La paysannerie “traditionnelle” suisse, la honte par l’image

Vous connaissez mes opinions sur la paysannerie traditionnelle (par opposition à la paysannerie bio).

J’en ai parlé avant les votations de juin qui voulaient supprimer les pesticides.

À l’époque, toute argumentation dans un sens ou dans l’autre pouvait être prise pour de la propagande pour ou contre les initiatives.

Maintenant que ces votations sont passées, que la vie a repris son cours, que les paysans traditionnels ont remercié un tout petit peu plus de la moitié de la population de leur avoir fait confiance, comprenez de leur permettre de continuer empoisonner la terre, l’eau et l’air que nous respirons, le grand reportage de Temps Présent passé hier sur la télévision suisse romande n’en a que plus de valeur.

Vous devez absolument le regarder si ce n’est pas déjà fait.

Où l’on voit comment un président de la Confédération suisse, Monsieur Parmelin, UDC et nonobstant cela sympathique par sa bonhomie nous ment effrontément, mais en baissant les yeux, regardez bien, c’est édifiant, certainement trop gêné qu’il est pour nous regarder droit dans les nôtres, sur la qualité de notre eau, nous disant qu’elle est impeccable alors que 30% de nos sources sont polluées gravement par les produits de merde que les paysans envoient dans leurs champs.

Où l’on voit un paysan bio pleurer à chaudes larmes parce qu’il n’entend plus les oiseaux le matin, et qu’il se sent responsable de cette catastrophe (75% des insectes ont disparu ces dernières années!) à l’époque où il n’avait pas fait sa reconversion.

Où l’on voit des champs entiers devenir des pesticides par leurs plantes.

Où l’on voit le responsable de Temps Présent obligé de s’excuser de passer ce reportage après les votations, parce que le service public avait un devoir de réserve.

Il l’avait notre président Parmelin, ce devoir de réserve, lorsqu’il nous mentait en argumentant contre les initiatives?

Jusqu’à présent, j’ai fait attention de ne pas accuser les paysans traditionnels, je me disais qu’ils ne savaient pas…

Ils n’ont plus aucune excuse, c’est la honte Messieurs, Mesdames, vous savez ce que vous faites, et ne me faites pas rigoler, vous le savez depuis longtemps.

Et dire que vous avez fait une campagne honteuse pour continuer à polluer notre terre, notre eau, notre air, et que vous ne vous gênez pas de le faire!

Et de votre côté, combien d’entre vous ont leur petit jardin bio devant leur ferme, pour ne pas bouffer ce que vous produisez pour les autres, en détruisant la nature?

Je n’aurais pas dû regarder ce reportage, parce que là, vraiment, j’ai la rage.