Jean-Marc Jancovici: la mauvaise solution à un bon questionnement

L’autre jour, alors que je me rendais à l’école, le matin sur la RTS, je suis tombé sur l’interview de l’invité de la Matinale, interrogé par un journaliste que j’aime beaucoup, David Berger.

Il s’agissait de Jean-Marc Jancovici, venu parler des problèmes de réchauffement climatique.

J’ai beaucoup apprécié la plus grande partie de l’interview, M. Jancovici dressant le constat que nous connaissons maintenant tous et que seuls quelques cinglés réfutent (oui, je sais, je ne suis pas toujours nuancé dans mes prises de position): le climat se réchauffe de manière accélérée et la cause en est l’activité humaine.

C’était très intéressant.

Par exemple, lorsque le journaliste lui dit, un peu provocateur, qu’il pouvait maintenant s’acheter un SUV électrique en ne culpabilisant plus, Jancovici lui répond « surtout pas! si vous achetez une voiture parce que vous ne pouvez pas faire autrement, achetez une petite voiture électrique, pas une grande! ».

J’ai d’ailleurs relevé dans plusieurs articles ici le fait que je ne comprenais pas pourquoi les voitures électriques étaient actuellement bardées de centaines de chevaux et que beaucoup étaient énormes, j’étais plutôt content de voir que quelqu’un relevait la chose également, me sentant un peu seul dans mon coin à penser de la sorte. Peut-être n’avais-je pas compris quelque chose: eh bien non, Jancovici estime lui aussi que cette débauche de poids, de chevaux et de matières était un non-sens quand on voulait partir dans le durable.

La fin de l’interview par contre a tourné vers le… non, je vous en parle plus bas, sinon je déflore déjà tout et vous n’aurez pas envie de lire la suite.

Je me suis rappelé alors avoir acheté la BD signée Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici, dans laquelle le premier joue le candide auquel le second apporte son immense savoir.

J’exagère un peu sur ce point, mais disons que Blain et pour le moins admiratif de Jancovici.

Un monde sans fin, Blain et Jancovici, page 8 sur 199.

Nous ne sommes en fait pas dans une vraie BD, mais dans une sorte d’interview de Jancovici par Blain qui illustre ses propos avec pas mal d’humour et les deux vulgarisent plutôt bien la complication de la situation climatique.

Comme dans l’interview que j’avais entendue le matin à la radio, la problématique est bien posée.

En gros, je résume, nous allons dans le mur en matière énergétique, et ceci au vu des besoins que l’humain s’est créé, tout cela avec des graphiques lisibles, des recours à l’histoire, bref, la situation actuelle est parfaitement mise en place.

Tout cela est très bien.

Le problème, c’est qu’arrive la page 128 et le chapitre intitulé “les énergies décarbonées”.

Et de cette page, jusqu’à 159, c’est l’éloge du magnifique nucléaire, qui n’a aucun défaut pour Jancovici.

Les déchets? Bagatelle, on les enfouit assez profond pour qu’on ne risque rien.

Les accidents? Pas plus graves que l’alcoolisme.

Tchernobyl?

Allez, 30 morts, 6’000 enfants avec un cancer de la thyroïde qui se soigne très bien.

J’ai mieux, regardez:

Non, mais il faut oser tout de même! Le nucléaire est désormais bon pour la biodiversité, en particulier s’il pète!

Donc allez, tant qu’à faire, faisons-en sauter quelques-unes, ce sera bon pour la planète…

Les grosses et les énormes s’ajoutent tout au long des trente pages bien denses, où l’on apprend que si l’on a abandonné le nucléaire, c’est à cause des lobbys écologistes qui font plier (bouuuuuh, les méchants) les gouvernements!

C’est bien connu: les écolos sont pleins de fric! Ça fait 40 ans qu’ils hurlent à la catastrophe, avec raison, et personne ne les a écoutés. Vous parlez de lobbys efficaces!

Mais c’est à hurler de rire!

Il se trouve qu’en matière de lobby, Jancovici n’est pas mal placé puisqu’il conseille le gouvernement français au sein du Haut Conseil pour le Climat auprès du Premier ministre.

Étonnez-vous que Macron pousse à tel point le nucléaire français qui d’ailleurs n’est pas dans son meilleur état, semble-t-il, et ce depuis quelques années.

À ce sujet, cet excellent article de 24 heures du lundi 17 octobre est édifiant!

24 heures du lundi 17 octobre 2022

Pour en revenir à la bande dessinée dont je parlais avant de digresser (mais pas tant que ça), après les 30 pages à la véritable gloire du nucléaire, suit une dégommée des énergies renouvelables, et même, et c’est un comble, du mix de ces dernières avec le nucléaire.

Non, mais vous vous rendez compte? Selon lui, il faudrait donc tout miser sur le nucléaire! C’est complètement dément!

Ce nucléaire si peu dangereux quand on le compare aux morts dus à l’alcool, aux accidents de voitures, à l’excès de sucre, voyez-vous…

Si peu dangereux… en France, parce que les autres, bien sûr, ont mal fait les choses, autant les Russes à Tchernobyl que les Japonais à Fukushima, alors que dans l’Hexagone, tout est prévu pour que rien n’arrive, mais enfin, c’est évident.

Et si Jancovici site bien l’UNSCEAR pour dédramatiser les retombées de Fukushima, je vous propose de lire cette étude de Greenpeace qui montre, avec moult recherches à l’appui, que les choses sont bien plus compliquées, même au Japon, que ce que ce Monsieur expédie en 3 lignes.

Les dernières pages de l’ouvrage sont heureusement dédiées à ce que l’on peut faire pour diminuer notre empreinte carbone sur la planète, à notre petit niveau ou à celui des villes, des pays.

Mais c’est toujours avec le nucléaire comme parachute ventral, comme l’imagent les auteurs.

Oui, je sors de ce livre avec l’impression que les constats faits sur l’état de la planète sont justes, mais qu’ils ne sont présentés que pour faire l’éloge du nucléaire, si peu dangereux et si efficace et pour ridiculiser les énergies renouvelables.

Ce bouquin a paru en 2021.

On pourrait imaginer qu’après ce qu’a fait Poutine depuis février 2022, ses menaces sur des objectifs européens à courte, moyenne et longue distance en matière de nucléaire, la catastrophe pour l’instant évitée de justesse de la centrale nucléaire de Zaporijjia dont le président russe n’a visiblement rien à faire, au risque de faire courir au monde une catastrophe majeure, Jancovici puisse revoir sa position sur la sécurité des centrales, parce que voyez-vous, il semblerait qu’elles ne soient pas prévues, même en France, pour résister à l’attaque d’un missile russe ou venu d’ailleurs.

Suite aux déboires récents des réacteurs français en matière de corrosion, par exemple, peut-être allait-il se poser tout de même quelques questions sur la fiabilité sans faille du nucléaire dans ce pays.

Parce que le Monsieur est au courant tout de même, il lit l’actualité, j’imagine.

Pensez-vous! Dans l’émission de la RTS dont je parlais en début du présent article, ce même Jancovici remettait la compresse et comparait à nouveau le nucléaire avec les autres maux de l’humanité, en minimisant totalement ses risques.

Je suis pour le moins mal à l’aise à la lecture de ce livre, à l’écoute de cette émission.

Pour l’instant, Jancovici est vu comme un gourou par tout un pan des pro-nucléaires.

Cela ne m’étonne pas, mais je me demande comment, même lorsqu’on est pro-nucléaire, on peut soi-même ne pas être gêné par la mauvaise foi de ce Monsieur, mauvaise foi tellement crasse qu’il ne m’étonnerait pas qu’on déterre, un jour ou l’autre, quelque chose de pas net à son propos.

Parce que sinon (et j’espère bien qu’il y a un sinon), vraiment, je ne comprends pas.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

85 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

RED-DOLPHIN
RED-DOLPHIN
il y a 1 mois

Je relire cette BD je pense ! Et sinon on fait comment pour charger toutes nos voitures électriques sans le nucléaire ?

Dede Dedemac
Dede Dedemac
il y a 1 mois

Bonjour je connais Jancovici de puis 20 ans, il n’a pas changé de point de vue et aucune affaire n’est sortie à son sujet. C’est juste un scientifique qui apporte des données physiques à des discussions qui partent dans toutes les directions. Beaucoup d’écologistes et non écologistes apportent des chiffres et des données fausses. Jancovici et surtout l’ensemble des personnes qui travaillent avec lui annoncent par exemple un pic de pétrole atteint ( données vérifiées par sources pétrolières ) la transition écologique actuelle est totalement irréaliste, elle n’est pas soutenable par exemple faire des voitures électriques de 2 tonnes (mine de cuivre cobalt avec rendement très faible) faire des panneaux solaires en chine etc … donc oui le nucléaire est nécessaire comme complément mais pas comme solution.
Il faudrait extraire du sol une quantité colossale de minéraux pour fabriquer notre transition avec des coûts environnementaux énormes. Ressortez tous vos livres de physique cela amènera un peu de clarté dans le raisonnement global. Bonne journée

Parcs
Parcs
il y a 1 mois

Bonjour,
Je lis vos différents blogs depuis longtemps. Merci à vous pour la qualité de vos articles.
Sans idolâtrer Jancovici, sa démarche du Shift Project est particulièrement intéressante et, à ma connaissance, c’est la seule proposition écologique globale qui me semble véritablement construite. Elle fait appel à tout le monde et dans quasiment tous les domaines. Shift Project : https://theshiftproject.org/
Cela mérite plus que le débat sans fin pro ou anti-nucléaire.
Pour ce dernier, je vous conseille l’interview suivante : https://www.thinkerview.com/nicolas-nace-gilles-babinet-nucleaire-choc-energetique-inflationniste-ecologique/
Bonne journée à tous. ??
Matthieu

Mirou
Mirou
il y a 1 mois

A lire aussi le livre issu du projet « Drawdown ». Il en existe une version française, que je trouve très intéressante.

Mirou
Mirou
il y a 1 mois

Je suis quand même assez admiratif de Jankovici, qui fait partie avec tant d’autres des gens qui tentent de nous informer depuis plusieurs dizaines d’années sans que nous les écoutions.
J’avoue que le nucléaire me pose problème. Je ne suis ni scientifique, ni ingénieur, mais pour moi la question est d’ordre politique ou morale: tant qu’on ne sait que faire des déchets, tant que des catastrophes surviennent, je ne peux pas envisager ça comme une solution. Il dit que c’est pas plus risqué de voir un barrage se briser et inonder la pleine du Rhône. Je sais pas, il a probablement raison. Ceci dit je ne suis pas favorable non plus à la construction de nouveaux barrages.
Nous devons réduire notre empreinte environnementale (et pas que climatique, si une grande partie du vivant a déjà disparu, ce n’est pas à cause du réchauffement. Pas encore!), mais je crois de moins en moins que les humain-e-s soient prêts et capables de réduire cette empreinte. Parce que même celleux qui se réunissent pour en parler sont souvent bien content-e-s d’en parler, mais beaucoup moins motivés à agir (et je suis pas franchement meilleur). Nous devons réduire par presque 5 notre impact co2 pour satisfaire aux accords de Paris. La plupart d’entre nous ne se rend pas compte à quel point notre mode de vie doit changer!

Mirou
Mirou
il y a 1 mois

Sur le nucléaire, iels sont un peu plus nuancés: « At Project Drawdown, we consider Nuclear Power a “regrets” solution. It has potential to avoid emissions, but carries many concerns as well. »

isebmo
isebmo
il y a 1 mois

Bonjour je pense que réduire Janco à un pro nucléaire est dommage. Le postulat de base est si Nous voulons conserver à peu près notre civilisation telle que nous l’a connaissons actuellement l’énergie nucléaire est pour l’instant nécessaire et indispensable.
Son raisonnement est purement mathématique après les justifications sur le fait que le nucléaire est inoffensif sûrement déplacées.

Mathieu PIERRE
Mathieu PIERRE
il y a 1 mois

On en vient toujours à ce symbole de la liberté individuelle pour boomer. En faisant disparaître la voiture individuelle on a déjà une première piste de réflexion. Plus globalement, personne n’aime parler d’une baisse de notre consommation d’énergie….Mais ne serait-ce pas une des sources du mal ?

Cyan_282
Cyan_282
il y a 1 mois

Bonjour François,
Je possède cette BD depuis bientôt 2 ans, et je ne l’ai pas encore lue. Je te remercie de ta critique, car je la voyais (la BD), comme qqch de factuel et sincère. A te lire, je comprends que la partie “Nucléaire” n’est pas honnête.

Ou alors, M Jancovici est complètement insensible à la cause “évènements imprévisibles extrêmes” ou “inertie à très long terme” des choses.

– Chute de météorite
– Guerre
– Tremblement de terre
– Autres… ?!? (Eruption solaire extrême, qui “grille” tout le numérique terrestre)
(AI qui “pète les plombs” et qui prend le contrôle du monde, etc, etc…)

Je suis entièrement d’accord avec toit François. OUI, le nucléaire à l’instant “T” et puissant et non polluant. Mais si on prend en compte les déchets ET la nature foutue pour des milliers d’années en cas d’explosion de centrale.

Le Nucléaire me semble une NON solution !
Ou encore une solution qui convient à la stupidité (cupidité) humaine !

J’imagine que dans 40ans, un documentaire sur “Les gros mensonges de l’industrie de l’atome” sortira ?

L’humanité DOIT devenir raisonnable. Ou sinon, elle disparaitra…
D’ailleurs, à ce sens, cela m’énerve d’entendre qu’il faut “Sauver la planète” ! Ce n’est pas la planète que nous devons sauver -> Mais bien l’humanité !

Il faut arrêter de scinder le monde en deux: L’homme et “tout le reste”.
Il n’y a pas de planète “B”. La vie ici est un TOUT. A mon sens, il faut considérer la nature comme une extension de notre corps. Sans poumons, nous ne pouvons pas respirer -> Nous avons donc arrêté de fumer. Sans arbre, il nous sera également impossible de respirer !

Les arbres sont nos poumons. La nature et l’entier de la biodiversité de la planète ET nécéssaire à notre vie ici !

Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre corps ! La NATURE, la BIODIVERSITÉ, et un organe externe nécessaire à notre vie.

Une que l’on a intégré cela. Il devient bien plus logique et élémentaire de chérir, valoriser et cultiver cette biodiversité. La biodiversité n’est pas qqch de “Autres” dont il faut s’occuper. La biodiversité, c’est NOTRE CORPS !

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Je suis exactement et absolument d’accord sur ce que tu viens d’écrire, à 100%

Cyan_282
Cyan_282
il y a 1 mois

La voiture…
Franchement, est-ce que tout le monde a réellement besoin de SA voiture ? Je conviens que pour certaines/aines, il n’y a pas d’autre solution possible (village éloigné, sans transport public, etc…)

Mais pour les autres ? Réfléchissez-y !

Mon expérience est que, étonnamment, il est possible de faire sans voiture (pour autant que les transports publics soient suffisamment développés, ET d’avoir un vélo électrique avec une “Charrette” pour enfants).

Papa de 3 enfants, en 2023, cela fera 10ans que je n’ai plus de voiture. En famille, nous faisons TOUT en transport public OU vélo électrique (avec ladite charrette -> Courses à la Migros, etc…)

Et occasionnellement, lorsque nous devons aller dans un endroit réellement dépourvu de transports. Alors, oui, nous louons une voiture. MAIS, c’est ~2 à 3x par AN !

Sinon, tout est fait en vélo et transport public.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Ce changement peut se faire sans trop de douleur.

Nous sommes le pays (la Suisse) avec le plus gros taux de gros SUV inutiles, la plupart du temps.

Même en Valais, où je comprends que l’on ait besoin d’un 4X4: il existe de petites voitures de ce style.

Manger moins de viande, ou plus de viande du tout, ce n’est pas vraiment un problème. Jancovici le dit: tu divises ta consommation de viande par 2, ton empreinte suit le même chemin.

Si un barrage pète, c’est une catastrophe majeure, avec certainement des milliers de morts.

Mais droit derrière, tu peux reconstruire.

Si une centrale pète, alors c’est des centaines de km2 qui sont foutus pour des années et des années.

Je comprends la tentation du nucléaire, comme toi. Je ne suis pas pour qu’on arrête les recherches, oui, à un instant T, la centrale nucléaire est géniale, mais c’est une fuite en avant bien trop dangereuse.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Mais pour lui, dans cette BD en tout cas, ce n’est pas pour l’instant.

C’est allons-y à fond, et ne faisons que cela (en plus de diminuer notre empreinte carbone).

C’est complètement irresponsable de vouloir même arrêter le mix.

DMOrsay
DMOrsay
il y a 1 mois

Bonjour.
Réussir la transition énergétique sans recours au nucléaire est tout à fait possible, en promouvant une sobriété raisonnable, et l’accélération notable de l’éolien et du photovoltaïque.
Des scénarios dénucléarisés chiffrés ont été réalisés par Négawatt et l’ADEME :
https://negawatt.org/Scenario-negaWatt-2022

https://transitions2050.ademe.fr
Au delà des nombreux et graves problèmes posés par le nucléaire en soi, le scénario proposé en France par le gouvernement est tout simplement irréaliste ; le rapport annuel du WNISR le donne bien à voir :
https://www.worldnuclearreport.org

Nous verrons ce qu’il adviendra…

Caplan
Caplan
il y a 1 mois

6350fd272b486b465a6759db.JPG

Tilekol
Tilekol
il y a 1 mois

Bonjour,
Je ne suis absolument pas spécialiste en la matière, et donc je voudrais poser aux personnes ici présentes particulièrement passionnées par la problématique quatre questions :

1- Est-il exact que la totalité des émissions carbone de la France est inférieure à 1% des émissions mondiales ?
2- Est-il exact d’autres gros pays comme la Chine ont obtenu l’autorisation d’augmenter leurs émissions de carbone à un niveau sans commune mesure avec les économies que nous pouvons faire en Europe ?
3- Est-il exact que de nouveaux types de centrales nucléaires pourraient utiliser comme combustible les déchets que nous entreposons depuis des années, permettant une autonomie énergétique potentielle de plusieurs centaines ou milliers d’années ?
4- Comment allons-nous faire lorsque la population de l’Afrique va exploser à la hausse, de l’ordre du milliard d’habitants en plus ? Comment vont-ils produire leur énergie nécessaire ?

Je précise que ce sont de vraies questions, posées sans aucune ironie, suite à des informations glanées ça et là mais qui ne sont peut-être pas fiables.

Cyan_282
Cyan_282
il y a 1 mois

Merci François ?
Malgré quelques fautes, manquements de mot, et erreurs. Je vois que j’ai réussi à exprimer ma pensée ?

Mais… quel chemin pour en arriver là (pour moi en tout cas).
Il faut lire, écouter, réfléchir et laisser mûrir la réflexion. Au final, la conclusion est limpide !

Il faudrait (pour nos jeunes et enfants), une ligne plus claire de la part de nos autorités. Car… je trouve, encore aujourd’hui, le message un peu ambigu.

Tous ensemble, pour corriger, rattraper 40 ans (100 ans ?) de connerie humaine…

Le souci est que… L’effort devrait se faire au niveau de la planète entière !

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Bonjour Dede et bienvenue.

Je peux bien comprendre “le nécessaire comme complément”, en tout cas actuellement

On a tellement investi dans le nucléaire qu’on ne l’a pas fait ailleurs pendant bien trop d’années, c’est une catastrophe elle aussi annoncée depuis au moins 30 ans par ceux qui remettent en question cette technologie.

Là, pour Jancovici, je le répète, relisez cette BD, je l’ai fait deux fois, c’est le nucléaire à fond, et rien d’autre. Relisez le dernier extrait que j’ai donné dans mon article.

On peut me dire tout ce qu’on veut sur Jancovici, et sur une grande partie, je serai d’accord, il voit bien le problème.

Mais rien que cet extrait est édifiant, absolument consternant, et je vous jure que ce n’est pas sorti de son contexte.

ysengrain
ysengrain
il y a 1 mois

Commentaire “café du commerce” de ma part.
Je n’ai aucune compétence, j’écoute, j’observe, je varie dans mes opinions.
Plusieurs idées
– nous consommons plus d’énergie que la planète peut nous en procurer. Tous les ans la date de surconsommation est publiée, tous les ans, elle recule.
– question: ne sommes nous pas trop nombreux sur Terre ?
– question corollaire: quand changerons nous de “””””philosophie””””?
– en maintenant ce niveau de consommation d’énergie, aucune solution d’énergie renouvelable n’est accessible (je ne suis pas l’auteur de cette assertion, mais Jancovici et bien d’autres le montrent)
– je suis anti nucléaire de coeur en raison du danger potentiel de contamination. J’étais assis à côté d’une patiente, à 7h le 11/3/2011 quand j’ai vu le tsunami. Immédiatement, j’ai pensé aux centrales nucléaires en bord de mer. Vous connaissez la suite. Bine entendu Tchernobyl et Three-Miles-Island.
– dans notre monde et son modèle, peut-on assurer la survie énergétique, à ce niveau de cosommation en se passant du nucléaire ? Regardons la pagaille actuelle parce que les carburants auto manquent en France. Sous cet angle Jancovici, sans lui donner raison est pragmatique.
– On voit peu de choses sur l’hydrogène. J’ai roulé dans un taxi mu par l’hydrogène. En dehors d’un léger panache de vapeur…
– il y aussi Iter ici
– Les voiture électriques: je suis partiellement convaincu. Pour l’environnement, c’est une solution… Mais…le recyclage des batteries, ne me parait pas encore fixé. Nous dépendons en grande partie des copains de Xi Jing Ping. Non merci.
Et puis, comme tu le dis François, des monstres de puissance imbéciles, inutiles, dévoreurs d’énergie (permettant à des mononeuronaux de jouir d’un 0-100 km en 4 secondes).
– enfin, dans un monde insécurisé par
* un Poutine, entre autres abrutis assoiffés de confusion pouvoir-puissance,
* l’existence de drônes capables d’anéantir n’importe quel centrale nucléaire
que penser ?

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

C’est l’habitude chez Jancovici: un type ultra compétent qui dresse un constat précis et très bien vulgarisé, qui ensuite fait le tour des solutions, dégomme une à une les solutions renouvelables, et ne garde que le nucléaire. Je n’aime pas, en résumé.Je n’aime pas, car:- il faut 30 ans au bas mot pour mettre en service une centrale nucléaire- cette centrale va réchauffer les rivières- cette centrale va générer des déchets dont ne sait pas quoi faire- cette centrale est un point chaud politiquement, qui sait ce qui peut lui arriver. Voir Zaporijjia.Mais tout ça, il s’en fiche le bougre. Il se permet même d’affirmer que l’hydraulique, ça ne marche pas.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

C’est vrai.

Et, juste pour dire, je charge ma voiture avec du solaire pur, en mettant ma borne sur économique. Elle tient compte de l’ensoleillement.

Le seul moment où j’utilise du courant (qui est dit vert, mais bon, pas sûr qu’il le soit), c’est quand je suis en vacances et que je dois faire une petite recharge à une borne publique.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Je veux bien (d’ailleurs, j’ai commencé à regarder l’interview que vous avez liée), mais ce n’est pas du tout ce qui ressort de cette bande dessinée que Jancovici signe, donc valide.Si, lorsqu’il vulgarise, il se montre à tel point partisan du nucléaire au détriment de tout le reste (oui, oui, c’est ce qui ressort de ces 199 pages pour sortir la merde dans laquelle nous nous trouvons qu’il décrit), il perd pour moi toute crédibilité.Et merci au passage pour le compliment!?

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Oui, et sur ce point, Jancovici a raison: quand “Candide” lui demande comment priver les pays émergents du confort que l’on a obtenu, il répond qu’il faut que NOUS soyons exemplaires désormais.

Et que NOUS nous privions d’un certain confort nous aussi.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

??

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

C’est parfaitement résumé la BD du gars.

En plus, nous n’aurons bientôt plus d’eau pour les refroidir, ces centrales.

Tout ça, il le sait.

Comme je l’écris dans ma conclusion, la BD date de fin 2021.

Après tout ce qui s’est passé depuis (pannes graves de la moitié des réacteurs français, problèmes de refroidissements de centrales cet été, Zaporijjia, pas de problème pour lui, il ne change pas d’un iota tout le bien qu’il pense du nucléaire.

C’est absolument incompréhensible!

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

Bonjour! Je me permets d’apporter quelques bribes de réponses:

Pour 3, ce sont les surgénérateurs, dont superphénix, projet avorté aux portes de Genève. Sans entrer dans les détails, ces appareils utilisent un fluide caloporteur qui est du sodium chauffé suffisamment pour être liquide, produit qui explose immédiatement au contact de l’air, et pour lequel il n’existe aucun moyen d’extinction. En cas d’explosion, le contenu du réacteur fait une petite excursion dans l’air environnant, c’est contrariant. Tchernobyl, c’était distrayant en comparaison. Les petits réacteurs modulaires actuels utilisent le même caloporteur.

Pour 4, il se trouve que l’Afrique pourrait utiliser massivement le soleil. Et pourtant, ils cuisinent tous au gaz et au bois. C’est effarant.

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

Les autres réponses sont évidemment les plus pertinentes, je me permets d’ajouter ceci: l’électricité nécessaire pour parcourir 100km avec une voiture à essence est tout simplement effarante. Très en gros, il suffirait de ne plus raffiner de pétrole pour avoir assez d’électricité pour le parc automobile actuel:

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

Les autres réponses sont évidemment les plus pertinentes, mais voici une partie de la réponse: si le parc actuel était électrifié, cela représenterait une argumentation de 10% seulement. C’est très faible en comparaison de l’augmentation qui a eu lieu ces 50 dernières années, surtout que cette consommation peut être effectuée en pleine nuit, lorsque le réseau n’est pas utilisé. Je ne dis pas que c’est facile, je dis juste que sur une période de 20 ans, c’est parfaitement jouable, puisque c’est moins que le rythme de ces 50 dernières années.

Transporter & raffiner du carburant consomme de l’énergie

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 1 mois

1- Est-il exact que la totalité des émissions carbone de la France est inférieure à 1% des émissions mondiales ?

Oui !

2- Est-il exact d’autres gros pays comme la Chine ont obtenu l’autorisation d’augmenter leurs émissions de carbone à un niveau sans commune mesure avec les économies que nous pouvons faire en Europe ?

Apparemment et sauf erreur la Chine a plutôt pris des engagements afin de réduire ses émissions. C’est long, mais très intéressant.

3- Est-il exact que de nouveaux types de centrales nucléaires pourraient utiliser comme combustible les déchets que nous entreposons depuis des années, permettant une autonomie énergétique potentielle de plusieurs centaines ou milliers d’années ?

En cherchant sur le net tu vas trouver qu’il y a des projets et des recherches dans ce sens, non-aboutis pour l’instant. Sur les déchets, un article wikipédia touffu mais très intéressant.

4- Comment allons-nous faire lorsque la population de l’Afrique va exploser à la hausse, de l’ordre du milliard d’habitants en plus ? Comment vont-ils produire leur énergie nécessaire ?

Tu trouveras sur le net des tas d’informations sur le sujet. Assez souvent contradictoires. Pas sûr qu’on puisse se faire une vraie idée du problème pourtant bien réel que tu évoques.

Alfred
Alfred
il y a 1 mois

J’ai toujours aimé les propos de M. JANCOVICI sans qu’en effet il ait toujours le nucléaire comme solution et cela me dérange beaucoup. En tout premier essayons de diminuer nos besoins et surtout mettons en avant le solaire et tout autre énergie renouvelable mais surtout pas de nucléaire.

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

Je me permets de répondre sur un seul petit point: l’hydrogène. On le produit presque uniquement au moyen de méthane (de pétrole, donc) et d’électricité. Son rendement comme carburant de voiture est extrêmement faible, de l’ordre de 30% (encore plus faible que l’essence), contre 85% pour l’électricité (en tenant compte de la récupération au freinage). Donc il coûtera de toute manière beaucoup plus cher que l’essence, et on a aucun moyen de couvrir la consommation actuelle avec de la production propre. L’utiliser comme carburant ne résoudra rien, c’est une idée qui ressort régulièrement, et qui est soutenue par les tenants du système actuel: des stations service alimentées par des camions.6351370e03976375e2144404.jpg

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Merci de ces liens, je vais aller regarder.

Investir dans le nucléaire comme le propose Jancovici au détriment, je le répète, de tout le reste, c’est permettre justement de ne pas se remettre en question sur nos dépenses énergétiques.

Même si, je l’admets, il propose des pistes d’économie.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Il y a plusieurs technologies dont les ordres de grandeur pour nous sortir de la mouise les rendent insuffisante.

1) Si on veut remplacer les centrales à charbon, il faudrait tellement de solaire et d’éolien que c’est impossible en un laps de temps court (même 30 ans), et ce seulement en volume de panneaux ou d’éoliennes.

2) Si on regarde se qu’il faudrait en “matière” pour les produire pas certain que les mines en ont assez… le cuivre par ex.

Pour l’hydrogène, le facteur énergétique est bas. Lorsqu’on fabrique de l’hydrogène, on perd 30% dans la chaleur générée. Au final, votre m3 d’hydrogène ne rendra que 70% d’équivalent à ce que vous avez consommé pour le produire et ce dans un moteur parfait, sauf que lui aussi chauffe.

Ensuite la quantité d’hydrogène nécessaire seulement pour remplacer le kérosène aviation est déjà faramineuse que je crois que vous devez maintenant apprécier au maximum vos voyages en avion, parce que le billet bon marché va disparaître bientôt.

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 1 mois

63513dbcd061de18a0c886e3.jpeg

Caplan
Caplan
il y a 1 mois

Jancovici: “On est au bord du gouffre! Faisons un grand pas en avant!”

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

En ce qui me concerne, les voyages en avion, c’est fini depuis 4 ans, je n’en ferai plus à moins d’un problème grave qui m’appellerait auprès d’un proche dans une urgence absolue.

Pour le reste, je sais que tu préconises le nucléaire, qui va mettre pas mal de temps à être prêt également, donc je ne vois pas l’avantage.

On commence par recouvrir nos toits de panneaux solaires, ça peut se faire très vite, et on rediscute.

J’ai vu le tour de France, j’ai vu les toits de ce pays depuis les caméras aériennes (j’espère qu’ils ont aussi des drones, pas que des hélicoptères): c’est édifiant, presque rien n’est utilisé.

C’est normal, on a biberonné les Français avec “le nucléaire, c’est la solution, c’est aussi la Grandeur de la France”, comment voulez-vous faire autrement.

Cela dit, je viens de lire un article qui montre que le canton de Vaud n’est pas bon du tout en matière d’énergie renouvelable.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Investir dans cette technologie au détriment des autres n’a pas de sens, en effet.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Bon… des camions à hydrogène, mais je suis tout à fait d’accord que, du moins pour l’instant, l’hydrogène ne tient pas la route.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Merci de la proposition!

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

J’ai regardé l’entier de l’émission.

C’est intéressant.

Gilles Babinet le dit à plusieurs reprises à un moment de l’émission: il est pro-nucléaire et par conséquent anti-ENR!

C’est comme Jancovici: à fond dans cette technologie, et rien d’autre!

Et comme il le dit rapidement entre deux phrases de son excellent contradicteur lui montrant un des dangers du nucléai4re: vivre, c’est prendre le risque de mourir.

Eh bien voilà!

Burt BEN
Burt BEN
il y a 1 mois

Je suis terriblement d’accord avec vos propos !

Surement de la même famille que le célèbre professeur qui nous avait annoncé à la télé que le nuage de Tchernobyl s’était arr?té miraculeusement à la frontière.
Pareils mensonges et mauvaises foi sous couvert de diplôme et de notoriété est consternant.
Puant personnage qui veut placer ce pauvre hexagone au rang de puissance mondiale du nucléaire.
Mais heureusement Macron se lance dans la fabrication d’EPR en 15 ans pour répondre à la crise actuelle.
Impressionnant de débilité !
La Suisse est vraiment un chouette pays, mais c’est quand même bien dommage d’habiter juste à côté de voisins aussi cons !
Et c’est un français qui le dit.
Sincèrement désolé !

Burt BEN
Burt BEN
il y a 1 mois

Bonsoir,
Concernant les solutions alternatives pérennes et durables, l’association Negawatt et l’ADEME, pas trop des rigolos bobos quand même, se sont penchés sur le sujet il y a déjà quelques années.
Le 100% renouvelable, dénucléarisé est un scénario crédible.
https://transitions2050.ademe.fr

Pourquoi ne pas le suivre plutôt que de s’entêter dans des choix stupides et dangereux.

Concernant JCJ, il avait fait sensation en démontrant que les éoliennes étaient plus toxiques que le nucléaire.
Ces soit-disants calculs ont été largement démontés.

Burt BEN
Burt BEN
il y a 1 mois

De mémoire, en Islande, l’hydrogène alimente même les bateaux. Alors certes ils ont de la géothermie et donc des facteurs de conversion de l’énergie importants. Mais pourquoi ne pas utiliser l’hydrogène comme énergie de stockage, en relais des énergies renouvelables. Le rendement moindre (à confirmer) n’est pas gênant, car mieux cette conversion que de stocker dans du lithium.Et pour ce qui est des rendements des moteurs thermiqueshttps://www.ifpenergiesnouvelles.fr/enjeux-et-prospective/decryptages/transports/les-vehicules-essence-et-diesel ces faibles performances n’ont pas empêcher de développer la flotte que l’on connaît. Et pour l’hydrogène, à la différence de l’essence, il pourrait être produit localement, donc pas de transport par gros camions et super tanker.Le recours à l’hydrogène fait parti des 4 scénarios de l’ADEME pour 2050. Je pense que cette énergie mériterait d’être analysée plus avant. Bref, Bonne soirée. Denis

Parcs
Parcs
il y a 1 mois

L’émission a pour mérite d’opposer 2 contradicteurs (pro et anti), dans un cadre assez serein, qui peuvent exposer leur point de vue sans se faire couper en permanence. C’est déjà ça !

Après avoir été antinucléaire, j’ai de plus en plus de mal, à comprendre comment se passer des énergies fossiles, sans une période de transition nucléaire.

Surtout quand je vois la nonchalance politique et le jemenfoutisme ambiant.

Pour le Shift Project, Thinkerview (décidément) propose une émission avec Janvovici et Laurent Morel (https://m.youtube.com/watch?v=dmBRwFVQk_M) qui exposent leur démarche qui s’appuie sur des réflexions collectives et non individuelles. Ultra intéressant !

jibu
jibu
il y a 1 mois

Bonjour, JMJ défend le nucléaire face aux autres sources d’énergie car il sais qu’on ne baisserez pas notre consommation de manière volontaire. Le pétrole ne sera pas remplacé par le vent et le solaire si on veut de l’énergie tout le temps, sans vent, sans soleil, on s’arrête et on attend. Les pays qui l’ont tenté (Espagne) on construit la même capacité de production en centrale à gaz; ça coute très cher de tout doubler et le coup carbone est très élevée, sans oublié que les hydrocarbures reste dans le game… JMJ dit que l’hydraulique n’est pas une solution car cette énergie n’a pas de capacité d’augmentation en Europe, on ne peut plus construire de grand barrage, on a en gros tout fait ce qui était possible sans devoir vider une vallée de montagne pour en installer de nouveaux. JMJ dit qu’il faut conserver la capacité nucléaire actuel, il ne promeut pas de nouvelle centrale. L’Allemagne à stoppée des centrales nucléaires et relancée des usines à charbon, c’est une catastrophe d’aller dans ce sens. La suisse à acheté 8 centrale à gaz et est en train de négocier des accords avec les possesseurs de groupes électrogène diesel des datacenter afin d’assurer la production électrique du pays. Comme il le dit, on est totalement shooté aux hydrocarbure et il y a très peu de signes qui montre une guérison durable.La BD est pro nucléaire. Trop je trouve également. Pourquoi? Je pense que son but est de conserver le parc de nucléaire français car il n’y a pas d’autres solution actuellement. Elles permettent de gagner du temps, elle sont là et en activités ou éteinte, le danger est assez similaire, il ne fallait pas les fabriquer maintenant il faut assumer et profiter de ce qu’elles apportent en restant objectif sur l’ensemble du problème sans céder au populisme et aux fake news.Dans les statistiques jusqu’à quelques années, je n’ai pas vu de version depuis en gros 2015, toutes l’énergie renouvelable produite s’est ajouté au mix nécessaire, ça n’a pas pris la palace du charbon ou de l’hydrocarbure. Je pense que le scandale est de faire croire que passer au renouvelable est possible en gardant les consommations actuelles, on ne pourra pas c’est certain. On ne pourra pas garder notre PIB en le verdissant, c’est du marketing de le faire croire.Les états doivent légiférer pour imposer des limites. Plafonner le poids des voitures, limiter les vitesses de celle-ci, plafonner également la consommation d’un computer; ces 3 exemples peuvent être appliquer rapidement, il existe des alternatives, on ne limite que très peu notre confort mais même pour des choses si facile à appliquer, on est très loin de commencer à y réfléchir.Se battre contre le nucléaire est du gaspillage d’énergie humaine. Ne vaut-il pas mieux se focaliser sur le problème qui mène à la destruction de notre espace de vie et du futur de nos enfants?Une dernière chose, n’oubliez pas le couvercle sur votre casserole en chauffant de l’eau, ça s’est hyper important, merci pour votre effort …

Luc Tourn
Luc Tourn
il y a 1 mois

“Mais pourquoi ne pas utiliser l’hydrogène comme énergie de stockage”. Tout simplement parce que le rendement de cette solution est largement plus faible que le stockage dans des barrages (pompage-turbinage). De manière générale, il faut quitter l’ère de gaspillage dans laquelle nous vivons, pour entrer dans une ère d’économie. Dans ce but, il est logique de favoriser les solutions qui offrent le meilleur rendement.En outre, actuellement, 95% de l’hydrogène est créé à partir d’énergie fossile. Cela montre bien que même si l’Islande utilise son électricité décarbonée pour en produire, on est très loin de couvrir les besoins actuels. https://en.wikipedia.org/wiki/Hydrogen_productionLe jour où la production propre fonctionnera à une échelle industrielle (algues, bactéries, etc), la question ne se posera plus en effet. Cette production remplacera progressivement les méthodes actuelles de production pour couvrir la consommation actuelle. Commençons donc par ce remplacement, avant d’inventer des nouveaux usages à cette ressource très rare.Il reste parfaitement correct que ce produit est utile pour certains usages, notamment la propulsion de véhicules spéciaux dont les bateaux, et à ce titre, il trouve tout son sens, pour autant bien entendu qu’il n’ai été ni produit ni comprimé avec des énergies fossiles.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

“Se battre contre le nucléaire est du gaspillage d’énergie humaine. Ne vaut-il pas mieux se focaliser sur le problème qui mène à la destruction de notre espace de vie et du futur de nos enfants?”

C’est aussi pour cela que le nucléaire me pose des problèmes, c’est surtout pour cela.

Pour le reste, les politiciens qui prônent les énergies renouvelables se battent comme des fous pour faire passer des lois et des règlements “antigaspillage”.

Chez nous, c’est l’UDC (encore elle, décidément…) et le PLR qui se battent contre, pour la première, à chaque fois pour la seconde, la plupart du temps.

Le renouvelable ne passera pas sans économies drastiques et sans aides des gouvernements pour isoler les bâtiments par exemple.

Mais tout cela est en route, malgré l’extrême droite et la droite dure, les choses évoluent dans le bon sens.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Il ne faut pas vous autoflageller!

Il y a tout un mouvement français qui, malgré ce que j’ai appelé dans un autre commentaire le “biberonage pronucléaire” à nul autre pareil de votre pays (et je pèse mes mots, à part le Japon il fut un temps, personne n’est aussi à fond dans cette technologie), il y a tout un mouvement français donc qui n’est pas d’accord et qui s’oppose à cette fuite en avant.

Mais il y a du travail, tant que vous verrez Jancovici comme un gourou.

Et chez nous, comme je l’ai dit ailleurs, il y a cette UDC qui représente 25% de la population qui est à mort pour le nucléaire.

Donc, vous voyez…

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

C’est exactement ça au niveau du nucléaire.

Par contre, sur d’autres éléments, il voit juste, comme beaucoup.

Jean Pierre2
Jean Pierre2
il y a 1 mois

Une guerre de religion. Le nucléaire est une source de débats infinis qui me semblent assez stériles, car cela n’apporte que des déclarations de foi. Comme l’a démontré le sociologue Gérald Bronner, les positions sont de plus en plus verrouillées au cours du temps, il n’y a plus de place pour l’avis de l’autre, l’opposant n’est pas entendu, les arguments scientifiques démontrés ne sont plus que des opinions parmi d’autres. Trump sera réélu dans 2 ans dans cette mouvance.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Il faut dire que les vendeurs de nucléaire dans les années 80 étaient arrogants et ne pensaient qu’au fric.

Même Gilles Babinet dans cet excellent débat proposé en commentaire par Parcs (merci à lui, c’est 2h30 passionnantes), Gilles Babinet qui se dit ouvertement pro-nucléaire et anti-énergies renovelables (comme Jancovici dans la BD) le dit: il y a 40 ans, on a fait n’importe quoi, et ce n’est plus pareil maintenant.

Ben voyons!

Comment leur faire confiance.

Cela étant, je vous recommande cette émission.

Gilles Babinet est beau parleur, sûr de lui, assez charmeur, en face, nous avons un docteur en physique nucléaire tout jeune, Nicolas Nace, qui réfléchit à chaque fois qu’il exprime une phrase et qui, l’air de rien, est tout à fait convaincant.

Les deux débattent dans le calme, c’est vraiment intéressant, je le répète.

Burt BEN
Burt BEN
il y a 1 mois

Oui, c’est vrai, j’avais vu votre article qui parlait de l’UDC notamment si je ne me trompe pas.
Je rectifie donc ” La Suisse est un chouette pays, sauf la partie UDC manifestement ??”
Pour ce qui est du lobbying français, et le contre lobbying pour peu qu’il existe à minima, je n’ai vu personne sortir dans la rue pour dénoncer ce scandale sanitaire, j’hésite à qualifier ça de crime, (je ne devrais pas hésiter) que ce déploiement du nucléaire en faisant fi des conséquences.

C’est impressionnant, plus le scandale est gros, et plus il passe crème semblerait il.

Depuis la guerre en Ukraine, et l’indexation du prix de l’électricité qui flambe uniquement par spéculation, plus personne ne parle d’éolien, de solaire.
Tout est focus sur le nucléaire vieillissant et délirant.
Si ce n’est pas être complétement c…
Je crains de ne pas m’autoflageller, mais juste dépeindre la réalité et je m’inquiète de la question de mes enfants.
“Euh, Papa, je n’ai pas compris, pourquoi c’est tout pourri maintenant, on savait pourtant …”

Bref, je pense de plus en plus que l’homme ne descend pas du singe, mais de l’autruche.
Et il n’y a plus assez de sable autour de nous, pourtant on se voile toujours la face.

Merci encore pour vos articles éclectiques !
Denis

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Je préconise le nucléaire parce qu’à court moyen terme c’est la seule énergie assez concentrée pour remplacer les 2200 GWH de charbon sur cette planète.

On doit remplacer tout le charbon en moins de 10 à 20 ans, si tu trouves un autre moyen, tu es le roi de la planète. Fais les calculs toi-même, je les ai fait et avec le renouvelable *actuel* c’est impossible.

D’ailleurs, les chinois avaient dit qu’ils remplaceraient leur charbon pour moitié par des ENRs et l’autre moitié par du nucléaire ont revu leur copie et maintenant ce sera tout nucléaire.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Le but n’est pas de remplacer les 2200 gwh dont tu parles.

Une grande partie peut être supprimée par des économies, des isolations, de l’efficience.

Et une remise en question de nos modes de vie.

Je n’ai pas lu ce que tu prétends sur les Chinois.

Bref, ce que tu préconises, c’est simplement une fuite en avant, et ce n’est pas admissible.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Si, si, le but est de remplacer puisque le charbon est l’électricité primaire des pays qui s’en servent en majorité (contrairement aux pays qui s’en servent en appoint).

Même si on ne devait remplacer que la moitié, c’est trop volumineux pour les ENRs *actuelles*.

PS: je veux bien qu’on réduise la voilure, mais ce n’est pas du tout ce qu’il se passe mondialement… au Québec, croissance de 3,75% en 2022 … et avec la récession qui se pointe, + de 1% prévue en 2023.

Nous avons le chômage le plus bas au Canada à 4.5% et je vois partout où je passe des panneaux “Nous embauchons”, c’est hallucinant.

Albert-R
Albert-R
il y a 1 mois

Le nucléaire, je suis pour, par contre que chacun garde les déchets du nucléaire, et aide à trouver la solution pour leur élimination. L’hydrogène peut être fabriqué localement, cela évite les transports lourds, quand à sa valeur réelle durant toute la chaîne je laisse cela volontiers aux spécialistes.Les panneaux solaires oui, surtout les tuiles solaires, on peut les poser partout, pourquoi toutes ces tracasseries administratives … du genre conservation du paysage, les éoliennes ne gâchent pas plus le paysage que toutes ces cheminées qui crachent encore des particules, il faut regarder à quel rythme les façades deviennent ternes, grises, etc. …Il y a du boulot si on veut aller de l’avant. Et cette guerre qui fait rage, la pollution engendrée à cause d’elle, personne n’en parle, ni des effets sur le climat.Les vieilles bagnoles que les pays sous-des développés accueillent, font qu’on déplace le problème, et leur parade est simple, à nous de polluer maintenant, en Tunisie par exemple, les Mercedes de plus de 20 ans continuent de rouler, diesel en tête pour les taxis.

Bob Boger
Bob Boger
il y a 1 mois

Devant l’emballement climatique, la question centrale est le rapport entre la production d’électricité et la production de CO2, c’est-à-dire : combien de gramme CO2 produit pour 1 kWh produit. Un article du journal “Le Monde” aborde précisément cette question :

Nucléaire : 4 g de CO2 par kWh

On peut le résumer de la façon suivante. Pour 1 kWh produit, il est produit en CO2 :
4 grammes pour la filière nucléaire
6 g pour l’hydraulique

14 g pour l’éolien terrestre

15 g pour l’éolien en mer

25 g pour les panneaux photovoltaïques produits en France (grace à l’électricité de la filière nucléaire)

43 g pour les panneaux photovoltaïques produits en Chine

45 g pour la géothermie

418 grammes pour le gaz

730 g pour le fioul

1060 g pour le charbon

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Sans compter qu’il faut ajouter le CO2 émis par les systèmes de stockage s’il y en a d’installer avec les ENRs.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

À regarder !

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Donc, j’en déduis de vos deux informations, à fond dans le nucléaire les gars!

Chouette, génial!

J’écoutais Gilles Bobinet dans l’interview que deux d’entre nous ont relayé sur ce site.

Gilles Bobinet est à mort pro-nucléaire, et visiblement tout autant à mort anti ENR (il le dit lui-même à deux reprises): son rêve, usiner des réacteurs nucléaires un peu moins puissants pour qu’on puisse en construire vite, pas cher, et les placer un peu partout.

Bravo les gars, c’est ce qu’on appelle une vraie fuite en avant et après moi le déluge.

Ah oui, pour vous, Fukushima, c’est terminé n’est-ce pas? Comme pour Jancovici?

Eh bien non! Il faut aller sur place, des journalistes l’ont fait, ont interrogé les mères courage de là-bas (on les appelle les mères becq, pour mères “becquerels”. Les écoles ont des hot spot avec des valeurs mille fois plus importantes que ce que les règles imposent de ne pas dépasser.

Les forêts aux alentours immédiats ont des taux catastrophiques.

J’ai écouté une émission de France Inter l’autre jour, sur ces femmes qui dénoncent les suites de cette catastrophe.

Le gouvernement japonais n’a pas été meilleur que le gouvernement russe lors de Tcherbonbyl: il fallait les JO, donc le problème Fukushima est réglé.

Ben voyons.

Il ne l’est pas, et de loin.

Albert-R
Albert-R
il y a 1 mois

Faut revenir à la surconsommation électrique …J’ai des arrières petits enfants, y vont à l’école dans le Canton de Neuchâtel, durant la période pure et dure du Covid, on leur a imposé d’être en mesure de suivre l’école depuis le domicile. Donc le patriarche à donné l’Acer portable de feu Madame, et le tour est joué, ben non!S’y ajoute les iPhones portables qu’on avait dans les tiroirs, tout ça ça consomme, mine de rien, pour des gamins de moins 12 ans ça fait quand même aller dans le sens contraire que celui prôné de la baisse de consommation. Mais quel exemple on leur donne à ces futures générations ?Alors Fukushima et Tchernobyl, Fessenheim (ils l’ont fermé avant qu’il ne leur pète dans la gue…. et tant d’autres. La seule chose, c’est qu’on a l’impression qu’il cherchent à enterrer les déchets, mais pas à les neutraliser. D’autres solutions existent, j’en ai parlé, les parades contre sont plus fortes que leurs mises en application, l’arsenal juridique pour aller contre est conséquent.

Jefrart
Jefrart
il y a 1 mois

Et pour comprendre pourquoi JMJ décrédibilise les ENR, on peut aussi écouter Aurore Stephant et Philippe Bihouix (toujours sur Thinkerview, mais ailleurs aussi) qui expliquent très bien les limites des ressources auxquelles elles sont et seront confronter. Cela justifie en partie la position pronucléaire de JMJ, qui me parait un peu caricatural tel qu’elle semble sortir de la BD. D’ailleurs des interviews et des conférences de JMJ il y en a des dizaines et des dizaines, et pour bien saisir son raisonnement et ses positions, il faut en écouter un certain nombre. Pour moi, ses analyses sont d’une pertinence sans failles.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Et celle du 13 octobre 2022 à Lille est très bienm bcp de questions entre autre sur l’hydrogène.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Rappelle-moi ces solutions que tu préconisais s’il te plaît, honnêtement, je ne me souviens plus.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

En gros, c’est un peu Dieu pour vous, ce Monsieur n’est-ce pas?

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Ce n’est pas Dieu, c’est le premier qui dit les vraies choses et qui les expliquent correctement sans parti pris. Et quand il prend parti (comme le nucléaire qui t’inquiète tellement), il explique aussi pourquoi.

À 2h de la conf. du 13/10, il répond à LA question du nucléaire en long en large et en travers en comparant les avantages et inconvénients de toutes les énergies. Ensuite, à la fin de la question il prend parti pour, mais c’est complètement logique.

Mon soucis perso., c’est de repousser la 3ème guerre mondiale, qui je crois arrivera de toute façon, le plus tard possible et si possible après mon décès.

Je comprends que tu ne veuilles pas de nucléaire par peur. Ici, au Québec, une loi a été votée en 2012 (ou 2002, si mon souvenir est bon) comme quoi on ne fera jamais de nucléaire. On a encore des cours où on peut mettre des barrages, certains veulent mettre des éoliennes. Mais chaque solution a ses avantages et inconvénients. Les barrages inondent des régions, les palles d’éoliennes ne sont pas recyclables et tuent des oiseaux etc etc.

Toute la période de questions de cette conf. est très intéressante.

Albert-R
Albert-R
il y a 1 mois

Les voilà :- les tuiles solaires, elle ne gâchent pas la vue- les panneaux solaires, j’en vois plein dans le Sealand, l’Oberland bernois, chez nous il semble qu’on fait tout pour les éviter, procédures trop longues.- les éoliennes, tiens j’y pense, pourquoi tout faire pour empêcher leur déploiement- la fabrication de l’hydrogène dans les environs pour éviter le transport sur de longues distances, les centrales nucléaires vu leur répartition seraient toutes désignées pour produire ce carburant dans les environs immédiats.Après il y a (là j’ajoute) les économies que chacun peut réaliser :- baisser le chauffage- covoiturage, voiture unique si possible … électrique pour des courtes distances- éteindre tous les appareils non utilisés- isoler son logement, les aides ne sont pas forcément les mêmes selon les pays. L’acquéreur de ma maison en Alsace, l’a rénovée, et surtout avec les aides possibles fait l’isolation. En son temps un hélico avait fait un passage et dressé un état des lieux de l’ensemble du village.J’arrête, j’évite de parler des villes, villages illuminés comme des sapins de Noël, et autres rues lugubres sans lumière la nuit. De leur parc de véhicules plus rétro que …, de l’armée qui n’est pas non plus à la page … ben voilàNous, tous les pays alpins devraient rehausser les barrages, histoire d’avoir plus d’eau en réserve à turbiner. Là aussi on fait tout pour éviter les petites centrales à fleur d’eau, en arguant qu’elles ne sont pas rentables, et que les saumons ne peuvent pas remonter les cours d’eau.Peut-être que le crayon papier serait un must pour les jeunes générations. Surtout les écoliers des premiers cycles.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Je suis désolé, mais sa manière d’évacuer les problèmes du nucléaire et celle de dégommer les ENR font que, pour moi, et sur ce point particulier, il n’est pas crédible.

Je viens de lire un article sur Copenhague qui tire la moitié de son énergie avec l’éolien, ils sont pratiquement autonomes dans cette ville avec les ENR.

Alors, vous pouvez les dégommer tant que vous voulez, c’est l’avenir, c’est tout, le nucléaire, c’est le passé, à moins que l’on trouve le moyen de ne plus le rendre dangereux pour des centaines d’années.

Je ne demande pas d’arrêter le nucléaire qui existe et qui est encore en bon état tout de suite, j’admets qu’il faut faire cette transition en douceur, mais l’idée de repartir à fond avec lui me rend malade.

Et je suis bien d’accord qu’il y a aussi des inconvénients dans les ENR, mais ils n’ont rien à voir avec ceux du nucléaire, qui, même sans accident, vont poser un problème pour les générations futures.

Fuite en avant, je vous dis, le nucléaire.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Le Danemark, tu n’as vu que la pointe de l’iceberg.

2 soucis avec l’exemple du Danemarc :

1) que font-ils avec l’énergie éolienne en trop quand il vente trop ?

2) comment font-ils quand ils ne vente pas assez ? Où prennent-ils leur électricité?

1) il la donne (le tarif est tellement bas que c’est presque cela) à la Norvège.

2) ils achètent de l’électricité faite avec du gaz à la Norvège au prix fort du gaz.

Exemple du même type, en Espagne, quand ils installent une ferme de panneaux solaires, ils contruisent une centrale à gaz à côté. Les compagnies de gaz militent pour plus de panneaux solaires… je vois pas pourquoi ?

Conclusion, l’électricité parfaite n’existe pas. Et on ne peut pas vivre (en Europe) en tout cas que d’ENR, parce qu’il ne vente pas assez et ne fait pas assez soleil. En tout cas, pas avec les technos actuelles ET on a pas assez de temps devant nous pour attendre les technos futures.

Tout cela, en supposant qu’on ne veuille pas une récession trop forte, faut le temps de changer la société, et là les gouv. ne vont pas dans la bonne direction avec leur focus sur la croissance.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Donc, les danois ont investi dans un appareil de génération d’électricité plus puissant que leur besoin, donne l’excédant et doivent acheter au prix fort ce qui leur manque quand dame nature ne coopère pas. Ça fait cher l’électricité.

De plus, la majorité des éoliennes est installé en mer pour augmenter leur efficacité, mais ça augmente aussi les coûts de maintenance !

Et ça pour seulement 30 ans, ensuite faut remplacer.

Sans compter que le pic gaz de la mer du nord est passé autour de 2006, et que le pic gaz mondial est prévu pour autour de 2030.

Albert-R
Albert-R
il y a 1 mois

Quand tous ces pics seront passés. …J’espère que la population mondiale aura diminué à tel point que les besoins en énergie suivront la courbe. Peut-être qu’ensuite, ou pendant cette diminution la technologie aura évolué dans le bon sens.A commencer par la maitrise des déchets atomiques, sans que cela ne soit un fardeau pour les générations à venir. Une meilleure maîtrise du solaire, avec la conservation des excédents produits.Et cerise sur le gâteau, que les humains soient enfin capables de résoudre les problèmes sans se faire la guerre.

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

Avant même que ces pics passent!

Réduction de la pop. Mondiale :

1) plus la température monte, certaines zones deviennent dangereuses. On ne peut sortir dehors sans risquer de mourir d’hyperthermie plusieurs jours par an, ceci implique que bientôt ces gens vont migrer, et ça engendrera des conflits, d’où morts.

2) plus la température monte, plus certains microbes non-existents dans nos contrés vont apparaître, cela engendra maladies et morts…

3) le manque de pétrole et d’énergie en général pour nourrir certains endroits vont engendrer des révolutions, donc des morts.

Je crois qu’avec le réchauffement de la planète, on va réduire la pop., mais est-ce que ça suffira ? L’Histoire le dira.

La maîtrise des ENRs avec du stockage, regarde les vidéos de la chaîne Undecided sur youtube. Il y a pas mal de solutions de stockage qui y sont passées au crible, très intéressant.

À ta dernière phrase, je n’y crois pas une seconde.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Tu vois, ce que tu racontes, c’est sans savoir.

Tu parles d’éoliennes, mais ce que fait Copenhague va bien plus loin que ça, c’est juste une vision générale, avec gestion des déchets qui servent à chauffer la ville, avec bientôt zéro émissions de carbone.

Ces gens réfléchissent, il faut lire l’article.

Et ce sont des gens qui n’ont pas cherché la facilité qu’est le nucléaire, c’est un tout.

Mais pour ça, il faut réfléchir autrement, ne pas être borné.

Tu n’as pas le droit de résumer l’expérience de Copenhague, sans savoir, en disant des choses inexactes pour aller dans ton sens.

Ce que tu fais là, c’est de la désinformation, tu ne vois que ton nucléaire de beau, comme Jancovici et les autres que tu cites.

Mais qu’est-ce qui vous anime, bon Dieu, j’aimerais comprendre?

Qu’est-ce qui fait que vous dénigrez les efforts de ceux qui veulent faire autrement?

Je ne comprends pas.

Franchement, ça me met en colère.

6356c139916a570920b658cf.png

6356c14cbd8df74a358aa46b.png

Ritchie
Ritchie
il y a 1 mois

L’article dit bien, qu’à cause de la capture de CO2 ils doivent payer plus cher leur énergie. C’est possible dans un pays riche, mais essaie d’exporter cela en Inde ou en Chine.

Mais cela s’applique qu’à Copenhague, pas au Danemark tout entier.

Au final, le problème est toujours le même, remplacer le charbon, même en décroissance, que l’on en remplace 50% ou 100%, c’est totalement impossible en 30 ans (qui est déjà trop lent) avec n’importe quel mix excluant le nucléaire et à peine réalisable avec du nucléaire.

Vous (pas juste toi François) oubliez toujours la big picture = les volumes considérables par rapport au temps que nous avons réellement. Si on avait plus de 100 ans, peut-être, mais on a moins de 30 ans, et certains disent à peine 10. Moi ce qui me sidère c’est que les gens sont incapables de calculer les volumes et croient tous que les progrès technos vont nous sauver. Il est largement trop tard pour espérer que les progrès technos réussissent même à adoucir la chûte

Les iniatives comme Copenhague sont sympa, mais pas “scalable” et rendent l’énergie trop chère pour des villes comme Mumbaï ou Beijing, déjà surpolluées par les émissions liées au charbon – bon c’est pas les déchets qui manquent c’est sûr.

On verra bien ce que l’avenir nous réserve, mais j’ai plus peur de la 3ème guerre mondiale que d’un incident nucléaire ou même d’un pile de déchets nucléaire à 500m sous ma maison.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

Bon…

C’est tout de même marrant que lorsqu’on voit une expérience qui marche à l’échelle d’une grande ville, tu viens nous dire que ce n’est pas possible à un niveau plus grand.

Quant au temps qui manque, c’est en grande partie de la faute des nucléaires et des fervents disciples de l’économie avant tout qu’on est en retard.

Les écologistes (tu sais, ceux qu’il faut pendre pendant qu’il reste un arbre comme disaient ceux qui s’en foutaient en rigolant grassement) crient au secours, hurlaient même depuis 40 ans, mais on ne les écoutait pas.

Tu as beau jeu de venir maintenant me dire qu’on n’a pas le temps…

Bref, on va arrêter là, je suis las, et on n’avancera pas, nous ne sommes pas d’accord, voilà.

Noisequik
Noisequik
il y a 1 mois

J’arrive un peu tard (je découvre seulement maintenant cet article) mais je suis triste que les éoliennes ne soient pas davantage construites en Suisse. Il faut absolument que nous réussissions à être indépendants y compris en hiver, ce qui doit être possible.

Ensuite, il faudra sortir du marché libéralisé de l’électricité qui engendre des hausses de tarifs sans rapport avec la réalité.

MixUnix
MixUnix
il y a 1 mois

L’humanité, si rien de fâcheux n’arrive, et c’est souhaitable, atteindra 10 milliards d’humains dans moins de 50 ans. La terre a une valeur connue, déjà dépassée, beaucoup, très.. ! Les pays en développement représentent 80% de l’existant. Le monde des pouvoirs de ces pays, tiraillés entre systèmes religieux ou politiques autoritaires, de culture souvent en affrontements, n’acceptera jamais de retourner au sous-développement pour faire plaisir aux penseurs des “pays riches”. C’est un rêve des élites de ces pays. De plus la démographie des anciens pays industrialisés.est en chute libre. Ils n’auront bientôt plus les moyens d’imposer leurs diktats. La course à l’énergie a commencé, tous les moyens sont bons, on ferme des centrales nucléaires pour se donner bonne conscience, je ne cite personne, mais on brule du gaz, du charbon et même de la lignite et de la tourbe. Bravo les mecs, hypocrites ! D’autres plantent de éoliennes de rendement inutilisable, mais financés gracieusement par le quidam, si au moins on s’en servait pour produire de l’hydrogène, qui lui, est stockable. Trop bêtes ces gus qui pensent, soit-disant !!!, Alors, on fait le point: Il y a le soleil, là, il va falloir investir, et la fusion nucléaire, là il va falloir des cerveaux, et là, il y a des manques, surtout dans le domaine politique.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 mois

L’hydrogène n’est pas une source rentable pour l’instant, elle est énergivore et a peu de rendement.

Hydrogène bleue, hydrogène verte, pour l’instant, trop de CO2 pour la fabriquer.

La fusion nucléaire, pourquoi pas, à voir, mais c’est pour dans très longtemps.

MixUnix
MixUnix
il y a 1 mois

L’électrolyse de l’eau par du courant électrique (inutilisé par les éoliennes)

donnerait :

2H2O(l)?O2(g)+2H2(g)
Il n’y a pas de dégagement de CO2

On stocke le H avec des compresseurs alimentés par les autres éoliennes, ou autre énergie disponible a l’instant T

Le but du stockage étant de servir en cas de pointe de consommation, au moment où on en a besoin, et pas la nuit quand les éoliennes ne servent à rien par période de vent.

Le coût RÉEL des éoliennes sur leur période d’utilisation jusqu’à leur démontage et recyclage(?) est exorbitant, sans parler des nuisances.
Je connais.

La solution intermédiaire des 30 ans, pour les européens, c’est le solaire, limité, et l’EPR, puis la fission nucléaire.
Rappelez vous que nous n’avons AUCUNE énergie à part, le gaz norvégien et britannique,au prix…fluctuant… et l’hydroélectrique, saturé et soumis depuis peu aux conditions climatiques

Ce n’est que mes 2 cents !

Pierre Fetet
il y a 11 jours

Entièrement d’accord avec vous, ce type est un lobbyiste pronucléaire. Mais il ne le dira jamais. En revanche, il lâche des petites phrases qui font mal de temps en temps, histoire de berner les gens pas très au courant des vrais dangers du nucléaire. Fabrice Nicolino l’avait déjà démasqué il y a 10 ans, il n’a pas changé d’un pouce : http://www.fukushima-blog.com/article-selon-jean-marc-jancovici-un-accident-de-centrale-est-une-excellente-nouvelle-99922884.html

Jacques Victor Pitteloud
Jacques Victor Pitteloud
il y a 8 jours

Jvpitt – 20/11/2022
Comme le disait Talleyrand, « quand il est urgent, c’est déjà trop tard ». Il y a 50 ans, le Club de Rome publiait « Halte à la croissance », nous alertant sur les risques d’épuisement des ressources naturelles et sur les rejets nocifs que leur exploitation génère.
Il y a 30 ans, soit en 1992, se déroula le Sommet de la Terre à Rio décrétant un « développement durable », avec deux préoccupations majeures : réduire les inégalités entre pays riches et pays pauvres, réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous sommes précisément aujourd’hui à la conclusion de la COP 27, avec une déclaration finale, fruit de nombreux compromis, qui appelle à une réduction « rapide » des émissions de CO2, en réaffirmant son ambition de de contenir le réchauffement à 1,5 degré Celsius par rapport à l’ère pré-industrielle.Or, selon le dernier rapport du Giec, les engagements actuels des pays signataires de l’accord ne permettent pas de tenir cet objectif, ni même celui de contenir l’élévation de la température à +2 degrés. Ces engagements, en admettant qu’ils soient intégralement tenus, mettraient au mieux le monde sur la trajectoire de +2,4 degrés à la fin du siècle et, au rythme actuel des émissions, sur celle d’un catastrophique +2,8 degrés. Nous sommes actuellement à près de 1,2 degré de réchauffement et les impacts négatifs de cette
élévation de la température se font de plus en plus ressentir : sécheresses, incendies géantes, inondations, ouragans, migrations du sud vers le nord, etc.
Dans ce « climat » dramatique, la querelle entre les pro et les anti-nucléaire arrive comme « la grêle après les vendanges ». Nous sommes face à un dilemme : soit nous poursuivons notre course de plus en plus folle sur la route de la modernité, soit nous empruntons la sortie de secours permettant au véhicule Terre de s’ensabler en limitant les dégâts, avant de repartir sur une une autre route certes moins rapide, moins exaltante, mais on est sûr au moins que « chaque pas en rend possibles d’autres ».

Il ne s’agit plus, aujourd’hui, de trouver des compromis, mais d’obtenir un consensus planétaire afin de limiter drastiquement la hausse continue des émissions de gaz à effet de serre. Au vu de la situation géopolitique qui ne cesse de se détériorer depuis le début du XXIe siècle, un minimum de lucidité me fait conclure que « ce n’est pas demain la veille ». Comment, dans cet antagonisme planétaire récurrent entre différentes conceptions du Bien – que le « Choc des civilisations » de Samuel Huntington décrivait en 1996 – construire dans l’urgence une norme universelle qui soit autre chose que le droit du plus fort, le droit du vainqueur, le droit du plus riche ?
A moins de s’obstiner à croire à la fuite en avant vers l’ avenir radieux que nous promet la mondialisation néolibérale, depuis la « fin l’histoire » imprudemment prononcée en 1989 par un certain Francis Fukuyama.
De même, il faut cesser de croire au « bon vieux temps ». Le retour global en arrière nous est interdit, en même temps que la fuite en avant nous paraît suicidaire. 
Les tendances actuelles ne sont pas une fatalité. Si nous voulons les inverser, il faut commencer par porter un nouveau regard sur le monde : « un autre monde est possible; c’est un monde pensé différemment »(Philippe Jacottet). La jeunesse actuelle réussira-t-elle cette gageure ?

Daniel Pesch
Daniel Pesch
Active Member
En réponse à  Jacques Victor Pitteloud
il y a 8 jours

Libération, ce jour :

2022-11-21_12-56-40.jpg
Jacques Victor Pitteloud
Jacques Victor Pitteloud
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 8 jours

Merci pour les comparaisons affichées par le tableau de Libération :

  1. Les différences d’empreinte écologique par pays signifient que plus les pays sont riches, plus ils consomment ! Pour que la Terre puisse continuer à nourrir nos enfants, nos petits-enfants…, les pays riches se doivent à la fois de réduire drastiquement leur consommation de ressources naturelles et d’accomplir la transition énergétique vers un mix-nucléaire/renouvelable, tandis que les pays pauvres, notamment les pays africains et l’Inde, doivent pouvoir se développer en utilisant au maximum les énergies renouvelables, en priorité le solaire.
  2. Le émissions de CO2 cumulées correspondent plus ou moins à l’empreinte écologique, avec une « prime d’ancienneté » à l’Europe dont l’industrialisation massive démarre en 1776 avec la mise en service des deux premières machines à vapeur conçues par James Watt.
  3. Les émissions annuelles de CO » mettent en évidence l’importance de la Chine depuis le dernier quart du XXe siècle, ainsi que le potentiel de croissance de CO2 émis par l’Inde, dans le cas où ce pays continuerait à se développer en consommant massivement des énergies fossiles.

En bref, ce tableau montre l’importance des gros pays émetteurs de CO2 que sont la Chine, les Etat-Unis et bientôt l’Inde. Or ces trois pays, qui vont représentés très prochainement au moins la moitié des émissions planétaires de gaz à effet de serre, sont parmi les plus réticents à s’engager dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Ces constatations confirment mon pessimisme quant à parvenir rapidement à un consensus permettant de limiterait drastiquement les émissions de CO2.

Considérant l’inefficacité récurrente des grandes messes COP réunissant les 193 membres de l’ONU, il incombe à ces trois pays, auxquels devrait s’ajouter l’Europe – ce qui porte à 72% le total de leurs émissions -, de se mettre d’accord pour limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C et d’imposer à l’ensemble des pays de la planète toute mesure nécessaire pour y parvenir.
A défaut, dirait Jacques Chirac, “les emmerdes, ça vole(ra) toujours en escadrille » !

85
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x