Phèdre! Giselle… Carmen. Où la ponctuation fait différence

Week-end émotionnellement chargé de notre côté, puisque c’était la fête de mon départ à la retraite, avec 110 personnes présentes vendredi soir sur les hauts de St-Prex.

L’angoisse de l’organisation avant, bien aidé par des amis et des amies, merci à ielles, le “plaisir” du rangement, d’abord de la salle, puis de la maison, un peu comme quand on rentre de vacances.

Et puis, dimanche, départ pour Giselle…, au théâtre de Vidy à Lausanne, où se jouait la trilogie de François Gremaud, à savoir Phèdre!, dont je vous ai parlé ici, Giselle… (donc), puis Carmen.. (non non, les deux points de suite ne sont pas une erreur).

Nous n’avions pris que des billets pour Giselle…, imaginant que nous serions bien fatigués après la petite fête dont je vous ai parlé en introduction, mais, une fois sur place, nous avons également pris des billets (il restait quelques petites places au dernier rang, mais peu importe, on voit bien de partout à Vidy) pour Carmen..

De nombreux spectateurs avaient pris des billets pour les trois spectacles à la suite, nous, deux seulement, mais bon, nous avions déjà vu le premier, nous avons donc signé les yeux fermés pour les deux suivants, quand il s’agit de François Gremaud et de la 2b company, on ne se pose pas de question, tant on sait qu’on va prendre une baffe et son pied de concert.

Ça n’a pas raté.

Bon, en trois mots et quelques…

Nous avons trois pièces contemporaines, à savoir Phèdre!, Giselle…, et Carmen., les trois avec leur signe de ponctuation distinctif, qui sont écrites par François Gremaud, et qui racontent pour la première Phèdre, une tragédie, Giselle, un ballet romantique et Carmen, l’opéra bien connu de Bizet, les trois sans signe de ponctuation.

Le génie de François Gremaud est de nous faire passer d’une pièce à l’autre (celle avec et celle sans ponctuation) avec une finesse, un humour et une intelligence qui nous fait comprendre la deuxième (l’originale, suivez un peu, je vous prie) même en imaginant que vous ne l’ayez pas vue.

C’était mon cas en ce qui concerne Giselle, je n’ai jamais vu ce ballet, et cela ne m’a jamais dérangé en regardant Giselle…. (normal n’est-ce pas, les 4 points de suite, ce sont les 3 points de suspension suivis d’un point).

Vous comprenez jusque-là?

Sinon, relisez, je crois que mon explication tient la route.

Mais revenons-en aux 4 pièces en 2 que nous avons vues dimanche après-midi.

Giselle…

Laissons la 2b company nous expliquer le synopsis de la pièce, inutile de réinventer la roue, elle le fait bien mieux que moi.

Une oratrice, interprétée par la danseuse Samantha van Wissen, prétextant parler de la pièce dont vous lisez actuellement le synopsis, finit par raconter et interpréter le ballet Giselle, d’après le livret de Théophile Gautier, la musique de Adolphe Adam et la chorégraphie originale de Jean Coralli et Jules Perrot.

De la même façon que dans Phèdre ! Romain Daroles raconte, seul en scène, la célèbre pièce de Racine, dans Giselle… Samantha van Wissen raconte le ballet éponyme, considéré comme le chef-d’œuvre du ballet romantique.

Il s’agit du deuxième volet de la trilogie que François Gremaud entend consacrer à trois grandes figures féminines tragiques des arts vivants classiques : Phèdre (théâtre), Giselle (ballet) et Carmen (opéra).

2b company

Samantha van Wissen raconte donc Giselle… certes, mais est aussi toutes les danseuses en même temps, c’est assez magistral.

J’y reviens tout à l’heure, parce que ce que j’ai à dire à propos de Samantha comédienne-danseuse peut l’être aussi pour la comédienne-chanteuse de Carmen.. (Non non, ce n’est toujours pas une erreur, ces deux points qui se suivent).

Carmen.

Une nouvelle fois, donnons la parole à 2b company pour décrire le synopsis de Carmen.. (Heu… non, je n’ai rien dit).

Une oratrice prétextant parler de la pièce dont vous lisez actuellement le synopsis, finit par raconter et interpréter l’opéra Carmen de Georges Bizet, d’après le livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy.

De la même façon que dans Phèdre ! Romain Daroles raconte, seul en scène, la célèbre pièce de Racine et que dans Giselle… Samantha Van Wissen raconte le ballet éponyme, Rosemary Standley – accompagnée sur scène par 5 musiciennes – prend seule en charge l’évocation de cette pièce qui a en commun avec les deux autres, outre de porter un prénom féminin et de voir son héroïne mourir sur scène, d’être considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de son genre.

Il s’agit du troisième volet de la trilogie que François Gremaud entend consacrer à trois grandes figures féminines tragiques des arts vivants classiques : Phèdre (théâtre), Giselle (ballet) et Carmen (opéra).

2b company

Cette fois, c’est Rosemary Standley, donc, vous l’avez compris, qui reprend le rôle de narrateur et de chanteurs et chanteuses de cet opéra à succès.

Photos: ©Dorothée Thébert Filliger

Et c’est absolument jouissif.

Ce que Phèdre!, Carmen. et Giselle… ont en commun

Vous l’avez compris, cette trilogie est basée sur scénographie qui a quelques points communs.

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est que Phèdre!, Giselle… et Carmen. sont tout simplement une véritable performance humaine.

L’acteur et les actrices sont incroyables de précision, passant d’un personnage à l’autre d’un simple signe de la main notamment.

Mais quel texte à mémoriser (bon, c’est un métier hein)! Ceci associé à une performance physique, que ce soit la danse ou le chant pour les deux dernières pièces, c’est époustouflant.

Ces comédiennes sont tout simplement superbes chacune dans leurs arts, c’est magnifique.

Autre point commun des trois pièces: la précision de la description des scènes des œuvres originales, mais toujours avec un humour propre à la compagnie.

On sort de ces spectacles heureux, c’est aussi simple que ça.

Et puis, en ce qui concerne Giselle… et Carmen. il y a la musique.

4 musiciennes pour le premier spectacle, 5 pour le second, avec des arrangements dingues signés Luca Antignani, c’est vraiment du très haut niveau.

Je mets la distribution des musiciennes ici, elles jouent en alternance, mais j’imagine que celles que je n’ai pas vues sont aussi douées et subtiles que celles que nous avons eu le plaisir d’écouter et de voir, dimanche (elles sont en gras dans les deux listes ci-dessous).

Pour Giselle…

  • Musicien·ne·s  interprètes (en alternance)
  • Violon : Léa Al-Saghir, Anastasiia Lindeberg
  • Harpe : Tjasha Gafner, Valerio Lisci, Antonella De Franco, Letitzia Lazzerini
  • Flûte : Héléna Macherel, Sara Antikainen, Irene Poma
  • Saxophone : Sara Zazo Romero, Bera Romairone

Pour Carmen.

  • Musicien·ne·s  interprètes (en alternance)
  • Accordéon: Laurène Dif, Christel Sautaux
  • Harpe: Tjasha Gafner, Célia Perrard
  • Flûte: Héléna Macherel, Irene Poma
  • Violon: Sandra Borges Ariosa, Anastasiia Lindeberg
  • Saxophone: Bera Romairone, Sara Zazo Romero

La trilogie en une seule journée

Ce dimanche, comme je l’ai expliqué, nous n’avons vu que deux spectacles.

C’est d’ailleurs assez génial d’en voir plusieurs le même jour, parce que l’un fait des clins d’œil à l’autre, au point que j’ai regretté de ne pas revoir Phèdre! un peu plus tôt.

Vraiment, voir la trilogie complète en une journée a un sens, ça en vaut la peine.

Un conseil, évidemment, rendez-vous-le dimanche 3 septembre au Théâtre du Jorat, dans un cadre magnifique, pour voir au moins l’une de ces trois pièces:

  • Phèdre à 11 heures
  • Giselle… à 14 heures 30
  • Carmen. à 17 heures 30

Mais un conseil, allez voir les trois ce même jour, vous en profiterez d’autant plus!

Merci à la compagnie pour ces moments inoubliables.

Juste pour dire, nous avons vu Phèdre! avant la pandémie, nous en parlons encore très souvent entre amis.

Bon… ce coup-ci, il ne faut pas trop que je demande à Antidote de vérifier la ponctuation et les majuscules…

Photos de couverture et dans le corps du texte: ©Dorothée Thébert Filliger

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

18 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

mirou
Trusted Member
il y a 1 année

Merci !!!! ça fait très plaisir !
Et je profite de ce poste pour remercier toustes les cukistes que nous avons aperçu·e·s mais pas eu le temps de saluer proprement. Le week-end – ou même, le dernier mois ! – a été d’une intensité folle et joyeuse mais n’a pas laissé beaucoup de temps pour rencontrer les spectateurices entre les spectacles.

Et de remercier toute les équipes, de la 2b et de Vidy qui ont oeuvré à rendre ces présentations possibles. Je sais que certain·e·s nous lisent ici, sans commenter.
Que de belles gens, au talents incroyables, à la générosité folle, à la joie inhérente. Une bien belle équipe, avec qui nous partons cette fin de semaine d’ailleurs aussi au Printemps des comédiens de Montpellier.

(PS: le ballet Giselle s’écrit avec deux « l » et un « e » et pas avec « e grave » et « le », donc nous on écrit aussi avec les deux « l », et on rajoute seulement les trois petits points : « Giselle… » 😀 )

mirou
Trusted Member
En réponse à  François Cuneo
il y a 1 année

Je ne peux absolument pas jeter la première pierre. Je suis un piètre relecteur, et pire encore quand il s’agit de mes propres textes.

Coacoa
Coacoa
il y a 1 année

Mille mercis François !!!
François.

(On dirait une de mes pièces)

Caplan
Trusted Member
il y a 1 année

Inconditionnels de la 2b Company, nous avons vu les trois volets, chacun à sa sortie et nous sommes allés de ravissement en admiration, en passant par la sidération!
François Gremaud nous démontre une bonne fois pour toutes que l’art, c’est de la joie et qu’il n’est pas nécessaire d’être coincé du cul pour être un grand artiste.
Merci pour ces extraordinaires moments et, comme à chaque fois, je fais monter la pression en disant que l’attente est grande pour la prochaine surprise!😉

Ysengrain
Ysengrain
il y a 1 année

Y a t il une tournée prévue… par exemple en France, par exemple du côté de la Touraine ?

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  Ysengrain
il y a 1 année

Au Printemps des Comédiens, à Montpellier. Mais fais vite !!!

mirou
Trusted Member
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 1 année

Bonjour Daniel!
tu fais partie de ces gens que je n’ai pas vu après le spectacle… je suis désolé. Partie remise…?

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  mirou
il y a 1 année

Partie remise si tu seras présent jeudi soir à l’Auditorium du Domaine d’O où nous assisterons à “Aller sans savoir où”. Si tu y es, ça me ferait très plaisir de vous rencontrer Coacoa et toi…
Pour avoir été régisseur général pendant des années, je comprends parfaitement qu’on ne puisse pas rencontrer tout le monde après un spectacle. D’autant qu’il y avait beaucoup de monde au “Never Sleep” samedi dernier !

J’avais vu “Phèdre!” à Mèze (que j’avais déjà vu en streaming, mais rien ne vaut le spectacle vivant en direct), près de chez moi. Je suis venu à Lausanne voir “Carmen.” et “Giselle…” et j’ai passé deux très belles soirées au Théâtre de Vidy. J’adore ce lieu où je suis venu 2 fois en tournée il y a plus de 20 ans, c’était encore la direction de René Gonzalez… Nostalgie ! (tient, 3 points de suspension et un point d’exclamation ; j’en fait un assez grand usage.

La 2b Company créée de très beaux spectacles en toute simplicité, pas intellectuelle et cependant d’une grande intelligence. Un grand bravo à François Grémaud et à ses brillant(e)s interprètes : Samantha van Wissen, Rosemary Standley, Romain Daroles. Sans oublier les musiciennes.

À bientôt, peut-être.

IMG_0747.jpeg
mirou
Trusted Member
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 1 année

Oh mais Daniel! François m’a dit qu’il t’avais vu (ou aperçu?) et je le croyais pas! Merci d’avoir été là la! Tu habites dans le coin?

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  mirou
il y a 1 année

Oui, j’étais au deuxième rang de l’amphi du Domaine d’O où j’ai effectivement rapidement serré la main de François juste avant la représentation. On s’est dit à ce moment qu’on se verrait peut-être après le spectacle, mais le personnel “d’accueil” du lieu nous carrément jetés dehors de l’amphi… Après, pour se retrouver dans le domaine, ça peut être compliqué et nous n’avions que peu de temps devant nous. Il me semble t’avoir aperçu descendre de la régie vers la scène après le spectacle, mais je n’étais pas certain…
Merveilleux spectacle que ce “Aller sans savoir où” qui nous montre le processus de création de son auteur, acteur et metteur en scène dont l’iPad qui compte lignes et caractères devient personnage de la pièce.
Notre rencontre est donc une nouvelles fois remise à une prochaine fois, dans un avenir pas trop lointain, j’espère.
J’habite à Sète et ma compagne travaille au Théâtre Molière qui est la Scène Nationale que vous devez bien connaître. Vous reviendrai peut-être dans le coin avec de nouveaux projets.
Amitiés et félicitations à Coacoa. Et à sa moitié.
🙏

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 1 année

En français on écrit “vous reviendrez”, je le sais mais trop feignant pour bien me relire ! Que le français veuille bien m’excuser…

mirou
Trusted Member
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 1 année

Je ne sais pas si le Français t’excusera mais le Suisse te salut et se réjouit de te revoir! Peut être à Sète! Nous échangeons régulièrement avec Sandrine, mais pour le moment les agendas ne nous ont pas encore permis de jouer dans cette ville dont on dit tant de bien!

mirou
Trusted Member
En réponse à  Ysengrain
il y a 1 année

Nous allons publier l’agenda d’ici fin juin. Je ne crois pas que la Touraine fasse partie de la liste, mais je suis pomme en géographie…

Didier
Member
il y a 1 année

Giselle….. (normal n’est-ce pas, les 4 points

Alors, les trois premiers ok, un de plus pour terminer la phrase, normal dans ce cas, mais encore un de plus, là c’est trop.
😂

Désolé François, chui pas vraiment dans le sujet, pas le temps de tout lire là, mais c’était trop tentant…😉

18
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x