Ça va les commentaires, ou bien?

L’autre jour, un lecteur s’est vexé parce qu’il n’avait pas reçu de réponses à son commentaire qui mettait en avant un magnifique disque (que j’ai mis dans mes favoris) de l’ensemble Alia Mens.

2019-04-11_17-18-44 (1).png

C’est son droit bien sûr, mais qu’est-ce je devrais dire alors!

Je ne sais pas si vous vous rappelez de cet article, au début de l’ère de Blog du Cuk, dans lequel je disais faire grève à cause du manque de commentaires.

Je l’ai relu et je pourrais presque reprendre mot pour mot son contenu.

Vous êtes entre 800 et 1’000 personnes à venir à chaque nouvel article sur ce blog, la moitié lorsqu’il n’y a pas de nouvelle parution.

C’est super, merci infiniment de votre grande fidélité, vraiment.

Mais franchement, là, les commentaires, je trouve que ça craint en quantité (heureusement, pas en qualité).

D’abord, je remercie tous ceux qui commentent de temps en temps, souvent, ou presque à chaque parution.

Ils se reconnaîtront.

Je sais, certains penseront que je refais ma petite crisette qui ressort tous les deux ou trois ans.

Ce n’est pas tout à fait vrai. Ma crisette, je la fais bien plus souvent, mais je ne vous l’écris pas.

Prenons l’exemple du dernier article sur le retour à la terre de Manu Larcenet. Ce n’est même pas pour moi, mais pour la BD elle-même que je suis déçu.

8 commentaires après 24 heures, 5 si on enlève les miens…

Quand j’ouvre cette page, je rigole à chaque fois rien qu’en lisant les planches d’exemples.

Pas vous?

Je ne sais pas, mais un petit « ouaf, j’ai bien ri, merci » ou ce qu’on fait certains lecteurs commentateurs (que je remercie encore), parler d’une autre série, dire que l’on apprécie celle qui est présentée, bref, enrichir l’article de base, je trouverais ça tout de même sympa.

Oui, tout le monde le sait, les commentaires sont le salaire des blogs où l’on ne vend rien, où l’on ne touche pas un centime lorsque l’on suit un lien, au contraire, on y met de sa personne, non seulement en temps, mais aussi en argent, pour rendre les choses le plus confortables et le plus agréables qu’il est possible. On le répète partout, ça devient presque pénible, j’imagine.

Mais c’est pourtant vrai.

Qu’est-ce qu’on n’a pas ronchonné sur les commentaires au début de l’existence de ce blog, parce qu’ils ne correspondaient pas au confort de ce qu’il y avait sur l’ancien.

GraphComment, avec ses qualités et ses défauts, permet de commenter en tout confort, avec des styles, des images et des vidéos.

Et même si ce système a baissé ses prix (c’est important de le savoir si vous avez un blog), c’est tout de même une somme à sortir par rapport à la gratuité des commentaires de WordPress rien que pour, je le répète, nous offrir, à vous et à moi-même, un certain confort.

Alors bon, ce n’est pas que je demande de vous forcer, mais tout de même, là, je trouve que la situation actuelle est un peu difficile.

Pour moi.