Media Markt et son assurance réparation de la honte pour l’environnement

Il y a 4 ans et demi, j’ai fait l’achat chez Media Markt d’un excellent téléviseur LG que j’ai d’ailleurs testé ici, sur ce blog.

Sur les conseils du vendeur, j’ai signé un contrat d’assurance Garantie Plus qui garantissait l’intervention sur place d’un réparateur.

C’est en tout cas ce que m’avait promis son vendeur.

Voici d’ailleurs la facture de l’entier de ma transaction avec ce magasin.

Lorsque j’ai acheté cet appareil, le vendeur a lourdement insisté sur le fait que l’avantage de cette assurance consistait dans le fait que le réparateur se déplaçait sur place, qu’il n’y avait pas besoin de ramener le téléviseur au magasin, ce qui était bien pratique vu la taille de l’engin.

J’ai bien sûr fait confiance à ce Monsieur qui d’ailleurs était très sympathique.

Sans lire les petites lettres, c’est vrai, mais qui le fait lors de l’achat d’un appareil, entouré de nombreux clients qui attendent derrière vous les conseils de celui avec qui vous parlez?

J’aurais dû, pourtant.

Mardi 29 juin, la foudre est tombée pas bien loin de chez nous.

Résultat des courses, la box ne s’allumait plus, mon téléviseur LG non plus. En fait, il s’allumait, clignotait un moment, puis ne repartait plus.

J’ai donc contacté Media Markt, en indiquant simplement que mon téléviseur ne fonctionnait plus.

C’est là que j’ai compris que quelque chose était un peu spécial puisque l’on m’a expliqué que c’était l’assurance Helvetic qui gérait les pannes, et pas eux, lors de l’extension de garantie.

J’ai contacté avec peine ladite assurance, la déclaration devant se faire sur internet, le numéro de contrat ne correspondant pas à ce qu’ils attendaient, ce qui m’a valu deux téléphones avec des bandes-annonces de réception longues comme le bras qu’on ne peut même pas interrompre pour recevoir vendredi en fin de matinée le courriel suivant:

Ce qu’il faut savoir, c’est que la valeur actuelle de ma TV était de 520 francs.

J’ai donc reçu quelques jours plus tard un bon de cette valeur chez Media Markt.

Cette somme correspond aux petites lignes dont je vous ai parlé plus haut, à savoir:

5.2 Si l’article ne peut être réparé ou qu’une réparation ne serait pas raisonnable d’un point de vue commercial, Media Markt est en droit, à son entière discrétion, de fournir la GarantiePlus en effectuant les remboursements suivants :

100% du prix de vente pendant les deux premières années ; 60% du prix de vente pendant la 3e année ;

40% du prix de vente pendant la 4e année ;

20% du prix de vente pendant la 5e année.

Le remboursement est effectué contre remise de l’article défectueux.

Ce qui me rend fou dans cette histoire

Finalement, ce qui me rend fou dans cette histoire, ce n’est pas tellement une question d’argent.

En effet, vu qu’il s’agit d’un sinistre dû à la foudre, je ne demandais même pas que Media Markt me rembourse, je demandais qu’ils viennent réparer le téléviseur, ou au moins constater les dégâts.

J’aurais alors fait payer ladite réparation par l’assurance Incendie (ECA) du canton de Vaud.

Ce qui pour moi est du grand n’importe quoi, c’est qu’on m’a vendu un service de réparation à domicile qui n’en est pas un, puisque personne n’est venu chez moi.

Qui plus est, le service à domicile me pousse à jeter mon écran 4K de 55 pouces, OLED, à 2’699 francs, sans même regarder ce qu’il en est, alors qu’il n’a que 4 ans et demi.

Entendons-nous bien: je me suis renseigné auprès d’un ami réparateur, il y a de fortes chances qu’en effet, cette télévision ait été gravement endommagée par la foudre et que la réparation soit dans les faits très difficile à effectuer.

Mais Media Markt ou Helvetic si vous préférez ne savait pas, je le répète, qu’il s’agissait d’un tel dommage.

Même s’il avait été question d’une bête petite pièce à changer, on m’aurait demandé de jeter mon appareil.

Mais où va ce monde de fous qui préfère jeter les objets qu’on leur envoie en retour (suivez mon regard en direction d’Amazon par exemple) que de les remettre dans un carton?

Il y a un an, à l’école, un de nos tableaux interactifs qui vaut tout de même 10’000 francs avait un problème. L’entreprise qui nous l’avait fourni 4 ans auparavant nous a proposé d’en racheter un neuf, le réparer n’en valant selon eux pas la peine.

Ce coup-ci, j’ai vraiment haussé le ton, le réparateur est venu: il a changé l’interrupteur d’alimentation, prix de la réparation, 250 francs avec le déplacement.

Je suis allé chez Media Markt et j’ai pu parler à un vendeur et une personne du service après-vente et leur dire à quel point j’étais dégoûté de leur service, notamment parce qu’il était une calamité pour l’environnement.

Ces deux personnes étaient parfaitement d’accord avec moi, et l’une m’a dit que ce n’était pas encore le pire, m’expliquant que je ne pouvais pas imaginer combien de gens venaient jeter leur téléviseur dans leur benne simplement parce qu’il n’avait plus la bonne taille et qu’ils en voulaient un autre.

Et alors?

Pressé par le temps (ben oui, l’Euro, Wimbledon, ça tombait plutôt mal, tout ça), j’ai accepté la proposition d’Helvetic (que pouvais-je faire d’autre?), j’ai averti mon assurance incendie qui m’a donné le feu vert pour aller acheter un nouveau téléviseur dont je vous parlerai en fin de semaine, je pense.

Je suis allé amener mon téléviseur à la déchetterie, le responsable m’a signalé que j’étais au moins le 4e qui avait été touché par la foudre et qui ramenait la chose en quelques jours.

Finalement, je n’ai pas été formidable non plus, de mon côté…