Evernote, mais que lui arrive-t-il, bon sang?

Evernote a été complètement récrit dans une version 10 qui fonctionnait plutôt bien sur mon ancien 16 pouces sous Mac Intel.

J’ai même écrit ici qu’il restait le meilleur de tous.

Les mises à jour (mineures) continuent leur petit bonhomme de chemin, on pourrait croire que tout va dans le meilleur des mondes, et pourtant, depuis quelque temps, en fait depuis mon passage sur la nouvelle architecture Silicon d’Apple, ce logiciel devient pour le moins pénible.

Beaucoup se plaignent d’une terrible lenteur, ne serait-ce qu’au démarrage.

Depuis que j’ai un MacBook Pro M1, je suis obligé de constater également la chose.

  • 13 secondes pour voir apparaître le premier cadre de fenêtre;
  • 31 secondes pour pouvoir travailler sur ma première note.

Mise à jour du 8 mars: Evernote est enfin optimisé M1: plus que 6 secondes pour ouvrir la base.

La nouvelle version est la 10.32.4 qui n’est pas encore partout disponible au moment où j’écris ces lignes (le 8 mars).

Ceci sur le portable Mac le plus puissant du moment, à savoir le MacBook Pro M1 Max 16 pouces, testé ici.

C’est tout simplement insupportable quand on doit écrire une note à la va-vite et que le logiciel n’est pas ouvert.

Quand je pense qu’en début de semaine, j’ai reçu une mise à jour qui m’indiquait que “non, je ne rêvais pas, l’ouverture du programme était plus rapide”!

Mais ce n’est pas tout.

Alors que tout allait plutôt bien il y a quelques mois, les “rechercher-remplacer tout” dans une note semblent fonctionner, mais il faut s’y prendre à plusieurs fois pour que les changements aient lieu partout, même si dans un premier temps, on croit que tout s’est bien déroulé. Non, non! au bout de 3 secondes, une grande partie des remplacements reviennent à leur point de départ.

Typiquement, dans l’image ci-dessus, j’ai cliqué sur “Tout remplacer” et seul le premier XXX a été remplacé.

Parfois, seul le premier l’est comme ici, et il faut recliquer sur le même bouton pour en gagner deux ou trois, puis encore une fois pour en gagner deux autres.

Parfois, c’est plus rapide, mais bon, c’est rare.

Autre bug insupportable depuis deux versions: lorsqu’on duplique une note qui contient plusieurs tâches, la note se retrouve avec plusieurs fois l’entier des tâches qui se suivent.

Vous voyez, je ne sais pas pourquoi, au bout de quelques secondes après la duplication, paf, soudainement, les tâches sont doublées, parfois même triplées.

Bref, je n’ai plus tellement confiance dans ce logiciel et j’ai l’impression qu’Evernote s’en fout complètement d’optimiser son logiciel pour nos nouveaux Mac.

Et pourtant, cela ne devrait pas être trop difficile puisque le logiciel est nouvellement basé sur le framework Electron critiqué de toute part, mais qui a pour lui de faciliter le développement multiplate-forme des logiciels qui l’utilisent comme base.

Vous me direz que c’est alors la faute d’Electron si Evernote n’est toujours pas prêt nativement pour le M1?

Pas du tout!

La preuve? 1Password 8 en version bêta est également basée sur Electron et se trouve être parfaitement natif M1, avec la rapidité qui va avec.

Tiens, c’est rigolo, j’ai écrit cet article vendredi soir, et dans le même temps, je reçois un courriel d’Evernote me proposant ses perspectives d’avenir dans lesquelles je lis, pour 2022 (mais quand?), “Nous améliorerons la prise en charge des puces M1 d’Apple dans notre application de bureau pour Mac”.

Heu… ça veut dire quoi, améliorer? Passer en natif ou améliorer Rosetta? Je m’étonne qu’Evernote ne parle pas carrément d’une version native, j’ai quelques doutes…

Passage presque complet vers Notes

Faut pas trop m’embêter, moi…

Surtout quand on est un bête logiciel.

Donc ni une ni deux, j’ai passé mes 4’400 notes Evernote dans Notes d’Apple, entièrement gratuit et synchronisé également sur mes différents appareils.

Je garde tout de même Evernote pour la gestion des tâches liées à des notes, mais juste pour l’organisation de mes séances, organisation dans laquelle j’ai des dates butoirs, dans lesquelles je peux glisser des PDF de mes invitations et de mes rappels pour être sûr que j’ai bien fait les choses.

Je n’ai pas encore trouvé d’équivalent pour remplacer Evernote dans ce domaine.

Pour tout le reste, pour mes notes privées, c’est désormais Notes depuis fin 2021.

Ah, les notes rapides d’un simple geste, le fait de pouvoir travailler directement avec l’Apple Pencil sur l’iPad au milieu d’une note, cette rapidité à l’ouverture (avec le même nombre de notes qu’Evernote puisque j’ai migré ce que j’avais sur l’un vers l’autre), avec certes la perte des étiquettes, mais bon, c’est supportable.

Dans Notes, j’utilise les tags qui ne sont pas si mal.

Et dès que je quitterai mon travail, ou avant si je trouve quelque chose qui me permette de bien gérer mes séances (ne me parlez pas de Notion, j’ai essayé, ce n’est pas ce qu’il me faut, et il est bien lent à l’ouverture aussi, celui-là), bye-bye, Evernote.

Dites, avec mon arrêt au même moment de l’abonnement Microsoft (et de plusieurs autres, j’en parlerai au fil des prochains mois), ça va me faire des économies!

Et du coup, je vais aller retirer en catimini le Too Much Bô que j’avais attribué à Evernote.