A propos des Apple Watch, et des autres montres aussi

Aujourd’hui, quelques petites réflexions sur les montres connectées, mais pas seulement.

Je vais commencer par du négatif, même si j’adore les Apple Watch.

Obsolescence, vous avez dit « programmée »?

J’ai acheté la première Apple Watch le 26 juin 2015.

Il y a trois ans et des poussières.

Vous pouvez relire l’article du 29 juin 2015 qui relate cette aventure sur Cuk.ch de l’époque, je viens de le faire, je le trouve modestement assez rigolo et réussi.

Cette montre, je l’ai donnée à mon fils un an et demi après, lorsque la version 2 est sortie et que lui s’est cassé la figure sur la glace, fracassant celle qu’il s’était achetée lui-même.

Il l’utilise depuis.

Mme K a la sienne depuis fin juillet 2015.

Ces deux montres fonctionnent encore parfaitement bien, on est bien d’accord et ça devrait être le cas encore longtemps, je l’espère.

Mais nom d’une pipe, on ne peut plus les mettre à jour vers Watch OS 5, vous vous rendez compte?

Juste trois ans après leur naissance.

Ceux qui l’ont achetée juste avant la sortie de la version 2, donc il y a deux ans, ne peuvent pas la mettre à jour non plus.

Il faut savoir que c’est assez compliqué cette histoire: la première montre apparue en 2015 est la Série 0.

Lorsque la série 2 est sortie, ils ont laissé la série 0 au catalogue, la mettant très légèrement à jour en Série 1.

Va comprendre.

Celle-là, la Série 1, on peut toujours la mettre à jour.

Mais rendez-vous compte, des montres vendues au prix fort de deux ans ne peuvent déjà plus supporter le nouveau système d’Apple, vous trouvez ça normal?

Des montres qui se sont vendues comme des petits pains pour certaines, un peu plus difficilement pour les autres, quand elles coûtaient la bagatelle de 18’000 $, c’était pour la Special Édition, tout en or.

Apple-Watch-Edition1-780x534.jpg

Bon, je précise que ce n’est ni celle que mon fils a fracassée sur la glace, ni celle que je lui ai refilée, ni celle de Mme K, mais tout de même…

Oh je sais, je suis toujours l’un des premiers à défendre les fabricants pour expliquer qu’ils ne peuvent pas continuer à développer des systèmes en tenant compte du poids de l’histoire du développement électronique.

Mais là…

Deux ans…

Bref…

Mise à jour de l’Apple Watch, vous avez dit heureusement que le ridicule ne tue pas?

J’ai mis à jour mon iPhone X et mon iPad Pro 12’9 vers iOS 12 lundi, vers 21 heures.

Aucun problème, les serveurs d’Apple ont magnifiquement tenu le coup, en quelques minutes, la messe était dite, les appareils parfaitement opérationnels.

J’aime bien ce système, soit dit en passant, et je vous recommande l’excellent livre d’iGeneration qui lui est dédié.

J’ai bien évidemment voulu mettre à jour aussi mes montres.

J’écris « mes » parce que j’ai une Série 2 et une Série 3 Cellular testée ici pour la prise en mainsici pour l’autonomie, ici pour les progrès toujours dans le domaine de l’autonomie, ici pour sa connexion GSM, et ici pour l’attribution du Too Much Bô hardware de l’année.

J’ai commencé par la petite dernière, la Série 3 donc, vers 21:30.

C’est juste de la folie, le temps qu’elle a pris pour se mettre à jour, cette Apple Watch: la chose s’est terminée, après moult redémarrages normaux et prévus, à 1:30 du matin.

Rebelote le lendemain soir avec la Série 2, 4 heures de mise à jour.

Et attention! Pas n’importe quelle mise à jour!

La montre doit être sur son chargeur, chargée à 50 %, mais l’iPhone doit être à côté. Donc vous oubliez de sortir avec lui ou juste de vous éloigner un peu, la mise à jour se met sur pause!

Et si tu as deux montres, alors ne porte surtout pas celle qui n’est pas dans le processus de mise à jour, ça couperait ledit processus sur celle en cours.

Non, mais franchement, c’est un peu la honte, on se croirait aux premières mises à jour de l’iPhone 3G, il y a dix ans.

Espérons que la v4 sera plus véloce dans ce domaine, nous verrons, je vais la recevoir dans deux semaines, comme je l’ai expliqué ici.

Apple Watch ou montre mécanique? Les deux, j’assume

J’ai toujours adoré les montres mécaniques.

Celles qui se remontent, ou celles qui ont une masse oscillante pour remonter automatiquement la montre avec le mouvement du bras.

Pourvu qu’elles fassent tic-tac.

Pourvu qu’elles avancent ou retardent un peu, mais pas trop hein, on parle ici de montres suisses. Qu’elles vivent leur vie, quoi.

J’en ai des très anciennes, que j’ai héritées, d’autres que l’on m’a offertes (ou que je me suis offertes) tout au long de ma vie.

Depuis que j’ai l’Apple Watch, je ne les porte plus.

L’Apple Watch est bien trop pratique, voire indispensable à mes yeux pour que je ne la porte pas.

Alors quoi?

J’ai bien proposé de porter deux montres il y a trois ans, mais là, ça a été un niet de qui vous savez, beaucoup trop bling-bling selon elle, même si j’ai bien essayé d’expliquer qu’une montre, c’était la même chose pour un homme qu’un bracelet pour une femme, qu’elle en portait bien plusieurs et tout et tout…

Rien à faire, ça n’a pas passé, j’ai cédé, il y a des fois où je me trouve un peu lâche.

Je me suis donc retenu, jusqu’à il y a un mois.

Là, l’air de rien, j’ai mis une petite Omega des années 50 (c’est fou ce que les montres étaient plus petites à l’époque) à mon poignet droit, sans rien dire.

Miracle! Personne ne semble avoir rien vu!

J’ai, tel le renard finaud que je suis, porté des montres de plus en plus grandes de ma collection.

Rien, pas une moquerie, pas une remarque, ni de qui vous savez, ni d’aucun de mes collègues ou des personnes qui m’entourent.

C’est tout bon, je peux y aller, et quel plaisir d’avoir ces deux concepts tellement différents sur moi!

Il me reste une étape à passer, encore, c’est mettre ma montre mécanique à mon poignet gauche, et l’Apple Watch au poignet droit, parce que par réflexe, c’est toujours le gauche que je soulève pour voir l’heure, alors que la lecture de ladite heure est bien plus rapide sur la montre mécanique, puisque permanent.

Ou alors, m’habituer à soulever le bras droit.

Ah, le seul moment où j’enlève ma montre de droite, c’est lorsque je joue du violon. Là, il me semble que le poids de la montre me gêne un peu.

Mais sinon, c’est deux montres, une de chaque côté, sans même avoir honte.

Et vous? Vous évoluez comment dans ce domaine?