ON1 Photo Raw 2024 et le catalogage: il y a encore du chemin à faire

ON1 2024 est, à mon avis, la seule alternative complète à Lightroom.

Mais… en ce qui concerne son catalogage, il y a bien des choses à améliorer, c’est ce que je veux montrer dans cet article.

Que ce soit bien clair, je me suis mis vraiment à ON1 il y a quelques semaines, lors de la sortie de cette nouvelle version 2024 dont je vous ai déjà parlé ici.

Je suis ce logiciel depuis des années, mais ce n’est que depuis la sortie de la nouvelle version que je me dis que ce logiciel pourrait être mon logiciel d’édition principal, je l’ausculte sous tous ses aspects.

Vous imaginez bien que si je dis “alternative à Lightroom”, ce n’est pas en un article que je vais en faire le tour.

Avec ON1, vous pouvez éditer vos images avec tous les outils imaginables, les recadrer, les améliorer, mais vous pouvez aussi cataloguer vos photos avec des mots-clés (qui peuvent être affublés automatiquement), des notes, les gérer sur une carte, bref, vous pouvez un peu tout faire avec ce très beau logiciel.

Cela étant, travailler longuement avec ce programme m’a montré ses qualités, mais aussi ses faiblesses.

Il m’a fait comprendre aussi qu’il reste, sur de nombreux points, du chemin pour que ON1 soit aussi fluide que Lightroom.

Dans cet article, je vais me concentrer sur la navigation dans le catalogue.

Il faut que vous sachiez quelques petites choses importantes à propos de ce logiciel, pour ne pas être déçus au cas où vous l’essayeriez.

Mais avant cela, je voudrais préciser une chose: ON1 est traduit en français, certes, mais franchement, on en est resté au stade de la grosse rigolade, dont j’avais déjà parlé ici il y a quelques années.

Je ne sais pas comment l’éditeur a pu laisser passer cela: tous les réglages (notamment, Brillance AI) peuvent être ON ou OFF en anglais, mais en français, cela devient Sur et De.

image 10
Comment des trucs pareils sont-ils encore possibles, puisque ce programme est traduit en français depuis des années!

Vous voyez le genre?

J’ai donc choisi l’anglais comme langue pour l’interface, ce qui implique que les mots-clés générés automatiquement par le logiciel sont également gérés dans cette langue, ce qui est ennuyeux pour moi.

Donc, quand je passe en mode analyse des mots-clés par l’IA, eh bien je repasse en français (voir plus bas).

2023 12 05 16 36 08

Vous passez du module Navigation au module Édition tout à gauche de l’écran (1)

Remarquez que vous avez la possibilité également d’appeler des modules depuis ce même endroit en cliquant sur “More”.

2023 12 05 16 43 10

Catalogue ou simple navigation? Vous avez le choix.

Le mode Navigation lui-même se divise en ce qui est le catalogue proprement dit, et la navigation dans des dossiers sans entrer les photos véritablement dans le catalogue (2).

Avantage de cataloguer les images?

Vous pouvez voir l’entier de celles-ci en mode grille dans un catalogue, en mode navigation, vous ne verrez que celles du dossier ouvert, le reste, ce sont des dossiers.

image 14
Nous ne voyons en mode “Feuilleter” (hi hi!, navigation dans les dossiers, si vous préférez), le contenu des dossiers imbriqués.

Mais tempérons un peu.

Lorsque vous êtes en mode “Catalogue”, vous pouvez demander de voir les dossiers imbriqués ou pas.

2023 12 05 16 46 06

Faites-le sur des dossiers qui contiennent des sous-dossiers éventuels, mais ne comportant pas trop d’images.

Moi, j’ai activé cette visualisation globale des images pour mes 60’000 photos, et là, c’est juste impossible de travailler convenablement.

En effet, il suffit que je clique sur un dossier dans le catalogue pour réduire mon affichage, et que reclique ensuite sur l’entier des photos, et là, j’en ai pour minimum un quart d’heure, voire beaucoup plus, de recalcul des vignettes qui prend toutes les ressources du processeur.

Incroyable, ce truc-là, sachant que j’ai réglé mon cache au maximum de ses possibilités.

J’ai donc désactivé cette fonction d’affichage général sur toutes mes images.

Donc, au final, il n’y a pas d’avantage à cataloguer les images sur ce coup-là.

Autre apport du catalogue par rapport à la simple navigation avancé par ON1: le fait que les images devraient, selon l’éditeur, s’afficher beaucoup plus vite avec leurs corrections qu’en mode navigation où ON1 doit à chaque fois tout recharger.

Cela étant, même en mode catalogue, alors qu’ON1 annonce de magnifiques progrès au niveau des performances d’affichage, ouvrir une image prend presque toujours trois ou quatre secondes, voir plus si elle n’est plus dans le cache.

Il faut le dire, ON1 2024 n’est pas le logiciel le plus rapide que je connaisse, de loin pas, il est plus lent notamment que Lightroom.

Et pourtant, je travaille sur un MacBook Pro 16 pouces M1, certes, mais Max et avec 64 Gb de RAM, ça devrait aller, normalement, non?

Pire: ce n’est pas toujours le bon aperçu qui apparaît, que l’on soit dans l’un ou l’autre des deux modes, celui qu’il nous présente est souvent dénué des corrections amenées, alors que je sais bien que, contrairement à DxO par exemple, ON1 est tout à fait capable d’afficher un aperçu avec les corrections.

Bon…

Vous avouerez que, pour l’instant, cet article ne commence pas de manière folichonne pour décrire un logiciel.

Mais pour la partie Navigation, c’est à peu près tout ce que j’ai à dire de négatif (je sais, ça fait beaucoup), le reste est plutôt de bonne facture.

L’interface du module de catalogage ou de navigation

Je reviens donc à ma première capture, je vous la rappelle ici afin de vous éviter de trop scroller.

2023 12 05 16 36 08

Toujours tout à gauche, en 4, vous voyez les images qui ont été synchronisées avec le cloud d’ON1, pour ceux qui ont un abonnement Premium.

Attention: de l’avis de la hot-line, l’idée n’est pas de synchroniser des dizaines de milliers de photos, la chose serait beaucoup trop longue selon eux, mais de synchroniser des dossiers particuliers sur vos iPhone et iPad, ou autres appareils Windows ou Android, puisque les applications existent pour ces plateformes.

Dans le panneau de gauche, mais un peu plus à droite, nous trouvons l’arborescence de votre disque ou de votre catalogue, selon ce que vous avez sélectionné (2).

Ou alors, des préréglages que vous pouvez apporter à l’image sélectionnée sans passer par le module d’édition.

image 1

C’est dans le même panneau, en dessous de l’arborescence, que vous trouverez vos albums, notamment les albums intelligents.

Vous voyez ici l’arborescence par dates, automatisée par ON1.

image 2

En 5, vous voyez tout en bas les modes de visualisation.

image 4

Tout à gauche, l’affichage ou le masquage du panneau latéral, puis la vue grille, suivi de la vue par photos uniques avec plusieurs options (juste au-dessus).

Juste à côté, le taux d’agrandissement de l’image (un clic sur Fit affichera l’entier de l’image dans la fenêtre ouverte, bien sûr).

Enfin, et c’est nouveau, vous avez l’endroit du fichier dans le Finder avec son chemin dans lequel vous pouvez naviguer.

En 6, donc à droite de la photo ou des vignettes, vous voyez les informations sur la photo sélectionnée.

image 6

Comme vous pouvez le constater, vous n’avez pas que des informations dans ce panneau, en mode navigation, vous avez aussi la possibilité d’ajouter tout ce que peut apporter Brillance AI, cette nouvelle fonction pilotée par l’intelligence artificielle, notamment.

Les trois onglets qui surplombent cette zone permettent d’afficher différentes données en plus de la vignette de la photo elle-même.

image 7
image 8

Plus bas, vous trouvez les mots-clés: il est possible de demander une analyse de la photo à l’AI, et cette dernière vous en fournit un certain nombre.

image 9

Vous pouvez choisir quelques mots-clés proposés et les rendre définitifs en les passant dans la case au-dessus dans laquelle vous voyez que mon image a déjà des mots-clés entrés.

Ce sont ceux de Lightroom, trouvés par Excire.

Notez que pour profiter des mots-clés en français, vous devez avoir l’interface dans cette langue.

Si vous changez ensuite, les mots ne seront pas traduits.

La recherche

La recherche dans un catalogage d’ON1 2024 fonctionne bien.

Elle se trouve en mode navigation, en haut de l’écran, au centre.

image 11
Ici, on cible la recherche.
image 12

On peut ajouter autant de critères de recherche que l’on veut, ça marche vraiment plutôt bien.

Cela dit, même sur ce point, Lightroom me semble supérieur, listant par exemple les appareils utilisés dans le catalogue, alors qu’il faut l’entrer dans ON1 à la main.

Regardez Lightroom:

image 13

Si je cherche des photos pour me souvenir du rendu d’un appareil Olympus, comment vais-je me rappeler que le modèle était un C200Z? Lightroom vous le propose, ON1 ne le fait pas, et c’est bien dommage.

En conclusion sur le catalogage d’ON1

Disons-le tout net: ON1 2024 est un bon catalogueur, avec plein de défauts qui font qu’il se trouve être encore loin de Lightroom.

Non pas parce qu’il lui manque plein de choses, non non, mais parce que ce qu’il propose manque de finition, et très souvent de fluidité.

Ah mon Dieu qu’il est embêtant d’attendre si longtemps d’afficher une image, alors qu’elle a pourtant été calculée auparavant.

Ce n’est donc pas pour son catalogage que je continue à utiliser ON1, ce qui n’est d’ailleurs pas trop grave puisque j’utilise Peakto.

C’est plutôt pour ses capacités à éditer les images, notamment celles qui sont difficiles, que je persiste à trouver meilleures que celles de Lightroom.

Cela dit, une chose est sûre, je ne jette pas ce dernier pour le moment!

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Daniel Pesch
Noble Member
il y a 2 mois

Résumé : pas rapide, pas en français, moins bien que Lightroom… Sans moi.

ysengrain
ysengrain
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 2 mois

Je dirais même plus: sans moi, car lent, pas en français et loin de Lightroom

Gilles
Gilles
il y a 2 mois

Je ne sais pas comment l’éditeur a pu laisser passer cela: tous les réglages (notamment, Brillance AI) peuvent être ON ou OFF en anglais, mais en français, cela devient Sur et De.”

L’interface est traduite par une machine et n’est visiblement ni relue, ni corrigée.
Chez Adobe et DxO, les traductions d’interface sont faites par des humains, et sont vérifiées, relues et corrigées…

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  Gilles
il y a 2 mois

C’est la moindre des choses, non ? L I.H. (l’Intelligence Humaine) a encore quelques beaux jours devant elle. Quoique le beau métier de correcteur (presse et autres) a quasiment disparu et (mal)heureusement ça se remarque tous les jours, y compris dans les journaux de “référence”.

Gilles
Gilles
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 2 mois

Le travail de traduction et de rédaction repose aujourd’hui essentiellement sur l’AI, mais les intervenants humains ont encore le dernier mot. Mais chez On1, visiblement, ces intervenants n’existent pas… et tout le monde a oublié que, pendant des années, l’éditeur a superbement ignoré la « localisation de ses logiciels », à commencer par le français. Je m’étais même porté candidat, et ça ne les a jamais intéressés…

ZITOO
ZITOO
En réponse à  Gilles
il y a 2 mois

C’est pour cela que ça ne décolle pas vraiment !

Les valeurs sûres (selon moi) sont:

  • Catalogage avec LR
  • Dématriçage et correction des aberrations avec DXO
  • Traitement sous DXO, ou retour LR pour traitement (exemple des panoramas/DHR)
  • PS le cas échéant, puis impression

Toutes les autres tentatives pour moi avec Luminar, On1,etc. sont des solutions inabouties et des pertes de temps, C1 mis à part.

Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  ZITOO
il y a 2 mois

Je ne pourrais pas le dire mieux, je partage tout de cette manière de voir. Photoshop fait de plus en plus de belles choses, ou du moins qui me plaisent.

Gilles
Gilles
En réponse à  ZITOO
il y a 2 mois

ça ne peut pas décoller en France de toute façon.
personne ne fera de bouquin sur On1, personne ne fera de formation vidéo complète et payante, car les éditeurs et les prestataires concernés n’investiront pas un kopeck là dedans, d’autant que vendre du contenu sur le sujet Adobe est déjà difficile.

ZITOO
ZITOO
il y a 2 mois

Et oui, l’herbe est toujours plus verte dans le pré du voisin !

Caplan
il y a 2 mois

😉

IMG_7137
Patrik
Patrik
il y a 2 mois

Bonjour à vous tous. En ce qui me concerne, je suis en possession d’une collection de quelque 170 000 photographies, que je gère avec élégance et fluidité grâce à l’application Apple PHOTOS. Mon choix se porte sur un MacBook Air M1 équipé de 8 Go de RAM, offrant une fluidité impeccable et une performance sans faille (SSD externe Samsung 2TB, backup sur ICloud). La recherche aisée de mes photos, facilitée par les mots-clés et les catalogues intelligents, rend cette expérience des plus agréables. En matière de retouche, Pixelmator Pro est mon outil de prédilection, contribuant grandement à ma productivité. Mes salutations chaleureuses à l’ensemble et longue vie à ce blog magnifique.

Dernière modification le il y a 2 mois par Patrik
Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  François Cuneo
il y a 2 mois

Salut François,

Pour rappel, cliquer sur limages pour les agrandir.

On peut modifier des images dans DxO depuis Photos.app : Image/modifier avec… et choisir l’app avec laquelle on veut modifier. Concernant DxO PhotoLab il faut d’abord se rendre dans ses réglages, onglet “avancées” et coché la case “afficher le contenu des paquets” à la rubrique “Explorateur de sources”. On peut ensuite, après corrections, demander l’exportation vers Photos.app. Deux images cohabiteront alors dans Photos, l’orignale et la corrigée via DxO. (cf image 1)

On s’aperçoit à ce moment-là, dans l’onglet “Photothèque” de DxO Photo Lab, que le logiciel va chercher l’image dans la librairie de Photos, à l’endroit où elles sont si bien cachées… (et si mal nommées !) – (cf image 2)

Cela dit, comme déjà dit ici, faire confiance à Photos et à Apple pour gérer nos images est, à mon sens, assez risqué et plutôt courageux ! On ne compte plus les lâches abandons de logiciels dont Apple s’est rendue coupable par le passé. Le plus spectaculaire fût l’abandon d’Aperture que nous avons tant regretté.

2023-12-09_12-14-06
2023-12-09_12-53-58
Dernière modification le il y a 2 mois par Daniel Pesch
Daniel Pesch
Noble Member
En réponse à  Daniel Pesch
il y a 2 mois

J’ajoute cette remarque que fait DxO sur son site :

“Veuillez noter que la structure interne de ce package n’est pas tout à fait “conviviale” et qu’elle peut changer à tout moment en fonction des mises à jour d’Apple. Selon votre intention, il peut être préférable d’exporter les fichiers originaux depuis Apple Photos afin de les ouvrir dans DxO PhotoLab.”

Michel G.
Michel G.
il y a 2 mois

Pour ceux qui, comme moi, utilisent LR/PS depuis des années, il n’y a donc vraiment aucune raison de changer, ce serait une perte de temps (apprentissage nouveau logiciel + pester sur ces “lenteurs” et anomalies récurrentes) et d’argent: la version complète en solde (“black Friday”) coûte plus de 17€ par mois, alors que le tandem LR/PS est à un bon 12€ par mois, sans compter certaines offres promotionnelles.

Mais d’où vient ce “besoin” de changer, est-ce que certains ont une allergie à Adobe à ce point?…

Dernière modification le il y a 2 mois par Michel G.
19
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x