Les enceintes Jean Maurer 370F, pour mon plaisir

J’ai parlé sur ce blog à plusieurs reprises de l’entreprise Jean Maurer Swiss Audio, basée à Aubonne, à quelques kilomètres de chez moi.

Je vais le faire à nouveau à propos des toutes nouvelles enceintes 370F qui sont sorties au premier semestre 2019 et qui ont remplacé, depuis juillet de cette même année, mes 370E.

370e_690x690.jpg

Maintenant, que les choses soient bien claires: je ne suis pas Diapason, je ne suis pas Haute-Fidélité, en gros, je n’aime pas parler technique.

Je ne suis pas toute la journée à décortiquer des chiffres et comparer des plages de fréquences.

Je n’ai pas 12 paires d’enceintes et 8 amplis de marques différentes en attente de test pour faire autant d’écoutes d’une même boucle de 27 secondes sur 45 CD de référence et en tirer des conclusions définitives.

Je tiens un blog personnel, je parle de ce que j’aime.

Je n’ai jamais revendiqué avoir la science infuse.

Je ne suis pas un spécialiste de la hi-fi, je ne suis d’ailleurs un spécialiste de rien et vous savez quoi? Ça me va bien, parce que comme ça je touche à tout.

Je n’ai aucune envie d’intellectualiser l’écoute.

Par contre, depuis 50 ans, je fais de la musique.

Violon, guitare, batterie, piano, chant, puis de nouveau violon

J’écoute de la musique entre 6 et 8 heures par jour, je revendique le fait d’avoir une oreille assez précise et être capable de ressentir plus ou moins son émotion quand je suis face à une chaîne

Je suis régulièrement dans un auditorium de la région à écouter d’autres chaînes hi-fi, excellentes, qui ne sont pas des Jean Maurer.

Je les ai écoutées avant d’acheter du matériel de cet artisan.

Je les écoute encore plus souvent qu’à leur tour, pour voir, ou plutôt pour entendre, parce que ça m’intéresse.

Mais oui, voilà, j’ai des Jean Maurer, j’ai un ampli Lectron JH32, de la même entreprise, ampli que j’ai testé ici.

Et comme dans ce blog, je parle des choses que je connais parce que je les utilise au quotidien, je vais vous dire ce que je pense des Jean-Maurer 370F.

D’abord, alors que j’étais si content des 370E, pourquoi les ai-je changées pour la nouvelle mouture de ces colonnes?

Eh bien parce qu’écouter de la musique est une de mes passions, et que si j’ai réduit mes achats de manière importante ces derniers mois, conscient du fait que la surconsommation était du grand n’importe quoi pour l’avenir de la planète, et que je me rends compte que plus j’avance en âge, moins j’achète, mis à part peut-être du logiciel, il reste deux domaines, trois disons, où lorsque des progrès sont proposés, j’ai de la peine à ne pas en être acquéreur.

Ces domaines sont la photo, les Apple Watch (je me soigne avec les iPhone, et les Mac, je commence à avoir sauté plusieurs générations) et… le domaine musical.

La famille Maurer m’a présenté le concept des nouvelles 370F dès son début et j’ai su alors que j’allais faire le pas vers ces nouvelles enceintes. En contradiction avec ma prise de conscience sur la surconsommation dont je parlais juste quelques lignes au-dessus.

Et puis j’ai réfléchi: j’ai à faire ici à une fabrication locale, entièrement réalisée à Aubonne, par un artisan qui prend le temps d’élaborer ses produits (purée, il faut parfois être patient pour obtenir un produit Jean Maurer!), des produits conçus pour durer bien plus de 30 ans sans le moindre problème, ce n’est tout de même pas tout à fait pareil.

Sans compter que les 370E ont été reprises par l’entreprise et feront le bonheur d’un ou d’une autre mélomane. Je précise d’ailleurs que ces enceintes n’ont pas une marque, que je n’ai jamais posé le moindre objet dessus (si, une fois, une copine de nos enfants a posé son téléphone sur les colonnes, et tous nos petits ont poussé un cri strident pour lui dire de le retirer immédiatement, les « deux dessus » des colonnes étant un endroit complètement sacré pour toute la famille, oui, je sais, mais là, je ne me soigne même pas), qu’elles sont donc comme neuves, et qu’elles sont toujours disponibles à la vente, si je ne fais erreur.

Cela étant, et avant de vous donner mon avis sur ces enceintes, je vous propose de lire l’interview que Jean, Marc et Christine Maurer ont bien voulu m’accorder.

370e_ouverte_690x690.jpg

Interview de l’entreprise Maurer

Quelles sont les différences techniques entre la 370E et la 370F?

Le but visé ici est avant tout le respect du silence. Ce silence après la note est essentiel à l’émotion que la musique suscite. L’instant où la musique se confond avec cette absence de son ne doit être ni sali ni simplifié. Grâce à des filtres encore plus rigoureux et des boîtiers encore plus inertes.

Vous aviez la réputation d’avoir les filtres de répartition de fréquences aux pentes les plus raides du monde avec la version E, qu’apporte le nouveau filtre de la version F techniquement d’abord, et en matière d’écoute ensuite?

Nos filtres de répartition, même s’ils sont les plus performants d’une époque, ne sont pas forcément parfaits. Jean réfléchissait depuis plusieurs années de quelle façon aller plus loin. En 2018, des prototypes ont prouvé que c’était possible. C’est pourquoi la JM 370F a vu le jour.

La conséquence sur l’écoute est une diminution du piétinement d’une voie sur l’autre. La plage du médium, si sensible à notre oreille, ne tolère ni défaut de distorsion ni traînage. C’est là que nos nouveaux filtres interviennent. Ils nettoient le médium de tous les résidus extérieurs indésirables venant de l’aigu ou du grave.  

filtre
Le fameux filtre en attente de montage, dans une caisse. Vous ne pouvez pas imaginer le poids de la chose, c’est assez incroyable!

Je crois savoir que votre boîtier implique un renouvellement conséquent du processus de fabrication qui n’a pas été simple à mettre au point, vous avez, je crois, passablement souffert pour le réaliser. C’est juste?

Jean a proposé un nouveau concept de filtre de très haute performance. Après les premières écoutes, Marc a décidé de redéfinir les fonctions dynamiques du boîtier. Avec de nouvelles contraintes. Mais du rêve de l’ingénieur mécanicien à la réalité du fabricant il y a un fossé qu’il faut franchir. C’est aujourd’hui chose faite, grâce notamment à de nouveaux concepts d’usinage et des outils en diamant.

Qu’apporte-t-il en matière de qualité par rapport à l’ancien boîtier?

Le boîtier de la 370F est encore beaucoup plus inerte que celui de la 370E. Les côtés ainsi que le bas des frontaux sont à doubles parois remplies de sable de quartz. Le résultat auditif est un meilleur respect du silence. Celui qui suit l’extinction d’une note: il est très difficile de réduire au silence un système vibratoire. C’est indéniablement le plus gros défi de la restitution musicale. Même s’il est ignoré par le plus grand nombre de spécialistes.

Beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi, contrairement à un violon ou à une guitare, le boîtier d’une enceinte doit être le plus inerte possible, alors que tant l’instrument que l’enceinte doivent reproduire de la musique, pouvez-vous nous expliquer cette différence?

Il y a une erreur dans la question, pardonnez notre irrespect:

L’instrument de musique doit créer un son, l’enceinte acoustique doit le reproduire.

L’instrument brille par son timbre et sa couleur caractéristiques, l’enceinte acoustique doit s’effacer, reproduire de manière fidèle tous les instruments. Elle n’a pas le droit de donner sa propre couleur à la musique. 

Prenons le violon, si son boîtier ne vibrait pas, il n’émettrait aucun son qui porte. Mais pour reproduire ce violon à la perfection, l’enceinte acoustique doit être neutre, donc inerte. Elle doit reproduire aussi bien le violon que le piano, la voix humaine, la trompette…

Les 370F coûtent 11’800 francs suisses la paire, vous avez donc passé le cap avec ce modèle et ses nombreuses modifications des 10’000 francs pour monter à 11’800 francs donc, n’avez-vous pas peur de perdre une part de votre clientèle potentielle, sachant que la 320E coûte moitié moins cher? En d’autres termes, une enceinte va-t-elle s’intercaler entre la 320E et la 370F?

Nous sommes aujourd’hui suffisamment occupés par les mises au point de fabrication dans le détail de notre nouveau produit. La JM320E et la JM370F sont dans un créneau qui leur convient bien. Notre plus gros « concurrent » est le marché d’occasion de nos propres enceintes. Elles ont aujourd’hui une espérance de vie de 50 ans. Les Jean Maurer 370E de seconde main devraient combler le « vide » dont vous parlez.

Au final, cette nouvelle enceinte, que du bonheur pour un fabricant artisanal qui fabrique tout sur place?

La reconnaissance, par nos clients et par les meilleures revues hi-fi, de notre talent de fabricant d’enceintes acoustiques d’un rapport prix-musicalité bluffant, est le couronnement d’une carrière de bientôt 50 ans vouée à la fabrication d’enceintes hi-fi.

Lorsqu’on souhaite aller toujours plus loin, la fabrication devient très complexe et difficile. Nous sommes allés très loin ce qui a pour conséquence de faire exploser les temps de fabrication.

Les enceintes Jean Maurer 370F à l’écoute

Merci à la famille Maurer pour ces réponses.

Il me reste maintenant à vous donner mon ressenti à l’écoute de ces nouvelles enceintes.

Vous pensez bien que je connaissais par cœur les 370E, que j’écoutais encore quelques heures avant l’installation des nouvelles 370F.

Vous dire que même si je connais le sérieux des artisans d’Aubonne, j’étais tout de même un tantinet inquiet: la somme investie dans ce changement, somme tout de même conséquente, allait-elle en valoir la peine puisque j’étais déjà tellement satisfait de celles dont je me séparais?

Et puis, je n’avais pas encore lu ce test dithyrambique du magasine Haute-Fidélité, j’avais juste écouté très attentivement et comparé les anciennes et les nouvelles enceintes dans l’auditorium à Aubonne, en compagnie de quelques clients potentiels.

À l’auditorium, nous étions tous convaincus d’une avancée certaine dans la qualité sonore, mais chez moi, à la maison, qu’en serait-il?

Comme chez tous ses clients, c’est un membre de la famille Maurer qui est venu installer ces nouveaux meubles. J’ai même eu la chance de voir le montage de tous les éléments de la deuxième enceinte à l’atelier. Il faut vous dire que le nombre d’étapes à faire pour ce montage, dûment documentées dans un journal d’une précision diabolique, est juste impressionnant.

2019-12-12_20-49-32 (1)
Marc Maurer dans ses œuvres

 

La documentation va jusqu’à la mise en carton, où l’on voit que même là, tout est pensé jusqu’au moindre détail. Tout pareil pour le déballage.

2019-12-12_21-03-35.png
La mise en carton

Une fois les enceintes précisément placées et câblées, j’ai lancé l’écoute, bien averti qu’elles avaient besoin d’un rodage d’une bonne cinquantaine d’heures (un petit explicatif parle même d’une centaine d’heures, cela dépend du volume sonore utilisé) pour faire évaporer les poussières métalliques inévitables sur les condensateurs.

Je ne vous cacherai pas qu’en ce qui me concerne, je n’ai pas vu de différence entre avant et après rodage, ce dernier se faisant petit à petit (normal, puisqu’il faut plusieurs dizaines d’heures pour que le phénomène s’accomplisse).

Bien!

Alors, venons-en à ladite écoute.

Dès les premières mesures de mon premier disque de référence, j’ai senti la différence.

La force pour moi des 370E, c’était leur musicalité et leur liberté, leur ouverture et leur brillance sonore magnifiques.

Dans mon salon, doté d’une réverbération naturelle au-dessus de la moyenne, ce qui m’embête un peu, je pouvais ressentir par moments comme un poil trop de résonance avec les 370E sur certaines musiques, notamment dans les basses que je trouvais par moments trop présentes.

J’adorais, ces enceintes, pourtant, mais il y avait ce petit quelque chose qui me faisait espérer que les nouvelles enceintes, avec leur nouveau filtre encore plus précis (eh bien oui, c’était possible) et la nouvelle conception de leur boîtier allaient corriger ce qui restait tout de même de l’ordre du détail d’un enfant gâté et un peu pénible de surcroît.

J’ai donc lancé l’écoute de ce disque exceptionnel que je connais bien et que je présente souvent à mes invités qui sont intéressés par ma chaîne hi-fi:

2019-12-12_12-48-19.png

J’ai écouté 40 secondes, je me suis tourné vers Marc, je lui ai dit « c’est bon Marc, c’est exactement ce que j’attendais ».

Je ne suis pas un spécialiste, comme je l’ai écrit plus haut, mais j’ai ressenti et je ressens encore parfaitement ce qu’a expliqué Jean dans l’interview: le silence après l’extinction de la note.

Le fait que le boîtier des 370F soit pratiquement totalement inerte n’enlève rien à l’ouverture de ces enceintes par rapport à la 370E, il n’enlève rien non plus à leur musicalité, mais ce nouveau silence encore plus propre ou dynamique, je ne sais pas trop comment l’expliquer, cette absence de résonance du bois est simplement comme… palpable.

L’écoute en est tout aussi belle, tout en étant comme encore plus… précise.

L’équilibre entre les voies est encore mieux respecté que sur les 370E, et je ne ressens plus cette légère prédominance des graves dans certaines musiques, présente dans mon salon, comme je l’ai écrit plus haut.

Il y a comme une propreté nouvelle, encore supérieure à celle que j’avais l’habitude d’écouter.

Et cette fameuse dynamique aussi, qui contribue à l’impressionnante précision des sons mais aussi des silences, tellement importants pour obtenir une musicalité de tous les instants.

Et Dieu sait si cette musicalité est une de forces du couple 370F alliées au Lectron JH32 testé ici, que ce soit à l’écoute d’un bon Rammstein, ou à celle d’un disque classique merveilleux tel celui dont j’ai parlé plus haut, en passant par le jazz ou la variété.

Si vous voulez en savoir plus sur les qualités que des spécialistes dont c’est le métier de décortiquer le son peuvent trouver sur les Jean Maurer 370F, je ne peux que vous recommander ce splendide test signé Dominique Mafrand, dans Haute Fidélité d’octobre 2019.

Quant à moi, je ne peux que redire encore l’émotion que j’ai ressentie avec mes 370E, l’émotion que je ressens maintenant avec les 370F.

C’est tout simplement magnifique.

Et ça me rend heureux.

Pour finir, j’en ai déjà parlé sur ce site, je vous propose une nouvelle fois, en prime, un film magnifique sur la fabrication des enceintes, ici des 370E.

Cette vidéo a été vue, à l’heure où j’écris ces lignes, 520’120 fois! Et ce qu’il y a de plus incroyable, c’est qu’elle dure près de 20 minutes et que les statistiques montrent que la moitié des spectateurs (parce qu’il s’agit bien d’un spectacle) l’ont regardée jusqu’au bout.

Génial non?

Enfin, vous trouverez ici une revue de presse des articles consacrés aux produits Jean Maurer.

Vous verrez que je suis très loin d’être le seul à en dire le plus grand bien, dans plusieurs langues.

D’ailleurs, en ce qui me concerne, j’attribue bien évidemment, au vu du bonheur quotidien de les écouter, un label Too Much Bô à ces petites merveilles que sont les enceintes Jean Maurer 370F.

Tampon TooMuchBô Rond rouge JPEG