Test de l’autonomie de l’Apple Watch Série 4, retour sur son capteur cardiaque et ses améliorations diverses

Pour faire suite à la découverte de l’Apple Watch Série 4 décrite ici et à mon article sur ma déception à propos du nouveau capteur cardiaque de ladite série, je reviens ici, comme promis, sur quelques particularités de cette montre, notamment en matière d’autonomie, de performances et d’agréments au quotidien.

Quelle autonomie pendant les moments sportifs?

Avant de faire le récapitulatif de l’usage de l’énergie de la montre sur 11 jours complets, je vais vous parler de ses performances en matière de sport, en partant du principe que vous partez SANS votre mobile.

En effet, c’est lorsqu’on court ou lorsqu’on fait du vélo pour ne prendre que ces exemples que la montre utilise, en plus de ce qu’elle fait simplement tourner la journée:

  • la fonction GSM
  • le GPS
  • le capteur cardiaque
  • le Bluetooth pour passer de la musique aux AirPods dans la mesure où vous en écoutez

Ces trois fonctions sont immensément énergivores pour un téléphone, imaginez qu’il en va de même pour cette petite montre.

Première et deuxième sorties: avec écoute de la musique

Sortie de samedi 22 septembre

Je pars pour 10 petits km pour la forme, et pour le test, je prends avec moi mes AirPods.

Je streame de la musique directement sur Apple Music, suis donc connecté au réseau GSM à travers la montre, j’utilise le capteur cardiaque et le GPS.

La totale quoi, en matière de dépense d’énergie.

Juste avant de partir courir, il me reste 88 % de batterie.

À mon retour, comme expliqué plus haut, en utilisant le GSM pour steamer de la musique et la transmettre aux AirPods, en surveillant mon rythme cardiaque, capteur allumé en permanence et en utilisant le GPS, je retrouve ma montre avec 54 % d’énergie dans sa batterie.

La montre consomme à peu près 34 % de la batterie en 55 minutes de course, ce qui n’est ni mieux ni moins bien que la Série 3.

Sortie de dimanche 23 septembre

Départ pour un petit entraînement de 40 minutes, toutes options enclenchées, comme samedi: 40 minutes de course pile-poil, montre à 100 % au départ; je reviens à la maison avec 86 % d’énergie dans la montre. Là, 40 minutes de streaming, de GPS et de capteur cardiaque et de fonction GSM n’ont donc consommé que 14 % d’énergie.

Étonnant!

Troisième et quatrième sortie: sans écouter de musique

Dans cette situation, seules les fonctions GSM, capteur cardiaque et GPS sont utilisées en plus du fonctionnement simple de la montre.

Dimanche 30 septembre

Eh oui, pas de course pendant une semaine, je n’ai pas pu, je vous expliquerai un jour pourquoi et ce que ça a impliqué pour moi.

Départ à 100 %, 10 km pour 55 minutes, à l’arrivée: 86 %, consommation, 14 %

Mercredi 2 octobre

Départ avec 60 % de batterie à 18:00 pour 8.3 km en 44 minutes avec 47 % dans la montre à l’arrivée: consommation, 13 %.

Nous voyons donc que la montre se comporte plutôt bien dans ces activités sportives, tout aussi bien en tout cas que se comportait la série 3.

Récapitulatif de 11 jours d’utilisation en matière d’autonomie

Regardons maintenant dans un tableau la consommation journalière de la montre.

Pour information, chaque fois que vous voyez « Sport », il faut vous référer à ce qui a été écrit dans les paragraphes qui précèdent.

Remarque Mise au poignet

Dépose sur le chargeur

Autonomie restante
Samedi  septembre Sport, tests divers sur la montre toute la journée

7:40

Dimanche 00:40

14 %

Dimanche 23 septembre Sport, tests divers

7:50

23:45

15 %

Lundi 24 septembre Journée standard

6:55

Mardi 00:30

43 %

Mardi 25 septembre Journée standard

6:30

Mercredi 00:00

55 %

Mercredi 26 septembre Journée standard

5:50

22:00

54 %

Jeudi 27 septembre Journée standard

5:30

23:55

46 %

Vendredi 28 septembre Journée standard avec mise à jour en 5.01, montre sur le chargeur 15 minutes

6:45

23:40

52 %

Samedi 29 septembre Journée standard

7:55

Dimanche 02:30

46 %

Dimanche 30 septembre Sport et journée standard, sans écouter de musique

10:50

23:15

18 %

Lundi 1er octobre Journée avec 6 heures de montre sans iPhone, connectée alors à 50 % au wi-fi et 50 % en GSM

6:30

23:50

32 %

Mardi 2 octobre Sport et journée standard

6:40

23:00

42 %

Lors du Keynote, il nous a été expliqué que la montre tenait une journée sans qu’on ait besoin de la recharger.

Nous voyons que la promesse est largement tenue en condition normale, tenue avec un peu de marge en condition sportive avec le streaming de la musique.

Cela dit, celui qui veut partir pour une course de fond sans son téléphone quelques heures en écoutant de la musique ne pourra pas le faire sans recharger de temps en temps la montre avec une batterie externe, ce qui n’est pas très pratique.

Par contre, partir dans les mêmes conditions, sans téléphone donc, avec le GPS, la surveillance cardiaque et la fonction GSM active n’est pas impossible si l’on ne dépasse pas 4 ou 5 heures de randonnée. Si l’on veut plus, il faudra recharger.

Notez encore que ni Mme K et sa Série 3, ni moi-même avec ma Série 2 et ma Série 4 n’avons été touchés par le bug qui touche Watch OS 5 et que la mise à jour vers la 5.0.1 ne semble pas avoir résolu chez tous les utilisateurs touchés. Bug qui perturbe le bon chargement de la montre.

Performances de l’Apple Watch Série 4

Là, le bond est magistral.

Tout est plus fluide, les applications se lancent instantanément ou presque.

Je ne peux que vous donner deux comparaisons entre la Série 3 et la Série 4.

Mise à jour vers WatchOS 5.0.1:

  • Série 3 (pour 55.5 Mb): 29 minutes
  • Série 4 (pour 57 Mb): 22 minutes

Certes, ça reste lent, mais les progrès sont sensibles.

Démarrage de la montre sous Watch OS 5.0.1

  • Série 3: 1 minute et 56 secondes
  • Série 4: 0 minute et 33 secondes

Je vous dis, vive le 64 bits!

Retour sur le capteur cardiaque

J’ai expliqué ici à quel point le capteur cardiaque m’avait déçu sur cette nouvelle Série 4.

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous transmettre.

Dimanche passé, je me suis échauffé et ai fait un peu mouliner mes bras pendant deux minutes, puisque la montre Mio Alpha qui utilise la même technologie de lumière verte le recommandait il y a 5 ans.

Eh bien ledit échauffement n’a pas arrangé les bidons, voyez plutôt!

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1537.jpg

Oui, vous avez bien lu, il a fallu 2 kilomètres pour que la montre affiche enfin quelque chose de juste.

Ça, c’était la mauvaise nouvelle.

La bonne maintenant.

Mardi, je me suis rappelé de ce qui me permettait d’utiliser ma Mio de l’époque de manière plus précise, et j’ai pratiqué comme alors: debout, jambe droite fléchie, main droite appuyée sur cette jambe, torse penché en avant, et hardi petit on fait tourner à toute vitesse le bras gauche pour faire monter le sang, au point d’avoir la débattue dans les doigts.

Faites ça à l’intérieur, à l’abri des regards, pour ne pas avoir l’air ridicule.

J’ai sauté sur place, un peu, et j’ai remis la compresse une deuxième fois.

Le tout m’a pris deux minutes.

Une fois parti j’ai vu ce qui suit:

wilyuvbqSUi7u09eai5PbA_thumb_1539.jpg

Je n’ai aperçu que le temps d’un seul affichage 167 bpm, et puis la montre est tout de suite descendue vers les fréquences correctes.

Aurais-je trouvé la solution?

Je vous tiendrai au courant lorsque j’aurai plus de recul sur la chose.

Ce que je remarque pour l’instant, c’est tout de même une petite différence entre la Série 3 et la Série 4.

La Série 3 me semblait avoir plus de facilité à partir dès le départ juste, mais dérapait de temps en temps dans le courant de la course.

Ici, sur les 4 courses, aucune n’a dérapé une fois que la montre à trouvé « le bon rythme ».

Des petites choses en plus

Un son plus puissant

J’apprécie beaucoup en courant le haut-parleur qui permet de sortir un son bien plus puissant que sur les versions précédentes.

C’est bien évidemment pratique également lorsqu’on téléphone normalement dans la rue ou chez soi, directement avec la montre.

Le micro est désormais sur l’autre côté de la montre pour éviter les interférences: les gens ne se plaignent pas de la qualité d’émission lorsque je leur téléphone avec l’Apple Watch Série 4. Mais pour être tout à fait honnête, je n’ai pas fait le test d’appeler avec la Série 3 et la Série 4 la même personne au même moment, pour comparaison.

Un écran vraiment agréable

Ce gain de 35 % d’affichage pour une taille pratiquement équivalente au poignet (44 contre 42 mm auparavant) est un vrai plus, sans qu’il ne me dérange le moins du monde dans la vie courante.

J’adore le nouvel affichage Infograph, que je trouve très réussi.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_153a.jpg

Et puis, est-ce la technologie d’écran LPTO qui fait la différence? En tout cas, l’Apple Watch Série 4 est parfaitement et magnifiquement lisible en tout temps.

Une montre plus propre?

Quelque chose que j’ai de la peine à expliquer, mais que je me dois d’avancer ici au risque de paraître bizarre: la Série 4 en alu sidéral, avec verre « standard », est bien moins salissante que mon ancienne Série 3 et son verre inrayable,

C’est absolument évident: j’avais une montre en acier inoxydable, noire, inrayable, magnifique, mais je passais mon temps à l’essuyer pour ne pas voir les traces de gras sur le verre ou sur le métal. Elle était belle lorsqu’elle était parfaitement propre, mais perdait très vite de sa superbe dès que je la touchais.

Rien de cela avec le verre standard de la 4: je ne vois pas les traces, la différence est impressionnante.

Le mieux est-il l’ennemi du bien? J’ai pourtant mes montres automatiques avec des verres synthétiques, je n’ai aucun problème de saleté. Pourquoi le verre des Séries 3 avec un verre semblable est-il si salissant?

Donc, au final, je suis très heureux d’être redescendu en gamme en matière de finition lors du passage vers la Série 4.

Bon… je dis cela jusqu’à ce que je la raye, j’imagine…

La couronne à retour haptique

Un petit détail dont j’ai déjà parlé ici, mais qui apporte un confort certain dans tout plein de situations: le retour haptique sophistiqué de la couronne, qui gère tout en finesse le crantage.

Quand je remets ma Série 2 la nuit, je me sens tout bête de ne pas l’avoir.

En conclusion

Too Much Bô ou pas, cette Série 4?

Si le capteur cardiaque de nouvelle génération ne me jouait pas des tours au départ des courses, je n’hésiterais pas. Mais dans les conditions actuelles, c’est un tout petit peu plus compliqué pour moi.

La Série 3 l’avait obtenu. Au vu des progrès réalisés, sauf en matière de capteur cardiaque, il est logique qu’elle l’obtienne aussi.

Je le lui octroie donc, mais avec un tout petit bémol.

Parce qu’Apple a fait un travail magnifique avec cette Série 4, améliorant la montre partout où elle pouvait l’être.

J’espère que les développeurs tiers, comme STRAVA par exemple, se dépêcheront de profiter de la taille supplémentaire de l’écran pour afficher des informations supplémentaires.

Et là, tout sera parfait… enfin, tout… sauf le capteur cardiaque donc.

Ah, à ce sujet, vivement que la fonction électrocardiogramme puisse être activée en Suisse! Ce sera rigolo!

Au fait, avant de conclure, on attend quoi pour la Série 5?

Allez, on va dire un doublement de l’autonomie (minimum), et un capteur cardiaque en tout point fiable.

OK Apple?

Tampon TooMuchBô Rond rouge