Le Monde de La Photo, c’est fini…

Grande tristesse en cette fin d’après-midi, je vais, comme d’habitude, lire mon flux RSS qui intègre celui du Monde de La Photo.

Et qu’est-ce que je lis?

“MDLP, clap de fin”.

Dans un article aussi complet que déchirant, Vincent Trujillo, Fondateur et Directeur des publications, explique pourquoi le magazine “Le Monde de la Photo” met la clé sous la porte, après avoir été mis en procédure judiciaire ces derniers temps.

La distribution chaotique en kiosque pendant la pandémie, l’augmentation de 44% du prix du papier, le risque de pénurie de ce dernier en mars et avril, tout cela, c’était trop pour cette revue qui fêtait ses quinze années d’existence.

Égoïstement d’abord, je me dis “merde, peut-être le meilleur magazine sur la photo qui ferme boutique, ça va méchamment me manquer”.

En effet, Le Monde de La Photo, ce sont des reportages, des tutoriels, des prises de position, des tests magnifiques.

Des hors-séries qui le sont tout autant, comme celui-ci, réalisé par notre ami Gilles Theophile.

Je crois les avoir tous achetés ces dernières années, en version numérique.

Élément important également, c’était un beau journal, tellement agréable à lire, notamment sur iPad, mais également, bien sûr, en version papier.

Mais bon… ça, c’est un petit plaisir de la vie en moins, je vais survivre, bien sûr.

Si je sors dudit égoïsme, c’est toujours dur de penser aux employés de ce journal qui doivent repenser leur avenir, peut-être celui de leur famille.

C’est dur de voir aussi des passionnés rester en plan au moins pendant quelque temps, parce qu’ils sont empêchés de travailler.

Je pense aussi aux abonnés qui ne seront pas remboursés, ou partiellement, selon les dires de Vincent.

Cela étant, ce dernier nous dirige vers “LE PREMIER TALK-SHOW DÉDIÉ À LA PHOTO ET À LA VIDÉO” à savoir “Faut pas Pousser les ISO”, talk-show qui serait les prémices d’un nouveau contenu éditorial en gestation, ce qui va prendre du temps.

Cela ne remplacera pas la revue, mais j’y retrouverai des sujets qui me passionnent, c’est déjà ça.

Je souhaite beaucoup de courage à toute l’équipe du journal pour la suite de leur carrière.

Revenez-nous vite, s’il vous plaît!