Deux expos fabuleuses à Paris et une qui l’est un peu moins

Pour notre “voyage de noces” commandé rapidos 4 jours avant de partir, nous avons choisi de partir à Paris trois jours, en train, bien évidemment.

Ne m’en veuillez pas les amis qui me disent toujours que je peux venir quand je veux chez eux quand je suis de passage dans votre capitale, l’idée était de passer trois jours tous les deux, Madame K et moi-même, je ne vous ai donc pas contactés, j’espère que vous nous comprendrez.

Nous avons eu la neige, le vent, le froid, et un retour avec COVID pas sympa qui m’a cloué à la maison pendant toute une semaine.

Vive Zoom, parce que sans lui, je ne sais pas comment je m’en saurais sorti pour gérer mes réseaux et j’aurais été dans une belle merdouille.

Cela étant, Zoom, avec 39 de fièvre, ce n’est pas non plus le pied.

Bref, revenons à Paris, surtout pour parler de deux expositions que, si vous êtes de passage ou si vous habitez la région, vous ne devez pas manquer.

Musée Maillol, exposition “Le monde de Steve Mc Curry”

Cette exposition, vous pouvez la voir au Musée Maillol à Paris, jusqu’au 29 mai 2022.

Voici un extrait de ce que dit Wikipédia à propos de ce photographe:

Steve McCurry, né le 24 février 1950 à Philadelphie, dans l’État de PennsylvanieÉtats-Unis, est un photographe américain.

Membre de l’Agence Magnum depuis 1986, à la recherche de ce qu’il appelle « l’inattendu, le moment du hasard maîtrisé, qui permet de découvrir par accident des choses intéressantes que l’on ne cherchait pas1. »

Il est très connu pour sa photographie en couleurs très évocatrice, dans la tradition du reportage documentaire, et notamment le portrait de l’adolescente afghane Sharbat Gula prise pendant la guerre d’Afghanistan23.

Site Wikipédia français

Purée, quand tu ressors de cette exposition, soit tu te dis que tu revends ton appareil de photo, soit tu te dis que ça t’inspire et tu trouves une motivation à continuer d’utiliser ton joli matériel ou… ton iPhone.

Tu ne sais plus où regarder, tu en prends dans la figure dans tous les sens.

Comme quoi, la couleur, c’est beau aussi, surtout traitée comme le fait Mc Curry, en saturant les teintes et les contrastes, tout ça à une époque où le numérique n’existait pas vraiment.

Bon… c’est mon iPhone qui prend une photo de la photo, hein!

Un vrai coup de cœur qui montre bien que le noir et blanc, c’est super, mais la couleur, traitée comme le fait MacCurry, c’est grandiose aussi.

L’Atelier des lumières: Cézanne et Kandinsky

La fonderie du Chemin-Vert fut créée en 1835 par les frères Plichon, Jacques François Alexandre et Hilaire Pierre, pour répondre aux besoins de la marine et du chemin de fer pour des pièces en fonte de grande qualité. La fonderie fut redécouverte par Bruno Monnier, président de Culturespaces, qui a l’idée de créer à Paris un centre d’art numérique. Après d’importants travaux, l’Atelier des Lumières ouvre ses portes au public.

“Le rôle d’un centre d’art est de décloisonner, et c’est pourquoi le numérique doit prendre sa place dans les expositions du XXIsiècle. Mis au service de la création, il devient un formidable vecteur de diffusion, capable de créer des passerelles entre les époques, de faire vibrer les pratiques artistiques entre elles, d’amplifier les émotions, de toucher le plus grand nombre.”

Bruno Monnier, Président de Culturespaces

Site de l’Atelier des lumières

L’Atelier des Lumières, ce sont des expositions complètement nouvelles, en tout cas pour nous: vous êtes tout simplement immergés dans les œuvres qui vous pètent à la figure de partout tant au niveau des yeux que des oreilles, tout ça dans une ancienne fonderie, c’est absolument exceptionnel.

Un conseil? Vous vous asseyez un moment n’importe où, et vous regardez, vous écoutez, vous tournez la tête, la levez, l’œuvre est partout.

Les couleurs de Césanne, celles de Kandinsky (ensuite) se posent sur les colonnes, tournent autour d’elles, s’incrustent dans les briques de certains murs, sur les portes métalliques, c’est absolument superbe et innovant.

Le spectacle est fascinant, parce que non seulement vos yeux sont explosés (dans le bon sens) par ce que vous voyez, mais vos oreilles également, parce que tout ce qui se passe au niveau de l’image est accompagné par la musique, à moins que ce soit l’inverse.

Un peu comme un de ces feux d’artifice magnifiquement orchestré qu’il nous est parfois donné de voir, la pollution atmosphérique et l’atteinte à la faune en moins, ce qui est fort appréciable.

C’est grandiose, c’est magnifique.

Voici deux illustrations filmées de ces expositions.

D’abord celle de Césanne

Site de l’Atelier des Lumières

Et puis celle de Kandinsky

Site de l’Atelier des Lumières

L’exposition Aqua Mater, de Salgado pour la photo, et François-Bernard Mâche pour la musique

Voici sa présentation:

L’accroche de l’exposition sur le site de l’exposition Aqua Mater

Disons-le tout net: la troisième exposition que nous avons visitée nous a laissés sur notre faim.

J’adore les photographies de Sebastião Salgado, j’en ai d’ailleurs parlé ici, sur Cuk.ch, en 2013, à propos de sa fabuleuse exposition Genesis que j’avais vue à Lausanne.

Ici, passé la surprise de voir presque sous l’Arche de la Défense un très grand pavillon de bambou, matériel aussi solide que le béton et bien plus durable que ce dernier, force est de constater que la déception est au rendez-vous.

Certes, le thème de l’eau est important dans le monde dans lequel on vit, mais on a un peu l’impression que Salgado s’est dit: “voyons voyons… quelles photos sur le thème de l’eau pourrais-je montrer pour illustrer le thème de la rareté de l’eau, tirées de mon immense production personnelle?”

Et boum, départ sur le champ de recherche de Lightroom avec les mots-clés “eau, cascade, lac”.

Il présente une petite cinquantaine d’images (si je ne fais erreur, peut-être un peu moins), dont certaines datent de plus de 30 ans.

Nous voyons ces photos, certes, magnifiques, et nous nous demandons parfois ce qu’elles ont à voir justement avec l’actualité du thème.

L’expérience immersive qu’on nous promet n’est pas non plus au rendez-vous: on nous parle de mise en mise en musique des photos par les sons de François-Bernard Mâche.

Excusez-moi, mais Mme K et moi-même n’avons jamais été touchés par cette démarche.

Mise en musique… Il y a des fois ou l’art est d’un présomptueux!

Il s’agit de bruitages (bien faits) qui mettent dans l’ambiance certes, mais de simples… bruitages d’eau, agaçants d’ailleurs parfois, ni plus, ni moins.

Bref, un peu l’impression d’avoir vu une resucée des œuvres de Salgado, des œuvres belles certes, mais avec une impression de déjà-vu et en aucun cas dénonciatrices du thème de l’eau en danger.

Voilà, c’est tout pour ce long week-end qui, malgré certains aléas, dont le retour en TGV avec 70 minutes de retard et la Gare de Lyon toute bloquée le dimanche soir par un accident de personne, nous a bien plu, comme chaque fois que nous venons dans cette ville magnifique.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

36 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

ysengrain
ysengrain
il y a 9 mois

“L’expérience immersive” en parlant d’une exposition sur l’eau… Le Covid t’a laissé des traces à ce point ? ;•))

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

C’est vrai que c’est rigolo, mais c’est bien d’expérience immersive dont ils parlent.?
Cela étant, c’est plutôt les expositions de Césanne et Kadinsky qui le sont.

Blav59
Blav59
il y a 9 mois

Juste une information sur les “accident de personne” terme employé par le réseau SNCF qui est en cours de réflexion à ce sujet. Il s’agit de suicide. Il est important de dire les mots, ce qui permet la prévention. En France, un réseau s’attache à ce travail crucial. Je ne saurais trop vous inciter à aller sur leur site pour comprendre et partager leur démarche : https://papageno-suicide.com/ Bon week-end à tous

serge paulus
serge paulus
il y a 9 mois

Ptite question, de ce que je comprends il y a Cézanne en grand et Kadinsky en petit ou également en grand ? La vidéo sur Vimeo ne montre que Cézanne…

Noisequik
Noisequik
il y a 9 mois

Pareil pour le Covid, alors qu’on était à Lyon. J’ai l’impression qu’on va tous se chopper cet Omicron tôt ou tard et effectivement, ce n’est pas un petit rhume mais minimum 2 jours à plat de lit. Par contre, pour Lyon, c’est fini le train en ce qui me concerne. Trop de problèmes.

Blav59
Blav59
il y a 9 mois

Clin d’œil à François le musicien : pourquoi “Papageno” ?
Bonne cache à z’œufs comme on dit chez nous ?
Bertrand

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Heeuuuu… J’ai parlé de Papageno? Au secours, je ne comprends pas!?

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Aaah, mais non, j’ai compris! C’est le programme de prévention du suicide qui s’appelle Papageno!
C’est le clin d’œil à François qui m’a fait croire qu’il s’agissait de mon article!

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Non non, Kadinsky, en grand aussi!.

Je vais voir si je trouve une vidéo sur son exposition.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Oui, ce coup-ci, je connais énormément de gens qui l’ont chopé.

Et beaucoup n’ont vraiment pas été bien.

Cela dit, personne à l’hôpital, merci Omicron.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Ça y est, c’est tout bon, j’ai rajouté l’exposition de Kadinsky en vidéo.

zolb
zolb
il y a 9 mois

«Gute Nacht, du falsche Welt!», Mozart, Zauberflöte, acte 2

Blav59
Blav59
il y a 9 mois

Exactement François. Papageno forcément ça te dit quelque chose comme à tous les musiciens ou férus de musique classique ? j’ai rebondi sur ton commentaire qui parlait d’accident de personne. J’ai malheureusement assisté à des réflexions totalement ignobles et égoïstes dans un train retardé à cause d’un suicide sur la voie. La SNCF sollicitée par les réseaux de prévention réfléchissent à modifier leur annonce en conséquence. Je ne sais pas ce qu’il en est en Suisse…

jean Claude S
jean Claude S
il y a 9 mois

C’était il y a quelques années, Salgado avec mon iPhone, manque de chance, ou pas…, il y avait des reflets sur le cadre. (Fotografiska Museet, Stockholm)625ab51ca45221672f2139ec.JPG

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 9 mois

Trois expos, trois réactions :L’expo Steve McCurry, je l’ai visitée il y quelques années à Bruxelles, dans l’ancienne Bourse, et j’ai été bluffé. Moi, adepte du noir et blanc, les images de McCurry m’ont réconcilié avec la couleur. C’est vrai qu’à la sortie, j’ai regardé mon appareil photo en me disant : “est-il encore nécessaire de me servir de toi ?” Mais je ne peux pas m’empêcher de faire des photos du mieux que je peux tout en admirant les grands maîtres… Il faut quand même dire que ces grands photographes partent en reportage avec plusieurs véhicules remplis de matériels et d’assistants qui te montent un studio ambulant en quelques minutes… Ce qui n’enlève rien à leur talent, j’en suis parfaitement d’accord !Il se trouve que j’étais à Bordeaux il y a quelques jours et que j’y ai visité l’expo “Bassins de Lumières” qui a été “fabriquée” par la même équipe que celle que François a visitée à Paris. Le décor est celui de l’ancienne base sous-marine que les Allemands ont construite pendant la guerre. Les images se reflêtent donc dans les bassins et c’est évidemment très efficace. Les thèmes sont ici d’une part une (rapide) histoire de Venise et d’autre part une plongée dans l’œuvre de Joaquín Sorolla. À propos de ces techniques d’immersion, je vais être beaucoup moins dithyrambique que François : il y a pour moi plusieurs défauts à ce type de travail. Le plus important à mes yeux (c’est le cas de le dire !), c’est que pour que les spectateurs soient vraiment immergé, il faut que les images des multiples vidéo projecteurs (il y en a des dizaines !) les éclairent en pied, jusqu’au ras du sol, ce qui veut dire qu’à tout moment on est ébloui par les points chauds des lampes des projecteurs. Ensuite, les images sont extrêmement pixelisées, la définition n’est pas au rendez-vous et ça pique les yeux… Troisième reproche : il y a une réinterprétation discutable des œuvres, incrustations, mouvements en tous sens, mise en relief artificielle (digitale), au bout d’un moment cela fait un peu “soupe”. Enfin, j’ai trouvé le choix des illustrations musicales plutôt banal, genre ils ont acheté un CD “Le classique, j’aime pas, mais ça j’aime” et il se sont servi ! Vous aurez compris, je n’ai pas aimé !Je n’ai pas vu l’expo Salgado à La Défense, je n’en parlerai donc que pour dire que peut-être que c’est un moyen pour le photographe de financer son giga projet de reforestation au Brésil. Moi, comme François, je reste sur le souvenir de la fabuleuse expo “Genesis” vue à la Maison européenne de la Photo de Paris il y a plusieurs années. Concernant ce travail, je ne peux que vous recommander les livres publiés chez Taschen. Il n’y a pas que des Sumo ! Je n’ai que le plus petit mais qui est magnifique quand même et très abordable (60 euros).

dd4445
dd4445
il y a 9 mois

Souvent lors d’un suicide en ligne c’est au moins deux heures de retard en France le temps des interventions “funéraires” et de la police. Il y en au moins deux par jour sur le réseau.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Aucune trace de pixélisation à Paris, mais des trames, celles des supports, soit des murs tous différents, et ça donne du corps et de l’humanité aux images projetées.

Pour la musique, certes, ce sont des œuvres connues, mais ça ne me dérange aucunement.

Quant à Salgado, c’est peut-être un moyen pour lui de renflouer ses bonnes œuvres, ce qui et tout à son honneur, mais en attendant, nous, on paie 16 € par personne pour aller voir l’exposition, et on consacre un peu plus de deux heures, transport compris, pour la voir. Alors bon, admettons que c’est un don, mais j’aurais préféré en faire un sachant les tenants et aboutissants de la chose.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Écoute, je suis comme toi, je trouve que certaines réflexions sont égoïstes.

En même temps, quelqu’un qui se donne la mort sous un train, même si la personne est dans le désespoir total, ce qui est l’évidence, quelque part l’est aussi.

Et je peux comprendre que des gens qui vont rater un rendez-vous peut-être hyperimportant pour leur futur, ou rater une correspondance ou un avion ne soient pas super contents et se trouvent être quelque peu à leur tour égoïstes.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

C’est vrai que le reflet se trouve être au bon endroit (rameur avant), c’est marrant!

jean Claude S
jean Claude S
il y a 9 mois

Drôle, je ne l’avais pas remarqué celui-ci, c’était surtout le reflet des fenêtres à l’arrière qui m’avait plu !

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Ah, parce que les fenêtres avec arcades sont un reflet??

Dingue!

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 9 mois

Pas de trames des supports à Bordeaux, la base sous-marine allemande est un énorme bunker et s’est donc du béton armé ; au milieu il y a une ancienne citerne à carburant qui a été équipée pour des projections cylindriques à l’extérieur et à l’intérieur . Ce que l’on observe est donc bien une pixelisation des images, peut-être moins visible sur des supports moins nets tels que ceux que tu décris. Je préfèrerais voir les vrais tableaux, dans une galerie ou un musée.

Je te trouve assez dur avec Salgado dont tu dis qu’il présente des photos anciennes et déjà vues (ce qui est exact, j’ai regardé des photos de l’installation). Mais alors la photo de McCurry qui fait l’affiche de l’expo, elle date de 1984 et cette expo est également une rétrospective. J’ai supposé que Salgado avait besoin de sous, mais ce n’est qu’une supposition, une intuition personnelle. Il ne fait pas la manche, il présente une rétrospective de ses œuvres dans une structure qui est loin d’être banale. Si je me trouvais à Paris, j’irais certainement voir ça. Je trouve son travail époustouflant et j’aime aussi l’homme.

jean Claude S
jean Claude S
il y a 9 mois

Ben oui, c’est quand même une photo prise en Amazonie..comment image

Lothera
Lothera
il y a 9 mois

Bonjour

J’ai aussi été voir l’expo Aqua Mater , et je n’en ressors pas comme toi ;

j’ai mis du temps à rentrer dans le rythme de l’expo, j’ai fait le tour plusieurs fois en regardant les photos de prés et de loin , et au bout de 2-3 tours j’ai eu l’impression que chacune des photos était une fenêtre pour regarder ailleurs … impression assez étrange et positive.

donc de mon côté , et bin j’étais content de la visite ? et voilà mon humble retour ,

bonne journée

Blav59
Blav59
il y a 9 mois

Eh oui, je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que rater une correspondance peut avoir des conséquences lourdes. Cependant l’annonce telle qu’elle est diffusée en l’état ne laisse pas la place à une réflexion et permet d’embrayer directement sur l’émotion du retard provoqué. Le problème du suicide (mortalité importante d’ailleurs aussi chez les jeunes ados et jeunes adultes) et de sa prévention mérite et nécessite beaucoup mieux. Je réagis en tant que professionnel confronté au problème du suicide et fan depuis très longtemps (au moins ça !!! ??) de tes blogs ?

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Oh, mais je suis très content que d’autres apprécient cette exposition, vraiment, mais quand on a vu la puissance de Genesis, et la thématique respectée, ici, nous avons été déçus.

C’est un avis, pas une vérité, bien évidemment.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Merci!

Oui, la problématique du suicide doit encore être beaucoup travaillée, c’est clair.

Marc Saffar
Marc Saffar
il y a 9 mois

Bonjour,

Sebastião on peut l’écrire même dans WordPress, je le fais ici mais aussi dans un site depuis l’admin avec un bloc Gutenberg de type paragraphe par exemple.
Comme pour un ^ ou un ¨ on appelle la tilde (la vaguelette au dessus) avec alt n : ~ puis tout de suite le a > ã ou une autre lettre comme dans Buñuel 😉

J’espère que tu as passé un bon moment dans notre belle ville.
Nous avons du nous croiser, j’ai fait un rapide saut à Aubonne pour chercher mes 370F, mais c’est une autre histoire…

Caplan
Caplan
il y a 9 mois

625c547a4813333bd4530342.jpeg
?

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Content des 370F? :-)Merci. J’ai utilisé PopChar pour obtenir le caractère, mais ça n’a pas marché.Avec ton système, oui.Merci!

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Décidément, je n’en rate pas une.

C’est corrigé, merci!

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Mon Dieu comme ce site est lent depuis dimanche!

Ils ont un problème chez Themecloud, c’est lent pour ouvrir une page, déjà, mais alors pour rédiger, bonjour! Surtout quand on doit charger des images.

Vivement que l’incident soit corrigé…

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

Ouf, tout sembe corrigé depuis 14 heures.

Marc Saffar
Marc Saffar
il y a 9 mois

Hello,
As-tu activé le cache fact CGI depuis les outils de ton dashboard Themecloud ?
C’est indépendant d’un éventuel incident chez ux mais ça aide.
Capture d’écran :
https://share.getcloudapp.com/L1uRvDv9

Marc Saffar
Marc Saffar
il y a 9 mois

Wow PopChar ça me ramène des années en arrière. Cela fait un bail que je n’ai plus utilisé. C’était bien utile à l’époque en tout cas.

Heureux d’avoir pu aider 😉

Oui je suis plus que très heureux avec les 370F
J’ai vécu 6 ans avec les 370E qui m’ont apporté un plaisir musical quotidien.
Je les ai revendues et j’ai donc changé pour les F que j’avais entendues chez les Maurer à l’occasion de mes vacances valaisannes estivales.
Je les avais aussi entendues chez un audiophile parisien qui a un système de folie (il faut le compte bancaire qui va avec).

Mais là j’ai pu les comparer à quelques jours d’intervalle chez moi sur mon système que je connais forcément bien.

Mes intuitions ont été confirmées. Le gain est très significatif. Ce n’est pas une révolution, la colonne vertébrale sonore est la même avec les qualités que j’appréciais, justesse des timbres, transparence, etc.
C’est un approfondissement. C’est beaucoup plus précis, propre et posé.
En conséquence j’ai beaucoup plus de présence, de matière palpable des timbres des instruments et j’ai gagné en image sonore, surtout en profondeur, dans l’axe. Ma pièce d’écoute n’est pas très grande, environ 17 m2, je n’avais pas trop de problème d’image sonore latérale mais j’avais le sentiment d’en manquer en profondeur.

Je trouve qu’ils ont fait un travail fantastique. Après quelques jours avec les F je ne pourrais plus revenir aux E, c’est certain.

Au plaisir 🙂

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 9 mois

🙂

Elles sont fabuleuses, ces F, c’est vrai, je les aime.

36
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x