeon Pro 575 avec 4 Go de mémoire vidéo – 2’299 euros
  3. Écran Retina 5K – Processeur à 3,8 GHz – 2 To de stockage – Radeon Pro 580 avec 8 Go de mémoire vidéo – 2’599 euros
Image 4.jpg
Copie d’écran du site Apple France

On peut ensuite customiser divers éléments. J’ai donc comparé les 2 plus puissants modèles et je les ai boostés au maximum:

  1. Processeur Intel Core i7 quadricœur de 7e génération à 4,2 GHz (Turbo Boost jusqu’à 4,5 GHz)
  2. Fusion Drive de 3 To
  3. Magic Keyboard avec pavé numérique – Français
  4. Je n’ai pas changé la quantité de RAM, chose que j’ai faite moi-même plus tard à meilleur prix.

Eh bien! curieusement, ces deux configurations finissent au même prix: 2’989 euros. Mais, ça, c’est la situation actuelle! Lorsque j’ai passé commande, la version 2 (Radeon Pro 575) avec les équipements ci-dessus était à 3’049 euros et sa grande sœur était à 2’989 euros (j’aurais dû faire une capture d’écran)! Apple s’est sans doute rendu compte de cette bizarrerie et a baissé le prix du processeur i7 de 60 euros sur le modèle 2 (cela montre aussi que la politique tarifaire d’Apple est un peu erratique et fantaisiste. Le prix de la RAM est tout simplement de la folie!).

Cependant, vous l’aurez constaté comme moi, la carte graphique n’est pas la même (et comme Lightroom se sert de la mémoire de cette carte lors des traitements d’image), pour un prix moins élevé à l’époque (et identique, aujourd’hui) je n’ai pas hésité.

Le mercredi 14 juin, j’ai commandé le modèle 3 en version full options (sauf la RAM, 2 x 8Go, que j’ai commandé dans la foulée chez Crucial). Voici sa configuration à la commande:

  • Intel Core i7 quadricœur à 4,2 GHz, Turbo Boost jusqu’à 4,5 GHz
  • 8 Go de mémoire DDR4 à 2 400 MHz (passée à 24 Go avec les barrettes Crucial)
  • Fusion Drive de 3 To
  • Radeon Pro 580 avec 8 Go de mémoire vidéo
  • Magic Mouse 2
  • Magic Keyboard avec pavé numérique – Français
  • Kit d’accessoires.

Le colis est parti de Cork le vendredi 16 juin, il a fait escale à Cologne, Marseille et j’ai été en prendre livraison chez TNT à Montpellier le lundi 19/06 (il se trouve que j’étais à proximité de TNT ce jour)-là). Dès mon retour, le déballage a commencé, en voici quelques images:

image 5.jpg
L’arrivée du Précieux!

 

2017-08-14_13-54-18.png
Le bon de livraison

 

2017-08-14_13-56-50.png
L’étiquetage du transporteur

 

 

image 8.jpg
Apparition du deuxième carton
image 9.jpg
Le deuxième carton – A noter la petite flèche orange que j’ai ajoutée

Un aspect d’Apple que j’aime bien: l’emballage!

C’est comme une apparition… Bon, je suis un peu lyrique là, mais bon! c’est mon nouveau jouet qui se dévoile!

image 10.jpg

C’est pas beau, çà?

image 11.jpg

Oui, l’iMac est suspendu dans le polystyrène)

Le clavier est bien coincé dans le haut de l’emballage. Outre le clavier, cette boîte contient aussi la Magic Mouse 2 et le câble permettant de les recharger.)

Dégagement des derniers blocs de polystyrène et récupération du câble d’alimentation:

L’iMac se dévoile enfin:

image 12.jpg

image 13.jpg

image 14.jpg

Une heure plus tard, l’assistant migration commençait à récupérer la sauvegarde Time Machine et 2 heures plus tard, l’iMac redémarrait (une fusée!!!) avec toutes mes affaires aux mêmes endroits:

Le démarrage du Mac se fait en environ 20 sec)

Entre temps, il m’avait fallu penser à la connectique, car on passe

de ceci:

image 15.jpg

à cela:

Image 16.jpg

De mes 5 disques durs externes, un seul (1 Silver Drive de 4 To) avait une connexion en USB 3. Il me fallait faire les investissements suivants:

  • 2 boîtiers Silver Drive USB 3 pour y installer les disques durs Western Digital de 2 To qui étaient dans des boîtiers WD MyBook connectés en FireWire 800, pour obtenir le résultat suivant:
Image 17.jpg
Les 3 Super Drive superposés et ventilés grâce à quelques cales de bois (conseil de MacWay)
  • 1 hub Thunderbolt 3 avec une sortie HDMI, une sortie USB 3 et une sortie Thunderbolt 3
  • 1 hub multiprise USB 3 pour la connexion des accessoires (iPhones, appareils divers)

Les barrettes mémoires, les boîtiers Silver Drive et les hubs sont arrivés le lundi 19/06. Ce lundi soir-là, tout était opérationnel, sans la moindre perte de données.

Les données des deux plus petits disques durs (500 – USB 1et 250 Mo – USB 1 et FireWire 400) avaient été transférées sur le 4 To grâce au 21″, juste avant sa vente. Le 500 Go finira sa vie à sauvegarder le Macbook Pro de ma compagne et le 250 Go n’a pas encore reçu de nouvelle affectation (peut-être que je vais y stocker tous les fichiers AIFF de mes CD avant de m’en débarrasser?).

Moi, qui étais si réticent face aux nouveaux Macs au point d’envisager le montage d’un Hackintosh, je suis ravi de mon achat. Le démarrage de l’iMac prend quelques secondes, malgré la bonne vingtaine d’applications qui s’ouvrent au passage, à son ouverture, Google Chrome rouvre tous les onglets qui étaient ouverts à sa fermeture quasi instantanément, DxO renvoie à Lightroom une image lourdement retraitée en une vingtaine de secondes (1’30 » à 2′ avant avec l’iMac 21,5 avec SSD; 3 à 4′ avec le 21,5″ sans SSD!). Toutes les applications réagissent beaucoup plus rapidement qu’auparavant, mais s’est beaucoup plus démonstratif avec les traitements photo ou les montages vidéo.

Je ne suis pas un spécialiste des benchmarks, mais ils sont en l’occurrence inutiles, le changement saute aux yeux, la fluidité, la rapidité sont au rendez-vous. Quant à l’écran, ce Retina 5K fait merveille: passer une image en plein écran avec la touche F dans Lightroom (?) est un vrai plaisir. Apple a fini par entendre ceux qui le réclamaient depuis longtemps et le clavier étendu sans fil est un réel progrès; j’espérais qu’il y aurait peut-être une version de ce clavier équipé d’une TouchBar, mais il n’en est rien. Dommage, ce sera pour le prochain coup… Personnellement, je découvre aussi les joies de la souris et du clavier rechargeable en USB: fini le rechargement ou le remplacement des piles, chouette! Depuis leur livraison (16/06), la souris a été rechargée une fois et le clavier ne l’a pas encore été (il lui reste actuellement 46 % de charge!).

La conclusion est une citation de Tex Avery:

 

Daniel Pesch


Encore merci Daniel pour ton travail.

Je te laisse t’occuper des réponses aux commentaires de ton article si tu veux bien.