Bertrand Cantat aux Docks à Lausanne? Vraiment?

Le journal Le Matin en parlait samedi matin 10 mars 2018.

2018-03-10_15-00-43

Bertrand Cantat est donc invité vedette des Docks à Lausanne.

Bien.

Je prends note.

Je sais qu’il est de bon ton de dire que l’homme a payé sa dette auprès de la justice et que maintenant, il doit pouvoir se réinsérer.

Et comme son métier est d’être chanteur (et plutôt bon il se trouve), la réinsertion passe par le spectacle, par le fait d’être sur scène.

Applaudi par des milliers de fans.

Bon… en ce qui me concerne, je serais à sa place, j’aurais juste envie de me cacher.

Tout de même, cet homme a tué son amour, à coups de poing, et ce n’était pas un accident.

Il était récidiviste, avec Marie Trintignant, mais il était déjà coupable de violences sur son épouse, qui l’a couvert malgré tout par amour.

Alors, oser se montrer sur une scène, c’est tout de même le sommet et c’est l’indécence absolue.

Et qu’il trouve encore un public puisque la salle des Docks pour la soirée du 20 avril est déjà complète, eh bien voyez-vous, ça me dépasse.

Je suis peut-être un vieux con moraliste, mais j’ai une éthique, et je n’irai jamais voir ce type qui est un meurtrier, un assassin.

Assassin directement de Marie Trintignant, indirectement pour son ex-femme Kristina Rady.

Un type qui met une telle pression psychologique sur son entourage, y compris sur son propre groupe, Noir Désir, que ses membres ont avoué avoir menti lors de son procès, cachant qu’il savaient très bien sa violence sur ses compagnes, mais qu’ils ne pouvaient pas parler.

Alors quand je lis dans Le Matin ceci:

Directrice et programmatrice des Docks, Laurence Vinclair assume sereinement ses choix: « Je comprends que la venue de Bertrand Cantat sous son propre nom puisse choquer, car de ses coups a découlé une mort. Chacun est libre de venir assister ou non à son concert, comme chacun est libre de s’exprimer, et c’est le plus important. » Elle refuse de « se substituer à l’institution judiciaire qui a tranché et déjà jugé. Laissons de côté, sans effacer, ses actes et écoutons la musique »,

… je suis un tout petit peu écœuré.

 

Oui, c’est vrai, le vieux con moraliste que je suis n’a vraiment rien compris, écoutons la musique!

Et oublions le reste.

Ben voyons!

Chacun est libre de d’assister ou non à son concert dit Mme Vinclair?

Certes, bien sûr. C’est une question de ce que l’on accepte ou pas en matière d’éthique.

Mais chacun est libre également de programmer ou pas un type comme lui dans sa salle. Madame Vinclair a décidé de le faire, et laissez-moi le droit d’être choqué de sa décision.

Juste un mot pour les femmes (mis à part la directrice des Docks) qui s’expriment dans cet article: bravo pour votre courage, je suis de tout cœur avec vous.

Madame Léonore Porchet, je comprends votre colère, et le fait que vous décidiez de ne plus retourner à vie aux Docks.

Ce ne sera pas nécessaire: les directions passent, les salles restent.

La salle n’y est pour rien.

Vous pourrez y retourner quand Madame Vauclair et ses collègues seront partis.

Et pour terminer, non, faire venir Bertrand Cantat aux Docks n’est pas une erreur, comme le mentionne le titre de l’article du matin.

Pour moi, c’est une honte.

222 Comments

  1. jeanpierre07

    +1, entièrement d’accord.
    Ceci nous en dit beaucoup sur notre société et ses valeurs ou plutôt ses faiblesses.

    J'aime

  2. Bertrand Cantat n’est pas « invité vedette des Docks » comme tu le dis, il y est simplement programmé comme des dizaines d’autres artistes chaque année, de tous les courants musicaux, avec tous les parcours de vie possibles et inimaginables.

    Comme dit dans l’article du Matin, Cantat est déjà passé aux Docks en mai 2014, sans que ça fasse autant scandale, allez savoir pourquoi (simplement parce qu’il y était programmé sous un nom de groupe et pas sous son propre nom et que les journalistes du Matin sont trop cons pour faire le lien, probablement).

    Ne pas vouloir entendre ou voir Cantat sur scène est un choix personnel que je comprends tout à fait, considérer qu’il doit être interdit de scène et de liberté d’expression pour le restant de sa vie est un refus de la justice et un grave déni de démocratie.

    Le chantage de certains politiques (comme vu en France vis-à-vis de certains festivals ayant programmé Cantat, et comme ça commence apparemment à être le cas à Lausanne) qui se considèrent digne d’être des censeurs artistiques est absolument ignoble.

    Je trouve honteux et dégueulasse de souhaiter le renvoi de Laurence Vinclair (et non pas Vauclair), programmatrice de grand talent ouverte à tous les courants musicaux qui a fait des Docks la meilleure salle de musique actuelle de Suisse romande à mon avis.

    Je me réjouis évidemment d’être le 20 avril, ayant pris mon billet dès les premières minutes de leur mise en vente.

    Aimé par 1 personne

  3. Daniel Pesch

    Je dois dire que je ne comprends pas la vindicte (oserai-je dire « populaire » ?) qui entoure l’éternel retour de Bertrand Cantat. Cet homme a lourdement fauté, il a été jugé, il a été condamné, il a subi sa peine et a été remis en liberté (il n’a pas récidivé, ça se saurait). Il est donc libre… C’est le principe de nos états de droit : faute, jugement, punition, purge de la peine, remise en liberté. Cette remise en liberté est la plupart du temps associée à des conditions de retour possible dans le sein de la société et cela passe par la case réinsertion qui sous-entend la reprise d’un travail. Impossible, semble-t-il pour Cantat, sauf à se faire faire un nouveau visage et a changer d’identité et/ou se cacher sous un nom de groupe.
    De nombreuses personnes commettent des actes répréhensibles, plus horribles les uns que les autres, chaque jour. Si on les attrapent, elles sont jugées, condamnées, purgent leur peine et sont libérées ensuite. Et nous n’en parlons presque jamais car se sont, pour la plupart, des inconnus. Nous les croisons sans doute dans nos rues au hasard de nos promenades… Qui sommes-nous pour nous interposer entre la justice des états de droits et les condamnés pour prolonger leurs peines au-delà du temps p-requis ?

    Alors, je n’ai aucun goût pour la musique produite par Bertrand Cantat, je le range plutôt dans la catégorie « beurk », avec plein d’autres artistes de la variétoche et du showbizz. Je précise que c’est seulement mon avis et qu’en aucun cas, disant cela, je n’ironise sur les goûts des autres. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas… N’empêche que mettre dans le même panier Prokofiev et Doré me semble (à moi, hein ! d’autres pensent ce qu’ils veulent) être un peu, comment dire (?), hors de proportion. Moi aussi, j’aime toutes sortes de musiques, des plus anciennes aux plus récentes et dans divers genres : de Couperin à Trénet, d’Oum Kalsoum à Django Reinhardt, de Purcell à Higelin, de Miles Davis à Otomo Yoshihide, de Maurice Ravel à Henri Pousseur ou Toots Thielmans, de Brassens et Brel et Férré à Juliette, etc… Romain Didier, Allain Leprest, François Morel, Johan et tant d’autres qui chantent en français, eux !

    J’ai des jugements très abrupts concernant la production du genre chanson française actuelle que je trouve dans une très grande majorité des cas (je pointe quelques exceptions) complètement indigente. Pas d’inquiétude pour Julien Doré, il est loin d’être seul que j’estime insupportable. Je signale quand même que pour me faire une idée exacte et informée de son dernier album, le l’ai écouté du début à la fin. Je ne vous demanderai pas le même sacrifice (calvaire ?) à propos de György Ligeti (1923-2006), mais vous pouvez quand même essayer…

    J'aime

  4. Warrik, j’ai corrigé pour Madame Vinclair.
    À son propos, relis mon humeur, je ne demande pas du tout son départ, je dis simplement qu’un jour elle va partir, comme tous les directeurs et directrices de programmation, et que Mme Porchet pourra retourner aux Docks.

    Je précise que je ne suis pas allé voir Détroit pour les mêmes raisons aux Docks. Le problème n’est pas dans le nom.

    Quant au fait que BC ait payé sa dette… ça reste à prouver.

    Il est visiblement indirectement responsable de la mort de sa deuxième femme qu’il a battue tant psychiquement que physiquement.

    Les membres de son groupe ont menti, ils l’ont avoué, couvrant BC lors de l’enquête sur le meurtre de Marie Trintignant.

    La justice a été rendue? Vraiment?

    Et même.

    C’est un choix personnel d’aller le voir.

    C’est un choix personnel de programmer un artiste.

    Mme Vinclair le fait, permettant à d’autres d’aller le voir, l’écouter, l’applaudir.

    Quand tu iras le voir, le 20 avril, tu applaudiras un type qui cogne sur les femmes, au point d’en faire mourir une, et de pousser au suicide l’autre enfin de pousser au faux témoignage ses musiciens.

    Aimé par 1 personne

  5. Je suis plutôt de l’avis de Daniel. Libre à celles et ceux qui ne lui pardonnent pas de ne pas aller l’écouter. Mais demander sa déprogrammation c’est la double peine. Faut savoir séparer la personne de l’artiste. Je suis fan de Michael Jackson et pourtant il était apparemment pédophile sur les bords!

    J'aime

  6. Daniel Pesch, je ne mets pas du tout dans le même sac Doré et Prokofiev, je dis juste qu’il est possible d’aimer Doré ET Prokofiev et tant d’autres, quels que soient leur style.

    Quant au fait que BC doit pouvoir vivre libre à partir du moment où il a payé sa dette, je suis d’accord, de là à ce qu’on l’applaudisse pour ce qu’il fait maintenant, surtout lorsqu’on sait tout ce qui s’est passé, encore ces dernières années, eh bien je dis non.

    Je critique, soyons franc, le choix de Warrik d’aller le voir, même s’il fait ce qu’il veut et que je l’apprécie toujours autant (Warrik, pas Cantat, que ce soit bien clair hein!), je suis libre aussi de critiquer le choix personnel (ou d’équipe) de Mme Vinclair de le programmer.

    J'aime

  7. Daniel, tu as sans doute exprimé dans tes lignes l’avis de plusieurs personnes, dont je suis, et dont on devrait reconnaître qu’il peut être difficile à admettre pour beaucoup de personnes. Tu as bien fait de rappeler que la justice, la vraie, celle des juges et des tribunaux, n’est pas le résultat d’une suite d’émotions que l’on ressent et que l’on ne peut pas contrôler, parfois à vie. Elle ne parle pas de pardon, la justice. C’est comme ça.

    J'aime

  8. Daniel Pesch

    D’accord, François, je t’ai mal lu concernant le sac à Doré. Dont acte et je suis d’accord pour dire qu’on peut aimer des choses différentes et différemment. J’écoute aussi bien les Beatles que Bach.
    Tu es, évidemment, libre de critiquer la programmation de cette dame que je ne connais pas, mais il me paraît raisonnable de penser que tu n’as pas le droit d’interférer dans ses choix. Les spectateurs choisiront d’aller écouter et voir Cantat ou non. Ce n’est pas a des groupes de pression ou des élus de décider de la programmation de lieux culturels. C’est Mme Vinclair a qui revient cette responsabilité pour le Docks et elle assume. Je la trouve plutôt courageuse.
    Je suis certain que Warrik, sans doute amateur de Noir Désir, va écouter un chanteur, pas un criminel qui a payé sa dette.
    Oui, Zallag, ce que je veux bel et bien dire c’est qu’il faut savoir laisser nos émotions de côté quand la justice a été rendue, même si l’on pense qu’elle ne pas été bien rendue. Ce sont nos règles et je ne pense pas, jusqu’à preuve du contraire, qu’il y en ait de meilleures pour l’instant.

    Aimé par 2 personnes

  9. Je ne suis pas absolument pas choqué que certains refusent d’aller au spectacle donné par ce mec, mais qu’ils en appellent au boycott, si. Ca s’appelle de la vindicte populaire je crois.
    Dans bien d’autres cas, dès que des gens reprochent à la justice un certain laxisme, ils se font traiter de facho. Et par les mêmes qui demandent l’interdiction pour Cantat de se réinsérer via son métier.

    J'aime

  10. Marc Sebanne

    Il n’y a pas à dire, dès qu’il y a des vieux cons moralistes (pour ne reprendre que les termes de ce billet), le monde ira comme il ira: et le pire, parfois, ces mêmes gens arrivent au pouvoir!

    Pourquoi, au-delà du personnage, cela ne serait pas la musique qui serait applaudie? Cela a été un choix de l’équipe de mentir sur le témoignage, pas de lui (étant en prison il pouvait « vâchement » les menacer d’une arme sur la tempe).

    Un peu de mesure dans les propos serait le bienvenu.

    J'aime

  11. Et ben et ben… que de polémique sur le blog du cuk ce matin…

    Je dois dire que je ne suis pas sûr de vouloir m’en mêler…

    C’est vraiment un sujet difficile, sur lequel, une fois n’est pas coutume, j’ai peine à avoir un avis très tranché…

    En même temps, refuser de donner son avis, ou même à chercher à en avoir un, n’est-il pas déjà une forme de lâcheté, de manque de courage intellectuel ?

    Je crois donc que je me dois d’essayer au moins de réfléchir à la question posée. Quitte à ne pas trancher si c’est trop difficile ou que j’estime ne pas avoir suffisamment creusé la question.

    Mais au mois ne pas réagir de manière émotionnelle superficielle et épidermique sans prendre suffisamment de recul pour ne pas dire des choses trop abruptes manquant de nuance et de vraie réflexion.

    Donc à la lecture du texte de François je me suis d’abord pris à approuver sa révolte et sa colère face au crime perpétré par BC. Comment ne pas s’indigner face à ce genre de comportement odieux à l’endroit du sexe faible. Comment ne pas crier notre dégoût des violences faites aux femmes à l’heure où elles semblent s’être par trop banalisées et devenues bien trop courantes, même si la contre-réaction #meetoo les met, heureusement, au pilori. Elles restent, il me semble, encore en nette progression dans un monde en perte de repères. Et donc, oui, je me prends, à la lecture des lignes de François à ne pas vouloir m’imaginer prendre part à un tel événement musical. Car j’aurais l’impression quelque part de cautionner ou de minimiser l’ignoble des actes commis par ce chanteur.

    Et puis, à l’inverse, en lisant ensuite les lignes très bien écrites de Daniel, je me prends à réagir de manière très différente et à me dire que c’est lui qui a raison par ces mots plus nuancés. Comme lui j’ai la chance de ne pas avoir de goût particulier pour cette musique donc, le dilemme est vite résolu… Mais si ce n’etait pas le cas ? Si la musique de BC me touchait (celle d’avant, celle d’après, les deux ? Peu importe) Devrais-je me retenir de célébrer une création artistique au prétexte qu’elle émane d’un être par ailleurs monstrueux ?
    Je ne sais pas. Mais je comprends les mots de Daniel qui disent la force et l’humanité d’une justice qui sait sinon oublier ni même vraiment pardonner, mais au moins accorder une seconde chance et un espoir de réinsertion à ceux qui ont, même gravement, fauté en perpétrant des actes irréparables et que nous considérons tous comme odieux.
    Pourquoi avons-nous, presque tous, tant de peine, sinon à pardonner, du moins à admettre, face à l’emotion suscitée en nous par certains crimes particulièrement odieux, en général ceux qui s’en prennent à des êtres faibles et sans défense, femmes ou enfants, pourquoi avons-nous tant de peine à accepter qu’à un moment, après que l’irrepatable eût été commis, après que l’auteur, par le procès eût été mis en face de ses actes et qu’il ait eu, ou non, la force et la capacité d’en prendre la mesure, après qu’il eût, par une peine plus ou moins longue et sévère, mais dont la mesure en terme de justice absolue sera toujours inaccessible et hors de portée de la justice des hommes et insatisfaisante assurément pour les victimes et ceux qui s’y identifient, donc après avoir purgé ces longues années de peine seul face à lui-même et le souvenir de son crime, pourquoi avons-nous tant de peine à considérer un jour ce crime comme expié, à admettre que l’homme qui l’a commis n’est peut être plus celui qu’il était avant. Qu’il n’a même peut-être jamais été QUE l’auteur de cette horreur. Qu’il y a toujours ou presque en chacun quelque chose qui mérite qu’on s’y intéresse et qu’on lui redonne une chance de se racheter. Pourquoi est-ce si difficile pour certains crimes. A nous qui n’en avons pas (encore ?) commis. Mais qui savons qu’au fond de nous-mêmes que nous ne sommes, nous non plus, ni tout blanc ni tout noir…

    Alors j’ai tendance après réflexion à préférer le discours de Daniel, dont je loue l’humanisme.

    Il y a je trouve, attention le mot va être dur, surtout François, ne le prends pas pour toi, il s’adresse plutôt au Matin et en général à la presse à scandale qui aime bien monter en mayonnaise ce genre de sentiment vindicatif et extrême qui sommeille en chacun de nous face à l’évocation émotionnelle de ce genre de crimes en nous identifiant aux victimes innocentes. Donc oui, je trouve que dans ces hyper réactions populaires genre « marche blanche » et autres mouvements réclamant l’application de peines irréversibles et définitives, quelque chose de, j’ose lâcher le mot, réactionnaire, oui…
    Et je veux me distancer de ce genre de positions.

    C’est sans doute difficile, pour chacun, pour vous comme pour moi, de faire absolument l’effort de croire en la seconde chance, au pouvoir d’expiation, à refuser les visions manichéennes et définitives qui sépareraient les individus une bonne fois pour toutes en bons et mauvais perdus pour toujours.

    Je fais donc le choix d’essayer de m’approcher de cette vision de l’homme. Mais je te rassure, c’est dur pour moi aussi….

    Aimé par 2 personnes

  12. Combien vont le voir par pur voyeurisme morbide….

    J'aime

  13. Quelques remarques.
    Tout humain, je répète, tout humain peut commettre une faute. BC en a commis de lourdes – écrit à dessein au pluriel. Sans négliger ses victimes directes et indirectes, il porte avec lui, en lui, chaque jour, chaque heure, chaque seconde le poids de ce qu’il a fait. J’imagine qu’il paie un prix extrêmement lourd – ou bien il est décérébré.
    Je me moque de savoir s’il est un artiste, je n’éprouve strictement aucun intérêt pour ses activités: jamais je ne me déplacerais pour aller le voir, jamais je n’achèterais sa musique. Mais lui dénier la possibilité d’exercer, est lui dénier le droit d’exister. Je ne peux me ranger auprès de ceux qui défendent cette position.
    Si j’étais dans sa position, je n’aimerais pas avoir à subir une sorte de double peine. Je ne me range donc pas aux côtés de ceux qui la prônent.

    Aimé par 2 personnes

  14. La révolte dans le texte de François, la réflexion dans celui de Daniel. Je serais plutôt dans le ton de François tout en acceptant et en approuvant Daniel, MAIS je ne suis pas sûr que BC ait payé sa dette qui, à mon sens, est bien plus lourde que la justice ne l’a considérée. Avoir la mort de deux femmes (aimées?) sur la conscience et pouvoir encore chanter me laisse rêveur…
    (s) guru

    J'aime

  15. Je suis une femme et je pense que les hommes qui s’abaissent à battre et/ou tuer des femmes sont des gros cons et je les hais. Cependant, dans le cas de Bertrand Cantat, il a fait de la prison, il a purgé sa peine, telle que décidée par un tribunal. Du coup, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait plus se produire sur scène.
    S’il devait récidiver, ce serait différent…

    Aimé par 1 personne

  16. Je suis en accord avec François.

    Une personne ayant commis un meurtre ne doit plus exercer en public. Qu’il se fasse oublier dans son coin!

    J'aime

  17. Je n’ai jamais été fan de qui que ce soit, et si j’ai entendu plusieurs chansons de Noir Désir, je n’adorais pas non plus. Je ne connaissais pas Bertrand Cantat avant, et je ne le connais pas mieux aujourd’hui. Mais avec le peu que j’ai appris d’avant et après ce triste événement, je crois que je préfère l’homme qu’il est devenu à celui qu’il a été.

    Concernant la dame qui le fait venir pour chanter, peut-être qu’elle le hait plus que quiconque ici. Si j’allais voir un match de tennis et que j’apprenne qu’un des deux joueurs soit un pédophile, un assassin ou je ne sais quoi, je n’en voudrais pas à l’organisateur du tournoi. J’en voudrais à la justice si elle ne s’était pas occupée de lui. L’organisateur est là pour faire venir des sportifs qui assurent le spectacle, tout comme cette dame est là pour faire venir des artistes doués dans leur domaine.

    Qu’un artiste fasse passer des messages à travers ses œuvres est selon moi une bonne chose. Ceux qui donnent les moyens à ces artistes de s’exprimer doivent juger leurs talents, pas leurs messages.

    Donc je trouve ça bien, courageux de la part de cette femme d’inviter Bertrand Cantat. C’est l’inverse qui selon moi serait grave, qu’elle se permette de filtrer selon ses convictions.

    J'aime

  18. Georges Pierre

    Quoi qu’on pense de cet artiste, je ne pense pas qu’on puisse lui interdire d’exercer son métier. Il a été puni pour son acte atroce (ce n’est heureusement pas à nous de juger si la punition était suffisante ou non), et les autres choses dont on parle (suicide de son ex-femme, pressions sur les anciens membres du groupe…) ne sont pas avérées ou prouvées ou en tout cas pas jugées, on ne peut donc pas le punir pour des rumeurs, et, là encore, heureusement. Devrait-on lui interdire d’exercer son métier parce qu’il implique des prestations publiques? Sur quelle base? Quels autres métiers devrait-on interdire? Et que fait-on de tous les autres artistes au comportement criminel (avéré ou non)? On a parlé de Michael Jackson, faut-il arrêter de l’écouter ou d’acheter ses disques à causes des accusations portées contre lui? Faut-il boycotter Wagner, Karajan? André Gide? Et la liste pourrait être bien longue…
    Evidemment, on peut le faire d’un point de vu personnel, ne pas aller au concert, ne plus acheter de disque, etc. Aucun problème, cela peut même être louable.
    Mais je ne trouve pas normal de vouloir interdire aux gens de le faire.

    J'aime

  19. tom25a: je pense que tu vas trop loin: cette dame fait son métier et doit remplir des salles afin d’assurer une rentrée d’argent à son entreprise.

    J'aime

  20. Bon. On n’avance guère…

    Aussi, la vraie question n’est-elle pas plutôt la suivante :

    Est-ce que Bertrand Cantat utilise les produits Aquama et l’homéopathie ?

    Ok, je disparais à jamais… 🙂

    Aimé par 1 personne

  21. Je ne suis pas amateur de BC ni de «Noir Désir», ni non plus de bannissement à vie d’ex-criminels… Mais je trouve que cette directrice des Docks aurait pu avoir un peu plus de jugeote dans un contexte actuel ou toutes sortes de scandales liés aux violences faites aux femmes sortent quotidiennement dans le show biz! (Affaire Weinstein etc…). Je pense qu’il aurait mieux valu s’abstenir de l’inviter… Je ne sais pas quel est le plaisir d’écouter de la musique en sachant que cet artiste tyrannique a été jusqu’à terroriser son groupe! Je ne sais pas quel plaisir on peut trouver à applaudir un mec qui a assassiné sa copine…? Franchement ça me dépasse! Le pire c’est que je suis sûr que si tu vas devant le concert distribuer des tracts pour dénoncer les violences machistes, tu te feras casser la gueule!

    J'aime

  22. Sans vouloir comparer ni le talent, ni l’époque, ni les comportements: je rappelé que James Brown a été condamné plusieurs fois pour violence conjugale.
    Et je prends l’un des plus connus…
    Pour le voir en concert, ce n’est plus possible, mais est-ce que sa musique n’est plus écoutée?
    Ce sujet est compliqué parce que le métier du condamnés est d’être artiste, métier ô combien tourné sur les émotions. Il serait plombier dans sa ville, ce ne serait pas moins dur à se positionner, mais moins médiatisé, donc moins sujet à la critique (du fait qu’il travaille, du fait qu’on lui donne du travail, voire même que des gens osent travailler avec lui).

    Aimé par 1 personne

  23. Une de mes convictions est que la religion ne doit pas se mêler, ni se substituer à la justice. Ce n’est pas le cas partout, on ne le sait que trop bien. Je me demande si je ne devrais pas me dire que la morale non plus ne devrait pas se mêler de ce qui ne la concerne pas, dans le cas dont nous parlons ici.

    J'aime

  24. Hé, Bugraptor, arrête un peu de faire kss kss, même en douceur, de titiller comme ça, sur des sujets … glissants …

    J'aime

  25. D’abord, ce type est un salaud.

    Par la mort de Marie, par les coups qu’il donne aux femmes.

    Le suicide de son ex-femme n’est pas une rumeur. Il a fait exactement la même chose avec elle.

    Le fait que ces musiciens aient menti parce qu’ils étaient sous son emprise n’est pas une rumeur non plus.

    C’est visiblement un récidiviste, comme le sont si souvent les hommes qui cognent leur femme.

    Alors vous pouvez trouver toutes les justifications imaginables pour qu’on puisse aller l’écouter, l’applaudir, ou qu’on l’invite pour que d’autres le fassent, ça aurait juste tendance à me faire vomir.

    Aimé par 1 personne

  26. @ Zallag: « Je me demande si je ne devrais pas me dire que la morale non plus ne devrait pas se mêler de ce qui ne la concerne pas, dans le cas dont nous parlons ici. »

    Ah bon? Il ne manquerait plus que ça.

    Alors elle sert à quoi, la morale?

    J'aime

  27. Et merci Tristan.

    J'aime

  28. Enfin, juste pour dire, l’article du Matin utilise un sujet sensationnel, mais ne fais pas dans le sensationnalisme. Il est assez factuel.

    J'aime

  29. François a écrit:
    « ce type qui est un meurtrier, un assassin ».

    Toute la question est là. N‘est-il QUEun meurtrier? Sa personne se résume-t-elle à cela? Aussi condamnable que l’est son acte, la conséquence est-elle que tout ce qu’il a été d’autre n’a plus le droit à l’existence?

    Qu’on interdise à un éducateur condamné pour pédophilie le droit de continuer à exercer son métier me semble une question de bon sens. Il s’agit de protéger d’éventuelles nouvelles victimes.

    Mais du moment que l’acte qui a motivé la condamnation et le métier exercé n’ont pas de rapport direct, je ne vois pas pourquoi on lui interdirait de remonter sur scène.
    Maintenant… suis-je capable d’aller jusqu’au bout de ce raisonnement?

    Si j’étais un proche de Marie Trintignant ou de Kristina Rady, peut-être ressentirais-je les choses différemment.

    Ce qui est sûr, c’est que j’avais commis ce genre d’horreur, je me ferais tout petit dans mon coin et jamais je ne pourrais remonter sur scène. Du moins il me semble…

    Et enfin, si j’apprenais que l’un des musiciens que j’admire et écoute avait commis ce genre de chose, est-ce que j’arriverais encore à aimer sa musique, est-ce que j’irais le voir en concert? Je l’ignore, mais j’en doute…

    J'aime

  30. Dom:-) « Toute la question est là. N‘est-il QUEun meurtrier? Sa personne se résume-t-elle à cela? Aussi condamnable que l’est son acte, la conséquence est-elle que tout ce qu’il a été d’autre n’a plus le droit à l’existence? »

    Sûrement pas, mais disons que ça me suffit…

    Pour le reste, je suis d’accord avec toi.

    J'aime

  31. En toute neutralité pas simple d’avoir un avis définitif et irréversible sur la question.
    On est en plein dans l’émotionnel et le passionnel.
    En plus le sujet parle des actes privés, publiques et artistiques d’une personne.
    En retournant la question dans tous les sens, en prenant les faits séparés ou dans leurs globalités, en essayant de se mettre à la place des uns et des autres, en écoutant les avis pour ou contre…et bien je suis bien incapable de trouver des réponses aux nombreuses questions qui surgissent dans ce genre de situation.
    Difficile parfois de faire partie de l’espèce humaine, ce que je souhaite c’est de ne jamais être impliqué dans ce genre de problème de manière directe.
    Déjà bien assez de situations indirectes qui me désolent et auxquelles ce serait bien que de temps en temps nous réfléchissions à notre manière de fonctionner, car bien souvent la morale, la bonne conscience et l’hypocrisie à géométrie variable dont nous sommes tous capables de mettre en oeuvre et qui nous arrangent à maintes occasions font de nous tous, à un niveau ou un autre…des « salauds ».

    Aimé par 1 personne

  32. Daniel Pesch

    nowcomment4 a dit : »Difficile parfois de faire partie de l’espèce humaine ».
    Voici un extrait d’un livre de Claude Ber, dit par Jacques Bonnaffé sur France Culture. Le livre s’intitule « Il y a des Choses que Non », édité chezBruno Doucet.

    Extrait :
    https://www.dropbox.com/s/nt9877cvblocfsg/180309%20Bonaff%C3%A9_Mon%20Esp%C3%A8ce.mp3?dl=0

    J'aime

  33. Georges Pierre

    @François
    « Le suicide de son ex-femme n’est pas une rumeur. Il a fait exactement la même chose avec elle. »
    Le suicide n’est pas une rumeur, l’implication de Cantat déjà plus. Il a très probablement un rôle à jouer dans cette histoire, mais sans enquête et sans jugement, on (le « peuple ») ne peut pas le condamner ou lui interdire de pratiquer son métier.

    « Le fait que ces musiciens aient menti parce qu’ils étaient sous son emprise n’est pas une rumeur non plus. »
    C’est peut-être plus qu’une rumeur mais, là encore, il ne semble pas que ce soit officiel et/ou prouvé et encore moins jugé.

    « C’est visiblement un récidiviste, comme le sont si souvent les hommes qui cognent leur femme. »
    Le problème est le « visiblement ». On peut condamner énormément de monde avec des « visiblement ». Le vieux monsieur qui aime bien les enfants est « visiblement » pédophile. La dame qui reçoit souvent des hommes à la maison est « visiblement » une prostituée. Le voisin qui dépense énormément d’argent malgré un salaire modeste est « visiblement » un fraudeur. Le collègue qui est souvent malade est « visiblement » un profiteur… Au final, on peut tous être « visiblement » quelque chose aux yeux des autres.

    Au final, je ne défends spécifiquement Bertrand Cantat. J’apprécie certaines chansons de l’époque Noir Désir mais cela s’arrête là, je crois d’ailleurs n’avoir rien entendu de lui depuis sa sortie de prison. Mais j’ai du mal avec le principe de vouloir se « substituer » à la justice parce qu’on estime qu’une peine n’était pas correcte ou suffisante. Je comprends tout à fait qu’on refuse d’écouter tout ce qui vient de lui ou d’aller à ces concerts, je comprends tout à fait que certains programmateurs refuse de le voir jouer dans leur salle, et je défendrais même ce choix s’il est fait librement. Mais vouloir forcer les programmateurs à annuler des concerts parce qu’on estime qu’un artiste ne mérite pas d’être là c’est quand même autre chose.

    Aimé par 3 personnes

  34. François, à 10 10 41 03413
    « Alors elle sert à quoi, la morale? »
    Pour ne prendre qu’un exemple, elle sert pour les uns, à juger certaines personnes comme malades ou déviantes (par exemple sur le plan de la sexualité) et à les discriminer, les emprisonner, pour d’autres, à les accepter. La morale est personnelle à chacun, subjective et multiple. Le droit et la morale émanent de sources différentes.
    En effet, la règle de droit a une origine étatique. Elle fonctionne et est établie par l’Etat. En revanche, la règle morale provient d’une personne, elle est individuelle.
    Cela dit, je ne suis pas un grand spécialiste de la question.

    Aimé par 1 personne

  35. Avant que cela ne s’envenime trop vu la passion mise dans le débat, je voudrais rappeler que débattre en public n’est pas chercher qui a raison ou tort et définir des gagnants et des perdants. Chacun réagit selon sa propose sensibilité et expérience de vie et est légitimé à le faire tant qu’il le fait en respectant les autres intervenants. Ce qui a été le cas jusqu’ici. Moi j’ai trouvé des choses sensées de dites dans quasiment toutes les interventions. L’interet d’un tel débat n’est il pas plus de faire évoluer nos propres idées et sentiments au gré de la lecture des autres reactions et arguments? Ce n’est certes pas un concours dont le but sera-it d’imposer son point de vue.

    Aimé par 1 personne

  36. Marc Sebanne

    Ce qui me fait plus vomir ici (encore une fois pour reprendre les propos utilisés), c’est le ton, le mépris, le dégoût, utilisé par le tenancier des lieux. Oui, c’est abominable de taper une femme, encore plus au point de l’assassiner. Je ne suis pas un pro Cantat, ni Noir Désir, ni rien d’autre de tout cela.

    L’esprit cuk.ch est malheureusement parti où maintenant ne règne plus qu’un « j’ai mon avis, j’ai raison, le reste allez vous faire f…. » (prouvé et démontré à maintes reprises).

    Dans tout ce débat, merci à celles et ceux qui ont un brin de lucidité en restant ouvert d’esprit, malgré un drame qui s’est joué (me souvenant des reportages, il ne me semble pas avoir vu Cantat sourire de son assasinat comme aurait pu le faire certains vrais psychopathes de ce monde). Cela me réconforte un tant soi peu avec l’humanité.

    J'aime

  37. Alors si je te fais vomir, je ne t’oblige pas à rester ici, c’est toi qui vois.
    Il me semble que je n’ai pas effacé les commentaires que ne me plaisaient pas (encore heureux).
    Oui, c’est devenu un blog personnel ici, comme l’était d’ailleurs Cuk au tout début.
    Et j’espère encore avoir le droit de dire ici haut et fort ma colère et ne pas avoir de « mesure » à prendre avec ce personnage.

    J'aime

  38. Marc Sebanne

    Aucune inquiétude je ne reste pas. On peut bien évidemment exprimer une certaine colère mais mesurer ses propos est le minimum à faire avec un lectorat.

    Si l’agression a été volontaire, la mort qui en a résulté, non. Je ne le souhaite bien évidemment pas, imaginons: quel sera la réaction du tenancier lorsque accidentellement, il aura tué quelqu’un au volant de sa voiture, rentrant trop fatigué un soir: on lui applique la peine capitale aussi?

    J'aime

  39. Daniel Pesch : « et tant d’autres qui chantent en français, eux ! »
    Je sais pas si j’ai mal compris ta phrase, mais une écrasante majorité des textes de Noir Désir et de Cantat sont en français.

    Daniel Pesch : « Ce n’est pas a des groupes de pression ou des élus de décider de la programmation de lieux culturels. C’est Mme Vinclair a qui revient cette responsabilité pour le Docks et elle assume. Je la trouve plutôt courageuse. »
    Il fait en plus préciser que les Docks se sont déjà fait scandaleusement critiquer par l’UDC en novembre 2016 suite à la programmation de groupes de black metal… C’est vraiment une bonne chose d’avoir une salle à succès qui continue d’oser programmer sur des critères artistiques et non politiques.

    fxc : « Combien vont le voir par pur voyeurisme morbide…. »
    Lors du concert de Détroit aux mêmes Docks, à peu près tout le public connaissait la plupart des paroles par coeur, du coup je pense que ce nombre doit être assez réduit…

    ysengrain : « Sans négliger ses victimes directes et indirectes, il porte avec lui, en lui, chaque jour, chaque heure, chaque seconde le poids de ce qu’il a fait. J’imagine qu’il paie un prix extrêmement lourd – ou bien il est décérébré. »
    Il suffit pour ça d’écouter ses deux derniers albums (je pense que les « anti » qui s’expriment ici ne l’ont pas fait), et je crois que ça devient assez clair. Ce qu’il a à dire et sa façon d’aborder son passé joue évidemment aussi beaucoup dans mon choix d’aller le voir. Dans la même situation mais avec un artiste qui ne fait pas de la chanson à texte et revient en écrivant juste des tubes sans aucun fond, j’aurais plus de mal.

    Tristan : « Le pire c’est que je suis sûr que si tu vas devant le concert distribuer des tracts pour dénoncer les violences machistes, tu te feras casser la gueule! »
    Il y a déjà eu quelques manifestations lors de sa tournée avec Détroit et depuis le début de la tournée actuelle et pas de trace de violence à ma connaissance. Le public est principalement formé de quadra – quinqa qui vont voir un de leur seul concert de l’année, la violence est pas vraiment le genre…

    François Cuneo : « Enfin, juste pour dire, l’article du Matin utilise un sujet sensationnel, mais ne fais pas dans le sensationnalisme. Il est assez factuel. »
    C’est vrai que le choix de la photo est tout à fait neutre et absolument pas populiste !

    J'aime

  40. Marc Sebanne

    Bravo Warrik et tant d’autres ici (fort heureusement) pour vos propos sensés.

    J'aime

  41. Daniel Pesch

    Warrik : mon propos sur ceux qui « chantent en français, eux » voulait sous-entendre que les autres utilisent bien des mots français, mais que je trouve que leur langue n’est pas du français.

    J'aime

  42. Ah oui, à ce point là quand même, je pensais pas que c’était possible de tomber dans l’élitisme à ce point là ! Noir Désir a repris « Ces gens-là », « Des armes » et « Le roi », Cantat « Avec le temps », ça aura au moins fait quatre reprises où la sacro-sainte pureté de la langue française aura été approchée !

    De mon côté, si mon français n’est probablement pas digne de ton érudition, classer Noir Désir dans la variété écrite sans talent au côté de Julien Doré m’a bel et bien fait perdre mon latin 🙂 !

    J'aime

  43. « Si l’agression a été volontaire, la mort qui en a résulté, non. Je ne le souhaite bien évidemment pas, imaginons: quel sera la réaction du tenancier lorsque accidentellement, il aura tué quelqu’un au volant de sa voiture, rentrant trop fatigué un soir: on lui applique la peine capitale aussi? »

    Alors là, la comparaison me laisse pantois…

    J'aime

  44. @warrik:« C’est vrai que le choix de la photo est tout à fait neutre et absolument pas populiste ! »
    Heu… il s’agit d’une photo de scène comme j’en fais beaucoup…

    J'aime

  45. Je ne connais pas l’affaire en détail, mais attention tout de même à certains termes utilisés ici.
    Je ne suis pas pénaliste mais par exemple un « assassinat » qui me semble être un crime prémédité n’est peut-être pas le bon terme en la circonstance.
    Sauf erreur il s’agit ici d’un crime passionnel sous l’emprise de substances légales ou illégales. A l’évidence l’auteur des violences physiques ayant entrainé la mort de sa compagne avait un problème de maitrise de sa personne dans certaines circonstances, plus particulièrement au niveau de ses relations amoureuses.
    Donc il était « malade » et il a du certainement passer par une thérapie pour ses problèmes de violence et d’addiction pendant sa détention, après et peut-être encore en ce moment.
    Si il avait été jugé dangereux pour la société avec risque sérieux de récidive, je ne pense pas qu’il serait en liberté.
    Que ce soit bien clair j’écris en toute neutralité et avec respect pour les différents commentaires, mais je trouve que certains mots utilisés ici sont déplacés et inappropriés.
    A quelque part c’est aussi choquant et honteux…

    J'aime

  46. Daniel Pesch

    Ne te méprends pas, Warrik, je ne suis pas élitiste du tout, plutôt ouvert et l’on peut bien torturer le français si on le souhaite. Mais malgré tout, j’aime d’abord entendre et ensuite comprendre !

    J'aime

  47. Ah tiens ?! Je n’imaginais pas que ça s’enflammerait.

    Hier j’ai regardé  » La voie de l’ennemi  » avec Forest Whitaker, Harvey Keitel, Brenda Blethyn que j’avais enregistré il y a longtemps. Il y est question d’un type qui sort de taule où il a purgé 18 ans pour avoir tué un flic qui voulait l’arrêter car il dealait de la drogue (entre autre). Le type veut sincèrement s’en sortir, reprendre une vie rangée. Mais le collègue du flic abattu et son ex-complice de ses magouilles font qu’il tue à nouveau. Les deux lui tenaient le même discours, qu’il n’était bon qu’à faire ce qu’il faisait avant. Le premier lui mettait la pression pour qu’il commette un faux pas et ainsi le remettre derrière les verrous, et le second voulait qu’il l’aide à faire fructifier ses magouilles.

    Aimé par 1 personne

  48. nowcomment4, quand on cogne comme il l’a fait sur sa compagne, qu’on l’a fait à plusieurs reprises après l’avoir fait sur sa femme, on sait à quel point cela peut porter à conséquence et entraîner la mort.

    J’écoutais une émission l’autre sur La Première je crois, qui disait à quel point le fait d’être un crime « passionnel » diminuait la gravité du crime pour beaucoup d’hommes et à quel point cette dénomination du crime ne devrait pas exister.

    J'aime

  49. Il a sauf erreur quand même été condamné pour meurtre, passionnel ou pas, c’est quand même pas un assassin psychopathe de sang froid ?
    Je comprends ta colère mais il me semble que là ça va bien au-delà…
    Je peux me tromper mais tu n’es pas concerné directement ou même indirectement par cette affaire délicate lorsque sentiments, violence et addiction sont mêlés.
    Par contre comme nous sommes tous obligés de manger pour vivre, j’aimerais bien que tu fasse une fois un papier sur nos agriculteurs qui se suicident et pour quelles raisons ils en arrivent à s’ôter la vie.

    J'aime

  50. Je ne suis pas juriste et n’ai pas fait d’études de droit mais je crois avoir appris récemment que, précisément, la notion de crime passionnel n’existe plus en droit pénal suisse.

    Et je trouve que le ton monte un peu trop, je trouve qu’on doit pouvoir exprimer des sensibilités différentes sur un sujet aussi délicat sans s’envoyer des noms d’oiseaux.

    J'aime

  51. Mathieu PIERRE

    Le populisme est malheureusement à la mode.

    On ne fait plus confiance aux entités abstraites qui doivent normalement organiser notre quotidien et nous protéger (ici la justice) et on en vient à effacer, en quelques mots, des siècles d’éducation qui ont tenté d’effacer nos plus vils instincts (vengeance privée / lapidation).
    En vain.
    C’est triste.

    J'aime

  52. Mathieu, entre la lapidation, et aller applaudir un homme, même pour sa musique, qui a fait ce qu’il a fait, il y a une marge ou je me trompe?
    C’est vraiment être populiste de ne pouvoir accepter cela?

    J'aime

  53. Bon, recherche faite, j’ai dit une bêtise : le meurtre passionnel existe bel et bien en droit pénal suisse: http://www.loisuisse.ch/fra/sr/311.0/311.0_016.htm

    Je regarde trop la télévision française. Car c’est en fait en droit pénal français que cette notion n’existe pas (et n’a jamais existé): https://www.google.ch/amp/www.liberation.fr/amphtml/societe/2014/11/24/le-crime-passionnel-n-existe-pas_1149842

    J'aime

  54. Daniel Pesch

    Oui, François, il faudrait que tu puisses accepter que certains (il sont nombreux semble-t-il puisque c’est complet) iront applaudir Cantat pour ce qu’il chante. Car, oui, même si dans ton esprit cela n’est pas le cas, ta position parait à certains d’entre nous comme populiste et cela ne te ressemble pas. Il y a par ici un coiffeur qui a décervelé sa femme il y a plus de trente ans et il rase pas mal de (courageux ?) bonshommes avec son coupe-chou tous les jours. Il s’est réinséré et gagne sa vie.

    Il me semble que le débat est faussé car nous ne parlons pas tous de la même chose :
    L’humeur de François est centrée sur la venue de Cantat aux Docks, programmation qui le choque étant donné les actes commis par cet homme qui pour lui est un salaud.
    Certains commentateurs se montrent plus généralistes et tentent de remettre le cas particulier de Cantat dans un contexte plus large qui est celui de la chose jugée.
    Tans que nous tournerons autour du cas Cantat, qui a été étalé à la une des journaux dès son début, nous serons dans le passionnel et, par conséquent, dans l’irrationnel.
    Les humains ont toujours tendance à se mettre à la place des victimes et de leurs proches, ce qui est fort louable, mais assez restrictif.
    Au contraire, la justice a tendance a s’éloigner des victimes pour s’intéresser davantage à la personne qui dans le box et qui, jusqu’à que la sentence soit prononcée, est présumée innocente. Cela dépassionne évidemment le débat, car les juges, les avocats et le personnel judiciaire vivent ces séquences au quotidien et croisent des dizaines de criminels au cours de leurs vies professionnelles.
    C’est cette différence d’approche qui fait que les uns restent sur une ligne droite gardant Cantat en ligne de mire et les autres sur une autre ligne droite qui part du même point mais, en intégrant le cas Cantat dans un contexte plus général tentent d’élargir le débat. Ces deux lignes s’éloignent l’une de l’autre inexorablement et les noms d’oiseaux pourraient survenir.
    Et si on faisait tous un pas de côté ? Il ne s’agit pas de pardonner, de comprendre ou d’oublier, mais d’accepter la chose jugée comme une remise à zéro des compteurs. Sans cela, c’est, comme déjà dit par ailleurs, la double peine jusqu’à la mort. Cela ne parait-il pas inhumain ?

    Aimé par 1 personne

  55. Eh bien moi je pense au message que l’on fait passer aux femmes battues, en mettant sur la scène, devant des milliers de personnes qui vont l’applaudir, un homme qui en a tué une directement, une deuxième indirectement.
    Je pense aux 123 femmes mortes, rien qu’en France, en 2016, sous les coups de leurs hommes.
    Je pense aussi à ces hommes, qui battent leur femme.
    Allez-y les gars, au pire, on vous jugera, vous ferez quelques années de taule et ensuite, on vous donnera une deuxième chance.
    Celle que les femmes comme Marie Trintignant, je le rappelle juste au passage, n’auront pas.

    J'aime

  56. Comme le disent certains commentateurs, ce genre de raisonnements dénoués de recul et de la moindre réflexion, c’est un exemple typique de populisme pur et dur.

    A quand une humeur sur le rétablissement de la peine de mort ?

    J'aime

  57. Daniel Pesch

    François : « Allez-y les gars, au pire, on vous jugera, vous ferez quelques années de taule et ensuite, on vous donnera une deuxième chance. »

    As-tu déjà visité une prison ? Pas un seul jour, je ne t’en souhaite pas un seul jour quelque soit l’état de la prison. Si un condamné ne peut pas avoir une seconde chance, autant rétablir la peine de mort, ce serait « moins pire » !

    J'aime

  58. Daniel Pesch

    Mon post a croisé celui de Warrik et mon allusion à la peine de mort n’a rien à voir avec sa dernière phrase, car je convaincu jusqu’à la moelle que tu y es opposé, n’est-ce pas, François ?

    J'aime

  59. Euuuh, ils ne vont pas applaudir le mec pour ce qu’il a fait il y a des années, mais pour la prestation qu’il aura faite le soir même.

    Même sans aller jusqu’à donner la mort, on reproche, à raison, à des gens d’avoir usé de leur force physique pour imposer leur volonté. Ce qui me gêne ici c’est qu’on reproche à cette dame de ne pas avoir usé des moyens dont elle dispose pour empêcher ce chanteur de venir. Cette journaliste fait pression sur cette dame pour qu’elle annule la venue de Cantat. Ce serait une catcheuse qui userait de la force pour l’empêcher de chanter ce serait pareil.
    Si cette journaliste avait raison, la salle serait vide. Là, il y a clairement certaines personnes qui cherchent à imposer leur point de vue à d’autres. Et ça me dérange.

    En tout cas, la salle aura besoin d’être nettoyée, désinfectée, après avoir reçu ce monstre et ses immondes fans. Faudra leur proposer les services d’Aquama afin que les vertueux (entre autre la journaliste) puissent y retourner pour d’autres spectacles :-)) .

    J'aime

  60. Daniel Pesch

    Dernière minute : Bertrand Cantat annonce l’annulation de tous ses concerts dans les festivals en France pour mettre fin aux polémiques. Je ne sais pas si cela concerne aussi Lausanne.

    J'aime

  61. Eh bien moi je pense au message que l’on fait passer aux femmes battues, en mettant sur la scène, devant des milliers de personnes qui vont l’applaudir, un homme qui en a tué une directement, une deuxième indirectement.
    Je pense aux 123 femmes mortes, rien qu’en France, en 2016, sous les coups de leurs hommes.
    Je pense aussi à ces hommes, qui battent leur femme.
    Allez-y les gars, au pire, on vous jugera, vous ferez quelques années de taule et ensuite, on vous donnera une deuxième chance.
    Celle que les femmes comme Marie Trintignant, je le rappelle juste au passage, n’auront pas.

    François je t’en prie !

    Ne te laisse pas aveugler par le dégoût (légitime, et que je partage) que t’inspire l’image d’un homme violent qui frappe une femme à mort.

    Oui tu as raison, Marie Trintignant n’a pas eu de “deuxième chance”. Mais est-ce une raison pour que la justice des hommes applique la loi du Talion et dise “Tu ne lui as pas laissé de seconde chance, nous ne t’en donnerons aucune non plus !”

    La justice humaine d’un état de droit ne fonctionne pas comme cela. Et c’est tant mieux. Elle essaie de punir avec des peines dont la sévérité ou le laxisme est forcément arbitraire, mais il est dicté par une échelle de base des peines donnée par le code pénal. Ensuite les juges, procureurs et avocats essaie de moduler cette peine en fonction du dossier, des circonstances atténuantes ou aggravantes qu’ils auront pu faire valoir. La peine qu’il aura effectivement reçue est peut être trop douce (ou trop sévère) je n’en sais rien. Mais je crois surtout qu’il ne nous appartient pas de la remettre en question. Je veux dire d’où nous sommes toi et moi. Avec la connaissance forcément très imparfaite et partielle du dossier que nous ne connaissons toi comme moi qu’a travers des comptes rendus médiatiques. La justice est passée. Elle a fait son travail aussi bien qu’elle a pu. Il serait faux et illusoire de vouloir juger la justice.

    A partir de là une peine à été infligée. Elle a été purgée. Il est juste et normal de permettre au condamner de poursuivre sa vie. (Et oui même si cela n’est pas permis malheureusement à la victime). Enfin voyons ! Tu te rends compte qu’avec de tels propos tu fais le lit de ceux qui militent pour un retour de la peine de mort !?

    Celle-là même qu’il a fallu tant de temps à combattre et faire disparaître ?

    Et c’est tout l’honneur d’une justice humaine que de renoncer à y recourir.

    Ce n’est pas du laxisme.

    C’est se montrer au dessus de certains comportements inhumains que de refuser de les condamner pareillement avec des sentences inhumaines autant qu’irreversibles. C’est croire en l’homme et laisser au pire individu ayant commis quelque exaction funeste, la chance de se racheter et de refaire partie de la société en se montrant digne cette fois de sa qualité humaine.

    Je ne peux pas croire que toi François cède à cette tentation réactionnaire.

    Je crois que tu te laisse aller à cet aveuglement inspiré par la louable identification aux victimes.

    Il est juste de ne jamais oublier les victimes. Mais pour juger un homme il ne faut pas s’interesser qu’au mal qu’il a fait mais aussi à l’homme qu’il était lorsqu’il l’a fait. Et surtout à l’homme dont on espère qu’il pourra redevenir après avoir purgé sa peine.

    Je te supplie de te reprendre et de remettre en question certaines de tes paroles par trop définitives que je trouve vraiment trop éloignées de l’humanisme que je pense partager avec toi.

    On peut être féministe et vouloir défendre les femme avec vigueur contre les violences que leur imposent de nombreux hommes chaque jour, et se montrer pourtant mesuré en donnant une chance à la redemption de ceux qui s’y sont adonnés.

    Aimé par 1 personne

  62. Est-ce qu’un présentateur TV ayant commis les mêmes atrocités aurait le droit de revenir a l’antenne ? Certainement pas ! Personne ne dit que Cantat n’a pas le droit d’être oublié et de rester en tranquillité mais en tout cas pas en représentation dans une salle de spectacle subventionnée par la municipalité.

    J'aime

  63. Et pardon pour les nombreuses fautes d’orthographe et autres coquilles qui émaillent mon dernier texte que j’ai tapé au kilomètre sans me relire…

    J'aime

  64. Sur ma page d’accueil Orange « Tournée de Bertrand Cantat : la colère de Nadine Trintignant ». Elle dit qu’il n’a fait que 4 ans et avait porté à sa fille 23 coups. On y lit aussi « Depuis plusieurs semaines, de nombreux mécènes ont menacé de couper leurs subventions aux festivals si le chanteur était maintenu dans les programmations. ».
    Alors qu’ils le fassent, c’est leur pognon et ils en font ce qu’ils en veulent. Mais moi j’aime bien appeler un chat un chat et mettre les points sur les i. Il s’agit de reconnaitre qu’ils usent de leur argent pour faire pression. Je ne demande même pas à ce que vous justifiez ni leur position ni la vôtre, juste écrire que oui, ils usent de leur position de force pour faire pression, et que par la même, ils contredisent la justice.

    J'aime

  65. yvesbachelet

    Bonsoir à tous.

    Je viens de finir la longue liste de commentaires. Et elle est longue cette liste de commentaires.
    De plus, elle est passionnelle !
    J’aurais probablement eu une réaction tranchée et abrupte sur la violence commise sur une femme.

    Seulement, voilà, je suis convoqué ces deux semaines comme juré d’assise. Ce tribunal juge les délits et les crimes graves.
    Les jurés doivent écouter et ne montrer aucune émotion pendant le procès afin détablir en leur intime conviction si les prévenus sont coupable ou pas des faits qui leurs sont reprochés.
    Comme il a été dit dans un précédent commentaire, les meurtres et assassinats ne sont pas les comparables : l’un est sans préméditation et l’autre si !
    Je n’ai pas été retenu pour le premier procès, mais je suis resté pour entendre voir et écouter ce qui se fait dans un tribunal : c’est la première fois que j’y allais.
    Intime conviction ! Tout n’est pas noir ni blanc. Ce que j’ai constaté en quelques heures, c’est que l’alcoolisme était une excuse pour les actes qui ont été commis. De plus, ça permet d’oublier des détails, des faits…

    Maintenant, concernant le concert. Je pense que la salle veux que l’on parle d’eux. Comment se faire une publicité ? Soyons polèmique et les esprits s’enflameront.
    Je ne pense pas qu’un artiste doit se montrer après avoir commis l’irréparable. Il pouvait continuer sa vie d’artiste autrement qu’en se montrant.

    J'aime

  66. Le thème du jour interpelle ma manière de penser le rapport à la justice et à ses conséquence. Quel est le rôle de la justice dans un état de droit? Quel serait le rôle de la population quand il pourrait y avoir un pressentiment d’injustice? Et de quel nom est cette injustice? Quel rapport entre justice et justesse? Jusqu’où faut-il associer la production d’une oeuvre aux comportements de son auteur, selon quels critères?
    Clarification des positions pas si évidente.

    À part ça, vu hier soir sur Arte, une rediffusion d’une émission de la ZDF en 2014, « Mission Mozart: Lang Lang et Nikolaus Harnoncourt » en répétition puis en enregistrement avec le Philharmonique de Vienne. J’ai apprécié les commentaires et les explications, les nuances et les subtilités. Où est la vérité de l’interprétation?

    J'aime

  67. Quelque chose ne ressort pas dans cette discussion: Bertrand Cantat est bien un assassin, mais il a représenté pour beaucoup de gens la voix d’une révolte magnifique, une sorte de cri de ralliement ou d’espoir, un poète, pas seulement en France, et beaucoup comme moi se sont reconnus dans ses chansons. C’était avant Vilnius bien sûr. Après, c’est différent pour chacun de ceux qui ont aimé – excusez-moi mais les autres ne comprennent pas cette déception et ce choc que fut la nouvelle – moi je n’ai plus envie, mais je respecte ceux qui vont l’écouter.

    J'aime

  68. Et voilà…
    On me soupçonne d’être pour la peine de mort maintenant.
    Alors que je répète en boucle que mon problème, c’est juste qu’on applaudisse un gars comme ça.
    Voire qu’on le programme.
    Ai-je demandé qu’on le condamne plus fortement?
    Ai-je demandé qu’on le condamne à mort?
    Je suis éloigné de l’humanisme?
    Et il faudrait que je me justifie plus encore, que je revienne en arrière?
    Je crois rêver.
    Et je suis dégoûté.

    J'aime

  69. Ce soir sur France 2 à 23:05 Il en sera question dans l’émission de Maria Salamé.

    J'aime

  70. @Daniel Pesch « As-tu déjà visité une prison ? Pas un seul jour, je ne t’en souhaite pas un seul jour quelque soit l’état de la prison. Si un condamné ne peut pas avoir une seconde chance, autant rétablir la peine de mort, ce serait « moins pire » ! »

    Oublions la partie sur la peine de mort si tu veux bien, c’est évidemment à des kilomètres de ce que je demandais.

    Première partie: la prison, c’est dur?

    Tu ne me la souhaites pas?

    Mais je n’ai rien fait qui me permette d’aller en prison ne serait-ce qu’un seul jour.

    Tu ne veux pas que je plaigne ce Cantat d’avoir fait 4 ans de prison (6 moins deux ans de remise de peine) pour ce qu’il a fait ou bien?

    J'aime

  71. Et pour votre information, c’était il y a bien des années, je suis allé manifester quand Sardou chantait « J’aurai ta tête en haut d’un mât » et perturber son concert.
    Et je n’ai pas changé d’avis sur ce point.

    J'aime

  72. Tom25: « Je ne demande même pas à ce que vous justifiez ni leur position ni la vôtre, juste écrire que oui, ils usent de leur position de force pour faire pression, et que par la même, ils contredisent la justice. »

    Pas du tout.

    Ils montrent qu’ils n’acceptent pas qu’on mette en avant un meurtrier. Je peux les comprendre… comme vous l’avez compris.

    J'aime

  73. Alors ils pourraient se contenter de dire qu’ils n’iront pas l’écouter chanter.

    J'aime

  74. patricehof

    Je trouve que sur un sujet aussi sensible, le débat est resté correct et respectueux, malgré les divergences fondamentales. Quand je lis certains forum sur lesquels le moindre désaccord sur une broutille peut s’envenimer… Merci donc pour cet espace et merci à l’auteur, aux commentatrices et aux commentateurs pour la qualité des échanges. Et si je suis fondamentalement en désaccord avec François, je continuerai à lire le blog du Cuk.

    Aimé par 1 personne

  75. Léa Salamé ! Stupid me !…

    J'aime

  76. L’emission Stupéfiant! aura au moi s eu l’intérêt de montrer que François n’est pas seul à soutenir sa thèse.

    Je l’avais dit dès le début. Le sujet est délicat et la polémique est intéressante.

    Mais patricehof a raison de souligner que l’échange, bien que vif est resté relativement respectueux des avis de chacun.

    J'aime

  77. S’exposer au public après s’être vu déballer sa privée, après avoir tué sous l’emprise de la colère (et de psychotropes), traduit à mon sens une possible personnalité psychopathologie. La réaction qui semble appropriée pour la plupart d’entre nous (ce que l’on « ressent » à travers ce sont débat) est celle de faire profil bas après un tel acte.
    C’est surtout cela qui me surprend !
    Après le fait de programmer ou non un concert d’une personnalité « sulfureuse » relève de la liberté du programmateur. Tout comme la justice a tranché : laisser libre le meurtrier après une peine de 4 ans, cela ne permet pas d’empêcher celui ci de refaire de la scène. C’est le fait qu’il prenne cette liberté qui choque.
    Alors qu’en tant qu’artiste, il pourrait s’exprimer autrement et avec succès aussi !
    Monter sur scène peut être interpréter aussi comme un défis à ces détracteurs et aux victimes ! Et donc être vécu comme intolérable. Donc nous pouvons y déceler de fait un comportement psychopathologie (soit franchement pathologique soit border line). Attention je ne dis pas que Cantat le soit : je dis simplement qu’il l’évoque !

    J'aime

  78. yvesbachelet : La salle n’a absolument pas besoin que l’on parle d’elle, elle s’en sort très bien comme ça, et je suis pas sûr que déclencher des animosités politiques pour une salle subventionnée soit un bon plan… Il ne faut pas oublier que les dates lausannoises ne sont que deux étapes au milieu d’une longue tournée : http://www.bertrandcantat.com/concerts/ .

    Voici le message (qui n’a malheureusement pas encore été relayé ici) plutôt classe de Cantat à propos de l’annulation de toutes ses dates en festival :
    https://scontent.fgva1-1.fna.fbcdn.net/v/t31.0-8/28826939_220347715188347_6509983405212907734_o.jpg?_nc_eui2=v1%3AAeHOD45fZafjIkZfzHifq05oQ0pN6Mm7kWNmIPH73Z4B0BLcrTvn6Q3jQot0f2HLYjR1gUc9ljmyDBBvtYP15E63FXhdyUCroJC8g7kU99-k5g&oh=a1a88cd3a27d02739695c08c5a0cddaa&oe=5B3F0F66
    Celà ne concerne bien sûr que les dates en festival (dont probablement le Paléo qui l’avait certainement programmé, mais qui n’a pas encore annoncé sa programmation) et pas les dates en salles dont Lausanne fait partie.

    Et François, oui bien sûr que je provoque un peu en te suspectant d’être partisan de la peine de mort, il n’empêche que dans chaque débat un peu sensible qu’il y a eu ici, tu es systématiquement celui avec les positions les plus populistes, le seul participant dont quasiment chaque message me fait bondir de mon siège vu le nombre de simplification et de raccourcis intellectuels qu’ils empruntent.

    Aimé par 1 personne

  79. Warrik « il n’empêche que dans chaque débat un peu sensible qu’il y a eu ici, tu es systématiquement celui avec les positions les plus populistes, le seul participant dont quasiment chaque message me fait bondir de mon siège vu le nombre de simplification et de raccourcis intellectuels qu’ils empruntent. »

    J'aime

  80. Daniel Pesch

    Warrik, je ne peux pas laisser tenir de tels propos concernant François. C’est un démocrate de sensibilité plutôt à gauche et, en tout cas, opposé clairement à l’extrême-droite populiste.
    Dans le cas de la présente humeur, il prend fait et cause pour les femmes et contre les violences qui leur sont faites. Je trouve ça assez honorable.

    Le problème ici c’est que ça devient passionnel et que ça prend un tour personnel contre un personnage dont le job est de chanter en public. Comme François l’a dit lui-même plus haut, il y a de nombreux cas de violences faites contre leur compagnes par des hommes violents et entraînant la mort de celles-ci qui sont déplorés chaque années. Mais Cantat est un homme public et on s’en prend donc à lui. Comme hélas! d’autres hommes violents il a commis l’irréparable, il a assumé cet acte horrible, il a été jugé, condamné et il a purgé sa peine. Mais la vindicte populaire ne l’entend pas de cette oreille qui ne veut pas qu’il puisse exercer son métier alors qu’il est, stricto sensu, dans le droit de le faire.

    Les organisations féministes, elles aussi plutôt classées à gauche, sont aussi prises dans cette contradiction entre le droit strict et le sentiment d’injustice. Par ce fait elle rejoignent, contre toutes leurs convictions, des groupuscules populistes d’extrême-droite qui insrumentalisent le cas Cantat en montant des pétitions, des manifestations (parfois violentes !?!) pour faire annuler les concerts. Et ça marche, car des élus (pas tous), soit par conviction pour certains, soit par opportunisme pour d’autres, abondent dans leur sens. Ce faisant elles se mettent aussi en quelques sorte hors la loi, car on ne peut pas contester une décision de justice sauf devant la justice, quand c’est possible.

    Pour finir et j’arrêterai là cette discussion car elle devient stérile, je dois dire que je ne comprends pas la démarche de ceux qui veulent interdire à Cantat de se produire sur les scènes qui souhaitent l’accueillir : qu’il se taise ou qu’il chante, qu’il se cache ou qu’il s’expose sous les projecteurs, rien ne réparera le mal qu’il a fait. Alors, à quoi bon ?

    J'aime

  81. D’accord avec tout ce que je lis ci-dessus.
    J’irais sans doute revoir Le bal des vampires et des photos de David Hamilton, si l’occasion se présentait. Boycotter publiquement de telles créations artistiques, voire inciter à la haine envers leurs créateurs serait de l’opportunisme, on se tromperait de cible, on se donnerait bonne conscience, ce qui est gratifiant, mais je dis – pour résumer clairement — qu’on a le droit d’exposer ou de faire visionner au public de telles œuvres.
    Et si l’œuvre est une chanson, celui qui la chante a le droit de le faire, et si quelqu’un ne veut pas y aller, il a le droit de ne pas y aller. Punkt Schluss, comme on dit en Suisse romande !

    J'aime

  82. Daniel Pesch

    Ça m’intéresserait de lire cet article Dom’-), mais c’est pour les abonnés ! Pourrais-tu en faire un pdf et nous le déposer sur dropbox ou ailleurs et nous en donner le lien ? Merci d’avance.

    J'aime

  83. Georges Pierre

    @Noisequick
    « Est-ce qu’un présentateur TV ayant commis les mêmes atrocités aurait le droit de revenir a l’antenne ? Certainement pas ! Personne ne dit que Cantat n’a pas le droit d’être oublié et de rester en tranquillité mais en tout cas pas en représentation dans une salle de spectacle subventionnée par la municipalité. »
    Contrairement à ce que tu dis, oui, il aurait bien sûr le droit de retourner à l’antenne. La différence c’est qu’il n’aurait probablement plus d’opportunité de le faire. Et de dire que Cantat n’aurait pas le droit de faire un concert dans une salle subventionnée par la collectivité c’est se substituer à la justice.

    @François
    Je ne t’accuse évidemment pas d’être pour la peine de mort, mais il est vrai que l’argument « la victime, elle, n’a pas droit a une deuxième chance » est un des premiers arguments dégainé par ses partisans.

    J'aime

  84. Marc Sebanne

    Warrik, entièrement d’accord en tous points avec toi. J’espère de tout cœur que tous les détracteurs de Cantat présents ici ne se retrouveront jamais face à une situation de réinsertion, ou bien, peut-être que si. Tiens, ils reverraient peut-être leur jugement. C’est juste, vous êtes tellement parfaits!

    Il serait peut-être plus simple d’admettre que vous ne le supportez pas plutôt que d’utiliser ce prétexte pour cracher de tels propos sur ce qui reste ni plus ni moins qu’un humain. Ce que j’ai lu de la part de certaines personnes ici (qui utilisent des raccourcis sans réflexion) et bien ça fait peur pour l’avenir de ce monde (des propos dégoûtants et pitoyables). J’écoutais Noir Désir, ce qu’il a fait m’a profondément choqué, attristé, peiné. Mais nous ne pouvons pas revenir en arrière

    J'aime

  85. Daniel Pesch a très bien résumé la situation…
    J’ai toujours pensé et souhaité que la culture et le monde artistique était synonyme de liberté, d’ouverture et de tolérance.
    Malheureusement elle est de plus en plus politisée avec toutes les dérives que cela peut entraîner.
    Je remarque aussi que certains essaient de la « catégoriser » ou de « diaboliser » certains courants artistiques et/ou musicaux.
    Hier soir en regardant l’émission de Léa Salamé sur France 2, il y a eu l’intervention d’une journaliste qui a écrit un livre à charge contre la musique rock.
    Toujours dans cette émission, un autre des arguments entendus était que Cantat chantait « mal »…
    Il y a quelques jours, ici sur ce blog, j’ai eu un coup de colère et de choc contre une personne qui dénigrait deux chanteuses de jazz et la musique R&B en général par rapport aux chanteuses lyriques…
    J’espère que bientôt je pourrai lire un article sur ce blog sur l’affaire « Charles Dutoit », célèbre chef d’orchestre suisse de musique classique accusé de harcèlement sexuel…
    Dans ce contexte fait d’amalgames et de discriminations en tous genres indignes des pages les plus sombres de l’histoire européenne et nord-américaine, il serait bien que le monde artistique et culturel se réveille et réagisse de toutes ses forces pour préserver ses droits, ses libertés, son indépendance totale et son humanisme.

    J'aime

  86. Je souhaite réexpliquer ce qui me gêne différemment. Je lis encore plusieurs fois plus haut le mot populiste, j’avoue de pas être sûr de son sens. Mais à lire les cas où il est employé (pas qu’ici, partout), c’est quand des gens (le peuple) jugent et/ou prennent des positions à l’emporte-pièce. Et c’est souvent quand il y a désaccord avec une décision de l’état, ou quand l’état prend une décision pour faire plaisir au peuple. Alors c’est forcément beurk tout pas bien caca.
    Du coup, quand certaines personnes s’élèvent contre une décision de l’état (ici la justice) ils ne veulent surtout pas dire, avouer, que dans ce cas-ci ils s’opposent à l’état.
    On parle aussi plus haut de personnes de gauche. On discutait dernièrement de la définition de Bobo de gauche. Ben voilà, c’est quand des gens du peuple, mais quand même pas tout à fait du peuple car quand même un peu au-dessus intellectuellement parlant, hein ?!, s’oppose à une décision de l’état, mais ne le présente pas comme ça. Car eux ne sont pas populistes, ils interviennent pour rétablir la vérité et la justesse quand l’état s’égare.

    Si les mécènes avaient arrêté de donner leur pognon à cette salle de spectacle parce qu’ils avaient repeint la porte des chiottes en vert et non en bleu, ou même pire, parce qu’ils s’opposaient à la venue d’un artiste juif, noir ou arabe, là on aurait parlé de pression.

    Voilà ce que j’ai du mal à admettre, c’est que vous ne reconnaissiez pas ça. Toi François avec ton blog, cette journaliste, ces mécènes et tous les autres avaient fait pression pour que Bertrand Cantat ne puisse pas faire ce que la justice l’avait autorisé à faire. POINT !
    Alors le débat tourne en rond, moi j’aime bien procéder par étape. Oui Bertrand Cantat a tué Marie Trintignant, et voilà pourquoi, voilà comment ça s’est passé. Oui vous avez gagné en empêchant Bertrand Cantat de se produire sur scène, et voilà la raison. Vous l’avez donné et on l’a comprise. Mais cette façon que vous avez de nier faire pression m’exaspère.

    J’ai parfois l’impression de voir la même attitude que les terroristes. Non ils ont tué personne, c’est Dieu, c’est la main d’Allah qui a guidé leur pas pour rétablir une injustice. Non d’une pipe, ils ont fait exploser une bombe en pulvérisant un paquet d’innocents, voilà ce qu’ils ont fait. Après on discute de leurs raisons. Le problème avec ces types est qu’ils ne reconnaissent même pas leurs actes.
    Oui je sais leurs actes sont immensément plus grave, mais c’est l’exemple le plus parlant que j’ai trouvé. Je veux dénoncer le fait de ne pas reconnaître les moyens employés pour arriver à ses fins.

    Aimé par 1 personne

  87. J’approuve sans réserve et sur toute la ligne tout ce qu’a dit Daniel. En particulier en ce qui concerne la ridicule accusation de populisme à l’endroit de François. Je connais moi aussi, en partie car nos chemin de vie nous ont un temps séparés, les valeurs de François. Il n’a rien d’un partisan des causes populistes ! Il l’a rappelé avec son engagement ancien contre la peine de mort. (Ceci dit, et combien même il le serait, ce serait son droit de soutenir les thèses qu’il entend, et pas seulement parce qu’il est chez lui !)
    En effet je connais François avec des valeurs progressistes, il a voulu en l’espèce privilegier la juste cause de la défense des femmes dans leur combat contre les violences qui leur sont faites et qui le choquent comme moi. C’est en effet à mon sens une juste cause. Là où nous divergeons semble-t-il est dans la séparation que je peux concevoir entre un artiste et son œuvre. (L’homme, ou le cas échéant le salaud qu’il est où à tout le moins qu’il a été et les créations qu’il produit ou à à produites). En y réfléchissant plus encore, et après avoir regardé l’emission “Stupéfiant!” d’hier soir sur France 2, je pense que la particularité qui rend cette séparation difficile dans le cas précis est que BC est un chanteur, une star du rock. En effet, s’il s’etait agi d’un écrivain ou d’un peintre. Dont l’oeuvre est publiée dans une relative intimité entre l’oeuvre et son public, les réactions eussent été plus douces. C’est ce que je comprends en lisant François ou en écoutant Nadine Trintignant. Ce qu’ils ne supportent pas c’est l’idée de voir le meurtrier s’exposer en public sous des projecteurs “complices”et être applaudi, voire adulé par ceux qui continuent en tant que fans de séparer l’oeuvre de l’homme qui l’a créée et qui est aussi le bourreau d’une femme.
    Je peux entendre cela.
    Pour ma part je dis pouvoir (ou au moins vouloir essayer de séparer l’oeuvre Et son appréciation de l’artiste en tant qu’homme et du jugement que je porte sur lui dans d’autres domaines. Je ne suis du reste pas certain d’y parvenir dans tous les cas de figure.
    Ce qui me sépare (moi et ceux qui ont défendu le même point de vue) de François (et de ceux qui partagent le sien, comme Noisequick ou Nadine Trintignant) n’est que cela. Et rien de plus. Je pense qu’on peut en parler et même défendre son point de vue sans se déchirer et en appeler aux grands mots qui font mal comme de crier au populisme.
    Avec Hamilton on a eu la même difficulté: la séparation de l’oeuvre et de son auteur et des actes qu’il a pu commettre en dehors de sa création.
    La question reste intéressante: peut on conserver l’admiration ( préexistante ou acquise) pour une œuvre qui objectivement nous touche dès lors qu’on découvre que l’être humain qui en est à l’origine a par ailleurs commis des actes qu’on désapprouve au plus profond de ses intimes convictions humanistes. Je ne suis pas sûr d’en être toujours capable. On connaît le cas de Céline et de son anti-sémitisme notoire. Il y a Hamilton en photographie et sans doute bien d’autres en peinture comme dans d’autres arts.
    Mais il est vrai que dans le cas d’une star du rock c’est particulier car le rapport entre l’oeuvre et son public, lorsque le musicien la livre sur scene. Il y a précisément projection de la part des spectateurs de l’œuvre sur l’homme qui l’a livre. Et donc confusion entre l’admiration pour l’oeuvre et celle pour son auteur. Cette confusion étant faite, qui plus est, à la lumière des projecteurs et des caméras. C’est cette confusion et cette exposition médiatique qui apparaît comme insupportable à François, Nadine et bien d’autres.
    On peut l’admettre et même le comprendre.
    J’espere François que tu auras compris, par ces mots, que notre désaccord (le mot est déjà trop fort, disons notre différence de sensibilité) n’est que de cet ordre et que je pense que sur le fond nos valeurs restent très proches. J’espère surtout que mes mots t’aident à ne plus ressentir ce dégoûts des interprétations de tes propos qui ont été faites ici.
    Avec toute mon amitié.
    Pierre-François.
    PS: je ne me relis pas. Pas le temps. Il doit rester des fautes et coquilles. Pardonnez-moi

    Aimé par 1 personne

  88. Sinon je m’inquiète de ne pas voir de nouvel article aujourd’hui. Je redoute que la raison en soit précisément que tu n’aies été touché au delà du raisonnable par cette polémique et certains écrits ou interprétations de tes propos que tu trouves injustes et qui ont probablement beaucoup de peine à passer, eu égard à ta sensibilité que nous connaissons tous…

    Il me tarde de te relire après avoir digéré tout cela.

    Rassure-nous.

    Aimé par 2 personnes

  89. Marc Sebanne

    Diantre, que devrait alors penser un humain en réinsertion s’il venait à tomber sur ce qui a été écrit ici!?

    J'aime

  90. Pour ceux qui voudraient lire l’article de Dom dans Le Courrier, comme j’ai pensé que publier le contenu de l’article ici était contraire au copyright je vous propose ceci qui me paraît acceptable:

    J’ai acheté un abonnement d’essai de 24 heures au Courrier qui permettra aux membres du blog d’aller lire l’article sur le lien de Dom d’ici à demain. (C’est un peu comme si je passais un exemplaire du dit journal à mes amis)

    Voici les coordonnées du compte pour vous connecter: lien plus valable
    Mot de passe: plus valable
    Il est valable 24 heures.
    L’article est bien écrit et conclut dans le sens de François.

    J'aime

  91. Comme le dis très bien Noisequik, si ça avait été un présentateur, tous ceux qui crient présentement à une 2ème chance pour Bertrand Cantat, trouveraient hallucinant qu’il ose se représenter à l’écran. Mais comme Cantat et un artiste, ce n’est pas pareil, n’est-ce pas ?
    On appelle ça la partialité ! Tout dépend de ce que l’on apprécie et de quoi on va être privé!

    Pour Bertrand Cantat, qu’il estime avoir payé sa dette et qu’il veuille reprendre sa vie d’avant, je peux tout à fait comprendre, c’est son choix et la loi le lui permet. Il aurait donc tords de ne pas en profiter, si ça ne lui pose pas de problème.

    A sa place, moi je serais mort de honte d’oser me présenter devant un public si j’avais commis non pas un, mais de nombreux actes qui sont non seulement d’une lâcheté peu enviable pour un homme, c’est-à-dire s’attaquer à une personne plus faible, mais en plus une femme. Je dis en plus une femme, parce que dans un couple, l’homme et censé au contraire, la protéger. Il y a bien la lâcheté, mais également le fait de ne pas être un homme, de ne pas assumer. Mais bon, ce n’est là que mon ressenti, peu partager ici visiblement, tout comme M. Cantat.

    Par contre, que des gens aillent l’applaudir, alors là, tout comme François, ça me dépasse !
    On est pas responsable des actes des autres, mais des siens, si!

    Lorsqu’un enfant fait une erreur, chez les Aborigènes d’Australie, il n’est pas puni. Tout le monde le regarde et lui fait bien comprendre qu’il a mal agis. C’est exactement ce que des adultes responsables seraient censés faire avec Bertrand Cantat! Ne pas aller bêtement l’applaudir pour son concert, mais au contraire, faire salle vide, plutôt que comble et lui faire ainsi comprendre que ce n’est plus sa place, que ce qu’il fait, c’est-à-dire remonter sur scène, n’est pas approprié !
    A la place de ça, on a une bande de lâches et d’égoïstes qui trouverons toutes les excuses possibles et de préférences violentes, pour que leurs plaisir d’écouter l’artiste ne soit pas remis en question.

    J'aime

  92. Marc Sebanne en passe de devenir troll du cuk. Ce qui est bien avec les trolls, c’est qu’on les reconnait facilement

    J'aime

  93. Un indice : les trolls prétendent partir mais reviennent inexorablement 😦

    J'aime

  94. Georges Pierre

    @Pascal
    « A la place de ça, on a une bande de lâches et d’égoïstes qui trouverons toutes les excuses possibles et de préférences violentes, pour que leurs plaisir d’écouter l’artiste ne soit pas remis en question. »
    Vouloir empêcher tout le monde d’écouter un artiste parce qu’on a un avis qui diffère me paraît tout aussi égoïste…
    Et encore une fois, je ne défends ni Bertrand Cantat, ni évidemment ce qu’il a fait. En outre je suis tout sauf violent et je ne souhaite pas justifier mon plaisir à écouter un artiste puisque je ne l’écoute pas.

    J'aime

  95. Daniel Pesch

    Merci Pierre-François, mais le courrier renvoie ceci : Erreur de connexion. Vérifier vos données.

    J'aime

  96. Daniel Pesch

    Pascal (@PascalBoni): Non, je fais aucune différence entre un-e artiste, un présentateur-trice, un coiffeur-euse, etc… Je le re-redis : qui que ce soit qui commet un acte répréhensible, aussi terrible soit-il, doit pouvoir se réinsérer dans un job et dans la société s’il-elle a été jugé-e , condamné-e et a purgé sa peine dans les conditions de la loi.

    J'aime

  97. @Daniel: En effet ! Pourtant j’avais changé de mot de passe et testé. Mais l’ancien mot de passe était revenu… ???
    Ca devrait fonctionner maintenant (J’ai rechangé et retesté)

    J'aime

  98. Pour la reinsertion je suis d’accord. A l’exception notable des pedophiles qui ne sauraient se réinsérer dans un métier en rapport avec des enfants. Bien entendu.

    J'aime

  99. La lettre de BC publiée hier soir sur son compte FB:

    J'aime

  100. @Tom25 « J’ai parfois l’impression de voir la même attitude que les terroristes. Non ils ont tué personne, c’est Dieu, c’est la main d’Allah qui a guidé leur pas pour rétablir une injustice. Non d’une pipe, ils ont fait exploser une bombe en pulvérisant un paquet d’innocents, voilà ce qu’ils ont fait. Après on discute de leurs raisons. Le problème avec ces types est qu’ils ne reconnaissent même pas leurs actes.
    Oui je sais leurs actes sont immensément plus grave, mais c’est l’exemple le plus parlant que j’ai trouvé. Je veux dénoncer le fait de ne pas reconnaître les moyens employés pour arriver à ses fins. »

    Non Tom, leurs actes ne sont pas immensément plus graves, ce sont les mêmes. Ils tuent un ou des innocents.

    J'aime

  101. bugraptor: « C’est ce que je comprends en lisant François ou en écoutant Nadine Trintignant. Ce qu’ils ne supportent pas c’est l’idée de voir le meurtrier s’exposer en public sous des projecteurs “complices”et être applaudi, voire adulé par ceux qui continuent en tant que fans de séparer l’oeuvre de l’homme qui l’a créée et qui est aussi le bourreau d’une femme.
    Je peux entendre cela. »

    Et c’est exactement cela dont il s’agit, et que je m’efforce de dire ici.

    Si vous lisez mon article, vous verrez que j’avais anticipé toutes les critiques qui pleuvent sur cette manière de voir.

    J'aime

  102. Merci bugraptor pour l’article.

    Je précise que le Courier est certainement le journal le plus humaniste de Suisse.

    Je glisse ici sa conclusion:

    « Sauf que les temps, eux, ont changé. #Metoo et #Balancetonporc sont passés par là. Tolérance zéro pour les violences faites aux femmes. Cantat a purgé sa peine, il a le droit d’exercer son métier, certes, mais avec la retenue qui s’impose. Se présenter sur scène, sous les projecteurs et les acclamations, n’équivaut pas à enregistrer des disques écoutés dans un cercle privé. Nous avions pu nous en rendre compte lors du concert de Détroit en 2014: la flamboyance carnassière de Cantat et l’adulation dont il faisait l’objet avaient quelque chose d’indécent.
    Depuis, il y a eu la levée de boucliers face à la couverture des Inrocks, en octobre 2017). Il y a surtout eu les révélations du Point sur le martyre de l’ex-épouse de Cantat, Krisztina Rády – avec qui il s’était remis en couple au sortir de prison et qui s’est suicidée en 2010. Révélations aussi sur l’omerta dans l’entourage du chanteur, dès la mort de Marie Trintignant, concernant la violence chronique du chanteur. Enfin, il y a la main courante déposée le mois dernier par une femme se disant victime des «violence psychologique» et «menaces» de sa part.
    C’en est trop. Violence masculine, impunité: Cantat incarne tout ce qui est dénoncé aujourd’hui, plus que jamais. Les discours froidement légalistes nient la puissance symbolique qui est conférée à un artiste sur scène. Déconnectés de la réalité, ils sont inaudibles. »

    J'aime

  103. Il en pleut tout autant sur l’autre manière de voir… 😉

    Convenons que sur l’essentiel nous n’avons pas de désaccord important.

    J'aime

  104. Et voyez-vous, ça me fait plaisir de voir qu’on peut être de gauche, être un journaliste humaniste, et arriver à la même conclusion que la mienne.

    Je commençais à désespérer…

    J'aime

  105. François, je pressens que tu es sous le coup de violentes émotions et de sentiments contradictoires à la suite des commentaires au sujet de ta chronique de ce jour.

    Mais ne dis pas que, décidément, cette fois, tu ne vas plus écrire du tout, parce que déjà tu as mis fin à Cuk pour des raisons que l’on connaît, du moins les Cukiens. Elles ont pris naissance dans des circonstances qui pointent à nouveau leur museau … Tu n’écriras peut-être pas un jour ou deux. Je le comprendrais, je m’y attends presque.

    Tu sais, moi aussi, toutes ces réactions de commentateurs m’ont marqué fortement. Sans le savoir, tu nous as tous mis un peu KO. Tu as été comme un révélateur, un catalyseur incroyable, sans prévenir, sans t’en douter.

    Tu ne t’y attendais pas, nous non plus.

    Tu nous a amenés à nous poser des questions sur la manière dont nous fonctionnons face à une personne qui a tué, et qui chante. On s’est découverts irrationnels, instinctifs, souvent vivement opposés les uns au autres.

    Je n’ai jamais autant réfléchi à la question, aux questions plutôt, qui se posent là, maintenant, avec le sujet que tu avais choisi.
    Ta chronique m’y a fait revenir, et c’est grâce à elle que j’ai été forcé de me situer plus consciemment face à ce genre de problématique, et chercher des idées et des infos sur internet, discuter avec des proches. Tu nous fait tous, comment dire, faire le point, en quelque sorte. Oui.
    Je suis tout à l’heure tombé là-dessus, et je garde un peu d’espoir à cette lecture.
    Grâce à ton blog.

    J'aime

  106. François: permets-moi encore cette gentille pique concernant l’article du Courrier “le journal le plus humaniste de Suisse” qui conclut effectivement dans ton sens. J’ai juste envie de dire qu’humanisme et tolérance zéro ne sont pas vraiment à mes yeux des notions qui font très bon ménage… 😉

    J'aime

  107. yvesbachelet

    Ce qui me frappe, c’est que l’on retient le nom des meurtriers et assassins, mais pratiquement jamais le nom des victimes.
    Pour en revenir avec BC, il a été jugé et condamné par une cours Lituanienne et non en France, par les lois de l’époque des faits en Lituanie. On n’a pas à dénoncer la sanction de la justice. Même si à mon sens, elle est vraiment trop légère pour 19 coups portés avec suffisamment de violence au point de provoquer des fractures et des hémorragies internes : 8 ans !
    Mais que pense le lectorat féminin et les avocats ou juges ou les personnes ayant fait du droit ?

    J'aime

  108. Bugraptor: Là, le journaliste parle de l’époque et de l’air du temps.
    Je ne crois pas qu’il prône la tolérance zéro.

    J'aime

  109. Je ne le crois pas non plus. Je taquinais vu que sa conclusion commençait par balancetonporc et la tolérance zéro. Je peux aussi entendre que trop c’est trop.

    Monsieur Cantat a beau réclamer son droit à la réinsertion, je suis d’accord aussi pour dire qu’il doit aussi assumer les conséquences de ses actes par ses répercutions dans le “tribunal médiatique”. C’est probablement le lot de tous les ex condamnés.

    J'aime

  110. Yves Bachelet, d’après Nadine, c’est 23 coups.
    Il n’a pas fait 8 ans de prison (oui, c’est ce à quoi il as été condamné), il en a fait 4.
    Juste pour remettre les bons chiffres, c’est important.

    J'aime

  111. Ce dont je suis suis sûr par contre, c’est que quelqu’un d’aussi maladivement violent dans ses relations avec les femmes, doit, en plus d’être puni, avant tout être soigné.

    Et ça, malheureusement, j’ai bien peur que ce ne soit le cas…

    J'aime

  112. Une réinsertion ne peut que se faire « à l’intérieur » de la société comme l’explique très bien Daniel Pesch.
    Au détriment de la démocratie et de l’état de droit, une partie de la population a clairement décidé de « l’acculer » a perpétuité dans une prison virtuelle jusqu’à sa mort et si possible par suicide ce serait bien.
    Non mais sérieux, quinze ans après les faits, ce lynchage et cette acharnement s’apparentent à de la haine plus qu’autre chose.
    Oh non ce n’est pas réclamer la peine de mort mais un désir de faire subir à la personne la même souffrance et la même fin tragique que sa victime.
    Ben voyons, avec un « monstre » comportons-nous comme « des monstres », pour lui montrer que nous aussi on en est capable, car n’oublions pas, son pétage de plombs…nul n’est à l’abri, tôt ou tard ça peut nous arriver à tous. L’être humain n’a pas de limites dans l’horreur, on a régulièrement des exemples à travers le monde et dans le temps, on en a vu déjà beaucoup mais je pense qu’on a encore pas tout vu dans la barbarie contemporaine.
    Je m’excuse, mais dans la société on appelle cela de la vengeance et elle n’a pas sa place dans notre monde démocratique et dit « civilisé ».
    A moins que la majorité de la population souhaite le chaos total et irréversible…

    J'aime

  113. Et remettre de l’huile sur le feu, c’est bien ?

    J'aime

  114. Laisse, nowcomment4 n’a rien compris de ce que je voulais dire, je ne vais pas en rajouter une couche en me justifiant par rapport à son propos.
    Je m’excuse, mais ce qu’il écrit est tellement ridicule… Pourtant, j’essaie de ne jamais viser personnellement un commentateur, mais là…
    Et toujours cette manière de s’appuyer sur les dire de quelqu’un, il a fait ça je ne sais combien de fois avec toi.
    Il a décidé de partir, il y a quelques semaines, le voilà revenu, j’attends qu’il prenne la décision de s’en aller à nouveau, j’espère cette fois définitivement.

    J'aime

  115. Georges Pierre

    Une chose qui m’inquiète aussi dans ce genre de discussions c’est que si, admettons, il est décidé que Monsieur Cantat (prenons-le en exemple puisque c’est de lui qu’on parle) n’a plus le droit d’exercer son métier sur scène, mais uniquement d’enregistrer et de vendre des disques (ce que semble suggérer la conclusion du Courrier). Ou met-on la limite? Parce qu’on peut aller très loin si on veut aller dans ce sens. Un comédien ne devrait plus faire de théâtre mais pourrait-il faire du cinéma? Ou inversement? Devrait-il éviter de faire la promotion de son film? Un prof ne devrait-il plus s’occuper que de cours à distance? Un boulanger devrait s’abstenir de faire de la vente directe et ne faire plus que des livraisons? Un patron devrait-il renoncer à féliciter un de ses employés parce qu’il a fait de la prison et qu’on ne félicite pas un (à priori ancien) criminel? Pour reprendre un autre cas célèbre (toutes proportions gardées bien sûr), l’affaire de la bière au cyanure à Romont (un pharmacien aurait empoisonné son associé dans les années huitante), est-il normal qu’un pharmacien condamné pour meurtre puisse vendre des médicaments à sa sortie?…

    J'aime

  116. Mais est-ce qu’il est possible de comprendre que le problème d’un chanteur, ou alors d’un comédien, c’est qu’il est sous le feu des projecteurs et qu’il est applaudi, voire, comme l’écrit le journaliste du courrier, adulé?
    Le boulanger ne l’est pas, lui!
    Je m’excuse George, je le dis sans aucune agressivité, c’est juste que c’est fatigant de le répéter, que ce soit ici ou dans le Courier.

    J'aime

  117. Et je remarque que nous avons utilisé, dans le Courier et ici, le même terme face à cette exposition et ces applaudissements: l’indécence.

    J'aime

  118. @Georges Pierre: je crois que tu pousses le raisonnement à l’extrême, sans doute pour démontrer par l’absurde que tu le désapprouves.

    Moi je crois qu’il faut éviter de se prendre par trop la tête. La décision appartient à chacun. A chacun de décider si il peut continuer d’admirer l’oeuvre d’un criminel. En privé comme en public. Ceux qui sont choqués, comme François, par des concerts public d’anciens criminels, ont le droit de le dire, en manifestant pourquoi pas leur désapprobation comme il le fit il y a trente ans lors des concerts de Sardou. Et ceux qui, soit parce qu’ils parviennent à séparer l’oeuvre artistique du salaud ou peut être par aveuglement coupable souhaitent assister à ces concerts, et bien qu’ils le fassent. C’est un problème entre chacun et la conscience de chacun… cessons de vouloir absolument que tout le monde agisse comme nous voudrions qu’ils le fassent. Laissons un peu de place au libre arbitre individuel en l’espece Il me semble…
    Sauf naturellement en ce qui concerne l’interdiction faite aux pedophiles de travailler en contact avec des enfants. Mais là il me s’agit plus de morale mais de bon sens et d’éviter de nouvelles victimes.

    Et vous savez, au final, je pense qu’il sera bientôt difficile à BC de faire des concerts. Ou que ce soit. La pression de ceux qui trouvent cela indécent semble trop forte. Mais Il ne s’agit pas d’une inadmissible pression de certains “vieux cons moralistes” sur La Liberté de réinsertion d’un criminel ayant purgé sa peine, mais de l’expression naturelle de la conscience d’une partie de la population dans le contexte social qui est le nôtre. Peu importe que certains le voient comme de la rigidité ou de l’intransigeance pudibonde voire réactionnaire, ellle est manifestement dans l’air du temps et BC comme d’autres n’auront d’autres choix que de l’accepter.

    J'aime

  119. On a battu le record d’Aquama sinon ? Ou faut-il qu’on en remette encore quelques couches ? 🙂

    J'aime

  120. oui bugraptor, je propose de dévier sur Dieudonné 😀

    Aimé par 1 personne

  121. Georges Pierre

    Je vois évidemment la différence entre un boulanger et un chanteur, la comparaison est intentionnellement extrême, mais la question c’est justement où se situe la limite si on commence à interdire certaines choses. Un peu comme le débat sur les frais de santé: si on dit que les fumeurs doivent payer leur caisse maladie plus cher, pourquoi pas les obèses, les gens inactifs, les gens trop actifs, les gens qui ne mangent pas 5 fruits et légumes, les gens qui boivent de l’alcool…
    Et j’ai bien compris que cette indécence te gêne, je le comprends et je suis tout à fait d’accord de dire qu’il y a quelque chose d’indécent là-dedans. Mais si on devait interdire tout ce que je trouve indécent, premièrement il y aurait beaucoup trop de travail, et deuxièmement je n’estimerais pas suffisamment mon opinion pour vouloir l’imposer aux autres. Mais bien sûr, je revendiquerais le droit de dire que je trouve cela indécent comme tu le fais, cela ne pose aucun problème!
    Après, si nous sommes en désaccord sur ce sujet, du moins en partie, cela n’enlève rien à l’estime que j’ai de toi. Nous sommes d’accord sur beaucoup de choses et je pense que nous nous entendrions très bien « IRL ». D’autant plus que je vais bientôt entrer dans le petite famille des possesseurs de 370E en partie grâce à toi! 😉
    Je commentais peu sur cuk.ch (c’est un euphémisme, et sous un autre nom en plus…) et c’est la première fois ici. J’espère donc avoir été suffisamment courtois pour exposer mon avis pour le première fois, si ce n’est pas le cas je m’en excuse.

    J'aime

  122. « J’espère donc avoir été suffisamment courtois pour exposer mon avis pour le première fois, si ce n’est pas le cas je m’en excuse »

    Oh mais il ne faut surtout pas t’excuser, tu as été parfaitement courtois. Bienvenue ici donc et bienvenue dans le club des Jean Maurer 370E, tu verras, c’est le bonheur intégral.

    J'aime

  123. Et le record est à 164 sur Aquama!😀

    J'aime

  124. En même temps, François, pourquoi tu n’as pas fait un article pour dire le mépris que tu as des salles de cinéma de programmer le dernier film de Woody Allen, ou tout festival faisant un rétrospective de Roman Polanski??? Je n’ai vu personne dire que c’était inacceptable de programmer James Brown au Montreux (ou si peu)?!?
    Et il y a certainement encore pleins d’exemples… Donc 2 poids, 2 mesures?

    J'aime

  125. Donc je devrais être à l’affût de tout ce qui va mal sur la planète, le dénoncer pour avoir le droit d’écrire cet article sur Cantat?
    Ça va être compliqué, dis.

    Aimé par 1 personne

  126. Paul d'Ans

    Ceci se passe de commentaire! Pour ça, BC n’a pas payé !

    J'aime

  127. J’ai voulu tenter de poster une capture d’ecran du Facebook de Cantat mais ça passe pas, du coup je copie/colle :

    « Nous sommes maintenant à GRENOBLE où j’ai voulu entamer une discussion avec quelques personnes qui manifestaient leur hostilité devant la salle. A peine apparu, un déchaînement de violence, d’insultes, une pluie de coups, aucune possibilité de discuter, de la violence, seulement de la violence, aucune écoute, aucun échange : Bref, le retour au moyen-age. Ces gens sont sourds, et aveuglés par la haine. Peut être se sentent-ils encouragés par le merveilleux climat ambiant.« 

    J'aime

  128. François, quand je parlais des terroristes je faisais le rapprochement avec ceux qui mettent la pression pour que Cantat soit interdit de scène. Tu as écrit plus haut que les mécènes qui suspendaient leurs dons ne mettaient pas la pression, si, ils la mettent. Et c’est bien eux qui le décident, mais je regrettais qu’il ne soit pas explicitement dit qu’ils usaient d’un pouvoir en leur possession pour faire passer leurs idées. Ils décident de quelque chose et ça a eu un effet direct, ce n’est pas un truc obscur qui a fait que Cantat s’est retiré, c’est bien tout ce foin.

    C’est vrai que c’est gênant de voir un type comme ça applaudi, mais je pense aussi que les gens ont besoin de s’en foutre de toutes ces horreurs de temps à autre. Ils aiment sa musique, et le temps d’une soirée ils oublient le reste.
    Comme dit plus haut, pense-t-on à tout ça quand on va voir un film (scénariste violeur etc.) ? Je me demande si des personnes n’aimant pas la musique de Cantat n’avaient pas décidé d’aller le voir pour justement aider à sa réhabilitation. Des gens agissant selon la religion chrétienne prêt à tendre la main à ce genre d’individu car persuadé que c’est la chose à faire. Je ne dis pas qu’ils avaient raison, je pense que si toi tu étais déçu que Cantat ait pu être applaudi, je pense que d’autres regrettent qu’il ait été rejeté ainsi.

    Concernant la remarque de BugRaptor sur le manque de brève aujourd’hui et ton possible ras le bol façon Cuk il y a un an, j’y ai également pansé. Tu te fais un peu  » secouer « , et nous aussi. J’espère que tu n’es pas déçu de la tournure du débat qui est resté correct et parce que nous ne sommes pas tous d’accord avec toi. Tes articles nous bousculent un peu, et nous venons dans la mêlé pour débattre sans se battre. Ca ça doit te motiver à continuer car tu y réussis parfaitement.

    Je pense que ta position sur ce sujet mérite 10 ans de prison, mais je suis magnanime et je te fais un bisou. Oui je sais tu préfèrerais la prison ! 😀

    J'aime

  129. Je ne reviendrais pas sur la question de Cantat aux Docks – ou ailleurs – mais sur l’article du Matin et la citation de l’élue verte Léonore Porchet :
    Si l’élue Verte au Grand Conseil vaudois considère comme important que les pouvoirs publics ne s’immiscent pas dans les choix d’institutions culturelles, elle critique toutefois le choix de la programmation des Docks: «C’est une erreur de programmer un tel individu, qui plus est dans une salle subventionnée avec de l’argent public, car tout choix culturel est aussi politique. »

    Ça, ça me choque : « tout choix culturel est aussi politique ».
    En ce qui me concerne, le choix culturel est de la responsabilité de l’institution culturelle qui l’organise, dans le respect des lois en vigueur.

    Au final, la seule sanction sera celle du public, celui-là même qui subventionne les salles par ses impôts.

    Madame Porchet, députée payée par nos impôts également, ferait bien de s’abstenir de tenir de tels propos qui n’engagent qu’elle.

    J'aime

  130. Paul D’Ans, merci, je ne connaissais pas ce document.

    J'aime

  131. Warrik, j’avais prévu un monstre commentaire pour te répondre.

    Je vais faire court.

    J’espère simplement que tu n’as pas vu le film montré par Paul D’Ans avant d’aller acheter tes billets.

    Sinon, bien du plaisir à ce concert!

    J'aime

  132. yvesbachelet

    @François :
    Oui, il a été condamné à 8 ans, mais avec les remises de peine et la bonne conduite, il n’a fait que quelques années (3 ans, il me semble).
    Autre chose, beaucoup de personnes pensent que l’on ne veux pas qu’il se réhabilite en société en l’empêchant de se pavaner sur scène ? Pour moi, c’est totalement indécent.
    En revanche, il faut savoir qu’il a une entreprise sur Bordeaux qui marche très bien.
    En même temps, je n’irais pas, même si je crois que le concept est bon : bar, restaurant et petite scène permettant à de jeunes groupes de s’exprimer.
    Alors, je pense qu’il peut parfaitement gérer son entreprise et laisser son égo au placard. Ce n’est que mon avis.
    Merci à Paul D’Ans pour le témoignage.

    J'aime

  133. C’est le revers de la célébrité. Je crois que BC est devenu depuis sa sortie un symbole : un symbole des « maris-conjoints » violents. Il est loin d’être le seul, mais lui est connu. Et notre société vit une mutation, du « me-too’, de la pression du peuple.
    Les lois évoluent toujours plus lentement que les mentalités. Mais je pense que si le meurtre de Marie Trintignant avait eu lieu ces jours-ci, il n’aurait probablement pas été condamné à 8 ans de prison que s’il présentait aujourd’hui un dossier de libération conditionnelle, il ne serait probablement pas libéré.
    Mais il a été libéré il y a maintenant une dizaine d’années… Il reprend sa carrière de chanteur, ce qu’il était avant.
    Comme quelqu’un l’a écrit plus haut, je pense aussi BC ne pourra probablement plus faire de concerts, vue la pression du peuple. Les remarques commencent déjà à propos de l’Olympia qui l’a programmé à l’automne.
    Ce qui me rend perplexe, c’est que quelqu’un qui est libéré de prison est considéré comme ayant payé sa dette à la société. Sauf que la société a un avis différent ici et considère qu’un personnage public ne peut pas reprendre sa vie d’avant. Qu’est-ce que « payer sa dette à la société » pour un personnage public ? Disparaitre de la vie publique ? Et disparaitre à quel point ? Pour BC ce sont les concerts qu’il ne devrait plus faire. Mais qu’en est-il des disques ? Après tout, il se fait de l’argent sur son nom… Sur ce nom qui est celui de quelqu’un qui a tué…
    Je n’ai pas de réponse… Je m’interroge simplement sur ce que pourrait être une réinsertion réussie pour un personnage public qui a tué quelqu’un… Si l’on considère qu’il n’a pas le droit de reprendre sa vie publique, on considère qu’il n’aura jamais assez payé sa dette à la société.

    Dernière chose, je suis plutôt misanthrope et je considère que l’homme est capable du meilleur et du pire, surtout du pire, et encore plus derrière son clavier, mais quand je lis la qualité des échanges sur ce sujet particulièrement difficile, je retrouve un peu foi en l’esprit humain…

    Aimé par 1 personne

  134. François Cuneo,
    J’ai compris ce que tu voulais dire, ce que j’ai écrit ne t’es pas destiné mais je suis en direct depuis le début de l’après-midi l’actualité qui se déroule heure après heure en France.
    Excuse-moi de ne pas l’avoir précisé mais je pensais que c’était important d’en parler ici.
    C’est ton droit de penser que ce que j’écris est « ridicule » mais je t’invite à lire ce qu’en pense des médias comme Marianne ou Le Monde, par exemple.
    En tant que militant pour les droits humains, je suis sur le pont et n’ai pas eu le temps de te répondre plus rapidement.
    Je suis très inquiet par ce qui se passe depuis quelques heures, j’espère que tout ça ne va pas finir par un nouveau drame.
    Je pensais que l’annonce de Cantat d’annuler les festivals calmerait les choses mais en fait non, la machine est en marche et elle sera difficile à arrêter.
    Maintenant demande est faite à Cantat de s’arrêter « complètement »…
    S’arrêter complètement de quoi ?

    J'aime

  135. Je répète, regardez le film en commentaires de Paul D’Ans.

    J'aime

  136. Une réflexion sur ce sujet parmi d’autres, dans Le Temps du 14 mars.

    J'aime

  137. Georges Pierre

    Je n’ai pas écouté tout le « Document M6 » de Paul D’Ans (une moitié environ) mais cela semble confirmer que ce monsieur est un gros c… Cela dit, je me méfie des documents qui peuvent sortir dans les médias, spécialement des médias comme M6. Cela ne veut évidemment pas dire que ce document est faux, mais qu’on ne peut pas condamner quelqu’un parce qu’un témoignage à la TV semble l’accabler. La présomption d’innocence est de mise même pour ce genre de personnages et heureusement.

    J'aime

  138. Si tu regardes à droite, elle est validée par l’AFP.
    Cela dit, tout le monde peut faire un montage, mais là, j’ai vraiment de gros doutes, et se femme s’est tout de même suicidée…

    J'aime

  139. Bertrand Cantat via son Tweet:  » A peine apparu, un déchaînement de violence, d’insultes, une pluie de coups, aucune possibilité de discuter, de la violence, seulement de la violence, aucune écoute, aucun échange : Bref, le retour au moyen-age. »

    C’est tout de même cocasse venant de lui…

    Aimé par 1 personne

  140. Je viens d’avoir indirectement confirmation et validation du document montré plus haut.

    J'aime

  141. Georges Pierre

    Oui, encore une fois je ne dis pas qu’il est faux, je pense même qu’il est très probablement tout à fait authentique, mais au fil des ans, j’ai vu tellement de faux témoignages, de fausses infos validées pourtant pour plusieurs sources publiées dans la presse que je refuse de faire un jugement avec ça. Un avis, aucun problème, mais un jugement en aucun cas. Si la personne en question est condamnée à partir, entre autre, ce document, alors la ce sera différent.
    Et pour le message de Bertrand Cantat, il est, au minimum, maladroit…

    J'aime

  142. Bonjour à tous,

    Je viens de rattraper mon retard en lisant les derniers commentaires et documents publiés.

    Beaucoup d’emotions me submergent à leur découverte.

    Bien sûr d’abord le document d’M6 avec l’insupportable téléphone à ses parents de la femme de BC six mois avant son suicide.
    (Il ne me viendrait même pas à l’idee De mettre en doute un tel document).

    Je n’avais jamais entendu ce document. Pour être honnête, avant l’article de François j’ignorais même qu’il était retourné à sa sortie de prison avec sa femme et mère de ses enfants et qu’elle avait fini par se suicider.

    Est-ce que tout cela change quelque chose à ma position ?

    Bien sûr que oui.

    Chaque mot écrit par l’un d’entre vous sur sa façon de voir, comprendre ou réagir à une histoire humaine aussi dramatique change un tant soit peu ma façon de voir les choses.

    Et, comme je le disais hier en privé à François, c’est pour cela que j’aime les confrontations d’idées que ce genre de débat publique ouvert régulièrement par l’hôte de ces lieux me plaît et que j’y participe. Tant qu’il reste une confrontation d’idées émises avec respect pour les avis divergeants et qu’il ne sombre pas dans les invectives personnelles. Comme il a plusieurs fois été relevé, la bonne tenue de ce lieu d’echange est restée jusqu’ici remarquable. Et c’est à relever vu les passions que cette affaire déchaîne un peu partout.

    Alors oui, bien entendu, ce document poignant change quelque chose dans ma façon de voir BC.

    Je le subodorais déjà (car je considère que pour frapper une femme, il faut, au moins passagèrement avoir perdu le contrôle de sa raison, mais après ce témoignage je suis maintenant convaincu que BC est gravement malade.

    C’est manifestement un homme qui est plus que simplement un homme qui a dérapé un soir dans une relation passionnelle difficile avec sa compagne, « sous l’effet de la colère, de l’alcool et/ou de divers produits psychotropes » comme je l’ai lu. C’est un homme qui souffre pour le moins d’une pathologie grave de la personnalité et du comportement. Oh bien sûr je ne suis pas psychiatre. Mais il est évident que la place de cet homme est entre des médecins !

    Du coup je ne comprends toujours pas et encore moins le débat actuel: « Faut il laisser cet homme qui a purger sa peine se réinsérer en exerçant son métier public ? »

    Mais voyons là n’est plus la question ?!

    Cet homme est gravement malade. C’est un psychopathe au sens littéral. Son état mental est manifestement dérangé. Il doit être soigné. De gré ou de force car il représente manifestement encore un danger pour lui-même comme pour les autres !

    Il y plusieurs choses que je ne comprends pas ou plus à la lumière de ces dernières révélations:

    1) sa première peine a-t-elle ou non été assortie d’une obligation de traitement ?

    Si non pourquoi ?

    Si oui ce traitement a-t-il été suivi ? Quel en a été le résultat ? Quel est le diagnostic actuel des médecins qui le suivent si il y en a ?

    2) à la mort de sa femme, a-t-il été inquiété ?

    J’ai cru lire ici qu’il aurait été blanchi ?

    Comment est-ce possible à la lumière de ce document ?

    Certes il peut n’etre matériellement pour rien dans le suicide de sa femme. Si il était absent ce jour là par exemple. Mais on comprend bien dans ce document qu’il en est au moins la cause indirecte !!

    Même si je pense que sa femme était probablement malade elle aussi (il faut l’être à mon sens, autant pour supporter ce genre de comportement, que pour en être l’auteur…

    Je ne comprends pas qu’il n’ait pas dû su moins se soumettre à un examen et a un traitement psychiatrique dans ces circonstances là.

    Pour moi on peu parler de non assistance à personne en danger !

    Donc non, je ne plaide toujours pas la censure de cet artiste ! Je n’approuve toujours pas les histériques qui manifestent lors de ses concerts pour lui lancer du « Cantat assassin ! »
    Comme on l’a déjà dit, techniquement, ce n’est pas un assassin, c’est un meurtrier.

    Mais pour moi désormais c’est avant tout un grand malade. Un fou comme l’a dit sa femme. Qui doit impérativement être soigné !

    Si ils a désormais des assassins ce sont les médecins et les pouvoirs publics qui laissent sans traitement un homme dérangé comme on sait maintenant qu’il l’est.

    Au même titre que sont coupables les autorités judiciaires qui remettent en liberté des pedophiles ayant purgé leurs peine sans leur imposer un traitement psychiatrique.

    Voilà comment ma position a désormais changé !

    Et, oui, je suis maintenant vraiment révolté !

    J'aime

  143. Hors ma révolte et sur un plan beaucoup plus insignifiant désormais, juste une petite remarque taquine à l’endroit de François concernant l’article du Temps: j’observe que lui ne conclut pas comme Le Courrier… il y aurait donc plus humaniste que « le plus humaniste des quotidiens romands » ? 😉

    J'aime

  144. Paul d'Ans

    bugraptor a bien résumé ce que je pense. Problème structurel et pas conjoncturel.
    Je ne juge pas les personnes qui assistent ou pas aux concerts de BC. Chacun a sa sensibilité, sa conscience et ses valeurs. Par contre, ceux qui utilisent la violence, se retrouvent sur le même terrain nauséabond que BC!

    J'aime

  145. Bien évidemment.

    J'aime

  146. @bugraptor: « concernant l’article du Temps: j’observe que lui ne conclut pas comme Le Courrier… il y aurait donc plus humaniste que « le plus humaniste des quotidiens romands » ? 😉 »

    Je l’ai eu entre les mains, cet article. Je ne dis pas que les journaux ne sont pas humanistes, je dis que l’on peut être humaniste comme l’est Le Courier, et trouver indécent qu’un meurtrier ou un fou (selon ton jugement) soit applaudi sur une scène.
    De même, le fait de défendre que cet homme soit applaudi sur scène n’est pas forcément un signe d’humanisme.

    J'aime

  147. Effectivement, ce n’était pas juste un coup de colère passager sous l’emprise de la drogue.

    Si on considère que la pression exercée sur les autorités pour punir plus sévèrement Cantat est justifiée, il faut être prêt à accepter que d’autres remettent en cause d’autres jugements. On ne peut pas dire qu’on n’est pas populiste ici (en remettant la liberté de Cantat en cause) si dans d’autres cas on accuse les autres de l’être (d’autres qui remettaient n’importe quel jugement sur le tapis).
    Il y a quand même des gens qui jugent beaucoup. Ils jugent les juges (magistrats), et ils jugent aussi ce qui comme eux remettent en cause la justice.

    Je n’ai pas regardé la vidéo entièrement, j’ai avancé rapidement parfois. Je suis extrêmement mal à l’aise avec ce voyeurisme, surtout des choses aussi intimes, délicates et difficiles. Je demeure persuadé que ressortir une telle vidéo dans d’autres cas (pour d’autres affaires) aurait été très mal perçu. C’est ce que je critique ici, la fin justifie les moyens. Peut-être, mais je le répète, faut être prêt à l’accepter dans le futur pour d’autres affaires.

    J'aime

  148. @François: « je dis que l’on peut être humaniste comme l’est Le Courier, et trouver indécent qu’un meurtrier ou un fou (selon ton jugement) soit applaudi sur une scène »

    Pour un meurtrier je te suis. Encore que je fais la nuance entre « trouver indécent » qui est un jugement personnel et « vouloir interdire au prétexte que l’on trouve indécent. » qui est plus proche d’une volonté d’imposer son point de vue aux autres. C’est dans cette marge là que se trouve à mon sens la part d’humanisme et de tolérance qui manque aux censeurs réactionnaires qui trouvent (et là je ne parle pas de toi ni même en particulier des manifestants qui crient à l’assasin) mais d’une manière générale de tous les bien-pensants qui commentent les faits divers morbides en ne trouvant jamais assez dure la peine infligée au condamné. Ils n’ont pas participé aux débats des assises, ils n’ont du dossier qu’un état des lieux partiel alimenté par la presse à scandale qui insiste toujours à charge et présentant dans le détail (lui aussi indécent) les sévices infligés aux victimes. Qui sont-ils dans ces circonstances pour juger (et en général méjuger) la justice dans leurs simulacres de tribunaux populaires vengeurs et inquisiteurs ?!
    Je n’aime pas ces chasses médiatiques visant à entretenir la haine du public, souvent avant tout pour faire vendre un torchon.
    Quelle que soit l’horreur d’un crime, il ne saurait être analysé et compris qu’à l’aulne du mal qui a été fait. Il convient toujours de rechercher aussi ce qui peut, au moins en partie, sinon excuser, du moins partiellement expliquer, ce qui a pu conduire au drame. Les circonstances atténuantes (comme aggravantes) ça existe. Il ne s’agit pas de trouver des excuses qui amendent l’accusé, mais de comprendre la réalité de l’etat Dans lequel il se trouvait au moment des faits, et donc la réelle gravité des faits, des intentions et des mobiles qui ont amené l’accusé à commettre ce qu’il a fait. Tuer pour de l’argent n’est tout de même pas la même chose que tuer pour sauver ses enfants d’un père violent (par exemple extrême).
    Et la maladie psychiatrique peut en être une en effet. (De circonstance atténuante) Qui peut même dans certains cas aller jusqu’a considérer l’accusé « pénalement irresponsable de ses actes » et donc à le rendre inaccessible à la condamnation d’un Juge. Oh je sais. La voix populaire des tribunaux médiatiques n’aime pas cela !
    Mais ce sont là des éléments importants qui sont en principe traités dans le cadre d’un jugement sérieux rendu par la justice mais qui le sont beaucoup moins dans les journaux et autres cafés du commerce…
    Et revenons à la folie si tu veux bien pour insister sur la distinction à faire entre un homme et son œuvre. Van Gogh était fou à la fin de sa vie. Oh il n’a pas tué, certes, sinon lui-même, à petit feu mais quand bien même l’aurait-il fait sous l’emprise de cette folie maladive, ça ne l’aurait probablement pas empêché de créer des œuvres admirables (et qu’osait peut être plus encore magistrales) et qu’il reste(tait) normal d’admirer aujourd’hui, fût-ce en « adulant » son talent. Le musée de l’art brut lui aussi est rempli d’oeuvres créées par des fous. On leur consacre pourtant un musée… Je pense que oui, faire la différence entre un œuvre et son créateur, être capable d’admirer un œuvre pour ses qualités intrinseques et en même temps de désapprouver voir honnir son auteur parce que sa personnalité nous apparaît comme déviante ou mauvaise voire ignominieuse est non seulement possible mais fait précisément partie de ce que j’appelle des capacités humanistes.
    Mais encore une fois. Ma conviction actuelle est que cet homme doit être soigné. Et que face à cela, le débat quant à l’indécence éventuelle de ses représentations publiques, me fait l’impression d’un débat sur le sexe des anges.

    J'aime

  149. Encore un lien intéressant concernant le débat qui nous occupe:

    Il se trouve sur http://www.ldh-france.org

    C’est nowcomment4 qui me l’a envoyé par mail (trahi par mon abonnement au courrier ! 😉)

    Il me demande de le publier car il dit ne plus pouvoir accéder au blog en tant que rédacteur.

    Comme je le trouve intéressant j’accede à sa demande.

    Aimé par 1 personne

  150. Rien de nouveau, beaucoup l’ont dit ici.
    Je n’ai jamais nié que la loi était de son côté.

    En ce qui concerne le Monsieur qui t’a envoyé le lien, il n’est pas bloqué plus que quiconque. C’est le lien qui ne passait pas, la preuve, tu as dû t’y reprendre à plusieurs reprises.
    Les messages avec ce lien étaient passés automatiquement en indésirables, ce qui m’étonne d’ailleurs.

    J'aime

  151. Oui c’est ce que j’ai fini par comprendre.

    J'aime

  152. Et comme l’abonnement n’est plus valable (il ne durait que 24 heures), je me suis permis de retirer tes coordonnées du commentaire, pour éviter qu’elles soient repérées par des robots ou des lecteurs.

    Aimé par 1 personne

  153. Ce qui est étonnant avec ce lien, techniquement parlant, c’est que les commentaires sont passés directement en indésirables.
    Alors que d’habitude, ils passent en attente de validation si le système découvre un problème.

    J'aime

  154. Oui c’est ce que j’ai remarqué. En publiant je n’ai pas reçu la réponse « en attente de modération » que j’avais eu en publiant un commentaire avec 6 liens…

    On va dire que c’est un bug…

    Parce que si même WordPress se met à faire de la censure arbitraire, qui plus est à l’endroit de la ligue des droits de l’homme ! Alors là ça ferait peur ! 😉

    J'aime

  155. Très mal à l’aise… c’est ce que m’inspire ce type.
    Et ses derniers agissements tiennent autant de l’arrogance (quel salaud !) que du désespoir ( bientôt ce sera lui la victime !).
    C’est bien son côté fascinant qui fout les jetons !
    J’aimerais mieux éviter l’amalgame avec d’autres sales types qui nous pourrissent la vie… ils ont tous des points communs.

    J'aime

  156. Dans la série « les autres types qui nous pourrissent la vie pour savoir ce qu’il faut penser d’eux » on pourrait enchaîner avec l’affaire Tarik Ramadan (une vidéo défensive de sa part est publiée aujourd’hui sur le site de 24heures: https://www.24heures.ch/19059365)

    Avec ça on est sûrs de battre le record de l’article sur Aquama ! 😜

    J'aime

  157. Ben ça m’ennuie de battre un record avec des gens comme ça…
    Je n’aimerais pas qu’on me reproche de faire de l’audience avec eux.
    Bugraptor, entrer dans ce sujet est dangereux sur un site, on tourne très vite sur des commentaires que je dois supprimer.
    Et j’aimerais dormir en paix…

    J'aime

  158. Je ne veux pas jeter du sel sur l’Aquama, mais je trouve que ce Tweet résume assez bien la situation:

    De plus, mon petit message permet de n’être plus qu’à un commentaire du record absolu 🙂

    Aimé par 2 personnes

  159. Je suis jaloux de ce tweet qui résume si bien les 18 pages que j’ai écrites et les 128 que j’aurais encore pu écrire…

    Record égalé ? 🙂

    J'aime

  160. Et pour Tarik Ramadan je plaisantais bien-sûr.

    Je ne me permettrais pas d’imposer un tel changement de sujet… 🙂

    Et franchement. En l’espece Il faut vraiment laisser la justice faire son travail. Il n’y a rien à dire avant elle…

    Enfin tout ça, c’est surtout pour battre le record ! 😜

    J'aime

  161. Ah, est ce qu’un journaliste a le droit de refuser à quelqu’un le droit de s’exprimer ? Si vous le dites. Mais alors pourquoi parle t’on de « refus de vente » qui lui est interdit me semble t’il. Un type qui refuserait de vendre une brosse à dents à Bertrand Cantat serait condamné et pas un gars qui lui refuse de s’exprimer ? Fichtre. C’est facile d’envoyer un copain acheter un truc pour soi, ça l’est plus de lui demander de s’exprimer à notre place, c’est déjà pas facile quand on le fait soi même.

    J'aime

  162. Georges Pierre

    Le tweet résume assez bien ce que je pense, surtout qu’il est assez fin: il ne dit pas refuser que Cantat s’exprime, il dit qu’il ne va pas l’inviter à le faire, c’est quand même bien différent à mes yeux.

    J'aime

  163. J’allais aussi le préciser, hier. Tu as lu un peu trop vite, Thomas.

    J'aime

  164. Daniel Pesch

    Merci Zallag pour le lien vers l’article Marie-Pierre Genecand, que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam, et qui résume parfaitement mon sentiment.

    Merci Paul d’Ans pour le document M6/Le Parisien mis à notre disposition avant-hier soir et que je ne connaissais pas non plus. Ce message vocal d’une fille à ses parents est poignant, il m’a ému, choqué et abasourdi. Il m’a aussi fait réfléchir.

    Et après réflexion, j’ai cherché à en savoir plus. J’ai donc passé plusieurs heures à m’informer sur le net à propos de ce document et j’ai trouvé beaucoup de choses (qu’en cherchant vous trouverez aussi) :

    D’abord, les parents de Krisztina Rady n’ont pas autorisé la publication de ce document. D’après eux, ils l’ont transmis confidentiellement à François Saubadu, amant de Kristina Rady, lequel l’aurait transmis à un ou des journalistes en 2013. Cela ne met, en aucun cas, en doute la réalité de ce document, cela indique seulement que son utilisation est litigieuse. J’ai lu aussi que la mère de Kristina Rady a déclaré que sa fille l’avait rappelée quelques jours après avoir laissé ce terrible message pour lui dire de n’en pas tenir compte, qu’elle avait eu un moment de déprime. La famille de Kristina Rady et Bertrand Cantat ont porté plainte contre François Saubadu pour divulgation de documents privés, mais ils ont été déboutés, les juges estimant que cette divulgation n’allait pas au-delà de la liberté d’expression.
    En cette même année 2013, François Saubadu a mis ce document à la disposition de la justice accompagné d’une copie d’un mail dans lequel Krisztina Rady décrivait sa vie du moment. L’enquête a été rouverte et la juge qui en était chargée n’a pas jugé ces nouveaux éléments, ni les témoignages suffisants pour poursuivre. Elle a classé sans suite.

    Il faut rappeler que lors du suicide de Krisztina Rady une enquête a évidemment été diligentée et qu’elle a abouti au fait qu’il s’agissait bien d’un suicide (confirmé par le médecin-légiste). Alors que ce suicide a lieu pendant la période de liberté conditionnelle de Bertrand Cantat (il portait encore le bracelet électronique), il a bien sûr été considéré comme suspect N°1, mais il en est sorti entièrement blanchi.

    On critique beaucoup le fait que Bertrand Cantat a été libéré trop tôt. Je juge des applications des peine qui a pris cette décision s’en est expliqué dans la presse : Bertrand Cantat répondait à tous les critères nécessaires à sa libération depuis plus d’un an déjà lorsqu’il a pris cette décision et qu’il ne pouvait la retarder davantage. Bertrand Cantat a été un prisonnier modèle avec une très bonne conduite, il suivait une psychothérapie telle qu’elle lui avait imposée par la sentence et son projet de réinsertion tenait parfaitement la route.

    Une journaliste du « Point » (ANNE-SOPHIE JAHN), a cru devoir publier un article à propos de Cantat juste au moment où il part en tournée. C’est cet article à charge qui a déclenché les pétitions et les manifestations pour empêcher les spectacles. Or il se trouve qu’il est particulièrement basé sur le témoignage d’un ancien membre de Noir Désir qui accable Cantat. Cependant ce témoignage est anonyme et aucun des trois anciens membres du groupe, questionnés par d’autres médias, ne concède avec fait de telles déclarations. Deux rentre eux réclament même des excuses au Point et la publication de leur communiqué. Le Point n’en fera semble-t-il rien.

    Pour finir, je trouve le communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme parfait, il résume ma pensée et rappelle la loi :

    « Il semble nécessaire de rappeler aux uns et aux autres les dispositions légales. La loi de 2016 dispose dans son article 2 que la diffusion de la création artistique est libre, et l’article 431-1 du Code pénal réprime le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de menaces, l’exercice de la liberté de création artistique ou de la liberté de la diffusion de la création artistique d’un an d’emprisonnement et de quinze mille euros d’amende. »

    On peut donc dire son désaccord, marquer son dégoût, contester, manifester, mais pas interdire.

    Il me reste à dire qu’une femme (qui reste anonyme pour l’instant) aurait déposé une main courante contre Bertrand Cantat il y a environ 1 mois et que l’enquête est, semble-t-il, en cours. Il faut donc attendre avant de préjuger.

    J'aime

  165. Daniel Pesch: « J’ai lu aussi que la mère de Kristina Rady a déclaré que sa fille l’avait rappelée quelques jours après avoir laissé ce terrible message pour lui dire de n’en pas tenir compte, qu’elle avait eu un moment de déprime. »

    Merci pour ces renseignements Daniel, mais cette phrase (et tous ces témoignages que tu cites qui sont tous quelque part en faveur de BC, je suis persuadé qu’on aurait pu en trouver d’autres allant dans l’autre sens, ce qui n’enlève rien sur le fait qu’ils sont intéressants) cette phrase donc ne signifie strictement pas que le message (litigieux ou pas, je comprends tellement que l’amoureux de Kristina craque et le divulgue) est sans fondement.

    Encore ce jour, dans une sordide affaire de père abuseur de ses 8 enfants dans le canton de Vaud, les autorités n’ont rien pu faire pendant des années parce qu’après avoir parlé, les enfants se rétractaient.

    C’est la même chose ici: tu sais bien que les femmes battues reviennent très souvent sur leur dénonciation. Elles croient que les choses vont s’arranger, malgré la douleur des coups, elles aiment encore leur mari.

    Ce témoignage est peut-être litigieux dans sa divulgation, les faits dont elle parle, Kristina ne les a pas inventés.

    Et je n’ai jamais dit que BC avait tué sa femme directement.

    Par contre, quand j’entends ce témoignage, je pense qu’il a quelque chose à voir avec ce suicide.

    Cela dit, ce n’est pas le problème.

    Ce type a récidivé.

    Ça, on le sait.

    J'aime

  166. En même temps c’est facile…

    Je veux dire pour cet article.

    Il est avantagé.

    Par rapport à Aquama.

    Lui avait un nouvel article concurrent dès le lendemain…

    Du coup je me demande si le record peut être homologué. 😜

    Toujours d’accord avec Daniel et la ligue des droits de l’Homme sinon. Laissons faire la justice. Elle n’a aucune raison d’être Inutilement laxiste. Et respectons la liberté d’expression de BC même si ce qu’il a fait nous choque et nous dégoûte.

    Et souhaitons qu’on le soigne de sa pathologie.

    Aimé par 1 personne

  167. Daniel Pesch

    Pardon, François, mais quelle décision de justice indique que BC a récidivé ? Je n’en ai trouvé trace nulle part et pourtant j’ai fouillé le net de fond en comble.

    J'aime

  168. Daniel Pesch

    Bugraptor, le record ne sera certainement pas homologué si tu postes 2 fois !
    Heureusement, sur ce coup-là, c’était pas trop long…

    Aimé par 1 personne

  169. François, au fond tu pourrais n’écrire qu’un jour sur deux en moyenne, ne crois-tu pas ? Les commentateurs auraient le temps d’approfondir certains sujets, de faire des recherches plus pointues parfois, de revenir un jour après avec la certitude d’être, en dépit d’un petit délai dépassé, encore lus, de rectifier une erreur regrettable qu’ils auraient faite (sauf des erreurs de frappe).
    Surtout pour des sujets complexes, et surtout quand ils nous font nous questionner à ce point sur des sujets de société.
    Et tu aurais d’autant plus de temps à consacrer d’une part à toi-même, et d’autre part … à nous !
    Stratégie gagnant-gagnant.

    J'aime

  170. Bugraptor, j’ai supprimé un des deux commentaires.
    Pour le record, ça n’a pas tellement d’importance, surtout dans un sujet comme celui-là.

    Daniel, le document mis à disposition plus haut (enregistrement audio de Kristina) est postérieur à son passage en prison.

    Si ce n’est pas de la récidive…

    Zallag, on en parle dans un autre article, prochainement.

    J'aime

  171. Purée Daniel, je relis cet enregistrement: certes, il est litigieux par rapport à sa mise à disposition.

    Mais comment peux-tu, après son écoute, nous expliquer que tu penses qu’il n’a pas récidivé?

    J'aime

  172. Je trouve même grave de mettre en commentaires « J’ai lu aussi que la mère de Kristina Rady a déclaré que sa fille l’avait rappelée quelques jours après avoir laissé ce terrible message pour lui dire de n’en pas tenir compte, qu’elle avait eu un moment de déprime. »

    C’est une manière de diminuer l’air de rien la responsabilité de Cantat.

    Alors que tu sais très bien comme je l’ai dit qu’elle n’a pas inventé ce qu’elle a dit sur son répondeur: »il fait avec elle des choses pires que ce qu’il avait fait avec Marie, et devant sa famille ».

    Et après, tu viens me dire qu’il n’a pas récidivé, à ta connaissance.

    Mais Daniel, qu’est-ce qu’il te faut?

    Ce document a été obtenu de manière litigieuse, mais nous avons maintenant confirmation qu’il est bien réel.

    Il se trouve qu’au moment où je t’écris, je me fous pas mal de la manière dont il a été obtenu, ce qui m’importe, c’est son contenu.

    Et son contenu montre que l’homme est fou, malgré les soins thérapeutiques qu’il a suivis en prison, alors qu’il était un prisonnier modèle.

    J'aime

  173. Alors qu’il ait le droit de chanter, d’accord, puisque la loi l’y autorise.

    Mais je boucle la boucle: aller applaudir un tel type, ça me dépasse.

    J'aime

  174. J'aime

  175. Daniel Pesch

    Désolé François, mais cet enregistrement pour émouvant qu’il soit n’a pas été pris en compte comme une preuve suffisante par un juge, il est contesté par les parents de Kristina eux-mêmes, il ne peut être considéré que comme une présomption, peut-être. Il faut aussi savoir mettre ses sentiments de côté. Sinon, n’importe qui peut dire n’importe quoi sur n’importe qui et on renie ainsi les progrès de notre société.
    Je ne dis pas qu’il n’a pas récidivé, je peux peut-être même ênser qu’il l’a fait, mais simplement, ni moi, ni personne n’en sait rien ou ne peut le prouver. Il y a donc présomption d’innocence.
    Et je le répète encore une fois, ici on parle d’un cas particulier (qui été, oh! combien, médiatisé), mais je défendrais n’importe quel personne placée dans la même situation. Je n’ai rien avoir ni à faire avec Bertrand Cantat, qu’il chante ou non, ce qu’il fait ne m’intéresse pas. C’est pour moi une question de principe : la loi, rien que la loi, le respect de la chose jugée qui sont des fondements de nos démocraties. Car si on ne respecte pas cela, on retournera à la loi du Talion, ce sera l’anarchie. Crois-moi, nous n’avons pas le droit de mettre quelqu’un au pilori car nous avons d’intimes convictions, car cela ouvre à tous les abus. Nous aurons des groupes d’autodéfense dans nos quartiers, on restaureras le port d’armes pour tout le monde, et on armeras les enseignants comme veut le faire Trump. Tu te vois partir le matin à l’école avec un flingo à la ceinture ?

    Aimé par 1 personne

  176. Paul d'Ans

    J’ai trouvé intéressant comme ce fil de discussion s’est développé. À partir de l’idée initiale de l’indécence, parlant de BC, de se produire su scène vu ses antécédents, certains on décidé que le problème résidait dans la non-acceptation, par l’auteur de l’article et de ceux qui partageaient son avis, du droit de se réinsérer suite à une décision de justice. Or cette non-acceptation n’était pas présente dans l’article. Le curseur ayant ainsi été légèrement déplacé, pas mal de portes ouvertes ont ainsi pu être enfoncées. Même le mot populisme a été évoqué. C’est souvent dans les milieux « populistes » qu’on procède de cette manière. Il suffit de se pencher par exemple sur certains argumentaires de l’UDC. On peut facilement tomber dans ce piège en ayant parfois les meilleures intentions du monde.
    Je dis cela, car la plupart des commentateurs sont des personnes intéressantes et correctes. J’ai appris à les connaitre indirectement, car je « hante » depuis des années Cuk.ch (une caverne d’Ali Baba avec des trésors magnifiques) puis le Blog du Cuk, qui a continué avec cet état d’esprit qui fait son originalité. C’est agréable d’avoir ici un espace de discussion de qualité. Merci François Cunéo

    J'aime

  177. Pour mon exemple de la brosse à dents, le vendeur n’interdirait pas à Cantat d’en acheter une, mais il refuserait de la lui vendre lui même (ce qui je crois est interdit). Le journaliste, en refusant à Cantat de s’exprimer à travers son journal (ou son émission etc.) fait la même chose, certes il ne lui interdit pas d’aller se faire voir ailleurs.

    Je crois que Cantat a encore des problèmes, mais je suis très mal placé pour en avoir la certitude, et encore plus mal placé pour lui restreindre ses libertés, et c’est le cas de tout le monde ici ou ailleurs. La seule chose que nous pouvons faire est de remonter notre inquiétude, c’est plus que chose faite, et ça aurait pu être fait autrement. Et si Cantat est suivi psychologiquement, il y a un spécialiste chargé de le faire. D’ailleurs, ça doit pas être un boulot facile. Décider de remettre quelqu’un en taule parce qu’on suppose qu’il pourrait redevenir dangereux, ou ne pas le mettre et qu’il le redevienne. Ca doit les faire marrer de lire tout ça, enfin, je les soupçonne de rire jaune.

    J'aime

  178. Le tableau que j’ai publié plus haut vous plaît-il ?

    Que vous inspire-t-il ?

    Il se peut qu’il vous plaise esthétiquement. Ou pas. Que ses couleurs vous touchent. Qu’il vous indiffère. Cela ne se discute pas. C’est de l’ordre de votre sensibilité artistique et surtout de la compatibilité de cette sensibilité avec l’emotion qu’a voulu rendre l’artiste.

    Cette artiste s’appelle jordi Arias.

    Jodi Arias a fasciné les Etats-Unis ces dernières années. Elle fut accusée du meurtre de son ancien amant retrouvé mort dans sa baignoire, tué par balle, mais également lacéré de coups de couteaux. Pour assurer sa défense, Arias a donc commencé à vendre des peintures sur Ebay, et malgré sa condamnation, elle continue de vendre ses toiles sur son propre site.

    Cette toile provient de son site.

    Peu importe ce que vous a inspiré ce tableau en le découvrant.

    Et il est possible que ce qu’il vous inspire à présent que je vous ai dit que son auteure est vraisemblablement une meurtrière change votre perception et votre inclination à apprécier cette œuvre.

    Jusque là cela ne me choque pas.

    Il est possible que si vous recherchez des détails sur la façon dont Jordi a tué son amant, dans la presse populaire cela vous choque et vous dégoûte plus encore et que ce dégoût se reporte sur l’intérêt et l’appreciation esthétique que vous faites de ces lilas. Je ne trouve toujours pas ça grave mais plus surprenant déjà.

    Il se peut que vous n’ayez même plus envie de le regarder tant vous êtes émotivement choqué par les images du meurtre que vous associez maintenant à cette œuvre.
    Il se peut aussi que vous ne souhaitiez plus visiter son site, ce que vous vous apprêtiez encore à faire il y a trente secondes.

    Cela aussi je peux l’entendre et même le comprendre. C’est votre droit le plus strict en appartient à votre libre arbitre de spectateur.

    Mais ce que je ne comprendrais pas, c’est que vous disiez “Que l’on puisse apprécier ce tableau cela me dépasse !”

    Car cela ne prouve qu’une chose: votre difficulté personnelle à faire la part des choses et de distinguer l’oeuvre, la création artistique et sa beauté intrinsèque de son créateur et de ses qualités morales qui n’ont rien à voir avec elle.

    Et quant à vouloir faire fermer le site pour empêcher que d’autres puissent admirer son œuvre au prétexte que son auteur a été condamné… Alors là je suis désolé mais à mes yeux vous viendriez de tomber dans le réactionnaire de la bien-pensance. De vous associer au tribunal médiatique populaire qui veux juger au delà de la justice. Qui ne respecte pas ses décision en voulant aller au delà de la peine infligée par elle et en refusant toute forme de réinsertion du condamné dans ses compétences d’artiste.

    J'aime

  179. Je ne demande aucunement qu’il soit remis en taule et je n’aimerais pas non plus être à la place des psychiatres devant prendre des décisions.
    Merci d’ailleurs à Paul d’Ans pour la précision du début de ton post.
    Daniel, les parents de Kristina ne contestent pas le document, juste la manière de l’avoir obtenu, en ajoutant que leur fille était revenue sur ses dires, parlant d’un coup de blues selon tes recherches.
    On n’invente pas de telles histoires sur un coup de blues, tu le sais bien.
    Et tiens, pour rester dans l’émotionnel, ce qu’en pense un ancien amour de Marie:

    2018-03-15_16-57-42.png

    J'aime

  180. Bugraptor, peux-tu relire les dizaines de commentaires précédents où je dis que c’est le fait qu’on l’applaudisse qu’on hurle son nom, qu’on l’adule, qui me débecte.
    Je ne sais pas comment expliquer cela.
    Et je ne comprends pas qu’on ne comprenne pas.
    Quant au tableau, je le laisse parce qu’il est un exemple pour ton raisonnement.
    Je ne demanderai pas qu’on ferme son site, même si j’étais au courant.
    Je ne l’accueillerais pas sur le mien.
    Pour reprendre ton image, Madame Vinclair a fait venir BC dans sa salle.
    C’est son choix.
    Elle peut assumer le fait que certains dont moi, le critiquent.

    J'aime

  181. Oui tout va bien si tu ne cries pas à l’assassin avec la meute de ceux qui ne supportent pas que même meurtrier il reste un artiste qui a le droit de vivre de son œuvre après avoir payé ce que la justice lui a facturé.

    Mais il reste toujours quelque chose que je trouve dommage. C’est qu’en disant que ce qui te débecte c’est le fait “qu’on l’applaudisse, qu’on hurle son nom, qu’on l’adule”. Car c’est toi qui interprètes que ces gens l’adulent en tant que personne ! Alors que tu ignores combien d’entre eux savent faire ce que tu sembles incapable de faire: la distinction entre l’œuvre et les valeurs morales de l’artiste.

    C’est cela que ma démonstration cherchait à te faire comprendre.

    Mais sais-tu pourquoi ton discours me dérange le plus ?

    C’est que précisément ton incapacité à faire cette distinction m’oblige, moi et d’autres, à devoir sembler défendre l’homme et avec lui les actes qu’il a commis, alors qu’ils me choquent et me dégoûtent autant que toi. C’est cela qui me dérange le plus et que je trouve pervers dans cette attitude extrême que je contre ici.

    J'aime

  182. Daniel Pesch

    J’ai déjà dit plus haut que la discussion devenait stérile. Nous ne nous convaincrons pas ni les uns ni les autres. Alors restons-en là, car, à mon sens, il n’y a plus d’arguments valables à ajouter. Car ce que pense Benchetrit ne peut en aucun cas être considéré comme neutre et impartial. Et je le comprends parfaitement car, sans doute, à sa place je réagirais comme lui.
    J’espère que demain nous aurons droit à une nouvelle humeur… On pourra parler d’autre chose.

    J'aime

  183. Eh bien je ne fais pas la différence entre l’artiste et ce qu’il fait ou qu’il a fait.
    Par exemple, Depardieu est à Lausanne, pour chanter Barbara.
    Il paraît que son spectacle est magnifique, bouleversant.
    Je n’irai pas.
    Je ne vais pas voir celui qui met Poutine en avant dès qu’il le peut.
    Question d’éthique.

    Aimé par 1 personne

  184. Daniel, oui, je sais bien que Benchetrit n’est pas neutre.
    Mais c’est un peu comme la photo qu’a mise Caplan, sans rien ajouter, en commentaires, plus haut.
    Des fois, il faut se rappeler certaines choses, et se rappeler que d’autres souffrent encore des actes qui ont pu être faits.

    J'aime

  185. Daniel Pesch

    J’ai vu Depardieu au Cirque d’Hiver le 7 novembre dernier et il chante Barbara comme personne, pas même elle. ce fût une soirée inoubliable. Certes il est un peu dingue, il dit souvent des bêtises, son attitude au sujet de Poutine est plus que discutable, etc… Mais tu vas te priver de la prestation d’un artiste hors normes, hors catégorie. Dommage… Les artistes ne sont pas toujours comme tout le monde.

    Je crois avoir déjà dit que je comprends très bien la détresse des proches de Marie Trintignant.

    J'aime

  186. De grâce ! Ne nous oblige pas à défendre Depardieu ou Poutine !

    🙂

    Plus sérieusement tu rates peut être quelque chose de beau, et peut être surtout que tu le rates pour de mauvaises raisons… (je n’en sais rien, je dis peut-être…)

    Je n’ai rien qui m’engage à défendre Poutine alors je ne vais pas prendre le contre-pied. Mais je me méfie aussi de la façon dont il nous est présenté en occident qui est peut-être aussi fausse et biaisée que celle qu’ont de lui ou de nos dirigeants les russes par leurs médias….

    Enfin quoi qu’il en soit je trouve dommage de se forger des œillères artistiques de la sorte, alors que tu as de bons échos. Ceci au nom d’une soi-disante éthique. Je pourrais encore le comprendre s’il s’agissait précisément d’un spectacle engagé politiquement pour une cause que tu désapprouves, mais en l’espèce il s’agit uniquement d’un interprète de Barbara qui a, par ailleurs, des engagements politiques que tu désapprouves. Excuse-moi mais pour moi c’est incompréhensible. Et si j’osais être un peu dur dans mes mots je l’attribuerai plus à de la psychorigidité qu’a de la véritable éthique mais je vais être plus mesuré parce que c’est toi et je dirai juste que tu manques de souplesse… 😉

    J'aime

  187. Bah tiens, ça va paraître incompréhensible (et certains vont du coup trouver mes positions encore plus indéfendables), mais concernant Depardieu je suis d’accord avec François.

    Y’a pour moi une énorme différence entre aller voir et applaudir quelqu’un qui a fait une énorme connerie, a été condamné, a purgé sa peine, s’en repent et s’exprime artistiquement en parlant notamment de sa vie de façon tout à fait correcte ou aller voir et applaudir quelqu’un qui répète inlassablement conneries sur conneries (de mon point de vue politique en tout cas) en en étant tout à fait conscient.

    De la même façon, sur les quelques 80 heures de musique que j’ai dans mon iTunes, je suis en accord avec toutes les paroles, et j’ai toujours trouvé incompréhensible des connaissances très religieuses fan de Renaud ou votant très à droite tout en écoutant du punk engagé.

    Comme quoi je dois aussi avoir un sens de l’éthique et de la tolérance déviant de l’humanisme le plus total façon bugraptor…

    J'aime

  188. Dire à quelqu’un qu’il est juif quand il fait preuve de radinerie, ou parler de travail d’arabe, etc. etc. est souvent critiqué. Alors je critiquerais volontiers ce Mr qui dit que Bertrand Cantat n’a pas de couilles, moi je n’en ai plus qu’une suite à mon cancer et je ne suis pas devenu à moitié con pour autant (je suis simplement resté aussi con qu’avant 😉 ).

    Mais je sais bien que ce sont des expressions toutes faites, je m’en fous en fait. Je trouve chiant de reprendre les gens tout le temps sur tout.

    J'aime

  189. Je crois en effet que le débat part en couille(s)….

    Plus que 4 heures !

    J'aime

  190. bugraptor:
    « Je n’ai rien qui m’engage à défendre Poutine alors je ne vais pas prendre le contre-pied. Mais je me méfie aussi de la façon dont il nous est présenté en occident qui est peut-être aussi fausse et biaisée que celle qu’ont de lui ou de nos dirigeants les russes par leurs médias…. »

    Oh la la, ce que je déteste les « Je ne vais pas… MAIS ».

    Je ne suis pas raciste, MAIS…

    Je ne vais pas défendre Poutine, mais…

    Et les engagements politiques de ce Président russe font que des centaines de milliers de Syriens sont morts, parce qu’il soutient un dictateur sanguinaire.

    Donc je suis fier de ne pas aller voir Depardieu.

    J'aime

  191. @Warrik: excuse-moi mais je rêve ou bien « Y’a pour moi une énorme différence entre aller voir et applaudir quelqu’un qui a fait une énorme connerie, a été condamné, a purgé sa peine, s’en repent et s’exprime artistiquement en parlant notamment de sa vie de façon tout à fait correcte ou aller voir et applaudir quelqu’un qui répète inlassablement conneries sur conneries (de mon point de vue politique en tout cas) en en étant tout à fait conscient. »

    Tu as écouté le document de M6 et de l’AFP mis sur ce site ou bien?

    J'aime

  192. yvesbachelet

    Voilà un article, un de plus vous allez dire, bien écrit ce que je pense et que François doit penser aussi de ce personnage.
    https://www.causeur.fr/bertrand-cantat-trintignant-brexit-concerts-149983

    J'aime

  193. Merci Yves Bachelet: exactement ce que je pense de tout cela.

    Et en plus, lié à ce qu’écrit le journaliste, quand je lis ce qu’il ose écrire devant la salle de Grenoble sur sa page Facebook, mardi: « « Nous sommes maintenant à GRENOBLE où j’ai voulu entamer une discussion avec quelques personnes qui manifestaient leur hostilité devant la salle. A peine apparu, un déchaînement de violence, d’insultes, une pluie de coups, aucune possibilité de discuter, de la violence, seulement de la violence, aucune écoute, aucun échange : Bref, le retour au moyen-age. Ces gens sont sourds, et aveuglés par la haine. Peut être se sentent-ils encouragés par le merveilleux climat ambiant. » « 

    Ça me laisse pantois.

    Bien sûr que la violence contre lui est déplorable et qu’il faut la condamner.

    Ce message dans sa bouche, même si sur le fond il a raison, il faut oser: « A peine apparu, un déchaînement de violence, d’insultes, une pluie de coups, aucune possibilité de discuter, de la violence, seulement de la violence, aucune écoute, aucun échange : Bref, le retour au moyen-age. « 

    Dites-moi que je rêve…

    J'aime

  194. bugraptor: « Plus que 4 heures ! »

    Ne me tente pas de le laisser encore en une tout le week-end…😉

    Aimé par 1 personne

  195. Tom, je suis désolé pour le message de Benchetrit, je me rappelle bien de ton problème, mais je n’y avais plus pensé au moment de le publier. Je pense que si ça avait été le cas, je me serai abstenu par tact.
    Cela dit, tu le prends avec humour, merci.

    J'aime

  196. François, bien sûr que je connaissais ces documents, ils ne sont pas nouveaux (d’ailleurs à part l’article du Point d’il y a quelques jours et une annulation de tournée des festivals y’a pas grand chose de neuf dans cet affaire depuis un bout de temps, c’est bien ça le comble), je vois pas le rapport avec ce que je viens d’écrire, si ce n’est qu’on en revient une fois de plus au même point, à savoir la large préférence que tu as pour ton expérience personnelle et tes sources choisies face à la science et/ou à la justice.

    (vous allez me dire que Depardieu n’a pas été jugé, certes, mais on parle d’opinions, pas d’actes dans ce cas)

    Quand au lien vers Causeur, je trouve triste de commencer à poster des liens vers des média puants comme celui-là ici, m’enfin, une fois le pied posé dans le populisme…

    J'aime

  197. Je ne connais pas Le Causeur. Je suis le lien qui mène sur un article où un journaliste s’exprime de manière tout à fait sensée.
    Visiblement, tu continues avec cette histoire de populisme.
    Ça t’arrange en fait.
    Parce que si tu connais ces faits qui sont établis, comment peux-tu écrire, je le répète « Y’a pour moi une énorme différence entre aller voir et applaudir quelqu’un qui a fait une énorme connerie, a été condamné, a purgé sa peine, s’en repent et s’exprime artistiquement en parlant notamment de sa vie de façon tout à fait correcte « .

    J'aime

  198. Bah google le nom de l’auteure de la tribune dans Causeur, je sais pas comment appeler ça autrement, désolé : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2017/04/06/polemique-facebook-bibliothecaires-redactrice-chef-bulletin .

    Comment je peux écrire ça ? Parce que c’est vrai, peu importe ce que tu en penses (sur ta citation y’a aucune prise de partie de ma part, que des faits).

    J'aime

  199. Ben comment dire, Depardieu hier soir à Lausanne? Émouvant, applaudi, remercié. Un beau moment.

    J'aime

  200. Warrick, juste pour dire, on me donne en commentaire un lien vers un article, je ne connais pas son auteur, mais il se trouve que ce que le journaliste écrit me plaît.
    Tu détournes l’attention sur je ne sais quoi, je ne comprends rien à cet article sur les bibliothécaires.

    Sirrensis, et d’ailleurs Daniel (j’avais raté ton dernier message, je pense qu’on s’est croisés) je vous ai dit « Il paraît que son spectacle est magnifique, bouleversant. »

    C’est visiblement le cas, je ne le nie pas.

    Mais je n’irai pas.

    Il paraît que les cuisses de grenouilles sont délicieuses.

    Je n’en mangerai jamais. Par éthique.

    Psychorigide?

    Mais si vous voulez, pas de problème.

    J'aime

  201. Francois, permets-moi de te dire combien je trouve particulièrement inamicale et inutilement agressive et quérulente ton allusion à “Je ne vais pas mais…” et surtout ta comparaison avec “Je ne suis pas raciste mais…” au point que je pourrais me demander si je ne devrais pas en attendre des excuses de la part d’un ami.

    Car précisément, en disant seulement dans mon “mais…” que je me méfie de l’image que nous donnent nos médias occidentaux de cet homme, je ne crois pas pour autant avoir dit quoi que ce soit qui l’auréolât non plus.

    Surtout que j’avais bien précisé en exergue mon intention de ne pas devoir prendre la défense de Depardieu et encore moins de Poutine pour te contrer sur ta curieuse obstination à te priver d’aller voir un spectacle de Depardieu chantant Barbara dont tout le monde dit le plus grand bien au seul prétexte que GéDé clame son amitié et admiration pour le second.

    Je trouve aussi que laisser entendre que ceux qui vont voir Depardieu ou Cantat manquent d’éthique et sous-entendre que ceux qui vont voir le premier ont quasiment du sang syrien sur les mains ou que ceux qui apprécient encore les poèmes et chansons du second légitiment quelque part le meurtre de Marie Trintignant ou salissent sa mémoire et banalisent ou ignorent de manière indécente les violences faites aux femmes est au minimum grotesque mais plus surement d’une très grande violence et malhonnêteté intellectuelle.

    Encore une fois ce qui est pervers dans tes réactions moralisantes à l’excès et dans ton refus de distinguer l’admiration pour une œuvre artistique de la défense morale des autres faits et gestes de son auteur c’est de contraindre tes détracteurs à sembler défendre et cautionner les actions les plus detestables de l’artiste ou même, dans le cas de Depardieu, d’un de ses amis !

    Alors que j’entends au contraire te contrer seulement sur cet amalgame que tu fais entre œuvre artistique et morale des actions extérieures à son art commises par son auteur !

    Attaquer ceux qui te font ce reproche en les prétendant dépourvus de cet ersatz d’éthique que tu brandis en étendard justificatif est non seulement injuste mais insultant pour ceux qui disent faire la part des choses, entre art et morale ou qui admettent qu’ils ne sont pas dépositaires du jugement déjà rendu par la justice des Hommes à l’endroit de Bertrand Cantat.

    Encore une fois tu es libre bien entendu de ne pas vouloir écouter Cantat ou Depardieu pour les raisons que tu veux, mais porter un jugement moralisateur comme tu le fais (en parlant d’éthique) et comme le font tous les autres manifestants de la meute bien-pensante (en prétendant que ceux qui le font marchent sur les violences faites aux femmes dont BC serait devenu le symbole expiatoire à abattre) est précisément ce que je combats depuis mes premiers mots sur cet article.

    Et en te contrant ou en disant simplement que ton attitude extrême te prive peut-être de voir de belle choses je n’ai pas été aussi insultant que tes derniers traits moralisateurs.

    Permets-moi de te le dire en toute amitié.

    Et là je vais une fois de plus reconnaître que c’est encore une fois Daniel qui a raison. On tourne vraiment en rond et je vais donc m’arrêter là pour ce sujet, trouvant que notre amitié vaut mieux que ce combat pourtant important.

    Aimé par 1 personne

  202. Merci à tous pour ces commentaires, certes longs mais malgré les divergences d’opinions ils restent de haut vol. Un sujet mérite peut-être approfondissement: la relation entre la pathologie très vraisemblable de l’artiste et sa capacité de création artistique, pas seulement au regard de ce cas précis, mais plus généralement (on pourrait souligner que le chanteur en question s’appelle « cantat », pur hasard?).

    Les géniales et géniaux, sont-ils exempt de « pathologie »? Il a déjà été question de cas récent, il me vient à l’esprit Le Caravage, peintre ô combien génial (il a peint mode photo et tout son éclairage 200 ans avant qu’elle n’existe, la photographie) et il a passé sa vie à fuir ses actes violents, voire meurtriers. Mais je ne cesse de m’extasier devant les reproductions de ses tableaux.

    Il y a d’autres artistes d’on ont sait qu’ils on failli, et combien d’autres l’on gardé pour eux?

    Faut il être malade pour être artiste? Connaissez vous des artistes « normaux »? Je cherche, je trouve pas. Mais c’est peut-être mes goûts?

    J'aime

  203. Bugraptor, l’exemple du raciste ne s’adressais pas à toi, mais à un système de pensée.
    Il y a une chanson, très ancienne, de Souchon, qui en parle mieux que moi, Poulailler’s Song.

    Malgré le fait que tu dises en introduction « Je ne vais pas prendre la défense de Poutine », en fait, dans ton mais, tu mets en doute le travail de la presse occidentale, tu sèmes le doute.

    C’est assez pernicieux et c’est de plus en plus à la mode de le faire. On n’est pas loin de la théorie du complot.

    Les journalistes ne sont pas tous pourris, ils sont nombreux à faire un excellent travail au prix de leur vie parfois. Voir ce qui se passe en Slovaquie.

    Et sur le fait que j’aurais prétendu que le public de Depardieu avait du sang sur les mains, c’est carrément n’importe quoi, je n’ai jamais écrit ça.

    Pour le reste, je ne veux justement pas tourner en rond comme tu dis, alors je ne réponds pas à toute la deuxième partie de ton message.

    Je crois m’être bien assez expliqué dans les messages précédents.

    J'aime

  204. Le lien ne fonctionne pas…🤔

    J'aime

  205. Obligé de répondre.

    Et les engagements politiques de ce Président russe font que des centaines de milliers de Syriens sont morts, parce qu’il soutient un dictateur sanguinaire.

    Donc je suis fier de ne pas aller voir Depardieu.

    Pour moi juxtaposer ces deux phrases est absolument sous-entendre qu’y aller serait soutenir celui qui soutient celui qui soutient le dictateur sanguinaire en question…

    C’est exactement ce que j’ai compris en tout cas.

    Quant aux théories du complot et médire des journalistes en général, ce n’est pas du tout ma tasse de thé. J’ai juste voulu dire que je m’estime largement insuffisamment informé sur l’homme qu’est vraiment Poutine pour porter un jugement définitif et global sur cet homme. C’est tout. Rien de pernicieux là dedans, juste de l’humilité.

    Tant pis pour la deuxième partie…

    Aimé par 1 personne

  206. Daniel Pesch

    deuxième essai :

    Aimé par 1 personne

  207. Daniel Pesch

    @Yann Borg : Non, je ne penses pas que tous les artistes sont fous. Certains le sont, d’autres sont simplement différents. Enfin, il y en beaucoup qui sont « normaux »… Dali se faisait passer pour un fou, mais, assurément, il ne l’était pas.

    J'aime

  208. Ohla François si en plus tu commences à te poser des questions sur le passé de chacun dans tes articles et commentaires … ! Pas de problème, aucun, ça me fait sourire qu’un ex critiquant le mec suivant, sur ce sujet particulièrement en plus, emploie des phrases au dessous de la ceinture pour le qualifier. J’sais pas, mais il y a moyen de critiquer Cantat en étant plus classe.

    BugRaptor tu m’as bien fait rire avec ton « ça part en couilles » :-D. D’ailleurs tu avais mis un « s » à couille ? Je ne peux pas faire défiler mon iPad va perdre les pédales, ou la pédale (des fois qu’il y en est un ayant eu un problème traumatisant avec son vélo). 😀

    J'aime

  209. Pour info, cet article sur franceinfo : TRIBUNE. « Dans le cas de Bertrand Cantat, l’institution judiciaire semble devenir secondaire », regrette le juge qui l’a libéré :

    https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/bertrand-cantat/tribune-dans-le-cas-de-bertrand-cantat-linstitution-judiciaire-semble-devenir-secondaire-regrette-le-juge-qui-l-a-libere_2658158.html#xtor=CS2-765-%5Bemail%5D-

    J'aime

  210. François, t’as sorti du lourd pour faire du reuz et battre Aquama…

    J'aime

  211. Merci pour ce lien très intéressant, et qui, au final, montre bien le malaise existant.
    Et cette source n’est pas populiste😉

    J'aime

  212. A l’heure où approche le concert de Cantat, programmé aux Docks (Jeudi et vendredi) et ou une manifestation du groupe Feminista est programmée jeudi pour perturber le concert, le journal 24 heures revient sur le sujet par un article (hier) et un éditorial de son rédacteur en chef Claude Ansermoz. L’article d’hier est réservé aux abonnés, mais l’édito de ce jour est public.

    Je ne veux surtout pas réveiller ici la polémique enfin éteinte mais il résume si bien la thèse que j’ai essayé de défendre ici que je pense utile de vous le soumettre:

    Le droit de voir Cantat sur scène. Ou pas
    https://www.24heures.ch/22460117

    J'aime

  213. Je ne suis toujours pas d’accord avec toi, ni avec ce qu’écrit ce journaliste.

    Mais ce n’est pas grave, je pense que l’avis d’un réactionnaire (voir le commentaire que tu as laissé sur 24H, à savoir que ceux qui ne comprennent pas qu’un gars comme ça puisse se produire sur scène et qui critiquent la chose ou manifestent pour l’empêcher de chanter sont des réactionnaires) t’importe peu.

    Après s’être fait traiter de populiste pour cette raison, remarque, ça n’a pas beaucoup d’importance pour moi non plus.

    Tiens, j’irai peut-être manifester jeudi, moi.

    J'aime

  214. Ne le prends pas si mal François. On n’est pas d’accord sur un point. (Le droit de chanter de BC) mais on est d’accord sur beaucoup d’autres: L’horreur de ce qu’il a fait. Le dégoût que nous inspire les violences faites aux femmes. Le refus de l’écouter pour cette raison.

    Ça n’est tout de même pas un désaccord si profond.

    J’admets cependant que le terme de « réactionnaire » est peut-être un peu fort. Le journaliste l’exprime mieux en parlant de « dictature de la pensée unique ».
    Dommage que tu ne puisses (probablement) pas lire l’autre article et mes autres commentaires qui explicitent peut être un peu mieux la raison pour laquelle je parle de « réactionnaire ». Mais je ne veux pas en rajouter ici. Comme je l’ai dit je ne veux pas relancer la polémique ici. Tout a été dit. Et je respecte ton point de vue. J’ai juste trouvé cet article bien écrit et j’avais juste envie de le partager. C’est tout.

    Sinon pour jeudi si tu vas manifester on risque de s’y retrouver car j’envisageais aussi (sérieusement) d’y aller pour contre-manifester. 🙂

    Si la manifestatation de Feminista se borne à dire le dégoût que leur inspire les actes de violence de Cantat envers Marie Trintignant et en général toute forme de violences faites aux femmes dont il est devenu le symbole, je n’aurais rien à y redire et pourrai même me joindre à elles. Mais si il s’agit de perturber le concert et chercher à culpabiliser ou empêcher de le faire ceux qui ont choisi librement en leur âme et conscience d’aller écouter l’oeuvre d’un artiste sans pour autant vouloir cautionner tout ce qu’il est et ce qu’il a fait, alors là, je contre manifesterai…

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s