Chasseur d’images est orphelin

Nous ne lirons plus les éditoriaux de Guy-Michel Cogné, et je dois dire que lorsque j’ai appris la nouvelle, ça m’a lancé un coup à l’estomac.

Ce passionné de photo, fondateur et rédacteur en chef entre autres de Chasseur d’Images qui a fêté il y a peu son 400e numéro est décédé dans un accident d’hélicoptère mardi soir.

Je dois avoir lu pratiquement tous les numéros de Chasseur d’Images depuis ses débuts.

Je pense même que si je me suis intéressé à la photographie, c’est en grande partie grâce à (ou à cause de) ce magazine

La première chose que je lisais souvent avec délice était, en début de journal, son éditorial qui faisait réfléchir sur nos habitudes photographiques, sur les manies des fabricants, ou simplement sur la difficulté de tenir un journal qui doit tenir compte certes des spécificités techniques des appareils, de leurs aptitudes à prendre des bonnes photos ou pas, mais aussi des susceptibilités des lecteurs qui, est c’est tout de même étonnant, pouvaient être d’une violence verbale incroyable parce que l’on avait critiqué leur cher appareil, comme si on avait remis en question l’entier de leur personne.

Cela m’a fait plonger dans l’histoire de Cuk, et notamment à une humeur datée du… 10 décembre 2003, qui relatait les déboires de Guy-Michel avec Apple dans un article qui l’avait vu être démoli par les fous furieux défendeurs de la pomme, à l’époque.

Je l’avais alors défendu sur Cuk.ch, à une époque où nous étions lus par près de 6’000 lecteurs chaque jour.

Il m’avait répondu ceci (et donné l’autorisation de faire passer plus loin);

Un grand merci pour ce coup de pouce; je commençais à me prendre pour un
débile léger!

Les réactions exacerbées de la communauté Mac font effectivement très peur
et, comme d’habitude, le mécontent est transformé en incompétent.

Pour ton info, mon métier est évidemment le journalisme et la micro n’est
qu’un dada qui, depuis une vingtaine d’années, me conduit, à mettre les
mains sous le capot de pas mal de machines dont essentiellement des Mac
(quelques 200 installations, y compris de serveurs NT et AppleShare qui ont
donné totale satisfaction… Jusqu’au Xserve).

Cela dit, je ne gère pas l’informatique de notre société: j’ai pour cela, en
plus de quelques techniciens aux points clés, trois ingénieurs système, qui
font tourner notre AS-400 (IBM eServer 845), nos serveurs NT, Linux,
SCO-Unix… Et Apple!) et qui ont pour mission de développer des applis,
d’assurer la maintenance logicielle et de choisir les solutions les mieux
adaptées à chaque usage (en collaboration, parfois, avec des prestataires
extérieurs, pour les besoins spécifiques).

Les commentaires sur notre incompétence m’amusent donc beaucoup: ils
arrangent nos détracteurs, mais leurs brillantes démonstrations reposent sur
des suppositions erronées. Bref, ces gens-là condamnent sans savoir, ce qui
est en opposition avec leur discours.

Amitiés,

Guy-Michel

Je me souviens de ce moment avec nostalgie, et vraiment, je suis triste en ce vendredi de ne plus pouvoir lire certes les éditos de Guy-Michel, mais également ses tests poussés.

Guy-Michel était quelque part un compagnon, que je retrouvais chaque mois avec grand plaisir.

C’est fini maintenant, comment va-t-on faire sans lui?