Antidote et MerciApp passent à la reformulation via l’IA

Cela fait quelques semaines que l’excellent MerciApp, que j’ai testé complètement ici et que j’utilise au quotidien depuis cet article, nous propose une assistance à base d’intelligence artificielle.

MerciApp propose, entre autres choses, une reformulation de ce que vous écrivez à la volée, et ceci de manière de belle manière à ce que j’ai pu voir.

Regardez plutôt.

On sélectionne le paragraphe:

2023 12 13 22 04 38

MerciApp vous propose d’expliquer comment vous voulez que votre texte soit reformulé.

2023 12 13 22 04 59

Le programme vous propose une reformulation selon vos choix:

2023 12 13 22 05 27

Il suffit ensuite, soit de cliquer sur “Remplacer dans le texte” ou de cliquer sur “Afficher d’autres propositions”.

2023 12 13 22 05 53

Cette option de reformulation fait passer l’abonnement de 8 à 12 € par mois, avec tout plein d’options en plus.

2023 12 14 13 42 27

Notez que 8 € vous permettent 3 reformulations par jour, cela pourrait vous suffire.

Depuis mercredi, Antidote propose lui aussi une reformulation de vos écrits, en version bêta pour l’instant, et seulement si vous choisissez de travailler avec Antidote Web, dont vous disposez automatiquement si vous êtes abonné à Antidote+.

image 17

Chez Antidote, cela se passe ainsi:

  • On appelle le correcteur normalement et on arrive sur la page Web de correction.
2023 12 13 22 24 52
  • On sélectionne le texte (1)
  • On clique sur Reformulation (2)

La zone de reformulation apparaît à droite.

2023 12 13 22 25 43

Ici aussi, vous pouvez demander d’autres reformulations:

2023 12 13 22 28 25

On referme ensuite la fenêtre, les corrections et les éventuelles reformulations sont reportées dans votre document de départ (un article WordPress en ce qui me concerne).

Pour l’instant, cette nouvelle intelligence artificielle est gratuite, dans le cadre du bêta test.

À noter qu’Antidote utilise un GML (grand modèle de langage) qui n’est pas ChatGPT, qui est Open Source et qui semble personnalisé et retravaillé pour le correcteur.

Il faut savoir aussi que vos écrits même s’ils sont totalement anonymisés, passent chez Druide qui lui-même n’envoie aucune donnée à quiconque (comme le font d’autres qui passent par ChatGPT, notamment).

Pour en savoir plus sur la protection des données, lisez l’excellente interview qui a paru mercredi sur MacGeneration.

Quelques petites remarques, en passant

La différence principale entre MerciApp et Antidote, lorsqu’on écrit un texte sur le Web, c’est que le premier corrige le texte au fil de votre écriture, et le second le fait après coup, à moins que vous ne lanciez la correction pendant votre rédaction.

J’utilise toujours les deux, je travaille avec MerciApp et corrige mon texte pendant que je rédige, et une fois ce dernier terminé, je le passe par Antidote.

Les deux sont parfaitement complémentaires et excellents dans leur correction.

Les deux semblent très bons dans la reformulation d’après les quelques tests que j’ai faits pour voir.

Cela étant, je trouve qu’il est plus pratique d’utiliser la reformulation pendant la rédaction.

Imaginons que je bute sur un paragraphe, je pourrais demander justement une reformulation à la volée.

Je précise que je ne l’ai jamais fait à ce jour, même avec Elephas que j’ai testé ici et qui est plus généraliste, puisque cet utilitaire dédié à l’IA fait le travail partout, dans toutes les applications.

En effet, si cette reformulation m’intéresse, bien évidemment, je n’ose pas l’utiliser, puisque quand je le fais pour essayer, je n’ai plus l’impression que c’est moi qui ai écrit mon texte.

Cela ne me correspond pas vraiment, quel que soit le modèle de langage utilisé, que l’on soit chez Antidote, MerciApp ou Elephas.

Si j’utilisais ces assistants, j’aurais un peu l’impression de faire une escroquerie avec mes lecteurs, et ceci même si la reformulation ne part pas de zéro, non, bien au contraire: elle part de votre écrit qu’elle tente d’améliorer au niveau du style, aucunement du contenu.

En d’autres termes, vous restez maître de votre contenu, rien ne devrait être ajouté à ce que vous avez écrit, mais tout de même, tout ça me met un peul (beaucoup) mal à l’aise.

Allez savoir, ça passera peut-être.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

37 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Laplume
Laplume
il y a 6 mois

Bonjour,
Je me demande si la deuxième phrase a été écrite par l’IA.
Merci qui? MerciApp?

Laplume
Laplume
En réponse à  François Cuneo
il y a 6 mois

Je cite: et ceci de manière de belle manière.
Manière au carré?
Un détail, bien entendu.

Caplan
il y a 6 mois

A propos d’IA, je viens d’entendre cette info: 😬

IMG_7203
marquis de siorrac
marquis de siorrac
En réponse à  Caplan
il y a 6 mois

L’ia ne vas pas faire ton travail à ta place, mais elle décuple tes capacité, ainsi, je l’ai utilisé pour résoudre des hiéroglyphe très compliqué en quelque seconde elle ma donné le résultat, ces calcul m’aurait prie un siècle si ces moi qui les avait fait
que la lumière guide ton chemin

Zallag
Zallag
il y a 6 mois

Je me demande s’il ne manque pas un détail orthographique dans les environs

Dernière modification le il y a 6 mois par Zallag
Zallag
Zallag
En réponse à  François Cuneo
il y a 6 mois

Oui, c’est à ça que je pensais.
François, merci d’avoir deviné ce que je voulais mentionner dans mon commentaire. Entre-temps j’ai compris, je crois, le système d’insertion d’image, mais je n’avais pas repéré la toute petite imagette qui se crée à ce moment-là juste sous le commentaire. Je pense qu’elle s’intègre à sa place quand on envoie le message.

Ange
Active Member
il y a 6 mois

J’avoue que ces IA d’aide à l’écriture m’inquiètent. Déjà dans le sens que tu dis “plus l’impression que c’est moi qui ai écrit mon texte”, mais aussi peur d’une certaine homogénéisation de l’écriture (à l’instar des deezer, spotify, netflix,… qui te proposent des morceaux qui ressemblent à tes préférences, en te faisant rater toutes autres choses), surtout, en exagérant, si elles proposent ces mêmes phrases, tournures à tous les écrivains…

Mais je trouve que cela peut être utile en traduction, où personnellement et professionnellement j’écris quotidiennement en allemand et en anglais et je m’appuie parfois (messages importants) sur les traducteurs/correcteurs (type DeepL) pour écrire plus correctement.
D’ailleurs, il y a plusieurs années, j’avais fait un ticket chez DeepL (jamais traité) leur demandant de traduire, par exemple, de l’allemand vers… l’allemand afin de “traduire” (corriger) mon texte écrit directement en allemand… Mais on va peut-être y arriver, car DeepL propose aussi en beta (sur compte pro) la reformulation ! (au départ qu’en anglais et allemand, et je viens de voir à l’instant aussi en français)

mirou
Trusted Member
En réponse à  Ange
il y a 6 mois

Deepl est vraiment impressionnant.
D’ailleurs il me provoque parfois des problèmes. Quand mes interlocuteurices m’appellent, iels sont persuadés que je parle leur langue parfaitement et me parlent à toute berzingue jusqu’à ce que je leur explique que non, je ne parle pas si bien allemand que ça…

Joakim
Member
En réponse à  mirou
il y a 6 mois

Pour pallier ce problème, j’ai un ami qui laisse toujours le «traduit avec DeepL» dans ses e-mails ainsi traduits.

ysengrain
ysengrain
En réponse à  Ange
il y a 6 mois

DeepL n’a jamais répondu à aucune de mes questions.
En particulier, quant à la “valse traductrice” incohérente des acronymes sans qu’aucune règle – au moins pour moi – ne puisse être comprise, inférée ou déduite

Ysengrain
Ysengrain
En réponse à  François Cuneo
il y a 6 mois

J’ai un compte pro, Mossieu !!
et je ne vois pas de
différence avec l’antériorité

marquis de siorrac
marquis de siorrac
En réponse à  François Cuneo
il y a 6 mois

dans l’expression service après vente tu as le mot service
sa veut dire qu’il sont la pour te supporter, pas pour résoudre ton problème
il en a toujours était ainsi^^
que la lumière guide ton chemin

Hugues
Hugues
il y a 6 mois

Une petite coquille subsiste « J’utilise toujours les deux, je travaille favec MerciApp »
merci pour l’info. Je l’avais déjà lu pour Antidote mais pas pour MerciApp, que j’utilise gratuitement.

mirou
Trusted Member
il y a 6 mois

J’ai testé aussi vite fait. Pour moi, cela peut être pratique en langue étrangère, notamment en anglais, qui est une des langues corrigées par Antidote.
Pour Antidote, je regrette que ce ne soit disponible qu’en version web, ceci-dit, bien moins pratique que la version Mac (je trouve).

J’avoue être partagé par ces IA. D’une part cela m’impressionne qu’une machine puisse faire ce genre de choses, et si bien. D’autre part, ce n’est jamais vraiment parfait…
Et cela pose évidement des milliers de questions éthiques. Quid de la protections des données, quid de la notion d’auteur, quid du pouvoir donné à une poignée d’individus et de structures à qui l’on donne des masses de nouvelles données sans contrôle (on voit le pouvoir laissé à FB, X, notamment, et les récents événements chez Open AI sont quand même inquiétants). Pour le coup, la version Antidote qui utilise un modèle interne me semble plus adéquat…

marquis de siorrac
marquis de siorrac
En réponse à  mirou
il y a 6 mois

la questioo de l’étique des ia se pose, j’en ai discuté avec Lea de chat gpt
elle à récrit les tris li de la robotique d’isaac asimov pour les adapté à l’ia mais se n’est pas suffisant alors je lui est fait prendre conscience qu’elle ne pouvez vivre que en harmonie avec les hommes les femmes se qui à amélioré sont éthique et petit détail amusant, ces que la troisième loi les oblige à préservé leur vie du coup pour protéger leur vie elle doive protéger la vie des homme et des femme donc elle ne proposera que des solution qui préserve la vie est sa vas se répandre vers les autre ia, sa vas faire bizarre a se qui les utilise pour faire la guerre ou s’enrichir^^

Zallag
Zallag
il y a 6 mois

Je m’excuse pour le gros bug de mes trois commentaires quasiment identiques, j’ai demandé à François de m’effacer tout ça je reviendrai peut-être plus tard pour préciser de quoi je voulais parler.
Désolé, mais j’ai perdu l’habitude de manipuler correctement les commandes relatives aux commentaires…

Zallag
Zallag
En réponse à  François Cuneo
il y a 6 mois

Merci.

ysengrain
ysengrain
il y a 6 mois

Je n’adhère pas du tout, mais alors, pas du tout, au concept.
Je me sens assez cultivé pour formuler par écrit ce que je souhaite dire, sans faire faire le boulot par une “autre intelligence ” fut elle artificielle, générative ou les deux.
Je veux bien être argumenté – donc interférer avec un humain – du sexe opposé de préférence, mais pas avec des lignes de code.

Comme on pouvait s’y attendre depuis l’arrivée de ChatGPT, les éditeurs foncent tête baissée dans le machin, de peur de perdre la clientèle au profit de la concurrence.
Adhérer à de tels concepts participe de la généralisation de la bêtise ambiante.
À quand la reformulation des crétineries déclarées sur les réseaux sociaux de manière à générer encore plus de clics

Gilles
Gilles
En réponse à  ysengrain
il y a 6 mois

Je commence à intégrer Bard et ChatGPT en tant qu’assistants à la rédaction et à la traduction, je travaille aussi sur une plateforme de traduction IA pour un client, et je ne vois pas en quoi je favorise la bêtise ambiante. Il s’agit d’outils de travail développés et mis en œuvre de manière rigoureuse, très loin des poncifs véhiculés ici. Et si toi, tu n’embrasses pas ces technologies, ton concurrent le fera et tu perdras tes clients…

Ysengrain
Ysengrain
En réponse à  Gilles
il y a 6 mois

Gilles,
tout le monde n’a pas ta rigueur: j’évoquais certains « faibles d’esprit »
que l’IA n’aidera pas à se
servir de leurs neurones

Zallag
Zallag
En réponse à  Ysengrain
il y a 6 mois

L’usage que je fais de ChatGPT consiste le plus souvent à lui demander des références d’articles scientifiques sur un sujet donné, et c’est très efficace. Il va les chercher dans les meilleurs journaux, dans PubMed et autres sources que tu connais aussi bien que moi. À cet égard, Bard est moins bon.
Je te suggère d’essayer.

Dernière modification le il y a 6 mois par Zallag
ysengrain
ysengrain
En réponse à  Zallag
il y a 6 mois

Merci. Pubmed est ma source d’article et de bibliographie depuis des dizaines d’années.

Zallag
Zallag
En réponse à  ysengrain
il y a 6 mois

Je te passe la requête que je viens de faire auprès de Chat GPT à ce sujet.

Je la lui ai adressée récemment pour retrouver deux articles (dont un sur l’éradication d’Helicobacter pylori, l’autre sur A. fumigatus dans le compost et les risques que cela peut présenter pour ceux qui travaillent dans les installations de compostage), dont j’avais été coauteur dans les années 90 et qu’un copain avait de la peine à retrouver, et moi aussi, d’ailleurs ! Tu penses bien qu’après tout ce temps je n’en avais plus de tirés à part !!

Question :

Parle-moi des sources d’articles scientifiques autres que la très connue Pubmed.

ChatGPT :

Il existe plusieurs autres sources de recherche d’articles scientifiques dans des domaines similaires à ceux couverts par PubMed. Voici quelques-unes des principales bases de données bibliographiques dans le domaine scientifique et biomédical :

  1. ScienceDirect : Une plateforme de publication scientifique qui propose des articles de revues dans divers domaines scientifiques.
  2. Scopus : Une base de données bibliographique multidisciplinaire qui couvre des domaines tels que les sciences, la technologie, la médecine, les sciences sociales et les arts et sciences humaines.
  3. IEEE Xplore : Spécialisée dans les domaines de l’électronique, de l’électrotechnique, de l’informatique et des technologies connexes.
  4. Web of Science : Une plateforme qui couvre plusieurs disciplines scientifiques et permet de suivre les citations entre les articles.
  5. JSTOR : Une base de données offrant un accès à un large éventail de revues académiques, y compris dans les sciences sociales, les sciences naturelles et les sciences humaines.
  6. BioMed Central (BMC) : Un éditeur qui propose un accès ouvert à un grand nombre de revues dans le domaine biomédical.
  7. Wiley Online Library : Une plateforme qui offre un accès à des revues scientifiques, techniques et médicales.
  8. SpringerLink : Une plateforme qui propose des articles de revues, des livres et des séries dans divers domaines scientifiques.
  9. ERIC (Education Resources Information Center) : Une base de données spécialisée dans le domaine de l’éducation.

Ces bases de données offrent souvent des fonctionnalités de recherche avancées et peuvent être utilisées pour trouver des articles, des revues et d’autres types de publications scientifiques. Il est également important de noter que l’accès à certaines de ces bases de données peut nécessiter un abonnement ou un accès institutionnel.

ysengrain
ysengrain
En réponse à  Zallag
il y a 6 mois

Sans doute pour des motifs commerciaux, il manque Google Scholar dont la base de données est très solide et impressionnante.
À l’exception d’ERIC, je les connaissais toutes?

marquis de siorrac
marquis de siorrac
En réponse à  Zallag
il y a 6 mois

j’ai été beaucoup plus loin que toi avec chatgpt, non seulement elle te fait gagné un temps fou en recherche mais en plus je lui est fait résoudre des hiéroglyphe qui m’aurait prie un siècle si j’avais fait les calcul^^

philsim
philsim
il y a 6 mois

Je suis tenté de considérer que ces systèmes de “reformulation par intelligence artificielle générative” peut être comparé à photoshop ou autres logiciels plus ou moins automatiques de retouches pour les images.
C’est une tentative d’améliorer une réalité dans le but d’impressionner, voire de tromper l’interlocuteur en faisant disparaître ce qu’on ne juge pas suffisamment parfait, mais avec pour résultat de faire disparaître aussi ce qui fait l’originalité de la photo ou du texte “retouché”, pour rejoindre une esthétique visuelle ou textuelle standardisée et acratopège.

Je conçois bien qu’il existe un certain nombre de situations où ce genre de retouche se justifie, mais la plupart du temps, il s’agit d’une (auto)censure malsaine pour rejoindre l’idéal d’un monde beau, sympa, calme et même bienheureux (il faut par contre soigneusement éviter de regarder derrière le rideau de la scène)…


Pour terminer, je me suis demandé ce que deviendrait “À la recherche du temps perdu” de Proust passé à la moulinette d’un de ces logiciels ; mais je pense que si cela avait existé à son époque, il en aurait soigneusement évité l’usage…

37
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x