79 millions de poulets tués en Suisse chaque année…

Oui, je sais, l’image de couverture ne représente pas un poulet et, a priori, n’a pas grand-chose à voir avec le titre de mon article.

Attendez, lisez plutôt.

Vous pensiez en avoir fini avec mes articles (par exemple celui-ci) sur les initiatives suisses écoresponsables suite au malheureux refus du peuple suisse des deux initiatives populaires du 13 juin 2021 intitulées: « Pour une eau potable propre et une alimentation saine » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse »?

C’est raté.

Le 25 septembre 2022, les Suissesses et les Suisses se prononceront sur une nouvelle initiative visant à grandement améliorer le bien-être des animaux, initiative intitulée « Non à l’élevage intensif en Suisse (initiative sur l’élevage intensif) ».

Le texte de cette initiative, vous pouvez le lire ici, avec les explications qui détaillent le comment du pourquoi.

Déjà, dans les champs, fleurissent les panneaux et les banderoles qui nous demandent de voter Non à “cette initiative inutile”, puisqu’en Suisse, nous sommes tellement meilleurs que partout ailleurs, que voyez-vous, ben oui, elle est inutile, cette initiative, selon ses opposants.

Et même en drapeau

Certes, nous avons des normes plus sévères qu’ailleurs.

Il n’empêche.

Inutile?

Je vous propose de visionner ce film de Greenpeace, qui n’a rien d’une de ces vidéos où l’on te montre des atrocités dans des porcheries ou dans des poulaillers qui ne respectent pas les normes (remarquez que je n’ai rien contre elles).

Non, rien d’illégal ici, la vidéo s’en tient aux chiffres, nous montre la stricte réalité de ce que vivent les animaux en Suisse, plus particulièrement ici les poulets.

Je vous propose de lire la page sur laquelle est présentée normalement la vidéo ci-dessus, elle précise son contexte.

Où comment l’on se fout pas mal de l’animal, mais on parle sans cesse de “produit”.

Où l’on apprend par exemple que la plupart des millions de poussins “suisses” sont en fait importés, alors que les opposants à l’initiative nous expliquent que si l’on accepte cette initiative, il faudra justement importer de la viande.

Où l’on en déduit donc qu’elle l’est déjà, importée, la viande suisse!

Et de toute façon, comme vous pouvez le lire, cette initiative a la grande force d’interdire l’importation de viande ne répondant pas aux normes qu’elle revendique.

Donc l’argument ne tient de toute façon pas.

Cette initiative ne demande pas l’impossible: les exploitants auront 25 ans pour s’adapter à des normes qui existent déjà pour les éleveurs de poulets et d’œufs bios, à peu de chose près.

Et qu’on ne vienne pas m’expliquer que cette initiative tombe mal au moment où l’on parle d’autonomie alimentaire: nous mangeons bien trop de viande, et il faudra rapidement réduire notre consommation.

C’était d’ailleurs l’un des sujets évoqués à propos de la canicule dans un article du Matin Dimanche de ce dimanche matin, sous la plume de Julien Culet qui interviewait en encadré Christian Nils Schwab, qui s’y connaît, et pas qu’un peu, au vu de son poste à l’EPFL, institution qui n’est pas connue pour être un centre d’écologistes extrémistes.

Le Matin Dimanche du 17 juillet 2022

Bref, vous savez ce que je voterai le 25 septembre 2022, et ce n’est peut-être par la dernière fois que je vais évoquer le sujet.