Luminar 3.1 n’est pas encore un grand catalogueur, mais ce n’est pas si grave

Luminar 3.1 a deux faces: d’un côté, c’est un logiciel formidable pour retoucher vos photos, pour en tirer la quintessence, avec une multitude de fonctions que d’autres n’ont pas.

De l’autre, Luminar a voulu devenir un logiciel de catalogage, tout le monde (sauf les doux rêveurs) savait que ce serait difficile. C’est le cas, puisque les fonctions de catalogage apparues fin 2018 avec la version 3, fonctions très basiques, n’évoluent pas énormément dans cette version 3.1.

Nous trouvons dans ce domaine une gestion plus poussée des photos que vous prenez en RAW-JPEG, qui vous permettra de choisir celle que vous voulez voir s’afficher, en pouvant synchroniser les modifications faites sur l’une avec l’autre.

D’ailleurs, pour tout savoir sur les nouveautés de cette nouvelle mouture, c’est ici.

Ce qui est vraiment dommage, c’est que l’accélération pour ouvrir le logiciel sur vos images (j’en ai 53’000) n’est pas de mise. Il faut compter 1 minute et 50 secondes pour que le logiciel soit pleinement fonctionnel une fois que l’on a double-cliqué sur son icône.

J’en avais déjà parlé ici, de ce problème, et du « un peu mieux constaté » ici.

C’est clairement agaçant, mais je sais que Skylum travaille fort pour améliorer ce problème.

Je rappelle pour mémoire que Lightroom Classic s’ouvre en dix secondes, et la version CC en à peine 5 secondes de plus.

Tant pis, utilisons Luminar pour ce qu’il est pour l’instant surtout: un excellent « améliorateur d’images ».

Cela dit, j’aime vraiment beaucoup Luminar pour ses calques, ses espaces de travail, son intelligence artificielle qui fait vraiment un très beau travail par exemple sur les ciels, et ceci même à travers les branches d’arbres feuillus.

Le catalogueur ne me plaît pas pour l’instant? Je trouve que le programme ne s’ouvre pas assez vite?

Rien ne m’empêche de l’utiliser à travers ses plug-ins dans Lightroom Classic (ah, le jour ou Lightroom CC acceptera les plug-ins, ce sera le paradis!), Photos ou Photoshop puisque le logiciel s’installe dans ces programmes.

Mieux, vous pouvez travailler dans Lightroom Classic vos images directement à partir des RAW si vous passez par Bibliothèque, Module Externe-Extras (plutôt que dans le menu Photos – Modifier dans…)

2019-04-27_10-00-54.png
Non non, ce n’est pas moi, Mathieu, tu me pardonnes?

Certes, cela impliquera une copie de vos images dans Lightroom une fois celles-ci travaillées dans Luminar (ou DxO hein, c’est le lot de tous les plug-ins d’imposer cela), ce qui prend bien plus de place qu’une copie virtuelle dans Lightroom.

Un filtre d’accentuation intelligente en version 2

La version 3.1 améliore en particulier un outil tout à fait réussi, l’accentuation par intelligence artificielle Accent AI 2.0, donnant depuis cette nouvelle version plus de naturel aux tons de la peau qui avaient tendance à tirer un peu trop vers l’orange lorsqu’on utilisait le filtre Accent AI 1.0.

2019-04-28_17-09-02

Il faut dire que l’intelligence artificielle de cette deuxième version de cet outil sait reconnaître maintenant les personnes, et donc la peau de ces dernières.

Vous verrez d’autres exemples dans le film ci-dessous:

Je rappelle que, comme tous les outils ou filtres de Luminar, vous pourrez doser la quantité de l’effet si ce dernier vous semble trop voyant.

Une synchronisation de vos ajustements des images à partir d’une seule

Il arrive souvent que l’on fasse une correction sur une image, et qu’on désire la reporter sur toutes les images d’une même série, c’est désormais possible, comme sur Lightroom:

2019-04-28_17-34-21.png

Et puis, Tonality est vraiment intégré dans Luminar

Une autre chose dont je me suis également rendu compte et qui a son importance, même s’il était déjà de la partie dans la version précédente, c’est que je retrouve quelque part mes billes, je vous explique: il y a quelques années, lorsque Skylum s’appelait encore Mac Phun, j’avais acheté un programme formidable permettant de convertir les photos en noir et blanc, c’était Tonality, que j’avais testé ici. Il se trouve que les dernières versions que j’avais testées ne reconnaissaient pas les nouveaux appareils de l’époque, et que rien n’avait été fait pour corriger le problème, les gens de Mac Phun me disant que l’accent était mis sur Luminar.

Eh bien je peux désormais profiter de tous les réglages de Tonality dans Luminar, à l’aide des Looks  (des préréglages) que l’on peut télécharger gratuitement ici.

Et en choisissant l’espace de travail Noir et blanc, j’y retrouve tous mes petits.

2019-04-28_13-50-56.png

Il est même possible d’ajouter des textures livrées dans le pack ci-dessus lié (des imitations de films, comme ce que propose FilmPack de DxO), mais il faut admettre que la gestion de ces dernières reste compliquée dans Luminar (il faut charger à chaque fois un fichier dans le Finder).

Et puis, au fait, il y a Luminar Flex

Luminar Flex est le plug-in de Luminar pour Photos, Photoshop et Lightroom Classic.

Toutes les fonctions de Luminar pour corriger vos images, sans le logiciel lui-même.

A priori, pour ceux qui ne veulent pas passer à Luminar mais qui désirent profiter de ses avantages, l’idée est bonne.

Très bonne même, sauf que…

Prix de Luminar 3 au moment où j’écris ces lignes: 60 €

Prix de Flex: 59 €.

Quand on sait que Luminar 3 installe lui aussi les plug-ins, on se dit que c’est un tout petit peu ridicule de se passer du reste du logiciel alors qu’il ne revient que 1 € de plus (11 € hors promotion).

La suite est alléchante

Si l’on se rend sur la feuille de route du logiciel, on se rend compte que les ambitions de Skylum sont grandes, tant dans l’idée d’en faire un excellent catalogueur que d’en sortir une version dans le nuage. Cela amènerait simplement à une synchronisation dans le cloud avec, on peut bien l’imaginer, d’autres ordinateurs, mais également dès versions mobiles (s’ils synchronisent, je ne vois pas comment ils pourraient se passer de ces dernières).

De plus, ils travaillent à pousser de plus en plus loin l’intelligence artificielle et l’on peut voir ce qu’ils sont déjà capables de faire.

Oui, Luminar, malgré ses faiblesses provisoires dans le catalogage, est toujours pour moi un programme qui vaut largement son achat.

Il reste donc…

2018-12-06_20-55-12