La haute technologie est-elle devenue inabordable?

Je sais bien que l’on parle souvent des prix pratiqués par Apple en trouvant qu’ils sont bien trop élevés.

Je ne suis pas forcément d’accord avec cette opinion très répandue, le matériel produit par l’entreprise étant de très haute valeur dans les domaines du design, de la qualité de fabrication et du concept général.

Un MacBook Air, par exemple, me semble valoir son prix qui part à 1079 francs suisses.

De toute manière, le problème en ce jour n’est pas dans le fait que le matériel Apple coûte trop cher ou pas par rapport à la concurrence.

Un MacBook Air, ou tout autre ordinateur Mac, vous l’achetez, et vous le gardez au moins trois ans, souvent bien plus.

Pour ne prendre que cet exemple, High Sierra fera très bien tourner un Mac de fin 2009 jusqu’à nos jours.

Si l’on veut doper une de ces anciennes machines, il est facile de remplacer son disque dur et d’y mettre à la place un de ces bons petits SSD qui ne coûtent plus tellement cher, et c’est reparti comme en 14.

Un Mac, ce n’est pas donné, ça peut même revenir très cher si l’on prend un modèle un peu haut de gamme, mais c’est pour plusieurs années, en étant toujours satisfait de sa machine.

Le bond en avant en matière de performance d’une année à l’autre ne sont de loin pas monstrueux, cela fait longtemps qu’il n’y a plus de révolution d’une machine à celle qui la suit.

Nous sommes donc contents avec notre ordinateur, même lorsqu’un nouveau modèle sort, et nous ne regrettons pas trop l’argent que nous y avons mis. Certes, nous aurions été encore plus satisfaits que, puisque la firme donne si peu à ses revendeurs (voire rien du tout), elle nous baisse un peu les prix au vu de la marge brute de 38 % qu’elle génère, mais nous supportons cet état de fait depuis si longtemps que, finalement, nous arrivons même à être tout heureux quand la firme fait des bénéfices records, oubliant parfois que c’est un peu sur notre dos que cette marge est réalisée.

On est un peu cons, des fois, moi le premier.

Mais voilà qu’après avoir osé la barre des 1000 francs avec l’iPhone 7 Plus, Apple nous refait le coup en encore plus gros: 1389 francs pour l’iPhone X doté de 256 Gb, le 64 Gb, que personne ne prendra, revenant 200 francs moins cher.

À ces 1’389 francs, toute personne qui n’est pas correctement assurée en privé sera tentée, à juste titre, de prendre un Apple Care à 249 francs.

Résultat des courses?

1’638 francs.

1’638 pour un téléphone tout smart qu’il soit.

Bon… Juste en passant, je trouve qu’au prix où l’iPhone X est vendu, il aurait pu intégrer l’AppleCare. Mais certains qui disposent d’une assurance ménage (comme on dit en Suisse) un peu bien pensée sont déjà assurés contre la casse des téléphones. Ils reprocheraient alors à Apple de les faire payer ce dont ils n’ont pas besoin…

Même si la qualité du téléphone est excellente

Je suis persuadé que la technologie embarquée dans un iPhone est beaucoup plus onéreuse que celle d’un autre téléphone, iPhone 8, 8 Plus par exemple, mais tout de même.

Admettons même qu’Apple, pour une fois, ne s’en mette pas plein les poches.

J’en doute, mais partons même sur ce principe.

L’iPhone X sera de grande qualité, comme tous les produits Apple.

Il y aura peut-être des bugs, il semble que cet iPhone soit difficile à mettre en production, ce qui n’est pas tellement bon signe.

Mais partons du principe que nous n’aurons pas un téléphone qui se plie dans la poche et que sa batterie soit fiable, contrairement à celle d’un concurrent qui, il y a un an, s’est trop précipité pour vendre son petit dernier de l’époque.

Oui, partons donc du principe que le nouveau Smartphone d’Apple sera parfait.

Trop ne serait-il pas carrément trop?

La question que je me pose, même moi, qui suis partant pour tout ce qui sort de Cupertino et de ses usines chinoises, c’est «?est-ce que je vais mettre 1’389 francs pour un Smartphone, voire plus si je prends l’AppleCare?

Ce que je me dis, c’est que la chose est possible, je vais peut-être l’acheter parce qu’il apporte pas mal de nouveautés intéressantes que je ne vais pas lister ici.

Le problème, c’est que mon iPhone X, dans un an, Apple me fera comprendre à quel point c’est important de le changer pour avoir le tout nouveau, avec une meilleure autonomie, tous les défauts du premier corrigés, de nouvelles fonctionnalités auxquelles je n’avais même pas pensé auparavant, un appareil de photo complètement dingue qui se rapprochera encore un peu plus de ce que peuvent faire les compacts haut de gamme, voire les reflex bas de gamme.

Et moi, comme un pauvre malade que je suis, je vais suivre et changer parce que je n’arrive pas à faire autrement.

Malgré le prix de fou.

Bourré de contradictions et de culpabilité en rapport avec le développement durable dont j’aimerais être un adepte.

Alors oui, jusqu’à présent, il était certes un peu stupide de changer de téléphone toutes les années, voire même tous les deux ans, mais c’était possible financièrement, avec les abonnements, la revente du précédent appareil et quelques sacrifices.

Là, franchement, je ne vois plus trop qui va suivre.

Autour de moi, en tout cas, beaucoup aimeraient bien se l’acheter, cet iPhone X, mais personne ne veut mettre autant d’argent pour l’obtenir.

J’aimerais bien que l’industrie se calme un peu, moi.

Qu’on ait le temps de souffler.

Il faudra voir comment cet iPhone X va se vendre.

Selon les résultats, peut-être certains fabricants se diront-ils qu’ils sont allés trop loin.

Que leurs nouvelles technologies, ils les mettront en place lorsqu’elles seront abordables pour tous.

J’ai pourtant peu d’espoir, ne serait-ce que parce que les amoureux de la Pomme sont les premiers à se plaindre quand Apple ne fait pas preuve d’innovation, répétant comme une litanie quand certaines nouveautés «?un peu calmes?» sortent des Keynotes «?Apple est morte depuis que Steve Jobs n’est plus là?».

Eh oui, je ne suis pas tout seul à être en pleines contradictions.

Cela ne me rassure pas vraiment.