Les images libres de droits ont fait leur entrée sur le Blog du Cuk

Vous l’avez peut-être remarqué si vous êtes un habitué: j’illustre souvent mes derniers articles avec des images libres de droits.

Auparavant, comme j’avais en couverture l’unique possibilité d’afficher des images rectangulaires très limitées en hauteur, je pompais des captures d’écran de parties de photos, sans trop chercher qui en était l’auteur.

Depuis le passage au nouveau thème GeneratePress que j’ai expliqué ici, je peux enfin profiter d’images complètes en couverture, et je trouve cela très agréable.

Je pourrais certainement chercher des images illustrant mes sujets dans mes propres photos, mais je préfère utiliser les images qui ne le sont pas.

Sauf que maintenant, je me vois mal afficher une image d’un autre sans:

  • dire qui en est l’auteur;
  • le rétribuer un minimum.

Il est clair qu’il est possible de pomper “honteusement” ses images sur Google en s’en fichant pas mal des avertissements comme quoi elles ne sont peut-être pas libres de droits, mais je ne veux pas le faire par respect des auteurs et par crainte, aussi, d’avoir un procès sur la figure parce que je n’ai pas fait attention.

Quelques mots sur le “libre de droits”

Libre de droits ne signifie pas “gratuit”, je vous laisse lire ici plus d’explications sur le sujet.

Certaines images libres de droits sont gratuites, d’autres pas.

Vous ne pourrez pas non plus revendre des images libres de droits, mais, en général, vous pouvez les utiliser, et selon les licences des sites qui vous le proposent, vous pourrez même le faire sur un site commercial.

N’y connaissant pas grand-chose dans le domaine, j’ai donc parcouru quelques sites sur Internet pour voir ce qu’il en était.

Un site dans votre langue

Première chose importante si vous êtes principalement francophone: la plateforme doit vous offrir un index en français pour vous permettre de retrouver rapidement l’image recherchée.

Typiquement, Shutterstock est francisé, tout comme Pixabay ou encore iStock, qui a été racheté par Getty.

D’ailleurs Getty, puisqu on en parle, est francisé aussi, mais lui joue dans une autre gamme de prix, bien plus élevée.

Par contre, un site comme Unplash ne l’est pas, et il faudra entrer les vocables en anglais pour retrouver les images attendues.

À noter qu’Unplash vient lui aussi d’être racheté par Getty.

Ils sont partout, ceux-là, et sur toute la gamme de prix, comme nous allons le voir.

La richesse du catalogue

Le nombre de photos que vous allez trouver pour un mot-clé peut varier énormément d’un site payant par rapport à un site gratuit.

Prenons une recherche sur le mot-clé “Pesticides” (oui, je sais, je suis un peu obsédé, ces temps):

Shuttestock (payant) trouve 78’279 photos et Pixelbay (gratuit) 79.

Getty images (payant) en propose 2’861, iStock 13’364

Avec une recherche sur un mot moins pointu, à savoir Avion, j’obtiens 9’931 images sur Pixabay (gratuit) et 2′?662’321 sur Shuttestock (payant) ou encore 700’587 images sur iStock, (payant lui aussi).

Sur Avion à réaction: j’obtiens 198 images sur Pixabay, 80’497 sur Shutterstock, et 311’174 sur iStock.

De manière générale, Shutterstock me semble le site largement le plus riche en images.

Les différentes formules en matière de prix

Comme je l’ai écrit plus haut, il y a des images libres de droits gratuites, d’autres qui ne le sont pas.

Les sites Shutterstock ou iStock proposent des images payantes selon une formule d’abonnement ou de pack d’images.

Chez Shutterstock, ça a l’air plutôt simple, sauf que si l’on regarde à droite la formule basée sur les packs, nous constatons que nous sommes sur une licence Standard. Or, passer sur une licence Plus coûte 465 francs.

Il vaut donc la peine de se poser la question des différences entre les deux licences:

Clairement, pour mon blog, la licence standard suffit.

Sur le site d’iStock, l’abonnement ne permet que de télécharger les images dites Essentials et pas les images Signatures, alors que le pack le permet. Et souvent, l’envie nous vient de prendre les images Signatures, comme par hasard…

Ou alors, sur le même site, vous trouverez des packs de crédits.

À savoir qu’une image Essential vous coûtera 10 francs, une Signature une trentaine de francs puisqu’il faut 3 crédits pour en obtenir une.

Au bout du compte, si vous jouez de certains abonnements ou packs, vous constaterez que si vous voulez être tranquille, l’image vous reviendra sur un site comme l’autre 10 francs suisses, soit à peu près autant d’Euros, ce qui est largement moins onéreux que Getty Images…

Clairement, Getty n’est pas une plateforme pour un site gratuit comme le mien.

Et puis, il y a les sites gratuits.

Unplash l’est, mais comme je l’ai écrit, il est anglophone.

Celui qui a ma préférence, c’est Pixabay.

Comment utiliser Pixabay

Ce site a tout pour lui.

  • Il est alimenté par une communauté qui veut se faire un nom ou qui simplement veut offrir ses images.
  • Il est en français.
  • J’ai toujours trouvé les images que je recherchais.
  • Il permet de rémunérer les auteurs des images au coup par coup.

Les licences de Pixabay sont simples:

Rechercher une image est hypersimple.

Vous entrez votre mot-clé dans le champ de recherche (ici, pesticides, en haut à gauche):

Notez en haut les images sponsorisées par iStock, ce qui permet au site de vivre.

Vous choisissez votre image, vous cliquez dessus et vous entrez dans la zone de téléchargement.

Vous cliquez sur “Télécharger” et vous voyez ceci:

Vous choisissez la taille de l’image, vous cliquez sur Télécharger.

Une fenêtre vous propose de remercier l’auteur de la photo en copiant ses coordonnées pour le référencer sur votre site, et de lui faire un don.

Si vous rétribuez l’auteur, cela se passe tout simplement comme suit:

Après avoir cliqué sur Continuer, vous entrez dans le processus de paiement habituel, ici, j’ai choisi PayPal.

Enfin, le site vous remercie.

Comment j’ai décidé de procéder

Pixabay m’a toujours permis, pour l’instant, de trouver mon bonheur en matières d’images.

Je prends donc mes images chez eux, je copie les références que j’ajoute toujours soit en fin d’article pour les photos de couverture, soit sous la photo quand l’image illustre un passage.

Et je fais un don par principe de 5 francs suisses par image.

Ce n’est pas énorme, je sais, mais c’est une manière de faire de signaler que pour moi, le travail du photographe mérite une rétribution, même si elle est pour le moins, tenant compte du fait que mon site est totalement gratuit et sans le moindre apport publicitaire.

Et tenant compte du fait que le photographe a décidé de mettre ses images à disposition gratuitement.

Au besoin, si d’ici quelque temps, je constate que parfois, il me faut une base d’images plus riche, je prendrai un pack chez Shutterstock.

Et vous, vous faites comment quand vous utilisez des images pour illustrer quelque chose?