Découverte de l’Apple Watch Série 4

Je ne peux pas tester une montre en 5 minutes, donc, je vais le faire en plusieurs articles, sur la durée.

Pourquoi l’achat de la Série 4?

J’utilise mes Apple Watch depuis trois ans au quotidien, et n’ai presque rien à reprocher à ces montres qui m’apportent plein de vrais plus, en particulier dès qu’il s’agit de faire du sport.

Un défaut des montres jusqu’à la série 3 tout de même? Le capteur cardiaque qui dérapait parfois, m’indiquant alors des données erronées, ce qui risquait de m’amener à ne pas l’écouter le jour où elle m’aurait indiqué un véritable problème.

Les trois premiers modèles fonctionnaient avec le même capteur, celui de la Série 4 est totalement différent (voir plus bas). Une bonne raison de voir ce qu’il en est sur le terrain maintenant.

Et puis, les autres arguments avancés m’ont amené à décider un achat vendredi 14 septembre, décision d’achat que j’ai concrétisée avec un poil de retard, retard suffisant pour prendre 3 à 4 semaines de délai de livraison dans les dents.

Zut alors, mais pas grave.

On n’est plus des gamins, ou bien?

J’ai commandé une acier inoxydable noire, ce qui était une erreur dont je me suis rendu compte un peu plus tard: si je change de montre à chaque version, à quoi cela sert-il de payer tellement plus cher pour une finition certes magnifique et un verre inrayable qui ont certes de la valeur, mais pas si l’on garde sa toquante peu de temps.

Et comment je l’ai eue le 21?

Eh bien, vu l’organisation de l’Apple Store de Genève, ce fut chaud.

Je vous raconte?

Je vous raconte.

Vendredi matin en me levant, je me suis dit que peut-être que l’Apple Store de Genève qui ouvrait à 8 heures pour l’occasion, avait quelques montres en stock. C’est le bruit qui courait en tout cas.

Je suis donc parti sur un coup de tête en direction de cette belle ville tôt le matin pour me retrouver face au magasin et quelques dizaines de clients, tous venus ou presque pour l’iPhone Xs.

L’organisation était la suivante: ouverture du magasin à 8 heures pour les iPhone, 9 heures pour les montres.

Nous étions deux à attendre au premier rang d’une file pour l’Apple Watch qui a gonflé au fil de l’heure.

Juste avant l’ouverture des portes, un gentil organisateur (qui avait œuvré en tant que chauffeur de salle pendant l’heure d’attente) nous a demandé de nous adresser à ses collègues.

Je suis parti à gauche, il fallait aller à droite (mais rien n’était indiqué), et le temps de me récupérer, la moitié de la file m’était passé devant.

Et une fois dans ladite file, tu te rends compte qu’il y en a une nouvelle qui vient de se mettre en place, qui avance juste trois fois plus vite que la tienne.

C’est toujours comme ça, je sais, mais c’est énervant.

Et je ne vous raconte pas l’organisation de ma file à moi!

  • un vendeur réserve la montre que tu choisis parmi toutes celles disponibles: pour moi, la Cellular, noire, 44 mm, avec bracelet boucle sport puisque j’avais déjà le bracelet noir milanais, l’ayant acheté avec ma Série 3. Résultat: plus de 300 francs de rabais par rapport à ma première commande de la semaine passée, renonçant à l’Apple Care sur ce coup-ci, pour les mêmes raisons qu’évoquées plus haut sur mes regrets d’avoir choisi dans un premier temps l’acier inoxydable, à savoir que du moment que je ne garde pas la montre de longues années, cette assurance n’en vaut pas la peine, la montre étant garantie de toute façon 2 ans;
  • on te passe vers le vendeur suivant qui fait venir le matériel;
  • un troisième amène les montres depuis le stock;
  • plus personne ne sait quelle montre est pour quel acheteur:
  • on recommence tout trois fois, de la vérification de la réservation au fait de faire venir les montres au bout de la file;
  • on te propose une montre en assurant que c’est la bonne
  • tu te permets de vérifier, surtout après tes déboires d’il y a trois ans (voir mon article consacré à l’achat de la première Apple Watch);
  • tu te rends compte que tu as bien eu raison de le faire, parce que ce n’est pas la bonne qu’on voulait te mettre dans le sac (eh oui, bis repetita…), mais il faut encore insister parce qu’on t’assure que c’est bien le modèle que tu as choisi, même si ce n’est pas le cas;
  • tu fais quelques remarques sur l’organisation un peu déficiente, mais aussi pour calmer les gens de la file derrière et devant toi qui commençaient à devenir gentiment nerveux parce que c’est le même bordel partout;
  • tu reçois finalement la montre et tu t’en vas tout content.

Et la commande faite sur le site d’Apple me direz-vous?

Vous l’annulez en deux clics, il faut avouer que leur système est très bien fichu dans ce domaine.

Le déballage de la montre est assez nouveau, comme vous avez pu le voir sur les différents films diffusés sur les réseaux sociaux.

Je vous montre quelques images prises à la va-vite avec un iPhone X (oui oui, même pas Xs, et pourtant, il y en avait, je suis très fort, j’ai résisté, même pô dur):

IMG_0624.jpg
Encore sous cellophane (voir les bulles en bas)
2018-09-22_08-05-50
La même boîte, de dos, tiens, il y a du nouveau dans le système de fermeture, les deux œillets à gauche et à droite… Et non, je ne suis pas parano, mais j’ai quand même flouté les codes-barres et les numéros de série…
2018-09-22_08-10-11.jpeg
Oh! Comme c’est gai et mignon!
2018-09-22_08-12-07.jpeg
Oh (bis)! Deuxième surprise: sous la montre, le bracelet, dans une autre boîte: ils pourraient pousser le concept à vendre la montre seule, et on choisirait le bracelet à part, cela serait plus simple pour tout le monde, non? Même pour Apple il me semble!
2018-09-22_08-14-46.jpeg
Sobre, beau, classe, Apple…
2018-09-22_08-16-33.jpeg
Remarquez que le chargeur 5W y est, contrairement aux Séries 3 qui sont vendues désormais (ils y étaient pourtant jusqu’alors)
2018-09-22_08-20-06.jpeg
Sympa, ce petit étui en tissu

 

IMG_0634
La voilà hors de sa boîte. Vous avez remarqué les angles arrondis?
IMG_0635.jpg
C’est de dos que la montre risque de faire bien des différences: le capteur cardiaque est très différent, nous verrons si cela supprime les dérapages qui arrivent parfois (généralement au moins une fois par course) avec les Séries 0 à 3.

Il s’agit maintenant d’installer la montre.

Je précise que ma Série 3 est automatiquement sauvegardée. Néanmoins, j’ai pris soin préalablement de supprimer sur cette montre le forfait de mon opérateur (encore Swisscom pour un mois) puis de resetter complètement, ce qui bien évidemment supprime son jumelage avec l’iPhone.

Et c’est toujours là qu’on tremble un petit peu… purée, pourvu que je retrouve mon forfait cellulaire sur la nouvelle, pourvu que mon Apple Pay ne soit pas fichu, et j’en passe.

2018-09-22_08-44-25.jpeg
Profitez sur cette photo de constater que le bouton principal, situé sous la couronne, est désormais totalement intégré dans la montre, il ne dépasse plus.

Là, j’ai été un peu perturbé, et pourtant, c’est ma quatrième montre, parce que rien n’est parti tout seul, comme cela peut se passer avec un nouvel iPad par exemple.

J’ai essayé plusieurs fois, mais rien. En fait si, l’option de jumelage apparaît sur l’iPhone qui, quand vous cliquez sur son bouton, permet de lancer le processus habituel de photographie du petit nuage de points qui bougent sur l’écran, et de démarrer ainsi sa reconnaissance.

IMG_0641.jpg
À ce niveau, c’est que votre montre est reconnue, le processus est lancé, tout va bien…

Ensuite, c’est du connu, vous demandez de repartir à partir d’une sauvegarde d’une ancienne montre (ce que j’ai fait) ou vous décidez de repartir à zéro.

Il faut préciser que l’option Cellular intervient dans le processus d’installation: Swisscom (ou votre opérateur) prend le relais le temps que vous donniez votre identifiant de compte et votre mot de passe que vous vous avez chez eux.

Soyez donc prêts avec ces données au cas où.

Cela dit, cette intégration de l’opérateur est tout à fait réussie.

J’ajouterai que j’ai connu une petite frayeur: l’entrée de mon identifiant Apple pour lier la montre à Calendrier, Mail, Messages et j’en passe, ne semblait pas être prise en compte, même en m’y reprenant à trois fois. J’ai fini par sauter cette étape puisqu’il est possible d’y revenir après-coup, mais je n’ai pas eu besoin de passer par là puisque ledit identifiant et son mot de passe avaient finalement bien été intégrés, je n’ai plus eu besoin de retoucher la chose. Bizarre, petit bug, mais qui tend un petit peu les nerfs (je ne suis jamais complètement calme et absolument serein dans ces situations).

Quelques minutes après (une petite dizaine je pense, je n’ai pas vraiment pensé à calculer), la montre était opérationnelle.

À noter que tout n’est tout de même pas transféré de l’ancienne à la nouvelle. Par exemple, mes plus de 100 courses Strava ne sont plus sur la Série 4. Aucune gravité bien sûr, elles sont sur leur nuage et mon iPhone, et désencombrent ainsi la montre. Sachez simplement qu’il faudra être bien sûr d’avoir transféré vos courses sur la plateforme, via votre iPhone, avant de faire le transfert.

Premières impressions

Franchement, ceux qui vous disent « ouaouh, c’est dingue ces 0.7 mm de moins en épaisseur », ils me font bien rigoler.

On ne m’aurait rien dit que je n’aurais rien vu. Vous me direz que je suis un grand insensible, je vous répondrai que c’est possible.

Par contre, le ouaouh, c’est lorsqu’il s’est agi de mettre le code à 4 chiffres sur la montre: incroyable ce que les boutons sont plus grands! Plus possible de les rater, ce qui m’était arrivé souvent avec les montres d’avant (et qui m’arrivera souvent avec la Série 2 qui continue à me surveiller quand je dors).

IMG_0657.jpg

Ce qui me frappe avec cette montre et ses premières manipulations, c’est à quel point tout beaucoup plus fluide qu’avant. Beaucoup plus rapide.

Le processeur S4 64 bits est passé par là, je pense.

Cela dit, certes, l’écran semble beaucoup plus grand, ce qui est dû d’une part à l’agrandissement du boîtier de 2 mm, mais surtout à l’affichage pratiquement bord à bord, mais ce n’est aucunement un problème sur votre bras. Je ne vois pratiquement aucune différence « d’encombrement ».

IMG_0655.jpg

IMG_0645.jpg

Pourtant, 35 % de plus de surface d’affichage, ce n’est tout de même pas rien à l’usage, je peux vous le garantir.

Au dos, c’est là qu’on trouve la plus grande différence directement visible entre les deux montres:

2018-09-22_09-50-17.jpeg
Très grosse différence entre deux modèles, la Série 2 à gauche, la 4 à droite: le capteur cardiaque n’a plus rien à voir.

Quant à la gestion du retour haptique sur la couronne, je me dois de dire qu’il est tout simplement délicieux de finesse.

Lorsque vous défilez dans une liste, vous avez des petits clics clics tout doux au toucher, et lorsqu’il s’agit de carte (de mails différents par exemple à faire défiler), ce sont des petits clac clacs un poil plus durs.

Le tout avec un mini son que personne n’entendra sauf vous.

Arrivé en bout de liste, lorsqu’il n’y a plus rien à faire défiler, vous sentez une petite résistance, vous indiquant clairement que vous êtes au bout et qu’il ne sert à rien d’insister.

Vraiment du beau travail, moi j’adore quand on peaufine dans les détails, comme ça.

Puisqu’on en est aux premières impressions, je dois dire que je me réjouissais de voir le nouveau cadran Infograph, qui permet d’afficher 8 complications et que l’on voit sur toutes les pubs de cette Série 4.

J’ai bien cru qu’il n’était pas là!

Il faut en fait aller le chercher dans « Nouveau », où il finit par apparaître.

Étrange tout de même.

Mais il est chouette, ce cadran (vous le voyez sur toutes les photos que j’ai prises ou presque, je ne vais pas gaspiller de la place en le remettant ici, c’est qu’on est écolo, sur Le Blog du Cuk), un peu bling-bling, j’en conviens, mais chouette.

Je l’ai choisi pour le moment.

Premières conclusions provisoires

Pour ces premières impressions, je constate du mieux dans tous les domaines évoqués plus haut par rapport à la Série 3 qui était déjà très bien.

Rien de révolutionnaire, mais tout en mieux, c’est déjà pas mal.

Il me reste maintenant à tester l’autonomie, la course à pied et les données cardiaques, l’écoute musicale avec les Air-Pods, et les autres changements dans la vie courante.

Pour le paiement avec Apple Watch, c’est déjà fait, aucun problème, ma carte Boon testée ici a retrouvé sa place dans la montre sans la moindre difficulté.

Il y aura une suite à cette première prise en mains ces tout prochains jours.

Pour les données cardiaques, j’espère pouvoir vous en dire plus rapidement, mais une crampe au mollet chopée en plein sommeil à 3 heures du matin m’a bousillé la jambe gauche.

Je vais essayer d’y aller tout de même, je remarque qu’en bougeant, ça fait moins mal ce matin que quand je reste aussi.

Et puis, que ne ferais-je pas pour un test, hein?

On verra.

C’est triste de vieillir…