Un viseur électronique ne sera jamais l’équivalent de son pendant optique

Les hybrides qui sont en train de gentiment commencer à remplacer le marché des appareils reflex ont pratiquement tous un point commun: ils sont affublés d’un viseur électronique en remplacement d’un viseur optique puisque ce dernier n’a plus sa place au vu de la suppression du miroir.

Ce viseur électronique, à juste titre, a fait peur à tous ceux qui avaient l’habitude d’un beau viseur optique recouvrant 100 % du champ, comme ceux des Nikon et des Canon haut de gamme coûtant fort cher.

Ah, mettre les yeux dans un viseur de Canon EOS 5D Mark IV ou dans un Nikon 850D, c’est tout de même quelque chose!

L’avantage de ces viseurs est bien évidemment qu’on ne parle même pas une seconde de leur définition puisqu’elle est celle de nos yeux.

Pas de scintillement ni de lecture difficile en cas de fort contraste.

Mais l’avantage le plus important pour moi d’un viseur optique, c’est de nous montrer l’image que l’on vise telle qu’on la voit, avec toutes ses subtiles nuances de lumière et d’ombres.

Les viseurs électroniques ont bien évolué depuis les premiers modèles, ils deviennent bien définis puisqu’on dépasse largement les 5 MP sur certains appareils (5’760’000 points sur les derniers Panasonic et Sony) avec une couverture de champ de 100 % et un agrandissement de 0.78, ce qui donne quelque chose d’énorme, digne des reflex professionnels.

Mais même les derniers modèles les plus sophistiqués que je viens d’évoquer ne retranscrivent pas vraiment à l’œil droit ce que vous voyez à l’œil gauche (qui lui regarde « la vraie vie »).

Dans mon article sur le viseur du Sony A7R IV, je disais ma déception sur ce point alors qu’avec sa définition, je m’attendais à la perfection.

Sauf que si la définition est importante, ce n’est pas elle qui retranscrira in fine l’émotion que je vois avec mes yeux, sans passer par un viseur.

Je crois que j’ai enfin compris une chose: un viseur électronique ne pourra jamais reproduire la stricte réalité comme sait le faire un viseur optique.

Au mieux, il tendra à s’en rapprocher.

La raison?

Le viseur optique n’interprète pas, lui.

Il vous montre la réalité, avec plus ou moins de clarté selon la qualité du viseur certes, mais il ne change pas ce que vous voyez selon que vous visez une zone sombre de l’image, ou une zone claire: il reste parfaitement stable.

Alors qu’avec un viseur optique, vous voyez comment l’appareil va interpréter la réalité, et cette interprétation varie parfois considérablement selon l’endroit que vous visez, l’appareil cherchant, via sa matrice et son intelligence artificielle, à vous rendre ce qu’il croit être la meilleure image possible.

Vous avez tous fait l’expérience de viser une rue sombre éclairée par un réverbère: l’appareil va chercher de la lumière là où il n’y en a pas, montrant à l’œil une ambiance qui n’est pas la même que celle que vous avez en réalité.

Voilà simplement pourquoi je dois arrêter d’attendre le Graal dans le domaine du viseur électronique.

Cela dit, ce défaut des viseurs électroniques est lié directement à l’émotion que l’on ressent lorsque l’on photographie.

Dans tous les autres domaines, il est un vrai plus parce qu’il vous permet de vous rendre compte directement de l’interprétation du capteur et le résultat va être très proche de ce que vous obtiendrez sur la photo.

Avantage? Vous pouvez corriger le rendu par une petite correction d’exposition par exemple ou un décalage de programme pour amener un peu de flou d’arrière-plan et vous verrez immédiatement le résultat.

Et ceux qui adorent être informés de tout pourront même aller jusqu’à pratiquement cacher l’image en affichant en temps réel toutes les données photographiques imaginables.

Ce n’est bien sûr pas recommandé, mais il y en a qui aiment…

Alors l’un dans l’autre, je me rends compte que je n’aurai jamais, je pense, le beurre et l’argent du beurre.

Et même si je pouvais choisir entre l’un et l’autre, je serais bien emprunté.

Si je regrette le confort maximal d’un viseur optique, j’aurais bien de la peine à sacrifier tous les avantages d’un viseur électronique.

Maintenant que j’ai compris ça, eh bien voyez-vous, j’ai atteint la sérénité.

Ça fait du bien, et je profite donc avec le plus grand plaisir du viseur de mon A7R IV (appareil testé ici), en arrêtant d’espérer qu’on pourra faire beaucoup mieux.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

39 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

ysengrain
ysengrain
il y a 3 années

« Alors qu’avec un viseur optique, vous voyez comment l’appareil va interpréter la réalité, et cette interprétation varie parfois considérablement selon l’endroit que vous visez, l’appareil cherchant, via sa matrice et son intelligence artificielle, à vous rendre ce qu’il croit être la meilleure image possible »

Tout est dit

« L’avantage de ces viseurs – optiques – est bien évidemment qu’on ne parle même pas une seconde de leur définition puisqu’elle est celle de nos yeux »

Tout est dit
Au temps de la photo argentique, le viseur donnait « l’espérance de notre vision ». Aujourd’hui avec les hybrides de la photo numérique, le viseur nous donne la sécheresse de sa vision.
Il y a un an, quand j’ai acheté mon premier hybride – Sony ?6500 – je n’ai pas mis longtemps à comprendre.

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  ysengrain
il y a 3 années

Il faut tout de même savoir que le viseur du A7R IV est nettement au-dessus de celui du a6500.
Mais oui, tu as raison.

ysengrain
ysengrain
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Et un peu moins au dessus de celui de mon actuel ?7r3 ?

Renaud Laffont
Renaud Laffont
il y a 3 années

Tiens un article de Jeff Vlbert 🙂

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Renaud Laffont
il y a 3 années

Non non, je ne dégomme pas Sony!?

ysengrain
ysengrain
En réponse à  Renaud Laffont
il y a 3 années

Ce n’est pas un article de Vibert puisqu’il ne contient aucun éloge irraisonné de Canon. C’est pourtant simple, enfin… Renaud. Et puis, il n’y a pas un mot de l’extraordinaire viseur du Canon RF bidule

Renaud Laffont
Renaud Laffont
En réponse à  Renaud Laffont
il y a 3 années

Bon par contre lui le fait sur son site.

Desbois CA
Desbois CA
il y a 3 années

Solution : Fuji X-pro2 ou le 3 qui va sortir bientôt

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Desbois CA
il y a 3 années

J’ai eu cet appareil, le X-Pro1 mais c’est le même principe.
Le viseur optique ne couvre pas vraiment le champ et n’est pas bon.
Donc je me rabattais sur le viseur électronique…

Desbois CA
Desbois CA
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Depuis le X-pro1 ça a progressé, et le 3 encore si l’on en crois la communication Fuji. Par contre au delà du 50, le viseur optique devient inutilisable

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Desbois CA
il y a 3 années

Ben justement… c’est assez souvent qu’on passe ce cap!

Pascal9
Pascal9
il y a 3 années

Pas vraiment d’accord ?

Déjà, parce que la seule chose que l’on peut mettre sur l’image d’un viseur Nikon Z, c’est les lignes pour le cadrage, ou le niveau si on préfère, ainsi que l’histogramme. Les infos, elles, sont autour du viseur, comme sur n’importe quel reflex. Ensuite, parce que cet écran géant de 0.8 n’a pas le contraste trop élevé de la plupart des écrans. C’est même ce qui fait sa qualité. Bref, en un mot, ce n’est pas du Sony ?
Voilà pour la petite pique obligatoire pour dire qu’on à mieux avec son matos. Autrement à quoi bon. ?

Ensuite, parce que l’image que l’on voit dedans, c’est pratiquement l’image que l’on verra sur son écran. Avec toutes les corrections possibles avant la prise de vue, puisque l’on sait ce que l’on fait.

Le problème du viseur optique, c’est qu’il nous donne une image 3D à travers une optique à pleine ouverture. C’est très joli, bien entendu. Même souvent mieux que ce que l’on voit avec nos yeux, grâce à la magie des optiques. Mais voilà, on est tout déçu lorsque l’on regarde nos images sur l’ordi, parce qu’évidemment, ce n’est pas du tout ce que l’on avait vu dans le viseur ! Alors oui, c’est autre chose, un viseur optique. Mais ce n’est pas la réalité de ce que l’on retrouvera sur son écran 2D.

Et en ce qui me concerne, je préfère largement voir ce que je vais avoir, plutôt que pleurer sur ce que je n’aurais jamais. ?

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

Si tu m’as bien lu, tu verras que tes arguments sont repris dans mon article.?

C’est vrai que le Nikon Z est meilleur au même nombre de pixels que celui du A7R III.
Je n’ai pas comparé le premier avec celui du A7R IV.

Pour le recouvrement de l’image, je caricaturais un peu!?

Pascal9
Pascal9
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Oui, François, j’ai bien vu ?
C’était surtout pour bien appuyer sur le fait qu’à quoi bon avoir un viseur magnifique si ce n’est pas ce que l’on aura sur la photo ?

Pour le recouvrement, j’en ai juste profité pour dézinguer ton nouveau jouet ?  
Mais en vrai, je regrette que Nikon (c’est déjà un peu mieux sur Sony) n’ait pas adopté la simple ligne d’horizon des Fuji. C’est ultra sobre et efficace (sauf bien sûr, pour la verticalité, mais c’est moins problématique)…

En parlant de Fuji, je trouve dommage que Sony n’ait pas profité de la sortie des 2 nouveaux A pour rajouter la position verticale à leurs écrans externes, qui existe déjà depuis le X-T2 ?
J’espère que Nikon ne se loupera pas là-dessus pour les prochains appareils.

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

En ce qui me concerne, je suis très content que l’écran ne pivote que dans un sens.

Comme je l’ai écrit dans mon test du A7R IV, lorsque je suis avec ces écrans qui se tordent dans tous les sens, je ne m’y retrouve plus.

Et j’en ai eu sur certains de mes Canon il y a quelques années. pas chaud avec ces trucs.

Pascal9
Pascal9
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Je ne parle pas des écrans style caméra, qui déjà, ne sont pas dans l’axe optique.J’ai horreur de ça également. Mais par contre, je trouve vraiment indispensable le pivotement à la verticale, comme sur les Fuji X-T. 

Mathieu Fay
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

Dans un viseur optique tu regardes avec un seul oeil, donc ce ne peut pas être de la 3D. La 3D nécessite obligatoirement deux yeux. En plus l’image est d’abord affiché sur le verre dépoli, donc en 2D…Et il n’y a qu’un seul objectif sur un reflex, donc toujours de la 2D…

Pascal9
Pascal9
En réponse à  Mathieu Fay
il y a 3 années

C’est ce que dit la science, effectivement. Mais c’est une croyance. Un minimum de bon sens doit permettre de remettre l’église au milieu du village ? 

Car si c’était le cas, en fermant un oeil, tu serais incapable de juger de la distance de quoi que ce soit, vu qu’en 2D, tout se retrouve sur un seul plan (largeur, longueur).

La 3D, c’est ajouter à la 2D la notion de profondeur. Et avec un seul oeil, tu es parfaitement capable de voir que si tu déplaces ton regard sur un sujet, il va y avoir une différence par rapport à son environnement. Or, en 2D, que ce soit une image ou un film, tu peux te déplacer comme tu veux, l’arrière-plan ne changera jamais d’emplacement !

Ce qui va disparaître avec un seul oeil, c’est évidemment un champ de vision plus restreint, mais aussi un certain manque de relief. Mais pas la profondeur (donc la 3ème dimension).

Et au passage, un miroir réfléchit parfaitement la 3D.

Chacun peut tester par lui-même…

Daniel Pesch
Daniel Pesch
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

Il y a comme une confusion entre

3D

Stéréoscopie

Trompe-l’œil

Plus globalement, c’est le cerveau qui fait le boulot (et on peut aussi le “tromper”). Le cerveau s’adapte aussi lors de la perte d’un œil et il compense tant que faire se peut la perte du relief.

Ce que l’on voit dans un viseur électronique est aussi en 3D. Mais pas en relief…
Expérience : on vise au travers d’un viseur (électronique ou optique) un quelconque objet situé à portée de main, on ferme hermétiquement l’autre œil et on essaie d’attraper l’objet. Tâtonnement garanti…

Oui, le miroir réfléchit en relief, mais inutile d’essayer d’aller chercher l’objet qu’on y voit car on croise rapidement sa propre main !

La croyance, le bon sens et la science ne font pas toujours bon ménage.

Pascal9
Pascal9
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 3 années

Il me semble que le relief dans un viseur, et plus ou moins présent suivant le flou entourant le sujet. Pas de flou égale effectivement pas de relief, ou en tout cas, très peu. Mais ça dépend quand même clairement de la qualité du viseur et de l’optique…

Pour le miroir, un simple test de mise au point sur le cadre du miroir, lorsque vous vous regardez dedans et vous verrez que vous êtes flou. Faites la mise au point sur votre reflet, et la distance de mise au point sera doublée par rapport à votre propre distance avec le miroir. Pareil pour un objet plus loin ou prêt dans le miroir. C’est donc bien que la donnée “profondeur” est reproduite dans le reflet (la 3e dimension), car autrement, tout serait sur le même plan que le miroir, comme avec une TV ou une photo.

Daniel Pesch
Daniel Pesch
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

Cher Pascal9, je vous laisse le dernier mot.?

Gilles
Gilles
il y a 3 années

J’étais très réticent au viseur électronique et je me suis fait très rapidement, au point que je n’y vois que des avantages et que je ne regrette pas la visée optique, et j’adhère totalement aux propos de Pascal9 (“Mais voilà, on est tout déçu lorsque l’on regarde nos images sur l’ordi, parce qu’évidemment, ce n’est pas du tout ce que l’on avait vu dans le viseur ! “).

Pour moi, ces avantages contrebalancent complètement la visée optique. Et il y a visée optique et visée optique. En effet, peu d’appareils disposent d’un viseur large, plein format, qui ne donne pas l’impression de regarder dans un trou de serrure.

Par contre, la visée électronique se doit de faire des progrès en termes de finesse d’affichage.

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Gilles
il y a 3 années

Tout à fait d’accord.
Elle doit progresser également dans le côté stable, c’est-à-dire dans l’abaissement du scintillement.

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

J’ajouterais encore que j’ai parlé des viseurs des reflex haut de gamme dans ma comparaison.

Evidemment que dans les trous de serrure des bas de gamme, il n’y a pas photo, le viseur électronique d’un Panasonic S1 ou d’un Sony A7R IV est loin devant. Tout comme le sont les viseurs électroniques un peu moins bons.

guru
guru
il y a 3 années

En fait, je me fiche de voir la réalité dans un viseur, pour ça, j’ai mes yeux. Le viseur électronique me permet de voir ce que va être ma photo. C’est un outil. Et sur mes Olympus et le Z7, cet outil est vraiment mon “pote”, il me donne les indications que je lui demande. Le viseur optique, c’est un peu comme dans le temps, les viseurs noir et blancs des premières caméras électroniques professionnelles qui ne montraient jamais ce qu’allait être l’image…

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  guru
il y a 3 années

Tout à fait d’accord, je pense qu’à choisir, comme je l’ai écrit, je ne reviendrais pas sur un viseur optique abandonnant tout ce que le viseur électronique peut apporter.

Mais tout de même, il était bien beau, ce confort de visée des reflex haut de gamme.

Bugraptor
Bugraptor
il y a 3 années

Sans te contredire sur le fond de cette comparaison technologique actuelle, je trouve qu’en matière d’évolution technologique il est dangereux, pour ne pas dire téméraire, de dire « jamais ».
Sinon GraphComment n’a toujours pas réagi à mon problème de pare-feu ?
Il ne le feront « jamais » ! 😉

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Bugraptor
il y a 3 années

Tu as raison, je me le disais d’ailleurs en écrivant cette phrase.
Pour le problème du pare-feu, je ne sais pas, j’espère qu’ils ont lu ton commentaire.
Mais est-ce vraiment un problème chez eux? Tout chez nous sur eduvd est hyper sécurisé et les commentaires passent.

Bugraptor
Bugraptor
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Je ne dis pas que c’est un problème chez eux. Je dis qu’ils ont apparemment besoin d’un port ou d’un protocole que le pare-feu ou le proxy d’accès à internet du réseau privé de mon employeur ne laisse pas passer et j’aurais aimé qu’ils nous disent de quoi ils ont besoin pour que leurs commentaires apparaissent car apparemment, http/https sur le port 80 ne leur suffisent pas…

Daniel Pesch
Daniel Pesch
En réponse à  Bugraptor
il y a 3 années

Liebherrez nos ports !

Bugraptor
Bugraptor
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 3 années

J’ai donc trahi ici ce « secret » de ma vie professionnelle ?
Ah bon. J’avais oublié ! 🙂

Photospicy
Photospicy
il y a 3 années

Il fallait le dire. Et j’ai aussi le même sentiment mitigé entre les deux viseurs.

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 3 années

Je ne vais pas entrer ici dans une polémique pour départager les partisans du viseur électronique et ceux du viseur optique. J’ai utilisé les deux par le passé et c’est encore le cas aujourd’hui. Ils ont chacun leurs qualités et leurs défauts.J’ai essayé le Nikon Z7 cet été et le Sony A7RIV il y a deux semaines et malgré toutes leurs indéniables qualités (notamment la mise au point “suivi de l’œil” du Sony qui est simplement fantastique), je ne me séparerai pas de mon D850 à leur profit, car leur défaut majeur reste… le viseur ! Car contrairement à ce qui est dit ici à plusieurs reprises, ce que l’on voit dans le viseur électronique n’est pas la photo telle qu’elle sera sur écran une fois importée (et éventuellement “développée”) sur l’ordinateur et encore moins la photo telle qu’elle sera une fois imprimée.D’ailleurs, il faudrait d’abord s’entendre sur ce qu’est “la photo telle qu’elle sera”. On laissera d’abord le photographe cadrer et il aura déjà bien travaillé. À l’aide de la cellule photoélectrique, il choisira une sensibilité, un temps de pose et un diaphragme en fonction des résultats ou des effets qu’il désire obtenir. Il fera aussi le point avec soin sur le sujet qu’il souhaite voir net. Ensuite, qu’importe le viseur, la photo sera “bonne” (mais pas forcément géniale) !Je rappelle aussi que sur la façade des reflex il y a un petit bouton qui permet de vérifier la profondeur de champ.Ensuite, un fois la prise de vue effectuée, on peut encore visionner l’image sur l’écran de l’appareil et ainsi vérifier si elle correspond à nos intentions ; et si ce n’est pas le cas, on corrige les réglages et on recommence !Prétendre que l’on ne “voit” pas la (future) photo dans un viseur optique est quand même très exagéré, car alors on jette à la poubelle des dizaines d’années de l’immense travail des photographes d’avant le numérique ( et certains historiens de la photographie font remonter la visée optique au XVIIè siècle).Et que dire alors des viseurs télémétriques à coïncidence d’images si chers à Leica.Il encore possible aujourd’hui d’équiper certains reflex de verres de visées à stygmomètre, chose que (malgré l’excellence du viseur d’origine) j’envisage sérieusement de faire pour mon D850 (je l’avais fait sur mon ex-D90, pour mon plus grand plaisir). En fait, je viens de commander la version K3 de ce verre de visée…

Pascal9
Pascal9
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 3 années

Alors pour ce qui est de la profondeur de champ sur un reflex, ben désolé, mais on ne voit bien dans ces viseurs qu’à pleine ouverture. Après, l’assombrissement du viseur ne nous donne qu’une vague idée de ce que sera l’image. Et s’il y a bien un plus de l’EVF, c’est bien là, car l’on voit l’image telle qu’on là prend à l’ouverture choisie, et non à pleine ouverture ! ?

Qui plus est, suivant l’ouverture de l’optique et la luminosité, plus c’est sombre, moins on voit ce que l’on fait. Enfin, y a pire: Mets donc le soleil dans le viseur de ton reflex (oublie pas de mettre des lunettes de soleil, stp) ? En EVF, aucun souci !

Ensuite, bas je m’excuse, mais jusqu’à maintenant en tout cas, je n’ai jamais vu mes images sur mon écran tel que je les vois dans mes reflex. Je dois avoir un problème oculaire, sans doute, mais il y a pour moi une sacrée différence, vu que je passe de la réalité, à une image numérique en 2D. En gros, on est toujours déçu, parce que ce n’est pas aussi beau que dans le viseur du reflex.

Et je ne comprends pas comment tu peux dire que dans un viseur EVF, on ne voit pas l’image telle quelle sera, mais que tu contrôles sur l’écran de ton reflex, si elle correspond à tes intentions. Faudrait savoir ?

L’EVF correspond même tellement à la photo que tu auras sur ton écran, que si tu fais du noir & blanc, tu vois en noir & blanc. Essaie donc de faire ça sur ton reflex ?

La photo a toujours été une interprétation de la réalité. Tel film donnera tel résultat, et telle optique changera complètement la perspective de ce que l’on voit. Le reflex ne fait que renvoyer la réalité réinterprétée par l’optique. Mais il manque l’interprétation de cette réalité, par le film ou le capteur. C’est ce qu’offre maintenant l’EVF. On voit maintenant à travers le capteur. Et ça change tout !

Daniel Pesch
Daniel Pesch
En réponse à  Pascal9
il y a 3 années

“Alors pour ce qui est de la profondeur de champ sur un reflex, ben
désolé, mais on ne voit bien dans ces viseurs qu’à pleine ouverture.
Après, l’assombrissement du viseur ne nous donne qu’une vague idée de ce
que sera l’image. Et s’il y a bien un plus de l’EVF, c’est bien là, car
l’on voit l’image telle qu’on là prend à l’ouverture choisie, et non à
pleine ouverture !”

Moi cela me donne une très bonne idée de la profondeur de champ, même à la plus petite ouverture.

“Mets donc le soleil dans le viseur de ton reflex”

Si je veux photographier le soleil, j’équipe mon objectif avec un filtre neutre de haute intensité.

“Ensuite, bas je m’excuse, mais jusqu’à maintenant en tout cas, je n’ai
jamais vu mes images sur mon écran tel que je les vois dans mes reflex.
Je dois avoir un problème oculaire, sans doute, mais il y a pour moi une
sacrée différence, vu que je passe de la réalité, à une image numérique
en 2D. En gros, on est toujours déçu, parce que ce n’est pas aussi beau
que dans le viseur du reflex.”

En gros, donc, tous les photographes qui ont utilisé des reflex depuis environ 1940 ont été déçus. Ou n’avait pas de problème oculaire?

“Et je ne comprends pas comment tu peux dire que dans un viseur EVF, on
ne voit pas l’image telle quelle sera, mais que tu contrôles sur l’écran
de ton reflex, si elle correspond à tes intentions. Faudrait savoir”

Puisqu’on ne peux pas voir l’image telle qu’elle sera (de ton point de vue) dans le viseur, je dis qu’on a la possibilité de la contrôler après la prise de vue. Je n’ai pas dit que je le faisais… Je le fais cependant, mais pas de manière systématique, loin de là.

“L’EVF correspond même tellement à la photo que tu auras sur ton écran,
que si tu fais du noir & blanc, tu vois en noir & blanc. Essaie
donc de faire ça sur ton reflex”

Depuis les chambres de la fin du XIXè, les photographes voient les images en couleur à la prise de vue et en noir et blanc au labo. Seuls les APN dont on a enlevé la matrice de Bayer du capteur font du vrai noir et blanc.

“La photo a toujours été une interprétation de la réalité. Tel film
donnera tel résultat, et telle optique changera complètement la
perspective de ce que l’on voit. Le reflex ne fait que renvoyer la
réalité réinterprétée par l’optique. Mais il manque l’interprétation de
cette réalité, par le film ou le capteur. C’est ce qu’offre maintenant
l’EVF. On voit maintenant à travers le capteur. Et ça change tout !”

Je suis en grande partie d’accord avec ce paragraphe. Sauf que c’est l’expérience du photographe qui lui permet cette interprétation, avec ou sans EVF. De plus on a aujourd’hui la possibilité d’interpréter après la prise de vue grâce à des logiciels de plus en plus pointus et je dois avouer que c’est à ce moment-là que je m’amuse le plus.

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 3 années

Jolie discussion!

C’est sympa de voir que je suis tantôt d’accord avec l’un, puis avec l’autre.

Comme quoi, ce n’est pas simple.

Cela dit, il y a 4 ans, nous n’aurions pas cette discussion, c’est tout de même dire que ces viseurs ont bien évolué.

Mathieu Fay
il y a 3 années

Si vous voulez vraiment être impressionné par un viseur. Il faut essayer un vieux reflex argentique. Par exemple dans un Olympus OM 2, vous êtes au cinéma. L’image déborde carrément du viseur.  Elle est environ 25% plus large que les meilleurs viseurs optiques actuels (même de reflex pro). C’est dire.Et si tu prends un vieux reflex argentique d’entrée de gamme (genre Olympus OM 10), lui aussi fait mieux que les meilleurs reflex actuel.Sinon, attention, sur les viseurs optiques, tu regardes un verre dépoli. Et c’est le verre dépoli qui va limiter la définition de l’image, pas les yeux comme tu le dis 🙂

François Cuneo
François Cuneo
En réponse à  Mathieu Fay
il y a 3 années

Ouais…

Bôf

J’en ai tout une collection de ces reflex, presque tous de la marque Nikon, dont un F4.

Ben c’est beau, mais pas si dingue que ça. On a tendance à mystifier certaines choses du passé.

Quant au dépoli, celui des bons reflex limite peut-être la définition mais quasiment à un niveau tellement haut que notre oeil n’est pas limité par lui.

Mathieu Fay
En réponse à  François Cuneo
il y a 3 années

Oui, c’est vrai, ce n’est pas dingue (le dépoli n’est pas aussi bon que maintenant). Mais c’est plus grand et c’est ça qui est surprenant.

39
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x