Test de EarthDesk, un magnifique fond d’écran dynamique

L’autre jour, je vous ai présenté un PDF Squeezer en partie à travers un support vidéo, montrant un bout de mon bureau et de son fond d’écran.

J’ai été repéré de suite par un lecteur aussi attentif que fidèle, à savoir Runmac, qui a reconnu EarthDesk et qui nous a dit en commentaire tout le bien qu’il pensait de cette application.

Je me rendu compte, après une recherche sur le site de Cuk.ch, que je n’avais jamais parlé de cette application qui m’accompagne depuis des années et des années, et que j’utilise presque tout le temps.

EarthDesk vous montre notre planète telle qu’elle se présente vue de l’espace en projection et en temps réel.

L’une des multiples propositions que peut nous faire EarthDesk.

Vous voyez les zones actuellement éclairées par le soleil celles qui sont dans la nuit, les nuages tels qu’ils sont au-dessus de nos têtes, et bien d’autres choses.

EarthDesk se présente comme un plug-in des préférences système.

Vous le téléchargez sur le site de son éditeur, Xeric Design et vous verrez qu’il existe pour Mac, Windows et, depuis quelques jours pour Apple TV.

Pour Mac, il coûte 24.99 $ en version pleine pour le nouvel utilisateur, et 12.99 $ pour une mise à jour majeure.

Vous pouvez également souscrire à un abonnement à 11.99 $ pour voir les données sur les cartes en haute résolution et les nuages de manière précise, les tremblements de terre récents, les ouragans et la station ISS tournant autour de notre planète.

Ces données ne viennent pas de l’éditeur, mais ce dernier profite d’un service externe, raison de l’abonnement à payer chaque année

Depuis les préférences système, vous réglez finement le logiciel.

Premier onglet des préférences, les réglages fondamentaux.

À noter que je ne pense pas que le fait de voir l’icône d’EarthDesk est intéressant, nous avons déjà tellement peu de place dans cette barre, même avec BarTender, testé ici, que si c’est pour voir la figure suivante, on peut s’en passer.

Pour en revenir à notre onglet, évidemment, vous ferez en sorte de démarrer EarthDesk à chaque lancement de session et vous choisirez si vous voulez qu’il apparaisse sur chaque espace (si vous en avez plusieurs de type bureau 1, bureau 1).

L’onglet le plus important peut-être, Apparance, qui s’occupe des différentes possibilités d’affichage de votre logiciel.

Le réglage proposé ci-dessus est celui que vous voyez dans la première figure de cet article.

Voici les différentes options en détail.

Et voici par exemple ce qui se passe si l’on change le réglage « Image »:

Et voici ce qui se passe si l’on change la projection, entre autres choses, bien des réglages sont également possibles.

La dernière section de cet onglet est assez parlante:

Vous pouvez régler la fréquence des mises à jour de l’affichage, l’opacité des nuages, la taille de l’image, bref, vous savez lire et du coup, vous constatez que le programme n’est pas traduit en français, ce qui n’est pas trop grave, et qu’il est vraiment bien fichu.

Vous remarquez au passage qu’EarthDesk vous permet de s’afficher ou pas sur l’un de vos écrans, et vous pouvez même voir des configurations différentes sur chacun d’entre eux.

Mieux, vous pouvez préparer des vues que vous stockerez et pourrez réutiliser à loisir.

Dieu que c’est bien fait, tout ça.

L’onglet « Labels » vous permet d’afficher des villes en tant que repère sur votre fond d’écran.

Notez la finesse des réglages pour le nom des villes choisies qui peuvent s’afficher ou pas, en petit, moyen et grand, sur étiquette blanche ou noire, excusez du peu.

Moi, les développeurs qui pensent à tout comme ça, j’adore.

Une base de données très complète est disponible d’office en cliquant sur le petit + en dessous de la liste.

L’onglet Internet vous permet de choisir ce que vous voulez afficher: secousses sismiques, tempêtes, nuages en haute résolution et la position de l’ISS, j’en ai d’ailleurs déjà parlé plus haut en introduction.

L’onglet « Database » affiche les villes enregistrées et permet d’ajouter n’importe quel endroit sur la planète, pour autant que vous connaissiez ses coordonnées GPS.

Enfin, le dernier onglet (si je ne tiens pas compte de « License » (en anglais donc, je n’ai pas fait de faute d’orthographe) vous permet d’activer EarthDesk soit comme fond d’écran, soit comme économiseur d’écran, ou alors de choisir de le faire pour les deux.

Comme vous le voyez, d’autres finesses sont disponibles ici, mais qui impactent peu le fonctionnement du logiciel.

En conclusion

EarthDesk est un logiciel dont on peut très bien se passer, évidemment.

N’empêche qu’il est jouissif et c’est un vrai plaisir de le découvrir, différent à chaque fois que j’arrive à apercevoir mon bureau derrière les dizaines de fenêtres qui l’encombrent souvent.

C’est un logiciel réglé aux petits oignons par son éditeur, qui ne prend quasiment aucune ressource processeur.

En tout cas, moi, j’adore.

Vous comprenez donc le pourquoi du label qui suit!