C’est drôle, de remonter le temps de la technologie grâce à un export dans le nuage

Les photos que j’ai faites depuis 1999 sont dans Lightroom.

Or, vous le savez certainement si vous avez lu cet article et celui-ci, j’ai exporté mes images sur le Cloud, ou plus exactement, j’ai migré mon catalogue Lightroom vers Lightroom CC.

Il se trouve que tout a commencé jeudi soir et s’est terminé lundi soir.

Le travail est donc conséquent.

Ce qui est assez marrant, c’est que Lightroom, en gros, envoie les images par ordre chronologique.

Et qu’il est assez facile de voir où il en est dans le temps, puisqu’il suffit de repérer les petits cercles bleus dont j’ai parlé vendredi passé.

Tiens, là, il en est à 2001, finalement ça va assez vite dis-donc…

Et puis là… 2007… Je perds de la bande passante ou quoi, ça ralentit bigrement…

Et je ne vous dis pas lorsque j’arrive dans les années 2011, avec l’arrivée des Nikon D800, puis plus tard, pire encore, avec celle du Sony A7R Mark 2 et ses presque 50 MP…

En fait, voici ce que pesait une photo de mon premier appareil:

2017-10-23_18-28-12.png

 

Et voici ce que pèse une photo du A7 R2 Mark 2:

2017-10-23_18-29-05.png

 

Notez bien qu’en haut, nous sommes en Kb, et en bas, en Mb!

Ah, c’est que ça n’a pas que du bon hein, les nouvelles technologies!

Bon, elles nous apprennent à être patients.

Et accessoirement, elle nous font retomber sur des photos que l’on n’avait pas vues depuis des années parfois.

Un peu comme quand on tombait sur un carton de photos oublié, et que l’on fait des oh et des ah en l’ouvrant et en regardant ce passé, pourtant pas si lointain.

Et vous savez quoi?

Même en 640 sur 480, elles font rudement plaisir à voir, ces photos!

6 Comments

  1. yvesbachelet

    Comme quoi, ce n’est pas l’appareil qui fait tout, mais l’émotion de l’image prise.

    J'aime

  2. Ah! J’allais dire exactement la même chose qu’Yves Bachelet, François !
    Je me demande si tu as souvent lâché le mot émotion au sujet de tes propres photos, toutes ces années.
    Pour moi, c’est cela l’essentiel, et ça le devient de plus en plus avec le temps qui passe.
    Les pixels nombreux, « méganombreux » ou « giganombreux » ont certes une importance, mais pas seulement.
    Saint-Ex l’a si bien formulé :
    -Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
    -L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

    J'aime

  3. Oui, bien sûr.
    Mais vous comprendrez que dans les articles que j’écris à propos d’appareils ou de technique, je ne vous parle pas des images qui peuvent m’émouvoir, et qui touchent ceux que j’aime.
    Je les garde pour moi.
    Ce n’est pas trop le genre Facebook ici, enfin du moins, je n’espère pas.

    J'aime

  4. Ahhhh 640×480, ça me rappelle l’Apple QuickTake ça. As-tu eu ce chef-d’œuvre ?

    J'aime

  5. Non, je ne crois pas, en tout cas je n’ai aucune photo répertoriée sous cet appareil.
    Faut que je précise que j’ai une mémoire de moineau à ce sujet.

    J'aime

  6. Et bientôt, la daube pourra te dire quelles sont les bonnes photos dans le tas : https://www.macg.co/logiciels/2017/10/adobe-lobjectif-final-est-daider-les-photographes-devenir-de-meilleurs-photographes-100166
    Il est peut-être temps pour moi d’arrêter la photographie et de passer du temps à « cultiver mon jardin », ou d’autres occupations non nuageuses…

    J'aime

Laisser un commentaire à propos de cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s