À mes chers abonnés… et à ceux qui ne le sont pas encore

Bonjour à toutes et à tous,

Les abonnés au Blog du Cuk, qui sont des gens très très bien, créatifs, remplis de talent, d’une classe certaine et que j’embrasse sur les deux joues, sont peut-être surpris depuis quelques jours par le fait que les annonces par mail ou par lien RSS ne sont plus comme elles l’étaient les premiers jours.

En effet, jusqu’à mercredi passé, vous receviez l’entier d’un article dans votre boîte mail ou dans les flux RSS.

Depuis jeudi passé, vous ne recevez plus qu’un extrait de ladite annonce, avec un splendide lien vous permettant de lire l’article complet en deux secondes, lien sur lequel il est bien évidemment hautement conseillé de cliquer.

2017-03-21_12-05-50.png
Vous avez compris où il faut cliquer pour voir la suite de l’article? Euh, les flèches rouges ne sont pas sur le mail que vous recevez, alors mémorisez pour demain, hein!

Ne croyez pas que cette nouvelle manière de vous informer de la parution de mes nouveaux articles est mise en place pour vous forcer de venir lire la suite sur le site.

Ou alors oui, c’est un tout petit peu le cas, mais pas pour faire gonfler les statistiques. L’avantage d’un blog par rapport à d’autres médias, c’est que je ne dépends pas de l’audience, en tout cas pour vivre même si, pour ma petite fierté personnelle, j’admets que ça fait plaisir de voir du monde entrer dans la maison.

En fait, lorsque vous receviez un article complet par mail, vous le receviez dans l’état dans lequel il se trouvait lors de sa première parution. Il ne bougeait plus.

Sauf que par la suite, dans la vraie vie, soit sur le blog, l’article évolue souvent.

Déjà, l’évolution commence quand Madame K me dit «J’ai lu ton billet, il y a des fautes, dis, il manque des mots et il y a d’autres trucs».

Là, je panique, je relis le tout et trouve quelques erreurs, pas toutes.

C’est là qu’arrivent par SMS les copies d’écran de Mme Poppins m’indiquant celles que je n’avais pas vues.

Alors bon, je corrige tout ça, régulièrement.

Parfois (c’est tellement rare!) il me vient des idées, paf, comme ça, et je les intègre directement dans le texte au cours de la journée.

Ou parfois encore, des solutions à des problèmes évoqués sont données par des lecteurs, et là encore, je les intègre dans l’article.

Et vous, qui recevez l’article à sa parution et qui le lisez peut-être bien plus tard, vous n’en profitez même pas.

Alors, de un, ça m’embête de me décarcasser à corriger pour rien, de deux, ça m’embête aussi que vous tombiez sur quelque chose qui n’est pas bon, ou disons, si vous préférez, qui est encore plus mauvais que ce qu’il devait être.

Donc j’ai choisi de ne fournir que le tout début de l’article par mail, et d’un clic, vous arrivez vers la version toute chaude toute fraîche, mise à jour si besoin est.

Elle n’est pas belle la vie?

Ah, au fait, au cas où, l’abonnement est gratuit, hein, et bien pratique tout de même, et très peu intrusif.

Mais ça, vous l’aviez deviné, j’imagine.