Ah la la, ces départs en vacances…

Semaine de relâches comme on dit en Suisse romande, et en ces jours, c’est le tour du canton de Vaud d’avoir congé.

Parce que rendez-vous compte, nous avons réussi à nous mettre d’accord pour ne pas faire en sorte que tous les cantons partent en vacances à la montagne en même temps, histoire de ne pas saturer les stations, leurs hôtels et leurs remontées mécaniques.

Pas mal, ce qui s’explique tout de même au moins en partie par le fait que nous sommes un pays ayant une longue tradition de sports de neige et de tourisme hivernal, et qu’il ne faut surtout pas tuer la poule aux œufs d’or.

Donc, l’idée était de partir cette semaine (mais notre maison reste habitée, je dis ça au cas où, donc inutile d’avoir l’idée de profiter de nous cambrioler), ce que nous avons fait en trouvant une offre assez sympa sur le web.

Sauf que partir à 5 avec l’équipement de ski pour tous et tout le nécessaire pour vivre dans un appartement 8 jours, eh bien ça ne va pas de soi.

Nous nous sommes dit, avec Madame K, qu’il fallait être raisonnable.

C’est quand j’ai vu l’état de l’entrée de la maison que je me suis dit que nous n’avions pas tout à fait la même définition de ce mot.

Du coup, dans ce genre de situation, je me tends un peu…

Intérieurement en grande partie, mais ça déborde parfois un chouya.

Comment tout cela va-t-il bien pouvoir entrer dans nos deux petites voitures, nom d’une pipe (une SEAT Ibiza et une Nissan Micra, minuscule comme son nom l’indique)?

Moi, il faut dire que les départs en vacances me dépriment: je regarde à quoi il faut penser, je ne sais pas par quoi commencer, j’ai envie de pleurer, et finalement, je tombe dans un très vieux cliché: je laisse faire Madame K, immensément meilleure que moi dans ce domaine.

Il faut vous dire qu’il m’est arrivé une fois, quand je partais seul avec mes trois grands enfants en vacances de skis, d’être au chalet en ayant oublié… les skis, justement.

Vous voyez le problème.

Bref, je ne suis pas l’organisateur le plus exceptionnel, je dois bien l’avouer.

Par contre, j’aide, hein, mais dans les tâches vraiment subalternes.

Finalement, au chausse-pied, nous avons tout pu faire entrer dans les voitures et nous sommes partis samedi à 14 h 30, direction Veysonnaz, charmante station de ski valaisanne. Nous avions rendez-vous à 16 heures environ pour le check-in.

Nous n’avions pas fait 500 mètres en voiture que l’info-trafic nous informait qu’il fallait compter avec un retard de 45 minutes, suite à un accident sur l’autoroute, bien évidemment (je suis sûr qu’ils l’ont fait exprès) la nôtre.

Au final, nous devions mettre 1 h 40, nous en avons mis 3 pour parvenir à l’agence, qui heureusement restait ouverte jusqu’à 18 heures.

Encore fallait-il la trouver, cette agence…

Bref, je vous passe les attentes à la mauvaise file, les explications un peu hasardeuses pour nous permettre de retrouver le chalet que nous n’avons pas trouvé tout de suite, le déchargement des deux voitures à travers deux ascenseurs suroccupés par des gens pas plus raisonnables que nous.

Mais tout ça, ce n’était rien.

Une fois arrivés dans notre appartement, nous avons constaté que les enfants qui nous avaient piqué les clés pour voir l’appartement à l’avance s’étaient gentiment octroyé les deux chambres (dont la suite parentale), pour nous laisser, à Madame K et moi-même les deux lits superposés dans le grand salon.

J’adore les adolescents moi…

Cette idée du MOI JE d’abord, on pensera aux autres ensuite.

Après de longues négociations, nous avons déplacé les matelas des lits superposés dans le salon, mais côte à côte, et nous avons dormi dessus.

Et les enfants sont restés dans les chambres.

Je précise que le salon est le seul endroit où le wi-fi ne passe pas, oh joie…

Pour le reste, superbe chalet, rien à dire.

Si ce n’est que, comme d’habitude, la première nuit en montagnes je ne dors quasiment pas.

Vous comprenez, la cuisine est dans le salon, et le frigo est quelque peu bruyant même quand on le règle sur 2, et à 7 heures, quand enfin j’ai réussi à fermer l’œil depuis une heure, voilà-t-y pas que les cloches de l’église d’en face un peu plus bas se mettent à sonner pendant 5 minutes à tue-tête (oh mon Dieu que cette expression a un sens dans ce genre de situations).

Juste pour réveiller l’entier du village et pour rappeler je ne sais quelle tradition catholique.

C’est qu’on n’a pas trop l’habitude desdites traditions, lorsqu’on vient du canton de Vaud, canton protestant, silencieux et respectueux des gens dans le domaine religieux, au moins jusqu’à 9 heures le dimanche où il faut bien faire sonner les cloches un quart d’heure pour appeler les gens au culte, afin d’espérer trouver dix fidèles à l’église.

Mais ce que je suis bien, moi, dans le canton de Vaud, vous ne pouvez pas savoir…

Alors bien sûr quand on se réveille, qu’on ouvre les stores, qu’on tombe sur ça:

 

IMG_0316.jpg
Cliquez pour agrandir, et vous verrez peut-être la charmante église de Veysonnaz (il y en a une autre cachée, qui sonne un poil plus tard que la première, je le sais, mais je ne l’ai pas trouvée).

 

et que le soir, on peut regarder ça avant de se coucher:

IMG_0320.jpg

on se dite que finalement, ça valait la peine, tout ça.

Et ce qui est super bonnard, c’est que je sais qu’au retour, nous aurons aussi des bouchons, mais au moins, il n’y a pas de raison que l’on n’arrive pas à rentrer toutes nos affaires dans la voiture, puisque nous avons pu le faire à l’aller.

Un stress de moins, c’est toujours ça à prendre.

Allez, vive les vacances (ou vivent les vacances, comme nous demandait de l’écrire notre prof de latin de l’époque où nous étions jeunes)!

Profitez bien si vous en avez.

 

28 Comments

  1. Sur la minuscule petite route qui passe devant chez moi, je n’ai entendu que trois voitures passer dans la journée. De ma fenêtre, je vois un troupeau de vaches ; et cet après-midi dans le champ, trois biches sont passées.
    D’accord … Il n’y a pas de neige et pas de skieurs. J’oubliais… Il n’y a pas de remontées mécaniques.

  2. Gérard BIOTEAU

    Les cloches sonnent l’angélus, matin midi et soir et déstabilisent les citadins prêts à faire des pétitions pour faire arrêter sonnaille de tout genre et mettre du déodorant pour couvrir l’odeur des vaches.

  3. Ah François, il faut t’y faire … Il y a par moments plein de choses qu’on ne peut pas maîtriser totalement, ni mesurer, ni tester, ni prévoir, ni rectifier, ni gérer, ni planifier comme on le voudrait, octet par octet, bit après bit, touche après touche.
    Parce que la vie, elle est pleine d’aléas, grands ou petits, ma foi c’est comme ça. S’y adapter au lieu de tenter de l’adapter à soi-même, c’est ce qui fait souvent son charme et ses surprises.

  4. Ah ah ça me fait penser à la pub qui passe en ce moment pour je ne sais quelle voiture ! À quand le bras cassé et le gamin qui reste coincé sur le télésiège?

    Sinon, on peut être dans le canton de Vaud, entendre des cloches et voir des croix partout: dans la région d’Echallens où j’habite. Mais c’est vrai que c’est un peu énervant à 6 heures du matin.

  5. Sandra Pitteloud

    Eh oui, le clocher de Veysonnaz sonne non seulement l’angélus et la messe, mais également les heures, demi-heures et 1/4 d’heures. Ces cloches rythment la journées et au final viendraient à manquer si elles devaient se taire. Le deuxième clocher que vous entendez est celui de Basse-Nendaz, que l’on ne discerne juste pas sur votre deuxième photo.
    Jackson, le patron des Caboulis (charmant restaurant typique sur la piste des mayens) pourrait vous en raconter bien plus. Je peux également vous conseiller d’excellentes soupes ou crêpes à la cabane des crêtes, ou un divin filet de cerf sur ardoise chez Norbert, à la Remointze également sur la piste de Veysonnaz. Et pour un peu de calme durant cette période de forte influence sur les pistes (et sur les routes), les sentiers de raquettes ou la balade à pied vers le restaurant des Chottes depuis le sommet des installations vous apportera un peu de quiétude et de magnifiques paysages enneigés.

    Bonnes vacances, (non ce n’est pas l’office du tourisme ;-))

  6. François a écrit: « c’est le tour du canton de Vaud d’avoir congé. »

    C’est fou ça. Avec ma femme et deux de mes filles enseignantes, ça m’a toujours frappé ça, cette propension du corps enseignant à croire que c’est général cette chance d’etre En vacances tous les deux mois…

    Je tiens à rappeler ici qu’un bon 95% des employés et travailleurs vaudois ne sont actuellement pas en congé. 🙂

    C’est un peu comme croire que tout le monde utilise un Mac. 😀
    Alors que c’est juste les enseignants, les graphistes et quelques perdus. 😀

    Allez, sans rancune, je te charie. (Le correcteur avait écrit châtie 🙂 ). Profitez bien !

  7. Ysengrain, j’ai vécu dans une maison comme la tienne. Je sais ce que c’est.😀

    Gérard Bioteau: « Les cloches sonnent l’angélus, matin midi et soir et déstabilisent les citadins prêts à faire des pétitions pour faire arrêter sonnaille de tout genre et mettre du déodorant pour couvrir l’odeur des vaches. »

    Tu tombes un petit peu à côté de la plaque: j’habite depuis 1996 à la campagne, au milieu des vaches qui ont des cloches autour du cou.

    Je ne me suis jamais plain de rien, si ce n’est que je me pose des questions sur le confort des vaches, qui, selon plusieurs études, semblent souffrir d’avoir un toupin autour du cou, qui fait un bruit d’enfer si près de leurs oreilles. Elles n’aiment pas plus ça que nous l’aimerions si nous avions à souffrir d’avoir le même harnachement autour du cou.

    Quant aux cloches des églises, ça n’a strictement rien à voir avec le citadin: c’est une pratique que je déteste.

    Sous quel prétexte des religieux, quels qu’ils soient, ont à me réveiller sous prétexte qu’il faut vénérer leur Dieu? Je ne vois pas.

    C’est une époque révolue, je suis en ce qui me concerne pour l’arrêt de ces traditions.

    Question de respect.

    Et le citadin comme tu dis, il a bon dos. C’est vraiment un cliché qui ne veut plus rien dire. Je ne me sens ni citadin, ni campagnard, mais habitant d’une région, avec des milliers de pendulaires.

    Je trouve assez anormal que le dimanche à 9h, l’église du village de bière sonne avec une violence pareille à 9 heures, pendant un quart d’heure. Histoire de réveiller tout le monde.

    Je trouve ça tout aussi lamentable si ça se passe en ville.

  8. Zallag: « Ah François, il faut t’y faire … Il y a par moments plein de choses qu’on ne peut pas maîtriser totalement, ni mesurer, ni tester, ni prévoir, ni rectifier, ni gérer, ni planifier comme on le voudrait, octet par octet, bit après bit, touche après touche.
    Parce que la vie, elle est pleine d’aléas, grands ou petits, ma foi c’est comme ça. S’y adapter au lieu de tenter de l’adapter à soi-même, c’est ce qui fait souvent son charme et ses surprises. »

    Ah, c’est ça la vraie vie?😀

    Noisequik, « Sinon, on peut être dans le canton de Vaud, entendre des cloches et voir des croix partout: dans la région d’Echallens où j’habite. Mais c’est vrai que c’est un peu énervant à 6 heures du matin. »
    Je te rappelle que tu habites dans une enclave catholique du canton de Vaud!😉

    Sandra Pitteloud: d’abord, bienvenue, et merci beaucoup pour toutes ces explications. Vous habitez sur place?

    Je remarque tout de même (je suis presque sûr) que les cloches de l’église me semblent arrêtées la nuit, je me trompe?

    Bugraptor: « Je tiens à rappeler ici qu’un bon 95% des employés et travailleurs vaudois ne sont actuellement pas en congé. 🙂 »

    Alors ça, ça m’étonnerait. J’ai bien l’impression que pas mal de gens profitent de cette semaine (qu’ils prennent sur leur quota) pour partir skier avec leurs enfants. Il n’y a tout de même pas que des enseignants sur les pistes, ou alors, nous sommes très nombreux!

  9. Je confirme que l’avenue d’Echallens est presque vide…..

    Mais j’étais au Locle la semaine passée et le temple a sonné plusieurs fois durant la nuit… Alors qu’à Fribourg, aucune cloche n’a troublé mon sommeil…

  10. @François: « Il n’y a tout de même pas que des enseignants sur les pistes, ou alors, nous sommes très nombreux! »

    Bien fait ! 🙂

  11. @François: « Alors ça, ça m’étonnerait. J’ai bien l’impression que pas mal de gens profitent de cette semaine (qu’ils prennent sur leur quota) pour partir skier avec leurs enfants. Il n’y a tout de même pas que des enseignants sur les pistes, ou alors, nous sommes très nombreux! »

    Sachant que je n’ai que 4 semaines de vacances, je ne vois pas comment je pourrais « régater » avec mon quota pour suivre les enseignants en vacances avec leur 14 semaines à l’année…

  12. test 78986 (c’est un début de numéro de portable?😀) Toi pas, c’est ton choix que je respecte bien évidemment, mais beaucoup le font. Je rappelle qu’il y a tout de même une grande tradition de ski en Suisse, même si elle se perd petit à petit semble-t-il.

    bugraptor: « Bien fait ! 🙂 »

    Alors là, quand on n’a plus rien à répondre, on tombe dans le style bac à sable!😀😀😀😀

  13. Oh les polémiques !!! 🙂
    Quoi ? bugraptor qui n’a pas (plus) de répondant ! Ne cèdes pas à ma provocation si tu me lis ! Laisse un peu de place aux autres stp ! 🙂
    @François Cuneo, heureusement que tu n’es pas allé à la montagne en car postal ou en train…ça aurait fait une polémique de plus !
    🙂 🙂 🙂

  14. Ici test78986
    @François: mais ce n’est pas une histoire de choix?!? Je te dis juste qu’une majorité de gens ne peuvent pas le faire. Explique-moi comment: J’ai 4 semaines de vacances, dont 2 obligatoires entre Noël et Nouvel An. Donc 2 semaines sur le reste de l’année… je fais comment?

    Et ne me dis pas que je suis une exception… certes la majorité des gens ont plutôt 5-6 semaines de vacances, mais jamais 14 semaines! Donc impossible que la majorité des gens puissent suivre les enseignants en vacances!

    D’ailleurs merci aux grands-parents de s’occuper des enfants pendant les vacances!!!

  15. C’est vrai que si tout le monde était végétalien athée, ça ferait un gros tas de cloches en moins…!!! 🙂

  16. Bonnes vacances ! Ce billet me rappelle une intro légendaire avec une histoire de poussette qui me fait toujours rigoler: http://www.cuk.ch/articles/3330

  17. J’ai connu dans ma jeunesse un village en suisse alémanique, ou il y avait l’église catholique et la protestante l’une à coté de l’autre, par bonté d’âme, les 2 ne sonnaient pas en même temps, sauf que le boucan durait 2 fois plus longtemps.

    Chez nous on dit en wallon » queene arretche, oufti……

  18. @François: « Alors là, quand on n’a plus rien à répondre, on tombe dans le style bac à sable! »

    Poil au râble ! 😀 😀 😀

  19. Sandra Pitteloud

    Eh, oui j’habite sur place et vous suit depuis CUK sans trop participer. Bienvenue chez nous …
    Si les profs vaudois ont congés cette semaine, ils partagent ce privilège avec une bonne partie de l’Allemagne (courage sur les pistes). Et je confirme, les cloches se taisent durant la nuit.
    Je dois dire que j’aime cet anachronisme anti apple watch et me surprend à écouter le clocher pour connaître l’heure. Le son à deux tons annonce également les décès, ça fait partie de la vie de village.
    Parler d’enlever les cloches à nos vaches d’Hérens, ou pire, les cornes, serait encore un débat bien plus houleux !

  20. Gérard BIOTEAU

    Oups, François je ne te ciblais pas en particulier, mais c’est vrai je suis furax contre ces citadins qui viennent s’installer dans des villages pour passer leur retraite et qui au lieu de s’intégrer vont au conflit pour imposer leur mode de vie faisant fi des habitudes locales souvent séculaires, les cloches n’étant qu’anecdotiques. Personnellement j’aime bien le son des cloches des vaches dans les alpages 😜

  21. Moi aussi, enfin… dans les alpages…

  22. Un peu plus sérieusement, il n’y a pas de wi-fi mais est-ce que la tv existe au salon ?
    Parce que j’ai revu un film assez remarquable hier soir (après Camille) sur Arte : Cloud Atlas
    Je ne me souvenais pas complètement de la performance incroyable de ces cinq/six acteurs/actrices qui jouent plusieurs rôles.
    Et la construction qui se déroule sur plusieurs siècles avec une morale finale intéressante.

  23. François, tu es trop conciliant, j’aurais viré les enfants manu-militari de la chambre des maîtres, en plus c’est pas eux qui paient pour le séjour, je suppose … Donc, s’is veulent la chambre, ils paient ! Argument imparable !

    Sinon, est-ce que vous faites du ski autrement qu’une semaine par an ? Parce que dans la négative, j’espère que vous vous préparez physiquement avant, pendant au moins 3 mois, avec des exercices spécifiques (pas que de la course à pied) …

    Moi, j’ai abandonné le ski il y a bien longtemps justement parce que je n’en faisais pas assez, et ça coûte une blinde maintenant aller au ski. Et ne me dîtes pas « L’air pur de la montagne ! », il est aussi pollué qu’ailleurs, il y a peu de végétation active en vie en hiver, tout dort et ne transforme plus grand CO2 … sans compter que dans certains coins, on est plus dans une cuvette qu’aut’chose, donc s’il n’y a pas de vent, c’est la concentration des gaz d’échappement …

    Concernant les vacances scolaires, je déteste ! Et même si je n’y ai pas eu droit en tant qu’élève, je m’en suis pas mal tiré, donc je ne crois pas qu’elles soient utiles. A mon époque, au secondaire (éq. 6è à 1ère), nous avions bcp de période de sports, donc le cerveau avait le temps de s’oxygéner entre les cours et nous n’étions pas plus épuisé mentalement ! « Un esprit sain dans un corps sain », ça vous dit qqch ! Aujourd’hui, bcp d’élèves ne font presque pas de sport, après on s’étonne ! Et on s’étonne encore plus quand on les voit revenir du ski sur une paire de béquille …

    Sinon, les villages sont jolis, ça c’est vrai. Qu’ils ne s’étonnent aussi un jour si le clocher subit un attentat 😉

  24. Gérard BIOTEAU a écrit: « Personnellement j’aime bien le son des cloches des vaches dans les alpages. »
    François a écrit: « Moi aussi, enfin… dans les alpages… »

    Ha ha ha !

    J’habite dans une PPE de 33 villas contiguës (sur le e, le tréma, oui 🙂 ) au Mont-sur-Lausanne, construites en 2001.

    A l’époque, juste devant nos villas il y avait une grande parcelle non construite où paissaient, l’été, des vaches d’un paysan voisin avec leurs sonnailles .

    J’aimais bien ce son campagnard qui berçait nos après-midis sur la terrasse.

    Il y a quelques années la parcelle a été construite. Plus de vaches… Plus de doux grelots durant nos siestes estivales… 🙁

    Heureusement, j’avais prévu cette nostalgie. Quand j’ai su que la parcelle avait été vendue et alors que les vaches étaient encore là pour un dernier été, j’ai enregistré plusieurs minutes de cette atmosphère sonore champêtre ô combien relaxante.

    Il m’arrive de me le repasser en boucle sur la terrasse.

    Quand je le fais et que je pousse exprès un peu le son, c’est toujours amusant de voir les voisins sortir tous les uns après les autres sur leurs terrasses et ce demander où donc sont toutes ces vaches !!! 😀 😀 😀

    Si jamais cela intéresse quelqu’un, je tiens le fichier mp3 à votre disposition. 😉

  25. rmigneron, t’es plutôt noir ces temps non? Il n’y a pas beaucoup de choses qui te mettent de bonne humeur ou c’est moi?
    bugraptor, je n’ai pas besoin du fichier mp3, j’ai tout ça en direct tout l’été.
    Sandra, je trouve que ça ne va pas trop mal. Certes, il y a des endroits où il y a du monde, mais il n’y a pratiquement pas d’attente aux remontées.
    À ce propos, je note que de gros efforts sont faits pour les familles. Pour un ado de 13 ans, payer 133 francs pour 6 jours, pour les 4 Vallées (sauf Verbier), eh bien c’est tout à fait acceptable.
    De plus, les gens sont vraiment chaleureux dans les magasins. J’adore la boucherie. Il a fallu attendre 30 minutes pour être servi, mais quelle ambiance!
    Yann, je ne me rappelais pas de cette humeur que j’ai relue dans la cabine. C’est vrai que je souffrais déjà des mêmes problèmes, il y a 11 ans!😀
    nowcomment 4: les cars postaux, je les vois d’un autre oeil, depuis le scandale car postal de la semaine passées (subventions « volées » aux communes de près de 80 millions de francs…

  26. Une histoire comme celle-là, ça m’émeut… (;D

  27. En réponse à burgraptor, oeuf corse.

  28. […] Deux petites choses, trop courtes pour faire un article, mais qui me passent par la tête en ces moments de vacances où je n’ai pas vraiment de wi-fi. […]

Laissez un commentaire si vous le voulez bien!