Qu’est-ce qui peut être amélioré à Paléo, malgré le plaisir qu’on y éprouve?

Paléo, j’y vais depuis toujours, avec quelques absences, parfois longues, depuis que j’ai 16 ans.

C’est la première fois que cette année, nous avons pris l’abonnement, en avance, c’était au mois de décembre.

Cela permet d’éviter la cohue des réservations, mais à un prix tout de même (hormis les 350 francs par personne pour les 6 jours): on ne connaît pas le programme au moment de l’achat des sésames.

Et manque de chance, cette année, le programme paraissait un peu décevant, a priori.

Je me suis dit que c’était nous… mais non, l’avis général était de la même veine: une petite déception en rapport avec les têtes d’affiche.

Et encore, les têtes d’affiche, justement, celles que l’on attendait ont été souvent décevantes (voir Red Hot Chili Peppers ou Renaud).

Quelque part, à la fin de cette semaine, je me dis que nous faisions un peu nos enfants gâtés, parce que les beaux spectacles étaient bien là

Mais entendons-nous, le plaisir était là, et je ne remercierai jamais assez les milliers de bénévoles plus gentils et efficaces les uns que les autres et une organisation bien fichue, en général, qui font que Paléo reste Paléo, avec 50’000 personnes qui sont attentives aux autres, joyeuses, tout au long de cette semaine, des stands de nourriture pas trop onéreux, et qui nous offrent en général de la très bonne qualité.

Paléo, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un peu ça, en plus des concerts:

Et puis ça aussi:

APC_0468
Il y en a heureusement partout sur le site, la plupart du temps propres, et le débit est grand…

Midnight Oïl, Camille ou Julien Doré ont largement relevé le plateau, il semblerait qu’Arcade Fire aussi (mais nous l’avons raté).

Donc le bilan reste positif.

Cela n’empêche pas quelques critiques qui devraient être corrigées, depuis des années.

Première chose, et selon moi la plus importante: pourquoi Paléo s’acharne-t-il à mettre bout à bout les concerts de la Grande scène et celle des Arches.

Je prends un exemple d’il y a deux ans, mais qui s’est reproduit 10 fois au moins cette année: sur la Grande scène, Joan Baez, pendant une heure et trente minutes. Et juste après, alors que la dernière note du concert sonnait, débutait aux Arches le concert de Patti Smith.

Purée, ce n’est pas tous les jours que nous avions droit à deux idoles des années 70-80.

Le même public avait envie de voir les deux concerts.

Eh bien non! Il fallait choisir, quitter l’un un bon quart d’heure avant pour voir le suivant, et encore, dans de mauvaises conditions parce qu’on arrive trop tard.

Lorsque deux concerts touchent le même public, il faudrait au minimum une demi-heure entre deux concerts. Nous ne sommes pas au Rock’n Poche où il suffit pratiquement de se tourner pour voir un concert sur la scène régionale et un autre sur la Grande scène.

J’ai toujours l’impression qu’on se fiche de notre figure lorsque l’on programme comme cela…

Je préférerais avoir un peu moins de prestations, mais en profiter pleinement.

Mais bon… Paléo a 42 ans, je pense qu’on ne le corrigera plus.

Autre chose, toujours en matière de programmation: certaines scènes sont bien trop proches ce qui fait que le son de l’une empiète sur l’autre.

Quand tout le monde bourrine à mort, ce n’est pas trop grave, ça passe, mais lorsque l’on donne dans la finesse, comme pour le concert de Camille, c’est vraiment dérangeant d’entendre un énorme Boam Boam Boam Boam passer par dessus ce qui se passe sur la scène que l’on écoute.

Il me semble que lorsque l’on invite des artistes comme Camille, on pourrait imaginer que l’on va réfléchir et mettre un concert peu bruyant juste à côté, cela s’appelle le respect de l’artiste.

Bordel!

Bon…

Et puis, mais Paléo n’y est pour rien, c’est un problème de festivals, mais les certains sonorisateurs d’artistes (pas tous, la preuve, Camille, Julien Doré, Midnight Oïl, Renaud et i Muvrini, Renaud, Imani avaient d’excellents sons) sont de vraies plaies en voulant mettre en avant des grosses caisses qui écrasent tout le reste de la musique.

C’est insupportable, et destructeur tant pour la musique justement que pour nos tympans, malgré les filtres que nous mettons dans les oreilles.

Enfin… il faut bien admettre que la zone dédiée au public devant la Grande scène est trop petite pour les concerts événements qu’elle doit recevoir. Il faudrait trouver une solution à ce problème, sauf… que je ne vois pas trop laquelle.

APC_0445.jpg
Ceci dit, elle a de la gueule, cette Grande scène, par exemple ici, lors du spectacle de Renaud

Cela dit, c’était une chouette semaine, un grand merci aux organisateurs et à tous ceux qui ont mis la main à la pâte pour que la fête soit belle malgré ces quelques désagréments.

Et pour finir, à Paléo, la relève est assurée, je ne résiste pas à vous montrer ce que j’ai filmé juste à côté du Dôme.