Plaidoyer pour un vrai iPadOS

L’année passée, lorsque Apple a décidé de scinder son système iOS pour en faire une mouture tout exprès pour l’iPad, je me suis dit: « cette fois ça y est, c’est bon, ils ont compris le potentiel de leur tablette ».

Enfin, un vrai système, iPadOS, allait permettre à la fois d’utiliser toute sa puissance et faire ressortir et son côté pratique.

Enfin, un vrai système, iPadOS,  allait lui permettre, peut-être, de remplacer vraiment un ordinateur au quotidien.

La première mouture de ce système, sortie en même temps qu’iOS 13, en reprenait les fondamentaux, avec une amélioration de la gestion des fenêtres puisque nous pouvons désormais ouvrir deux instances d’un même document à l’écran, pour autant que l’application soit compatible, grâce à un Split View amélioré, qui partage l’écran en deux parties horizontalement.

On peut même ajouter ne fenêtre flottante supplémentaire par-dessus tout ça via Slide Over.

C’est très bien.

En théorie.

Mais tout cela n’est pas pratique, ou, en tout cas, j’ai vraiment de la peine à m’y faire.

Je ne sais pas si vous avez essayé déjà de vous en sortir avec ces gestes, ces glissements depuis le bas vers le haut, depuis la droite vers la gauche en descendant dans le coin opposé tout en cessant de respirer (j’exagère, ce dernier point n’est pas tout à fait nécessaire), j’en passe et j’en oublie, mais purée si c’est compliqué.

2020-07-02_21-43-07 (4).jpeg

C’est fou, pour arriver à sortir ces trois fenêtres (Split View et Slide Over par-dessus), il a fallu que je relise le mode d’emploi et que je m’y reprenne à 5 fois… Et dire que j’ai un iPad depuis la première version!

Ou alors il faut pratiquer au quotidien pour ne pas oublier ces gestes qui n’ont absolument rien d’instinctif, c’est le moins que l’on puisse dire.

Alors voilà.

On pouvait s’attendre à ce qu’iPadOS 14 améliore les choses en rendant le multifenêtrage beaucoup plus simple à mettre en œuvre.

Il n’en est rien, est c’est désolant.

Clairement, iPad OS est limité par rapport à MacOS dans tout ce qui est productivité, si l’on excepte la prise de note manuscrite.

Parce que oui, iPad OS 14 nous amène la reconnaissance de l’écriture manuscrite à travers le Pencil, la sélection intelligente de texte, lui aussi manuscrit, dans certaines applications.

Ça c’est bien.

iPadOS 14 nous amène aussi une barre latérale dans les applications compatibles.

Oui… bon, ben bôf… C’est utile, c’est clair, mais on ne va pas en faire un fromage non plus.

C’est à peu près tout ce qui différencie les nouveautés du système en version 14 de celle du téléphone.

Bon, nous profiterons dans cette nouvelle version de la nouvelle recherche semble-t-il très efficace qui ressemble à Spotlight, et ça, c’est vraiment très bien, mais qui est aussi dans iOS 14 et de pas mal de nouveautés qui sont communes à la tablette et au téléphone.

Mais iPad OS se démarque aussi par des manques criants tels que l’application de traduction (ça, c’est nouveau), mais aussi de la bête calculette et de l’application Météo.

Certes, ces deux dernières peuvent être remplacées facilement par des applications tierces, mais tout de même!

Et si j’ai bien compris, le tout nouvel écran d’accueil du téléphone qui semble si intéressant, eh bien il faudra s’en passer sur l’iPad, un comble tout de même!

Alors bon, non seulement l’iPad est limité par rapport au Mac, mais en plus, il l’est sur certains points sur l’iPhone.

Faudrait savoir ce qu’ils veulent faire de cette tablette, chez Apple!

Certes, je ne m’en passerais plus jamais, ne serait-ce que pour lire les journaux, des BD et des partitions, mais ça fait tout de même cher pour une liseuse, surtout quand pour être à l’aise dans ces lectures, on prend un gros iPad Pro!

Parce que je n’ai pas encore tout dit (ah ben oui, je suis capable parfois de m’auto énerver quand j’écris un truc, je sais…)!

Sur iPadOS 14, pas de mulitsession, alors qu’Apple est parfaitement capable de l’intégrer à sa tablette: j’en sais quelque chose, tous les iPad des écoles vaudoises permettent de gérer les sessions en en mémorisant jusqu’à dix avec des pastilles, et bien plus si besoin en entrant ses identifiants.

Et puis, iPadOS 14 ne change rien à ces foutues applications tellement fermées par sa faute  qu’il est impossible de les faire fonctionner en symbiose.

Je l’ai déjà écrit plusieurs fois ici, mais le fait qu’un logiciel comme Antidote, pour ne prendre que cet exemple, ne puisse pas faire son travail sur un iPad pour cette raison rend pour moi cette tablette pratiquement intéressante  pour le travail bureautique.

Bref, vous l’avez compris, je suis vraiment déçu de ce que proposent les ingénieurs de Cupertino cette année.

Le pire, c’est que quand je vois comment évoluent les choses, je suis très inquiet pour la suite.

S’il te plaît, Apple, respecte ta tablette qui est une petite merveille pour tout ce qui est loisir, et qui pourrait l’être aussi en productivité.

Fais quelque chose, parce que sinon, je ne donne pas vraiment cher de l’avenir de l’iPad, à moyen ou à long terme.

J’en connais beaucoup qui s’en détournent, ou qui me disent que leur iPad actuel sera le dernier.

Quel dommage!