Le Grondement des terres occupe la forêt de Ballens

Vous l’avez certainement remarqué, je me fais plus rare, ces derniers temps.

C’est parce que depuis plus d’une semaine, et encore celle qui vient, le FestiBoc nous a pris et prendra encore beaucoup de temps, dans le montage, le festival lui-même, et le démontage maintenant.

En ce qui me concerne, je me concentre sur les photos de tous ces moments, et bien évidemment à tout ce qui va avec, c’est-à-dire les éditer et les mettre sur les réseaux notamment.

Et voilà qu’un nouveau combat que j’attendais depuis des mois commence: des activistes du climat, le Grondement des Terres, « occupent » la forêt entre Bière et Ballens, dans le canton de Vaud.

Un article de 24 heures de ce lundi explique ce dont il s’agit.

img 0002

C’est la forêt dans laquelle je cours et je marche (enfin, plus depuis quelques semaines, mais je vais enfin pouvoir reprendre) depuis 8 ans.

Une forêt magnifique, qui a pour seul souci celui de recouvrir l’un des gisements principaux de gravier de notre canton.

M’imaginer que cette forêt va être détruite pour produire du béton, dont on use et on abuse alors qu’il y a de nombreuses d’alternatives, ça me rend malade.

Sans compter que l’histoire de la gravière de Ballens n’est de loin pas nette, deux géants (Orllati et Holcim) se battant l’un et l’autre pour avoir la mainmise sur la forêt, ce qui a pour magnifique avantage de retarder encore et encore le début de son exploitation.

Tout cela est expliqué dans un livre issu d’une longue enquête parue en 8 épisodes sur heidi.news. Une enquête passionnante, drôle, où l’on voit comment une commune se fait avoir par les géants industriels qui vont gagner des milliards, la commune ne touchant, elle, que des miettes.

image 4

Une enquête qui a donné également naissance à une BD que j’ai commandée ce jour, des mêmes auteurs que ceux du livre, Antoine Maréchal s’y ajoutant pour le dessin.

9782258199859ori

Nous avons eu notre première assemblée populaire au centre du village de Ballens, dimanche soir, la prochaine étant agendée à dimanche soir, sur la place de l’église du village, à 18 heures.

Si vous vous sentez concernés, n’hésitez pas à y participer.

Ces jeunes du Grondement des Terres sont tous simplement magnifiques, en plus d’être adorables et souriants avec ceux qui ne sont pas forcément d’accord avec eux.

Je suis fier d’eux, et leur engagement pour notre environnement, leur respect de la nature (pas un clou de planté dans leurs plateformes, pas un déchet, respect des surfaces de jeunes pousses).

Ils sont simplement bouleversants, et quand on discute avec eux, on se dit que tout n’est pas forcément fichu.

Ce n’est qu’un début de l’histoire qui peut être courte (la Commune de Ballens a porté plainte contre eux, bien malheureusement, ils ne font vraiment de mal à personne) ou qui pourra durer jusqu’à plusieurs semaines.

Des discussions sont en cours, soyez certains·e·s que nous en reparlerons ici très bientôt.

Il est aussi possible de les rencontrer dans la forêt au quotidien, ce que je ne vais pas manquer de faire.

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pierre
Pierre
il y a 1 mois

Chers amis,

En ce jour, permettez-moi de m’adresser à vous avec toute la sincérité et la conviction dont mon cœur est empli. Je souhaite aujourd’hui rendre hommage à ces jeunes courageux, ces âmes valeureuses qui ont choisi de se dresser tel un rempart face à la destruction insensée de notre précieux patrimoine naturel.

Le Grondement des Terres, ce mouvement porté par une jeunesse éclairée et consciente des enjeux cruciaux de notre époque, a pris la décision audacieuse d’occuper la majestueuse forêt qui s’étend entre Bière et Ballens, dans le canton de Vaud. Cette forêt, véritable joyau de verdure, abrite en son sein une biodiversité foisonnante et offre à ceux qui s’y aventurent un havre de paix et de sérénité.

Mais voilà que cette oasis de vie se trouve menacée par l’appétit insatiable des industriels du béton, avides de s’approprier le gisement de gravier qui sommeille sous son manteau végétal. Face à cette perspective désolante, comment ne pas ressentir un profond sentiment de révolte et d’indignation ?

Il est de notre devoir, en tant que société responsable et éclairée, de nous élever contre cette logique destructrice qui sacrifie sans vergogne les merveilles de la nature sur l’autel du profit et du tout-béton. N’avons-nous pas suffisamment saccagé, bétonnée, défiguré notre environnement ? N’est-il pas temps de repenser notre rapport à la Terre nourricière et de promouvoir des alternatives durables et respectueuses du vivant ?

Je lance un appel vibrant à tous ceux qui ont encore à cœur la préservation de notre héritage naturel : unissons nos forces, joignons nos voix à celles de ces jeunes engagés, et faisons front commun pour protéger cette forêt emblématique. Montrons aux géants industriels que l’intérêt général, la beauté et l’équilibre de notre écosystème doivent primer sur les intérêts particuliers et les profits éphémères.

Que cette lutte soit le symbole d’un réveil des consciences, d’un sursaut salutaire face à la folie destructrice qui gangrène notre société. Ensemble, nous pouvons faire triompher la sagesse, la raison et l’amour de la nature sur les forces de la cupidité et de l’inconséquence.

Aux vaillants activistes du Grondement des Terres, je veux dire toute mon admiration, mon respect et mon soutien indéfectible. Votre combat est noble, votre cause est juste. Puisse votre détermination inébranlable inspirer les générations présentes et futures, et tracer la voie vers un avenir où l’homme et la nature vivront enfin en harmonie.

Défendons, corps et âme, cette forêt de Ballens. Préservons ce trésor vivant. Car en protégeant la nature, c’est notre propre humanité que nous sauvegardons.

Noisequik
Active Member
il y a 1 mois

Je connais bien ce problème, avec la gravière Orllati de Bioley-Orjulaz qui defigure la région depuis tant d’années. Cela a meme servi de dépotoir pour des déchets toxiques à une époque.

marquis de siorrac
marquis de siorrac
il y a 1 mois

il y a de nombreuse alternative au agrégat extrait des carière
mais l’exploitation des carrière de gravier est se qu’il y a de plus rentable
rien ne dois entraver leur profit immédiat
il prenne à la nature tous au lieu de se contenter que de se que la nature peut leur donner

5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x