Un tourisme suisse souvent étrange

Vous savez que le « local » est privilégié en matière de vacances dans tous les pays.

La Suisse n’y fait pas exception, tous les messages que nous entendons à la radio, lisons dans les journaux ou observons à la TV convergent sur un point: restons chez nous, par sécurité certes, mais également par solidarité envers nos entreprises liées au tourisme de près ou de loin.

Je comprends ce message, et j’irai à Amsterdam en train avec ma fille, comme je l’ai déjà écrit ici, parce que j’avais tout commandé avant la pandémie et que, comme la Hollande n’est pas un pays à risques pour la Suisse, je ne peux pas me faire rembourser ce que j’ai déjà payé.

Cela dit, comme je l’ai expliqué ici dans l’article consacré aux vélos électriques, nous sommes partis deux jours en Emmenthal, dimanche et lundi passé.

Nous avions choisi un chouette hôtel 4 étoiles, mais pas trop cher, dans un manoir au centre-ville de Langenthal.

Lors de notre périple en vélo, nous avons constaté qu’un grand nombre de bistrots, de magasins bien utiles aux touristes étaient simplement fermés.

Alors, acceptons la chose un dimanche (et encore!), mais le lundi, c’était tout pareil.

Je veux bien que le lundi soit en général le jour de congé (en tout cas le matin) en Suisse pour bien des magasins, mais enfin, tout de même!

Si, à juste titre, l’on se plaint à longueur de journée dans les médias cités plus haut que la situation est incroyablement dure pour l’industrie du tourisme, que jamais l’on ne rattrapera le confinement de mars et d’avril, alors il y a quelque chose que je ne comprends pas.

Pourquoi ne profite-t-on pas d’essayer d’ouvrir tout ce qui peut l’être et qui a du sens pour justement rattraper quelque peu tout ce qui a été malheureusement perdu?

Je prends l’exemple de notre hôtel.

Fermé le dimanche, mais bon, on veut bien nous coller une enveloppe avec notre clé sur la porte d’entrée.

OK, nous acceptons. En arrivant vers 15 heures, nous tombons sur les deux jeunes et sympathiques propriétaires qui nous expliquent qu’ils sont là par hasard (sic) et que nous avons de la chance de tomber sur eux (resic).

Dimanche après-midi, dimanche soir, jusqu’au matin, il n’y avait aucun personnel (mais quelques touristes, une vingtaine, je pense).

Le lundi matin, une jeune dame, absolument seule dans l’hôtel, qui nous a servi le petit-déjeuné.

Jeune dame à qui il a fallu téléphoner un peu plus tard pour que l’on puisse régler notre nuit.

Pas très accueillant.

Autre exemple?

En allant vers Olten, nous croisons un endroit charmant, Aarburg.

2020-07-29_17-14-59 (1).jpeg

Il est dominé par un château et une vieille ville magnifiques.

aarburg1

Nous passons par-derrière, grimpons (à pied) un joli chemin dans la verdure, et arrivons à l’endroit où il était possible de visiter cet ensemble.

Fermé.

On se renseigne: l’endroit, caché derrière de magnifiques remparts, ne sont accessibles que deux jours par semaine, je ne me rappelle plus lesquels et impossible de trouver l’horaire sur Internet pour me remémorer la chose, en tout cas, je n’ai pas trouvé.

En France ou partout ailleurs, on aurait profité d’un site aussi magnifique.

Autre chose: nous avons dû faire recharger nos batteries à Olten. Pour ce faire, nous avons mangé dans un petit restaurant salon de thé lundi, et une fois que nous leur avons bien fait comprendre que nous allions largement consommer, nous leur avons demandé s’il était possible de charger lesdites batteries.

Les gérantes ont accepté, mais de Dieu si on avait l’air de les embêter. Au point que je leur ai dit que je leur paierai l’électricité consommée.

Je ne sais pas moi, mais un sourire, ça aurait été de trop?

Je vais prendre un autre exemple d’avant la pandémie.

Riederalp, petit village départ de nombreuses pistes de ski, accessible uniquement par téléphérique.

Magnifique, isolée, mais un joli village tout de même avec quelques hôtels et des chalets rustiques, mais aussi des appartements de location.

Nous allons prendre notre repas du soir, tout contents Mme K et moi dans un des restaurants, il était un peu plus de 20 heures. Nous avons bien vu que nous dérangions.

En fait, ce restaurant qui aurait été ouvert partout ailleurs jusqu’à 23 heures fermait à 21 heures. Attention: je ne parle pas de cuisine qui ferme à 21 heures, mais de restaurant complet.

Le soir suivant, nous avons dû chercher dans le village pour trouver UN restaurant qui fermait plus tard.

Non, mais, dites-moi que je rêve!

Enfin, je ne résiste pas à vous diriger vers un article que j’avais écrit en 2012 sur notre passage dans une auberge du Lac Taney. Je l’ai relu ce matin, c’était déjà édifiant, et le souvenir de cette nuit passée au beau milieu de la nature magnifique reste marqué dans ma mémoire, pas seulement positivement.

Cela fait donc des années que je me dis que le tourisme suisse est à la traîne, qu’il se plaint tout le temps (avant la pandémie, aussi), mais qu’il ne fait pas grand-chose pour qu’on lui fasse honneur.

J’imaginais que la pandémie allait donner un coup de pouce à l’accueil.

Eh bien, à première vue, il n’en est rien.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

29 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Jerome Baumgartner
Jerome Baumgartner
il y a 3 années

un post similaire paru récemment

Ma très “chère” Suisse,

Noisequik
il y a 3 années

Ah ben maintenant les restaurants qui se plaignaient sont…
… en vacances !
C’est n’importe quoi. Même s’ils vont dire que ce n’est pas rentable d’ouvrir ces deux semaines, bla bla bla.

Nous sommes allés à Zermatt : hors de prix et accueil detestable, on a l’impression qu’ils n’aiment pas les francophones (OK je ne fais pas spécialement d’effort vu que le peu d’allemand qu’on nous a enseigné par la méthode Schaudi n’est pas celui parlé là-haut).

On refuse de nous vendre des billets pour une télécabine à 16:45 car c’est soi-disant fermé. Billets à 20.– par personne quand même (FAIRTIQ ne fonctionne pas)
Heureusement, j’ai regardé sur l’application CFF que cela fermait à 17h et j’ai insisté auprès du surveillant de la cabine. Un comble !

A 17:05, les rares touristes présents en haut se font engueuler et chasser. Inutile de préciser que tout était fermé et que des gens se sont retrouvés coincés car cela paraît inconcevable qu’une installation ferme aussi tôt en pleine saison et par canicule.

Oui, il y avait du monde en station mais du coup, nous ne nous y sommes pas arrêtés (d’ailleurs tout à été dépensé dans les transports alors qu’on est allé en voiture jusqu’a Täsch)

ysengrain
ysengrain
il y a 3 années

Pas qu’en Suisse: j’aime les églises et l’art roman.
Dans mon département d’Indre et Loire, une église est remarquable. Au vu de ce que je vais révéler, je ne dis pas où. Vous voulez visiter ? Téléphonez pour prendre rendez vous ! sauf que le téléphone ne répond pas (7 essais).
Ravitaillement électrique. Je passe une nuit dans un hôtel confortable du centre de la France. Je demande à pouvoir recharger la batterie de ma voiture hybride, indiquant que le coût de la recharge est d’1,54€ (selon Audi). Je propose de régler 5€. Refus.
J’avais prévu éventuellement plusieurs périples soit dans le Nord espagnol – églises romanes – soit Sils Maria – chez vouzôtres, Helvètes. J’ai renoncé: je constate une reprise des cas de Covid. Non merci, pas à mon âge.

Gilles Theophile
Gilles Theophile
il y a 3 années

Hier dans le journal de TF1, très beau reportage sur le Valais, ça donne pourtant envie. Ça me désole de lire ce tableau très négatif, j’ai pourtant toujours connu la Suisse (et ses habitants) comme un lieu chaleureux et accueillant 🙁

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Pour ceux qui ont lu l’article avant jeudi matin 9 heures, j’ai rajouté ceci, un peu à la fin, pour relier vers un article de Cuk.ch.

Enfin, je ne résiste pas à vous diriger vers un article que j’avais écrit en 2012 sur notre passage dans une auberge du Lac Taney. Je l’ai relu ce matin, c’était déjà édifiant, et le souvenir de cette nuit passée au beau milieu de la nature magnifique reste marqué dans ma mémoire, pas seulement positivement.

Quand j’y pense…

Jérôme31
Jérôme31
il y a 3 années

Cela ne m’étonne qu’à moitié… Ceci dit, un exemple récent. Nous sommes allés samedi après-midi et la soirée à Cordes-sur-Ciel, charmant village au nord de Gaillac. Normalement, l’été, il y a beaucoup de monde. Là, l’affluence était celle d’un samedi des vacances de la Toussaint. La moitié des restaurants était fermée. Un des commerçants avec qui j’ai discuté m’a confirmé qu'”il n’y avait personne”.

Je note aussi qu’un peu partout beaucoup d’hôtels sont fermés. Je peux comprendre qu’ouvrir un établissement suppose tellement de frais qu’il faut un taux minimum de remplissage pour rentrer dans ses frais. Mais c’est effectivement paradoxal quand on nous incite à rester “en local”.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Bon… Le Covid, c’est une chose, tout le monde est à la même enseigne: il ne faudrait pas partir en vacances, que ce soit en Suisse ou ailleurs.

Pour ta voiture, c’est tout de même assez incroyable.

J’imagine que dans trois ans, la chose ira de soi, mais que cet hôtel ne s’étonne pas du retour de bâton, un de ces jours.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Eh oui… L’heure c’est l’heure en Suisse allemande, mais les Romands ne font pas mieux.

Zermatt s’en fout, ils auront toujours du monde.

C’est triste, mais encore une fois, que le tourisme cesse au moins de ce plaindre et de mettre leurs difficultés sur le franc fort ou la TVA trop chère, alors qu’elle est limitée à 3.7% au lieu de 7.7 pour lui.

Le problème, c’est le rapport prix/qualité/accueil.

ysengrain
ysengrain
il y a 3 années

Je ne bouge pas avant le vaccin. Je connais trop bien les dessous de la réanimation. Je veux bine y jouer les docteurs, mais rien d’autre. ;•))

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Comme l’écrit l’article du Temps lié par Jerome Baumgartner, les paysages ne sont pas en question, ils sont splendides.

Le problème, c’est l’industrie du tourisme qui n’est pas à la hauteur.

Je suis désolé autant que toi de te décevoir, mais nous sommes souvent très déçus de l’accueil lorsque nous partons dans notre propre pays.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Excellent article, super bien écrit.

Merci

Je vais essayer de mettre un lien clicable (il ne l’et pas chez moi sur ton commentaire, je ne sais pas pourquoi), le voici donc.

bleulargo
bleulargo
il y a 3 années

Je ne comprend plus rien … La SUISSE (Canton de VAUD que j’ai fréquenté le plus !) a toujours été un exemple d’accueil, de courtoisie et de droiture pour moi. Cela correspond tellement à ce que je donne et donc à ce que j’attend.
Ces expériences en période de COVID m’atterrent. J’ai l’impression de vivre ce que je vis quotidiennement dans le Sud EST de la France (j’ai bien écrit le SUD EST !).
Mais je ne désespère pas de la SUISSE. J’y retournerais dès que possible …

Noisequik
il y a 3 années

Merci, je me suis régalé de cet article.
J’avais acheté le fameux plafonnier Ikea d’ailleurs, il va très bien.

Les commentaires sont admirables également et il y avait déjà un troll (korbo).
Bref, la journée commence bien (je pars ce soir en Valais) ?

patrick@wibaut.fr
patrick@wibaut.fr
il y a 3 années

Bonjour mon cher François,
S’il n’y avait pas cette horreur de virus, je t’aurai proposé, avec plaisir, de te servir de guide à Amsterdam.
Je connais très bien cette ville, et y ait une amie depuis plus de 50 ans.
Malheureusement, elle vieillit, elle aussi, et nous espérons la revoir un jour.
Alors, tu me diras, Lille à Amsterdam, c’est 270 kms.
Et en voiture, ça se fait très rapidement.
D’accord, mais le problème, c’est que la Hollande est un pays à part, et vraiment en dehors de tout ce qui se passe tout autour.
On a vu avec le budget européen dernièrement, mais là je te parle des précautions et du Covid.
C’est notre ami Lény, elle même, qui nous dit de ne pas venir la voir actuellement, car les hollandais vivent comme s’is étaient à l’abri de ce virus, qu’ils ne le craignaient pas.
Aucune mesure de quoi que ce soit n’est en vigueur, ni même proposé.
D’ailleurs, est ce que tu entends parler dans les infos ou la presse, de ce qui se passe là bas ?
Non ! jamais.
Même sur les cartes de l’Europe, lorsqu’une chaine montre des graphiques des cas recensés, et du nombre de morts, la carte de la Hollande n’est pas documentée.
Peut être un jour, je pourrai te guider, et te faire découvrir tout un parcours que je fais, ou plutôt que je faisais, à chaque fois que je suis à Amsterdam.
Ça passe par le marché Albert Cuyp, l’opéra, les puces, le quartier rouge, le marché aux fleurs, Leidseplein et son Apple store avec l’escalier de verre.
Et avant de rentrer, en tram, chez Lény, je soupe au Sama Sébo, restaurant indonésien qui propose un menu indonésien d’une vingtaine de plats absolument succulents.
Attention ! En Hollande, il y a plein de restaurant indonésiens, mais la majorité sont comme les Pizzéria chez nous. Ils font de la Pizza pas chère avec des produits industriels.
Et le lendemain, je fais le tour de Markermeer, au Nord d’Amsterdam, en roulant au maximum sur des routes sur des digues.
On y trouve des tas de ports avec des bateaux en bois et aux voiles en toile marron.
A Enkhuizen, je prend une route unique. Elle est en pleine mer et relie Enkhuizen à Lelystad, et elle fait une trentaine de kilomètres.
Regarde tout ça sur une carte, et venir actuellement de Suisse en Hollande, c’est pour moi du gâchis, surtout que tu t’éclaterai certainement à faire des centaines de photos.
Alors si un jour, on a vaincu cette saloperie de virus, et que tu as envie de voir, dans de bonnes conditions, la Hollande profonde, fais le moi savoir.
Bon voyage et fais attention à toi.
Cordialement.

Mirou
il y a 3 années

Pour le coût du tourisme en Suisse, il est élevé, car tout est élevé à ce niveau ici: les salaires, les charges, le niveau de vie, le prix des constructions et des rénovations, etc. Ces prix sont donc en quelque sorte normaux… Ce qui ne l’est pas (moralement normal) c’est le système économique qui fait qu’on est tellement crevés qu’il faut aller prendre des vacances en été, et que ces vacances ne sont possibles (du moins, dans la notion de vacances « hôtel-resto-attractions ») que dans des pays « moins chers ». Reproduisant ainsi le système de production occidental basé sur l’exploitation de travailleuses et de travailleurs moins bien payés, à l’étranger. Il n’y a pas de solution facile: le tourisme est un luxe. Quand on le pratique en Suisse, ce luxe se ressent directement dans son propre porte-monnaie, et c’est tant mieux. Quand on le pratique ailleurs ( je ne lance, comme jamais, pas la première pierre!), on paie moins cher, mais là ou le porte-monnaie ne souffre plus, c’est la planète, le système socio-économique, qui trinque.

Bon, ce n’est pas le sujet de ton papier du jour, mais je vois des remarques en commentaires sur la cherté de la Suisse.

Pour le reste, tes exemples sont édifiants. Je rajouterais la boulangerie fermée entre midi et deux à Verbier en plein festival (il y a 10 ans). Notre plat de lentilles locales de lundi nous délesté de 28 francs sans vraiment remplir notre estomac, mais la vue et le sourire étaient compris dans l’addition…

Ceci dit, on peut retrouver ce genre d’exemples un peu partout dans des régions touristiques, ou pas. Va trouver un bancomat dans un village en France, ou, pire, y comprendre horaire de train (qui finalement est un bus sensé contenir l’ensemble des festivaliers qui avaient pensé prendre ledit train).

J’espère que tes prochaines expériences seront meilleures 🙂

Alex Conod
Alex Conod
il y a 3 années

Bonjour,

Autant je vous rejoins sur la partie “accueil” qui n’est que trop rarement sympathique et ouverte en Suisse (et c’est effectivement un comble en Suisse où toutes ces prestations hôtelières ou de restaurant sont effectivement très chères), autant j’ai été obligé de sourire en lisant le commentaire sur les horaires de fermeture.

On parle ici de commerçants, qui ont aussi galéré pendant le lockdown, avec parfois un sacré surplus de travail pour un chiffre d’affaire réduit comme peau de chagrin.

Alors pour moi, le parallèle avec votre profession s’impose… vous auriez été d’accord de sacrifier tout ou partie de vos vacances d’été pour rattraper le programme qui n’a pas été fait dans les écoles ? Je crois que la réponse, au moins dans le canton de Vaud, a été très claire, il y a même eu des articles pour nous expliquer à quel point les maîtres et maîtresses avaient été totalement surchargé(e)s durant cette période…

J’ai parié avec mes collègues (je suis dans le privé) que d’ici à la fin de l’année, il y aurait beaucoup de demandes de “bonus” ou “compensations” pour tous les employés de l’état qui ont continué à faire leur travail (et je ne parle pas du personnel des hôpitaux).

Mais n’y voyez aucune attaque personnelle, juste une comparaison “pour le sourire”.

Et j’en profite (je vous suis très régulièrement, mais je crois que c’est mon premier commentaire) pour vous remercier pour votre blog, toujours aussi intéressant et bien écrit !

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Bonjour,

Je ne me sens pas concerné par votre comparaison, en tant que direction d’école, je peux vous dire que l’on a passablement souffert pendant la période de pandémie et après, lors du retour des élèves en classe, avec 1’400 élèves.

Les enseignants qui se disent surchargés pendant cette période dites-vous avec ironie.

Vous pouvez directement supprimer les points de suspension à la fin de votre paragraphe.

Certes, il y en a qui se sont tiré des flûtes.

Mais peu. J’ai d’ailleurs honte pour eux.

Mais j’en connais, et c’est la plupart, qui ont passé leurs semaines au téléphone ou en vidéoconférences et qui, effectivement, ont été surchargés.

Sans les points de suspension.

En ce qui concerne la pandémie, certes, les commerces alimentaires ont travaillé, et pas qu’un peu, un énorme merci à eux.

Mais pas les bistrots, et pas les hôtels. Les musées ont été fermés, les remontées mécaniques arrêtées.

Alors soit on se plaint parce qu’on n’y arrive pas (j’estime que c’est à juste titre) et on essaie effectivement de rattraper maintenant les semaines de fermeture, quitte à être sur les rotules en septembre, soit on se tait.

Mais tout mettre sur le dos de la pandémie, si on ne fait pas d’effort maintenant, c’est un peu facile.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Le prix, en effet, n’est pas en question.

Je trouve parfaitement normal en tant que Suisse avec un salaire suisse de payer plus cher qu’ailleurs, mais j’aimerais trouver un service qui soit au moins à la hauteur de ce qui se trouve moins cher ailleurs.

Or, mes dernières expériences, depuis quelques années, ne sont pas concluantes sur ce point.

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Tout à fait d’accord.

Je comprends les difficultés de l’industrie du tourisme, mais c’est un peu le serpent qui se mord la queue.

Comme il tout est fermé, n’y va plus, et comme il n’y a plus assez de personnes, on ferme.

Quelle merde tout de même, ce COVID…

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Mais vous êtes bienvenu!

En espérant que vous tomberez bien!

Vincent1
Vincent1
il y a 3 années

Bonjour,
Je poste rarement mais je lis quasiment tous les articles de Francois … et je ne m’en lasse pas.

Au sujet du tourisme: Je sais qu’il est bienvenu de vouloir toujours un service impeccable et de critiquer lorsque ledit service n’est pas a la hauteur. Toutefois…. toutefois…

Ne trouvez-vous pas que le tourisme, en tant que modele de business, se mord un peu la queue? Je voyage énormément. mais je ne compte plus les sites magnifiques qui sont défigurés, voire complètement gachés par les armadas de touristes que l’on voyait avant le covib.

Bien sûr, certaines regions sans tissus industriel n’ont trouvé que ce moyen de développement. Mais quand meme!

Je me désole quand je vois que Paris est complètement débordé de touristes. Au point que les parisiens eux-même ont du mal a trouver des logements. Tous les logeurs sont sur Air BnB.

Venise coule devant l’afflux des mégas paquebots remplis de retraités. Les Maldives et Bali sont au bord de la saturation avec les Chinois.

Meme la lointaine Nouvelle Zélande vient de voter des lois anti-Chinois pour reserver leur immobilier pour leur residents.

Et on pourrait continuer ainsi tres longtemps.

J’ai très envie de visiter la Suisse, pays qui me tente vraiment beaucoup (j’aime deja beaucoup les Alpes Autrichiennes). Mais si je dois y croiser des hordes de touristes, je regarderai a deux fois. Je préfère 100 fois des services “imparfaits” a ce qu’on voit en Espagne, en Italie ou en Grece, pour ne citer que ces pays-la.

Au fond de moi, j’espère que “le monde d’après”, d’après Covib, mette un terme a ce modele adhérant qu’est le tourisme aujourd’hui. Mais je doute.

Caplan
il y a 3 années

Comme disait le bon paysan vaudois en goguette à Lucerne: “C’est bien beau, cette Suisse allemande. Dommage qu’il y ait tous ces Suisses allemands…” ?

François Cuneo
François Cuneo
il y a 3 années

Alors tout à fait d’accord!

Le tourisme dont nous faisons tous ou presque partie est bien évidemment désolant, mais justement, puisque nous en faisons partie… je ne sais quoi dire.

Cela n’empêche pas de faire les choses bien.

Ce n’est souvent pas le cas en Suisse.

Et ça me désole.

Jérôme31
Jérôme31
il y a 3 années

” Quelle merde tout de même, ce COVID…” Oui, et on n’en est pas sorti…

Olivier Laprais
Olivier Laprais
il y a 3 années

Si on regarde les courbes sur worldometers, il n’y a quasiment plus de décès ! soit la virulence a diminué, soit l’augmentation des tests fausse notre appréciation. Pour ma part, tous les tests prescrits depuis 2 mois et demi sont revenus négatifs, malgré des symptômes pouvant fortement faire penser à une infection de type Covid.

Olivier Laprais
Olivier Laprais
il y a 3 années

Effectivement nous faisons parti de ces touristes… faudrait il un examen d’entrée du bon touriste pour avoir des autorisations à visiter ?

Olivier Laprais
Olivier Laprais
il y a 3 années

Pour info : les statistiques de la covid-19 en Hollande. c’est ici : https://www.worldometers.info/coronavirus/country/netherlands/

ysengrain
ysengrain
il y a 3 années

Au Brésil, aux USA, dans les Caraïbes, en Amérique du Sud il n’y a plus de décès ?

Olivier Laprais
Olivier Laprais
il y a 3 années

Je parlais de l’Europe bien sûr ?
Le virus continue de tourner dans les pays où il n’est pas encore allé, comme pour la grippe tous les hivers.

29
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x